logo
Home Enseignements Plaire à Dieu ou plaire aux hommes ?

L’homme est un être éminemment social et sociable. Son développement intellectuel et son équilibre psycho-affectif dépendent en très grande partie des liens tissés avec son entourage : famille, amis, camarades de classe, collègues de travail… Personne ne peut prétendre s’être construit tout seul, notre personnalité est le fruit d’un ensemencement de diverses interactions, bonnes ou mauvaises, avec des gens qui ont un jour traversé notre route. L’enrichissement mutuel fait partie du plan de Dieu dans le mesure où nous sommes appelés à nous assembler pour devenir meilleurs (1 Corinthiens 11 :17). Indéniablement, nous avons besoin les uns des autres pour apprendre, évoluer, progresser, partager, s’entraider, pour nous fortifier lorsque nous sommes confrontés à l’adversité, pour aimer et être aimés… Dans le meilleur des mondes, c’est-à-dire dans un monde exempt de péché, c’est ainsi que les choses devraient se passer. Or nous vivons dans un monde gouverné par le mal où tous sans exception ont péché (1 Jean 5 :19 ; Romains 3 :23). Et dans ce contexte, la quête de l’amour et de l’approbation de ses semblables peut détruire notre relation avec Dieu et nous faire perdre notre salut.

PLAIRE  AUX HOMMES MAIS A QUEL PRIX ?

Le cordon ombilical est définitivement coupé lorsque le jeune enfant commence à fréquenter l’école maternelle. Il quitte alors l’environnement bienveillant et sécurisant du foyer de ses parents, le cocon formé par les bras d’une maman qui le câline et le regarde comme s’il était la huitième merveille du monde, pour se retrouver dans une collectivité. Il se rend alors subitement compte qu’il n’est qu’une petite chose parmi d’autres et que la concurrence sera rude pour attirer l’attention de ces adultes qui n’ont pas l’air de réaliser qu’il est plus exceptionnel que les autres. Comment subsister dans cette jungle?  Que faire pour être aimé ? L’enfant comprendra très vite qu’il y a deux impératifs, deux règles à respecter : Séduire et  nouer des alliances. Ces deux règles comprises instinctivement dès la petite enfance de l’homme seront appliquées  tout au long de son existence et dans tous les domaines de la vie.

Plaire, être accepté des autres, voilà l’objectif de la séduction. Or pour plaire il faut correspondre à certaines normes sociales qui sont véhiculées par les médias et les réseaux sociaux. Pour faire court, la norme actuelle peut se résumer en six mots : vulgaire, débauché, transgressif, rebelle, impie, blasphématoire.

Certains misent tout sur leur apparence physique et vont jusqu’à mettre en danger leur santé. On s’inflige des régimes qui aboutissent à des désordres alimentaires, des opérations de chirurgie esthétique, des dépigmentations de la peau, des injections d’hormones et que sais-je encore ? Tout cela pour coller à une norme aussi stéréotypée qu’irréaliste. En voulant s’y conformer, certains se sont métamorphosés en caricatures, en phénomènes de foire rendus semblables à des objets dénués d’esprit. Le plus malheureux dans tous cela, c’est que ces efforts n’amènent pas l’amour que l’on espère récolter.

Si certains sacrifient leur intégrité physique pour plaire, beaucoup sacrifient leur intégrité morale. Bien souvent, ce genre de compromis débute à l’adolescence. Prenons deux exemples. Une jeune adolescente nouvellement arrivée dans un lycée veut se faire accepter d’un groupe de filles populaires. Elle qui avait toujours été jusque-là sérieuse et studieuse, délaisse ses études et commence à adopter un look sexy et une attitude provocante comme les chanteuses à succès du moment. Le même désir d’intégration anime cette fois-ci un jeune homme. Il constate rapidement que les jeunes gens du coin affichent de gros muscles et un caractère bien trempé ;  il se dit alors qu’il vaut mieux être dans leur camp. Aussi, pour être accepté dans leur groupe, il fait tout pour être performant dans les activités sportives et adopte un comportement hostile et violent face à l’autorité.

Il arrive souvent que les actes posés constituent une forme de reniement de soi dans la mesure où ils ne correspondent pas forcément à ce que nous sommes véritablement. En effet, à la base la jeune fille en question n’est pas superficielle et le jeune garçon n’est pas un rebelle dans l’âme, mais ils vont faire croire qu’ils le sont pour être populaires. Le pire dans tout cela c’est qu’ils vont devenir ainsi à force d’adopter ce comportement et que s’ils continuent de la sorte ils vont compromettre leur avenir.

Nous avons tous posé des actes insensés pour faire comme les autres : boire, fumer, se droguer, se dépraver… Certains sont même allés jusqu’à enfreindre la loi, tout cela pour plaire à des hommes corrompus et qui sont devenus corrupteurs à leur tour.

« Les mauvaises compagnies corrompent les bonnes mœurs » 1 Corinthiens 15 :33.

Un jour j’ai dû reprendre mon fils de 9 ans pour une bêtise qu’il avait  faite à l’école. En lui demandant pourquoi il avait agi de la sorte, il m’a expliqué qu’il voulait avoir des amis. Il s’est ensuite mis à pleurer et m’a dit qu’il était parfois rejeté par certains de ses camarades. « As-tu des amis qui sont sages en classe ? » lui ai-je demandé. Il m’a répondu  qu’il avait des amis sages et des amis qui faisaient des bêtises. Je lui ai donc dit de ne plus se laisser influencer par les perturbateurs et de trainer avec ceux qui avaient un bon comportement. « Mais je veux aussi être l’ ami des autres. Si je ne fais pas comme eux, ils vont croire que je ne les aime pas et que je suis contre eux » a-t-il répondu. J’ai dit à mon fils qu’il fallait qu’il fasse un tri parmi ses camarades, et qu’il devait comprendre que ceux qui le rejettent parce qu’il refuse de faire des bêtises ne sont pas ses amis. Je l’ai prévenu qu’il ne pouvait pas plaire à tout le monde et que ce n’était même pas souhaitable qu’il plaise à tout le monde. « Si tu essaies de plaire à tout le monde tu vas devenir fou car il te faudra être gentil pour plaire aux gentils, méchant pour plaire aux méchants, voleur pour plaire aux voleurs, menteur pour plaire aux menteurs…»

Nous sommes tous concernés par cette conclusion : Si nous voulons plaire au plus grand nombre, nous multiplierons les occasions de pécher. D’ailleurs ne nous y trompons pas, tous ceux et celles qui ont acquis une notoriété planétaire ont obtenu leur gloire au prix d’une allégeance au prince de ce monde.

« Alors le diable l’emmena sur une haute montagne, et lui montra en un instant tous les royaumes de la terre, et le diable lui dit : Je te donnerai toute cette puissance, et leur gloire ; car elle m’a été donnée, et je la donne à qui je veux.  Si donc tu m’adores, elle sera à toi. » Luc 4 :5-7.

« Hommes et femmes adultères ! Ne savez-vous pas que l’amitié du monde est inimitié contre Dieu ? Celui donc qui veut être ami du monde, se rend ennemi de Dieu. » Jacques 4 :4.

Car en effet, qu’ont ces stars (artistes, politiques, religieux…) de plus que le commun des mortels ? Leur beauté, leur talent, leur intelligence, leur force ? Il existe des millions  d’anonymes qui surpassent mille fois ces gens-là. La différence entre les uns et les autres c’est que les premiers bénéficient du rayonnement séducteur de Lucifer ; c’est pourquoi la fascination qu’ils exercent sur les foules n’est qu’envoutement.

Intégrer une communauté c’est nouer des alliances qui sont tout simplement des liens d’amitié qui supposent la loyauté, l’adhésion à certaines règles et principes plus ou moins explicitement énoncés. Ainsi, celui qui veut être accepté doit adopter le langage de la communauté.

« Alors toute la terre avait un même langage et une même parole.  Mais il arriva qu’étant partis de l’orient, ils trouvèrent une vallée au pays de Schinear où ils habitèrent. Et ils se dirent l’un à l’autre : Allons ! Faisons des briques, et cuisons-les très bien au feu. Et la brique leur servit de pierre, et le bitume leur servit d’argile. Puis ils dirent : Allons ! Bâtissons-nous une ville, et une tour dont le sommet soit jusqu’aux cieux ; et faisons-nous un nom, de peur que nous ne soyons dispersés sur toute la terre. Alors Yahweh descendit pour voir la ville et la tour que les fils des hommes bâtissaient. Et Yahweh dit : Voici, ce peuple est un, et ils ont tous le même langage, et ils commencent à travailler ; et maintenant rien ne les empêchera d’exécuter ce qu’ils ont projeté. Allons ! Descendons, et là confondons leur langage afin qu’ils n’entendent plus le langage les uns des autres. Ainsi, Yahweh les dispersa de là par toute la terre, et ils cessèrent de bâtir la ville.  C’est pourquoi on l’appela du nom de Babel, car c’est là que Yahweh confondit le langage de toute la terre, et c’est de là que Yahweh les dispersa sur toute la terre. » Genèse 11 :1-9.

Certains se demanderont peut-être : Mais qu’y a-t-il de mal à avoir un même langage ? N’est-ce pas Dieu qui a créé les hommes avec une seule langue ? La vraie question à se poser c’est : Quelle langue parlait-on au commencement ? La réponse est simple : C’était le langage de Dieu, celui de son Esprit. Or lorsque Adam et Eve se sont laissés convaincre par les mensonges de Satan, ils ont aussi adopté sa pensée, sa mentalité et son langage. C’est donc ce langage impie qui était utilisé par Nimrod, l’instigateur supposé du projet Babel, et ses sujets.

La tour de Babel était basée sur trois piliers :

  • Le refus de la dispersion qui traduit le désir d’habiter Babylone
  • Un seul nom qui exprime l’adhésion à l’identité babylonienne
  • Un seul langage c’est-à-dire l’acceptation de la pensée unique insufflée par Babylone.

A chaque fois que nous avons renoncé à exprimer une conviction profonde pour ne pas être rejeté par notre entourage, nous avons accepté le formatage babylonien. Ainsi, la marque de fabrique du discours babylonien c’est l’hypocrisie et le compromis.

Or la Bible nous avertit clairement au sujet des dangers qui guettent ceux qui veulent suivre le plus grand nombre ou qui ne veulent se fâcher avec personne.


« Entrez par la porte étroite. Car c’est la porte large et le chemin spacieux qui mènent à la perdition, et il y en a beaucoup qui entrent par là.  Mais étroite est la porte et resserré le chemin qui mènent à la vie, et il y en a peu qui les trouvent. »
Matthieu 7 :13-14.

Quelle a été la réponse du Seigneur au projet babylonien ? – Le mélange des langues et la dispersion sur toute la terre. Il ne fait nul doute que cette intervention a plongé l’humanité dans une grande confusion mais le but n’était pas d’égarer les hommes mais de les isoler pour leur permettre de se remettre en question. Certains ont saisi cette chance, d’autres non. En effet, ces gens se sont divisés en deux catégories de personnes.

La première catégorie, qui est aussi la plus importante, concerne des personnes qui sont revenues à Babylone, ont réappris son langage et se sont remis à la construction d’une tour de Babel idéologique et spirituelle.

La deuxième catégorie concerne ceux et celles qui ont accepté la dispersion et de parler un autre langage. Ce sont des gens qui ont compris que le regard de Dieu importait plus que le regard des hommes et qu’à Babylone il vaut mieux être considéré comme un marginal plutôt qu’une star.

PLAIRE A DIEU

D’aucuns penseront qu’en ayant quitté le monde, ils trouveront dans la communauté chrétienne des hommes et des femmes à l’image de Dieu et qu’ils seront alors consolés du rejet des inconvertis. Or il faut savoir que l’Eglise (telle que définie par Jésus-Christ) et la chrétienté sont deux choses différentes. La première est un édifice spirituel composé d’hommes et de femmes nés d’en haut (1 Pierre 2 :5) qui ont reçu Jésus-Christ comme leur Sauveur, Maître et Seigneur. La seconde est une organisation religieuse dont les membres se croient hors du monde alors qu’ils en font intégralement partie.

Comme pour les autres, ils respectent des normes implicites : tenue correcte et  légalisme pour ce qui est de l’aspect physique, de la mentalité et du comportement qui en découle. Ces gens sont attachés à des coutumes et à des traditions d’hommes qui ont remplacé la  Parole de Dieu (Matthieu 15 :9). De ce fait, leur assemblées sont privées de la vie qu’apporte l’Esprit de Dieu : absence de réelle conversion, pas d’exercice des dons spirituels et donc pas de miracles. Au lieu de cela on y trouve toutes sortes de péchés, le premier d’entre eux étant l’hypocrisie qui a été érigée en art de vivre. L’apôtre Paul a décrit ces gens-là comme ayant « ayant l’apparence de la piété, mais en ayant renié la force » (2 Timothée 3 :5). Si vous êtes de Dieu, vous ne vous sentirez pas à l’aise au milieu d’eux.

Leur apparence pieuse laisse entrevoir dans un premier temps ce qui semble être de l’amour mais allez seulement remettre en question leurs dogmes et ils déclencheront contre vous une guerre impitoyable. Touchez à la dîme, à la trinité, prêchez la gratuité de l’évangile, dénoncez ce qu’ils font dans le secret et vous verrez ! Marchez par l’Esprit, obéissez à Dieu, agissez sans les avoir consultés,  sortez de la large route balisée de leurs principes  et vous verrez !

« Car maintenant est-ce la faveur des hommes que je désire, ou celle de Dieu ? Ou est-ce que je cherche à plaire aux hommes ? Certes, si je plaisais encore aux hommes, je ne serais pas un esclave de Christ. » Galates 1 : 10.

Lorsque Paul faisait cette déclaration, il se référait à des personnes qui  fréquentaient les assemblées, à des « chrétiens » qui s’opposaient au véritable évangile. Jean a dit  à leur sujet : « Ils sont sortis du milieu de nous, mais ils n’étaient pas des nôtres » ( 1 Jean 2 :19). Ils sont l’ivraie qui s’est glissée parmi le blé, un cancer qui tente de développer des métastases un peu partout. Les prophètes de l’ancienne alliance, le Seigneur Jésus et ses serviteurs d’hier et d’aujourd’hui ont eu affaire à eux. Ils ont tué beaucoup d’oints soit par l’épée soit par leur langue acérée.

« Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites ! Parce que vous êtes semblables aux sépulcres blanchis, qui paraissent beaux au-dehors, et qui, au-dedans sont pleins d’ossements de morts, et de toutes espèces d’impuretés.  Ainsi, au-dehors vous paraissez justes aux hommes, mais au-dedans vous êtes pleins d’hypocrisie et d’iniquité. Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites ! Parce que vous bâtissez les tombeaux des prophètes et vous ornez les sépulcres des justes ;  et vous dites : Si nous avions vécu du temps de nos pères, nous n’aurions pas participé avec eux au meurtre des prophètes. Ainsi vous êtes témoins contre vous-mêmes, que vous êtes les enfants de ceux qui ont fait mourir les prophètes.  Et vous achevez de remplir la mesure de vos pères. » Matthieu 23 :27-32.

Chers amis, le besoin d’être aimé et apprécié des autres est naturel et légitime. Toutefois, si nous voulons plaire à Dieu, renonçons à vouloir obtenir constamment l’approbation des hommes.

Comme il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir (Actes 20 :35), commençons par aimer notre prochain comme nous-mêmes, et n’oublions pas d’aimer même nos ennemis (Matthieu 5 :44).  Si nous recevons de l’amour en retour, tant mieux. Mais si c’est la haine, prenons courage et tenons ferme car nous avons un Dieu qui, par amour pour nous, a enduré l’opposition et la violence de beaucoup de pécheurs (Hébreux 12 :3).

«  Si le monde vous hait, sachez qu’il m’a haï avant vous.  Si vous étiez du monde, le monde aimerait ce qui est à lui ; mais parce que vous n’êtes pas du monde, et que je vous ai choisis du milieu du monde, à cause de cela le monde vous hait. Souvenez-vous de la parole que je vous ai dite : L’esclave n’est pas plus grand que son maître. S’ils m’ont persécuté, ils vous persécuteront aussi ; s’ils ont gardé ma parole, ils garderont aussi la vôtre. » Jean 15 :18-20

« Je vous ai dit ces choses, afin que vous ayez la paix en moi. Vous aurez des tribulations dans le monde ; mais ayez bon courage, j’ai vaincu le monde. » Jean 16 :33.

Préoccupons-nous du regard de Dieu et non de celui des hommes ; nous y trouverons alors de nombreux avantages en dépit des persécutions. Tout d’abord nous n’aurons pas besoin de nous renier ou de nous travestir pour être aimés car Dieu nous aime tels que nous sommes. Il nous a aimés le premier alors que nous étions détestables à cause de nos péchés, à plus forte raison il continuera de nous aimer maintenant que nous avons été sanctifiés par sa grâce. Quoiqu’il arrive, Dieu nous sera fidèle alors que les hommes trahissent et abandonnent quand les difficultés surviennent. Il vaut  donc mieux être comme Job, abandonné des hommes et approuvé de Dieu, plutôt que comme Saul qui pour plaire aux hommes a perdu l’amitié de Dieu. D’ailleurs, quand bien même on serait entouré de centaines d’amis sincères, soyons certains qu’aucun n’accepterait de porter nos maladies et d’affronter la mort à notre place. Seul Jésus l’a fait pour nous, ne l’oublions pas.

Les hommes charnels, même lorsqu’ils sont animés de bonnes intentions, nous attireront toujours vers le bas, vers les choses viles de ce monde alors que Jésus nous élève vers les majestueuses hauteurs. Ses projets à notre égard sont nobles et merveilleux. Il nous réserve ce qu’il y a de meilleur et de plus excellent.  Préférons donc la compagnie du Seigneur, privilégions ses conseils et marchons en faisant sa volonté et seulement sa volonté.

N’ayons pas honte de témoigner de lui, ne craignons pas les hommes car ils ne peuvent rien contre ceux et celles que Dieu s’est choisis. En agissant avec fermeté, nous verrons des miracles et nous accomplirons des exploits.

 A lui seul la gloire !

Adèle.

Les versets de cet article ont été tirés de la BJC.

Pour approfondir la réflexion, lire aussi :

Se dépouiller du vieil homme pour découvrir son identité en Christ

Etes-vous esclave de la religion?

 

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email

4 Réponses de cet article
  1. Jérémey 17:5″ Maudis soit celui qui se confie dans l’homme, et qui prend la chair pour son appui, et qui détourne son coeur de l’Eternel. »
    En ce bas-monde, rien n’est éternel, tout s’abime, se rouille.
    Meme notre notre propre corps vieillit, et un jour notre corps meurt.
    La jeunesse éternelle n’existe pas.
    Cela sert à quoi de se confier en l’homme et s’attacher au monde ?
    A quoi ça sert de chercher la gloire et perdre son ame ?
    Tout y est si aléatoire en ce bas-monde.
    La mort peut surgir à n’importe quel moment.
    Quand est-ce que les gens se rendront compte que nous sommes fragiles ?
    Des milliers de jeunes gens qui ne demandaient qu’à vivre, meurent sur les routes ,chaque année.
    Maintenant, des AVC et des cancers touchent, meme des enfants.
    La vie passe tellement vite, et nous perdons trop de temps dans des choses vaines et inutiles.
    Nous sommes des ambassadeurs du Christ sur la terre.
    Continuons notre mission.
    Evangélisons, dès que cela est possible.
    Les premiers disciples ont donné leur vie pour que la parole de l’évangile arrive jusqu’à nous.
    Dans les premiers siècles des chrétiens ont été dévorés par des lions et des betes sauvages , à rome, pour avoir refusé de renier le Christ.
    Et grace à leur sacrifice, des millions d’hommes et de femmes de cette époque ont été touchés par ces martyrs chrétiens, et se sont convertis à Jésus-Christ..
    Nous vivons dans le monde , mais ne vivons pas comme le monde.
    Ne cherchons pas à plaire aux hommes.
    Cherchons à plaire à Dieu .
    Les hommes vous décevrons souvent, Jésus-Christ ne déçoit personne.
    Il est le Fidèle et le Véridique. l’Unique vérité pour le salut de nos ames.
    Meme dans ton état de péché, Jésus-Christ te tend la main, et dit: »Viens vers moi, je suis la porte de ton salut ».
    Les hommes naissent et meurent; Jésus-Christ est éternel, il est celui en qui tu dois confier ta vie.
    Jésus-Christ frappe à la porte de ton coeur; Veux-tu le laisser y entrer ?

  2. Toute la gloire revient au Seigneur Yeshua,
    Je suis très inquiet pour la jeunesse.
    Grace aux nouveaux gadgets qui sont vendus chaque année, les jeunes gens sont détournés de l’évangile de Christ.
    Satan utilise, la mode, les nouveaux ipads, les iphones, pour occuper l’esprit des gens pour les empecher de prier Jésus-Christ.

Laisser une réponse