logo
Home Enseignements Dieu est notre Papa, allons sans crainte vers lui

Un jour un disciple a demandé à Jésus de lui enseigner à prier (Luc 11 :1). Voici quelle fut la réponse du Seigneur : « Il leur dit : Quand vous prierez, dites : Notre Père qui es aux cieux ! » (Luc 11 :2).

Que l’on soit chrétien ou non, nombreux sont ceux qui récitent cette fameuse prière dite du « Notre Père ». Une lecture charnelle de ce passage de la Bible peut nous laisser penser que c’est la prière qui plait tellement à Dieu qu’il ne peut que nous exaucer quand il l’entend. Aussi, beaucoup la considèrent comme un mantras ou une formule magique. Or le Seigneur ne veut pas que l’on multiplie des paroles vaines dans sa présence tandis que notre cœur se trouve à mille lieues de lui (Matthieu 6 :7 ; 15 :8

N’oublions pas que Jésus est Dieu, et qu’à ce moment-là il vivait sous forme humaine parmi les hommes (Philippiens 2 :7). Ainsi, quand  il répond à la demande de ce disciple, ce n’est pas n’importe qui qui enseigne sur la prière, mais Dieu lui-même. La première des choses qu’il dit c’est qu’il veut qu’on l’appelle « Père », ou tout simplement « papa ».  Au travers de ce simple mot, Dieu nous révèle quel type de relation il veut avoir avec nous.

En effet, s’il demande à ce qu’on l’appelle « papa », c’est parce que c’est ainsi qu’il se perçoit lui-même et parce c’est ainsi qu’il veut qu’on le considère. Cela signifie aussi qu’il nous voit vraiment comme ses enfants et que par conséquent nous devons nous considérer comme tels.

Je sais d’expérience que ce n’est pas évident de rentrer dans ce type de relation quand on n’a pas connu son père ou lorsque la relation était chaotique. A ceux qui sont dans ce cas de figure, je les invite à se souvenir de l’amour de leur mère. Mais je sais aussi que de nos jours il arrive souvent que même l’amour maternel, pourtant réputé infaillible, fasse défaut.

Si donc vous faites partie de ces gens qui n’ont jamais connu leurs parents ou qui n’ont jamais eu une relation saine avec ceux, sachez qu’en Christ le mot conversion rime avec le mot adoption. Réfugions-nous donc dans ses bras pour recevoir la consolation dans nous avons besoin.

« Chantez à Dieu, célébrez son Nom ! Exaltez celui qui est monté sur les cieux ! Son Nom est Yah ! Réjouissez-vous dans sa présence !  Il est le père des orphelins et le juge des veuves. Dieu est dans sa demeure sainte. Dieu donne une famille à ceux qui étaient abandonnés, il délivre ceux qui étaient enchaînés, mais les rebelles habitent sur une terre déserte. » Psaumes 68 :5-7.

L’apôtre Jean a confirmé en son temps les paroles de David dans ce Psaume.

« Mais à tous ceux qui l’ont reçu, à ceux qui croient en son Nom, il leur a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu,  lesquels sont nés, non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l’homme, mais ils sont nés de Dieu. » Jean 1 :12-13.

De nombreuses personnes naissent sans avoir été désirées par leurs parents et cela leur cause de grands chagrins. Elles se sentent seules, incomprises, rejetées et abandonnées des hommes. Mais elles ne le sont pas de Dieu car le Père céleste a désiré chacun de ses enfants. Ils pensait à eux et leur préparait de merveilleux projets avant même qu’ils ne soient conçus (Jérémie 29 :11 ).

« Iles, écoutez-moi ! Soyez attentifs, vous peuples éloignés ! Yahweh m’a appelé dès le ventre, il a fait mention de mon nom dès les entrailles de ma mère. » Esaïe 49 :1.

Des cris de joie ont retenti dans les cieux des cieux lorsque sommes nés (Luc 15 :7), c’est dire l’amour que le Père nous porte. Malgré cela, beaucoup de chrétiens ont du mal à développer une relation personnelle avec le Seigneur car ils n’ont pas encore saisi qu’il est notre Père et qu’ils sont ses enfants. Or la nature et la qualité d’une relation dépendent grandement de la façon dont on perçoit l’autre. Ainsi, si vous percevez Dieu comme une sorte de père fouettard, distant, méchant, totalement indifférent à votre égard, qui attend la moindre erreur de votre part pour vous tomber dessus, vous allez le fuir ou du moins garder vos distances. Ne vous voilez pas la face en disant que vous aimez Dieu. Il va de soi que vous ne pouvez ni l’aimer, ni le louer, ni lui faire confiance. Votre relation, si tant est que l’on puisse l’appeler ainsi, est basée sur la peur et non l’amour. Vous n’en tirez finalement aucun bénéfice. De son coté, le Seigneur ne peut être satisfait de cela. Il n’est pas devenu homme en vain, il n’a pas souffert la mort à la croix pour en arriver là.

« Et vous n’avez pas reçu un esprit de servitude, pour être encore dans la crainte ; mais vous avez reçu l’Esprit d’adoption, par lequel nous crions: Abba ! C’est-à-dire Père. » Romains 8 :15.

«Il n’y a point de peur dans la charité, mais la parfaite charité bannit la peur, car la peur suppose un châtiment ; or celui qui a peur n’est pas parfait dans la charité. Nous l’aimons, parce qu’il nous a aimés le premier. » 1 Jean 4 :18-19.

Ainsi, quand nous nous approchons de Dieu, commençons par nous mettre dans la tête que nous sommes des enfants qui allons voir notre Papa.  Un Papa qui nous aime, qui nous comprend et qui compatit.

« Car nous n’avons pas un Grand-Prêtre qui ne puisse avoir compassion de nos infirmités ; au contraire, il a été tenté comme nous en toutes choses, mais sans pécher.  Approchons donc avec assurance du trône de la grâce, afin d’obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus en temps de besoin. Approchons donc avec assurance du trône de la grâce, afin d’obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus en temps de besoin. » Hébreux 4 :15-16.

Soyons donc pleins de confiance et croyons que nous allons être reçus et non rejetés, même si nous avons péché. Car si nous sommes dans une démarche sincère de repentance, il y a deux possibilités : soit le Père nous pardonne et passe l’éponge sans qu’il n’y ait des conséquences ; soit il nous châtiera pour notre bien, ce qui sera une preuve supplémentaire de son amour pour nous.

« Et cependant vous avez oublié l’exhortation qui vous est adressée comme à ses fils, disant : Mon fils, ne méprise pas le châtiment du Seigneur, et ne perds pas courage lorsqu’il te reprend ;  car le Seigneur châtie celui qu’il aime, et il frappe de la verge tous ceux qu’il reconnaît pour ses fils.  Si vous endurez le châtiment, Dieu se comporte envers vous comme envers ses fils ; car quel est le fils dont le père ne châtie pas ? Mais si vous êtes sans châtiment auquel tous participent, vous êtes donc des enfants illégitimes, et non pas des fils.  Et puisque nos pères selon la chair nous ont châtiés, et que malgré cela nous les avons respectés, ne serons-nous pas beaucoup plus soumis au Père des esprits, pour avoir la vie ?  Quant à nos pères, ils nous châtiaient pour peu de temps, comme ils le trouvaient bon, mais Dieu nous châtie pour notre profit, afin que nous soyons participants de sa sainteté.  Or tout châtiment ne semble pas sur l’heure être un sujet de joie, mais de tristesse ; mais ensuite il produit un fruit paisible de justice à ceux qui sont exercés par ce moyen.  Fortifiez donc vos mains languissantes et vos genoux affaiblis ; et suivez avec vos pieds des chemins droits, afin que ce qui est boiteux ne dévie pas, mais plutôt se consolide. » Hébreux 12 :5-12.

Oui, allons vers le Père qui est prêt à nous accueillir pour nous secourir, nous fortifier, nous consoler, nous conseiller, et nous parler pour nous annoncer des choses cachées.

« Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car JE SUIS doux et humble de cœur ; et vous trouverez le repos pour vos âmes.  Car mon joug est doux et mon fardeau est léger. » Matthieu 11 :28-30.

« Car ainsi parle celui qui est haut et élevé, qui habite dans l’éternité et dont le Nom est le Saint : J’habiterai dans les lieux hauts et saints, avec celui qui a le cœur brisé et qui est humble d’esprit, afin de vivifier l’esprit des humbles, et afin de vivifier ceux qui ont le cœur brisé. Parce que je ne veux pas contester à toujours, et que je ne serai pas irrité à jamais ; car devant moi tombent en défaillance les esprits, et les âmes que j’ai faites. » Esaïe 57 :15-16.

Notre Père est doux et humble de cœur ! Il ne conteste pas à jamais et ne garde pas sa colère pour toujours. Il ne se lasse pas de faire du bien et de pardonner ceux qui se repentent sincèrement (Esaïe 55 :7). Il ne brise pas le roseau cassé et n’éteint pas le lumignon qui fulmine encore (Matthieu 12 :20). Notre Père nous aime, et ça c’est non seulement un grand bonheur mais aussi un grand atout dans nos vies. Car en effet, si Dieu est pour nous qui peut être contre nous (Romains 8:31) ?

« Jusqu’à présent vous n’avez rien demandé en mon Nom. Demandez, et vous recevrez, afin que votre joie soit parfaite. » Jean 16 :24.

« Demandez, et il vous sera donné ; cherchez, et vous trouverez ; frappez, et l’on vous ouvrira. Car quiconque demande reçoit, et celui qui cherche trouve, et l’on ouvre à celui qui frappe. Lequel de vous donnera une pierre à son fils, s’il lui demande du pain ?  Ou, s’il lui demande un poisson, lui donnera-t-il un serpent ? Si donc, vous, méchants comme vous l’êtes, savez donner à vos enfants de bonnes choses, à combien plus forte raison votre Père qui est dans les cieux, donnera-t-il de bonnes choses à ceux qui les lui demandent ? » Matthieu 7 :7-11.

Que notre Père est bon et aimant ! A lui soit toute la gloire à jamais !

Adèle F.

Références bibliques: BJC.

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email

3 Réponses de cet article
  1. Amen amen amen.oui j’ai en lui cette assurance!mon papa céleste tu es mon tous .Quand je crie à toi tu me réponds, et tu me donne de demeré dans l’obéissance de ta parole.merçi seigneur jésus christ !

  2. Ah Seigneur est pitié de moi je ne suis certainement pas comme tu aimerais que je sois mais je t’en pris ai pitié de moi, donne moi de te craindre tous les jours de ma vie, aide moi dans ta grâce

Laisser une réponse