logo
Home Actualités Yom Kippour : pourquoi les juifs se recouvrent d’un châle blanc lors...

De vendredi à samedi soir, les juifs célèbrent la fête de Yom Kippour. A cette occasion, ils sont nombreux à porter un châle de prière blanc. Mais quelle est la symbolique de cet objet de culte ?

L’officiant entame son ultime supplication. Dans la partie de la synagogue réservée aux hommes, les pères s’empressent de poser leur châle blanc sur la tête de leurs enfants. Mais en ce jour saint de Yom Kippour, certaines familles souhaitent être réunies dans leur totalité sous le talith paternel. Si bien qu’elles se retrouvent aux portes de la salle de prière, là où la séparation des sexes ne fait plus loi.

Fête majeure du judaïsme, Yom Kippour -appelé aussi « jour du Grand Pardon »- est une journée de jeûne consacrée exclusivement à la prière et à la repentance. « La croyance veut que, en ce jour solennel, Dieu passe en revue chaque être humain et examine ses mérites et ses fautes », détaille Hélène Hadas-Lebel dans son ouvrage intitulé Le Judaïsme, pratiques, fêtes et symboles.

Mémento des commandements

A cette occasion, les garçons en âge d’observer la loi hébraïque -13 ans et un jour- s’enveloppent dans leur talith. Ce châle de prière rectangulaire bordé de franges à ses quatre coins est porté tout au long des offices de Kippour qui s’étalent de la tombée de la nuit au lendemain soir. Mais que symbolise-t-il ?

Selon le Tanakh (Bible hébraïque, ndlr), les franges du talith sont un mémento permettant aux juifs de se souvenir des 613 commandements bibliques et du lien qu’ils entretiennent avec Dieu. Dans la pratique, les juifs religieux s’en parent quotidiennement au moment de la prière, hormis pour celle du soir. Dans certaines communautés, les femmes juives portent aussi le talith pendant la liturgie bien que la loi hébraïque ne les y oblige pas. Lire la suite.

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email

1 réponse de cet article

Laisser une réponse