logo
Home Enseignements Gardons nos coeurs de la mentalité du monde

« N’aimez pas le monde, ni les choses qui sont dans le monde. Si quelqu’un aime le monde, l’amour du Père n’est pas en lui ; car tout ce qui est dans le monde, c’est-à-dire la convoitise de la chair, et la convoitise des yeux et l’orgueil de la vie, ne vient pas du Père mais vient du monde. Et le monde passe avec sa convoitise ; mais celui qui fait la volonté de Dieu demeure éternellement. » 1 Jean 2 :15-16.

Qu’est-ce qui fait marcher ce monde ?  Selon la Parole, il y a principalement trois choses :

  • La convoitise de la chair
  • La convoitise des yeux
  • L’orgueil de la vie

La convoitise de la chair et des yeux

Le terme grec qui a été traduit en français par « convoitise » est epithumia qui signifie : désir de ce qui est défendu, luxure. La luxure désignant quant à elle le comportement de quelqu’un qui se livre sans retenue aux plaisirs sexuels. La convoitise de la chair renvoie donc au désir coupable d’une personne qui nous est interdite (adultère, polygamie, polyandrie, pédophilie, zoophile, homosexualité, inceste etc.)

La convoitise des yeux se rapporte à la convoitise d’une manière plus générale, c’est-à-dire au fait de désirer ce qui ne nous appartient pas. L’interdiction de ce péché est inscrite dans les dix commandements qui constituent le fondement de la loi morale. Lorsque l’un des piliers de cette loi est abattu, on enlève une digue de protection et on se retrouve noyé dans une cascade de péchés les uns plus graves que les autres.

« Tu ne convoiteras pas la maison de ton prochain, tu ne convoiteras pas la femme de ton prochain, ni son serviteur, ni sa servante, ni son bœuf, ni son âne, ni aucune chose qui soit à ton prochain » Exode 20 :17.

La convoitise s’exprime dans le secret du cœur humain, dans la pensée. Or beaucoup pensent qu’ils peuvent convoiter tranquillement et qu’ils ne pèchent pas tant qu’ils ne passent pas à l’acte. C’est une grave erreur d’appréciation et cela pour deux raisons.

Premièrement, nous serons jugés non seulement pour nos actions mais aussi pour toutes les mauvaises pensées que nous aurons laissées s’installer en nous.

« Et vous, qui étiez autrefois étrangers et ses ennemis par vos pensées, et par vos mauvaises œuvres, il vous a maintenant réconciliés… » Colossiens 1 :21.

« Car la Parole de Dieu est vivante et efficace, et plus pénétrante qu’aucune épée à deux tranchants, et perçant jusqu’à la division de l’âme et de l’esprit, et des jointures et des moelles ; et elle juge les pensées et les intentions du cœur. » Hébreux 4 :12.

Deuxièmement, la convoitise, comme toute forme de pensée, bonne ou mauvaise, enfante nécessairement des actions. Il est donc impossible que quelqu’un qui s’installe dans la convoitise ne passe pas à l’acte.

« Et lorsque vous étiez morts dans vos fautes et dans vos péchés, dans lesquels vous marchiez autrefois, suivant l’âge de ce monde, selon le prince de la puissance de l’air, qui est l’esprit qui agit maintenant avec efficacité dans les fils rebelles à Dieu, parmi lesquels nous vivions tous autrefois, selon la convoitise de notre chair et de nos pensées. Et nous étions par nature des enfants de colère comme les autres. » Ephésiens 2 :1-3.

« Mais chacun est tenté quand il est attiré et amorcé par sa propre convoitise. Puis quand la convoitise a conçu, elle enfante le péché, étant consommé, produit la mort. » Jacques 1 : 14-15.

Bien entendu, ce n’est pas un péché de vouloir un homme ou une femme, ce qui l’est c’est de vouloir l’homme ou la femme de son prochain. Ce n’est pas un péché de vouloir une voiture, ce qui l’est c’est de vouloir celle de son prochain.

L’épisode de la vigne de Naboth (1 Rois 21) convoitée par Achab illustre bien les conséquences gravissimes de ce péché. Le roi Achab n’avait-il pas les moyens d’acquérir un autre champ que celui de Naboth pour se faire un potager ? Bien sûr que si, mais ce qui l’intéressait c’était cette vigne-là et pas une autre. La suite on la connait, sa femme Jézabel a organisé le meurtre de Naboth pour satisfaire son mari.

« Ainsi, dès qu’Achab apprit que Naboth était mort, il se leva descendre à la vigne de Jizreel afin d’en prendre possession. » 1 Rois 21 :16.

Achab était-il au courant de ce que sa femme avait entrepris pour qu’il puisse acquérir cette terre ? A-t-il laissé faire ? Une chose est certaine, il ne s’est guère préoccupé des circonstances de la mort de Naboth, mais il s’est complu dans sa supposée ignorance, il a volontairement occulté les questions gênantes, pour satisfaire sa convoitise.

Le monde entier fonctionne de la même façon. La convoitise pousse les industriels des grandes puissances occidentales à piller les richesses d’autres pays, quitte à saccager l’environnement naturel, à empoisonner les eaux et le sol, à exploiter les populations pour un salaire de misère, et cela dans des conditions de travail inacceptables. A cause de la convoitise, on provoque  des guerres, on tue, on vole, on manipule, on trompe, on viole, on détruit, sans égard pour la souffrance d’autrui. C’est elle qui nous dit d’aller voler le mari ou la femme d’autrui sans se préoccuper de la famille que l’on va briser au passage. C’est elle qui nous empêche de partager notre nourriture et nos vêtements avec ceux qui ont faim et qui n’ont rien. C’est elle qui nous rend tellement indifférents, cupides et méchants. La convoitise c’est tout le contraire de l’amour.

 L’orgueil de la vie

Le mot grec traduit par orgueil est alazoneia qui signifie : vide, parole de fanfaron ; assurance insolente, qui croit dans sa propre puissance, et viole les lois divines et les droits humains ; présomption impie qui croit dans la stabilité des choses sur terre.

L’orgueil pousse les gens à se centrer sur eux-mêmes, à être futiles, arrogants et suffisants. Et le moins que l’on puisse dire c’est que nous vivons dans une époque qui encourage et promeut ce type de comportement. Les réseaux sociaux sont devenus à cet effet un lieu où on se contemple et on s’exhibe. On montre tout ce que l’on fait (du plus banal au plus intime) et tout ce que l’on a, sans pudeur, sans retenue. On y voit pratiquement que de la mise en scène de soi, des non-événements médiatisés juste pour obtenir des vues. Tout cela pourquoi ? Pour susciter l’admiration, ou plutôt l’envie, la convoitise, et la jalousie.

Les pages personnelles des réseaux sociaux sont devenues des petites chapelles où l’on s’organise son propre culte de la personnalité.

Qu’est-ce qu’on aime quand on lit dans les commentaires :  « Tu es beau,  tu es belle ! » Ou encore : « Waou, t’en as de la chance de visiter de si beaux endroits et de manger dans de tels restaurants ! »

Le problème c’est que celui qui a du mal à boucler ses fins de mois et qui ne peut pas se permettre de dévaliser les magasins sans compter, manger au resto régulièrement, ou s’offrir des voyages au bout du monde, se sent comme un moins que rien quand il voit tout cela…  C’est alors qu’on commence à se comparer et à douter de l’utilité de la sanctification. Le psalmiste Asaph a failli tomber dans ce piège, mais fort heureusement le Seigneur l’a repris à temps.

«  Psaume d’Asaph. Quoi qu’il en soit, Dieu est bon pour Israël, pour ceux qui ont le cœur pur. Et quant à moi, mes pieds m’ont presque abandonné, il s’en est fallu d’un rien que mes pas n’aient glissé ; car j’ai porté envie aux insensés, en voyant la prospérité des méchants. Parce que rien ne les tourmente jusqu’à leur mort, et leur vigueur est ferme ; ils n’ont pas de part aux peines des humains, et ils ne sont pas frappés avec les autres hommes. C’est pourquoi l’orgueil les environne comme un collier, et un vêtement de violence les couvre. Les yeux leur sortent dehors à force de graisse ; ils surpassent les desseins de leur cœur. Ils sont pernicieux, et parlent méchamment d’opprimer ; ils parlent d’une manière hautaine. Ils élèvent leur bouche jusqu’aux cieux, et leur langue parcourt la terre. C’est pourquoi son peuple se tourne de leur côté, il avale l’eau abondamment. Ils disent : Comment Dieu saurait-il ? Comment le Très-Haut connaîtrait-il ?Voilà, ceux-ci sont méchants, ils prospèrent toujours dans ce monde et acquièrent de plus en plus de richesses. Quoi qu’il en soit, c’est donc en vain que j’ai purifié mon cœur et que j’ai lavé mes mains dans l’innocence: Je suis frappé tous les jours, et tous les matins mon châtiment est là. Si je disais : Je veux parler comme eux. Voici, je trahirais la génération de tes enfants. Toutefois, j’ai tâché de connaître cela, mais cela m’a paru fort difficile, jusqu’à ce que je sois entré dans le sanctuaire de Dieu, et que j’aie considéré la fin de telles gens. Quoi qu’il en soit, tu les as mis sur des voies glissantes, tu les fais tomber dans des précipices. Comment ont-ils été ainsi détruits en un instant ? Ont-ils défailli ? Ont-ils été consumés d’épouvante ? Ils sont comme un songe lorsqu’on s’est réveillé. Seigneur, tu méprises leur image à ton réveil. Quand mon cœur s’aigrissait et que je me sentais percé dans les entrailles, j’étais alors stupide, et je n’avais aucune connaissance ; j’étais comme une bête dans ta présence. Je serai donc toujours avec toi ; tu m’as pris par la main droite. Tu me conduiras par ton conseil, et tu me recevras dans la gloire. Quel autre ai-je au ciel ? Or sur la terre je ne prends plaisir qu’en toi seul. Ma chair et mon cœur étaient consumés, mais Dieu est le rocher de mon cœur, et mon partage pour toujours. Car voilà, ceux qui s’éloignent de toi périront ; tu retrancheras tous ceux qui se détournent de toi. Mais pour moi, m’approcher de Dieu, c’est mon bien : J’ai mis toute mon espérance dans le Seigneur Yahweh, afin de raconter toutes tes œuvres. » Psaumes 73.

Cette folie exhibitionniste m’a toujours mise mal à l’aise. Le malaise est d’autant plus grand quand on voit des « chrétiens » se vautrer dans ces travers narcissiques. Les non-croyants ont au moins le mérite d’être ignorants et/ou d’assumer pleinement leur exhibitionnisme car ils vivent dans le monde et le monde les pousse à cela. Mais les chrétiens, eux, se cachent derrière des motifs pseudo-spirituels.

En effet, quand ils publient des photos d’eux en prenant la pose, sapés, maquillés, bijoutés, photoshopés, et qu’ils les illustrent par des versets bibliques, on ne voit pas trop le rapport. A moins qu’ils estiment être l’incarnation des versets qu’ils associent à leur photo…

 L’orgueil de la vie repose sur le matérialisme, l’attachement aux choses de ce monde et sur les apparences que l’on se donne. Ces dernières années on a vu disparaître des stars mondialement connues, qui ont été adorées par des foules de leur vivant. Elles ont eu tout ce que l’ont peut espérer sur le plan charnel : richesse, succès, gloire et puissance. Mais elles n’ont pas été en mesure de résister indéfiniment face à la maladie et à la mort qui les attendait au bout du chemin. Lorsqu’on s’intéresse de plus près à leur vie, on se rend compte qu’elles n’ont pas pu éviter non-plus les drames que connaissent les communs des mortels : deuils, chagrins d’amour, trahisons, faillites, dépressions etc. Mais au lieu de s’interroger sur le véritable sens de la vie, de prendre conscience sur son caractère éphémère, la plupart des hommes continuent à courir après le vent.

Il n’est pas question de blâmer celui qui s’est investi dans les études, qui a travaillé durement et qui a amassé de l’argent. Bien au contraire, le travail est valorisé dans les Ecritures et c’est normal de profiter de ce que l’on a acquis à la sueur de son front.

« Car lorsque nous étions avec vous, nous vous déclarions expressément que si quelqu’un ne veut pas travailler, qu’il ne mange pas non plus. » 2 Thessaloniciens 3 :10.

Ce n’est pas non plus un péché que de vouloir se marier et fonder une famille car l’homme n’a pas été créé pour vivre seul (Genèse 2 :18). Là où cela devient problématique c’est quand les préoccupations légitimes de cette vie deviennent plus importantes que la justice de Dieu et son Royaume. Car à partir du moment où les soucis de la vie deviennent une idole, le péché n’est plus loin.

« Puis il leur dit : Gardez-vous avec soin de toute cupidité ; car quoique les biens de quelqu’un abondent, il n’a pas la vie par ses biens. Et il leur dit cette parabole : Les champs d’un homme riche avaient beaucoup rapporté. Et il raisonnait en lui-même, disant : Que ferai-je, car je n’ai pas assez de place pour recueillir mes fruits ? Puis il dit : Voici ce que je ferai : J’abattrai mes greniers, j’en bâtirai de plus grands, j’y amasserai toute ma récolte et toutes mes bonnes choses. Puis je dirai à mon âme : Mon âme, tu as beaucoup de bonnes choses assemblées pour de nombreuses années, repose-toi, mange, bois et réjouis-toi. Mais Dieu lui dit : Insensé ! Cette même nuit ton âme te sera redemandée ; et ces choses que tu as préparées, à qui seront-elles ? Il en est ainsi de celui qui amasse des biens pour lui-même, et qui n’est pas riche en Dieu. » Luc 12 :13-21.

Quel est le reproche qui est fait au riche insensé ? Le fait d’avoir amassé des biens pour lui-même et de ne pas avoir été riche en Dieu. Illustrons ce propos par un autre passage biblique.

« Il y avait un homme riche, qui était vêtu de pourpre et de fin lin, et qui tous les jours se réjouissait d’une vie somptueuse. Il y avait aussi un pauvre, nommé Lazare, couché à la porte du riche, tout couvert d’ulcères, et qui désirait se rassasier des miettes qui tombaient de la table du riche ; et même les chiens venaient encore lécher ses ulcères. Et il arriva que le pauvre mourut, et il fut porté par les anges dans le sein d’Abraham. Le riche mourut aussi, et il fut enseveli. Etant en enfer, il leva ses yeux ; et, tandis qu’il était dans les tourments, il vit de loin Abraham et Lazare dans son sein. Il s’écria, et dit : Père Abraham aie pitié de moi, et envoie Lazare, pour qu’il trempe le bout de son doigt dans l’eau et me rafraîchisse la langue ; car je suis grièvement tourmenté dans cette flamme. Abraham répondit : Mon enfant, souviens-toi que pendant ta vie tu as reçu de bonnes choses, et que Lazare a eu ses maux pendant la sienne ; maintenant il est ici consolé, et toi, tu es grièvement tourmenté. D’ailleurs, il y a entre nous et vous un grand abîme, en sorte que ceux qui veulent passer d’ici vers vous ne le peuvent, et que ceux qui veulent passer de là ne traversent pas non plus vers nous. Et il dit : Je te prie donc, père, de l’envoyer dans la maison de mon père ; car j’ai cinq frères, afin qu’il leur atteste ces choses, de peur qu’eux aussi ne viennent dans ce lieu de tourment. Abraham lui répondit : Ils ont Moïse et les prophètes ; qu’ils les écoutent. Mais il dit : Non, père Abraham, mais si quelqu’un des morts va vers eux, ils se repentiront. Et Abraham lui dit : S’ils n’écoutent pas Moïse et les prophètes, ils ne seront pas non plus persuadés quand quelqu’un des morts ressusciterait. » Luc 16 :19-31.

L’homme riche s’est retrouvé condamné parce qu’il a vécu exclusivement pour lui sans se soucier de la volonté de Dieu. Sa cupidité et son orgueil l’ont empêché d’aider le pauvre Lazare alors qu’il en avait largement la possibilité, sans que cela ne lui enlève rien à son confort personnel. Il a préféré profiter seul de tout ce qu’il avait et fanfaronner au milieu de tous les biens qu’il avait amassés au cours de son existence terrestre.

La plupart des gens de ce monde ont cette mentalité impie et c’est ce qui explique pourquoi en 2018 il y a encore des millions de personnes qui peinent à manger à leur faim.

« Que celui qui dérobait ne dérobe plus ; mais plutôt qu’il travaille en faisant de ses mains ce qui est bon, pour avoir de quoi donner à celui qui est dans le besoin. » Ephésiens 4 :28.

Combien travaillent également dans cette optique-là ?

Étrangement, c’est notamment à l’approche des fêtes de Noël que la convoitise et l’orgueil de la vie se voient le plus. On rentre dans une frénésie consumériste, on se gave à table de mets délicats et on se couvre de cadeaux pendant que des gens meurent de froid, nus et affamés. Et dire que l’on est censé célébrer la naissance du Messie …  Cette fête aurait au moins un sens si à cette occasion ceux qui ne manquent de rien allaient vers les plus démunis pour leur tendre la main. On mettrait ainsi en pratique la Parole du Seigneur qui serait pour le coup réellement honoré pour son prétendu anniversaire.

« Il dit aussi à celui qui l’avait convié : Lorsque tu fais un dîner ou un souper, n’invite pas tes amis, ni tes frères, ni tes parents, ni tes riches voisins, de peur qu’ils ne te convient à leur tour, et qu’on ne te rende la pareille. Mais, lorsque tu donneras un festin, convie les pauvres, les impotents, les boiteux et les aveugles. Et tu seras béni de ce qu’ils n’ont pas de quoi te rendre la pareille ; car elle te sera rendue à la résurrection des justes. » Luc 14 :12-14.

Frères et sœurs, la Bible dit que le monde passera avec toute sa convoitise. Quand toutes ces choses ne seront plus, à quoi l’orgueil des hommes servira-t-il ? Veillons sur nos âmes car nous ne savons pas si elles ne nous seront pas redemandées cette nuit. Mettons-en pratique la Parole de Dieu qui se résume en deux commandements qui sont à la portée de la compréhension de tout un chacun :

« Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, et de toute ton âme, et de toute ta force, et de toute ta pensée ; et ton prochain comme toi-même. » Luc 10 :27.

Adèle.

 

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email

Laisser une réponse