logo
Home Actualités Contre l’IVG, le chef d’un syndicat de gynécos scandalise

Face à une journaliste de Quotidien, Bertrand de Rochambeau a comparé l’avortement à un homicide, et s’est attiré une pluie de critiques.

« Nous ne sommes pas là pour retirer des vies. » Cette phrase, lâchée par le docteur Bertrand De Rochambeau au micro de l’émission « Quotidien » lors d’un reportage sur les médecins qui utilisent leur clause de conscience pour refuser de pratiquer l’IVG, fait scandale depuis mardi soir.

Face à une journaliste de Quotidien, Bertrand de Rochambeau a comparé l’avortement à un homicide, et s’est attiré une pluie de critiques.

« Nous ne sommes pas là pour retirer des vies. » Cette phrase, lâchée par le docteur Bertrand De Rochambeau au micro de l’émission « Quotidien » lors d’un reportage sur les médecins qui utilisent leur clause de conscience pour refuser de pratiquer l’IVG, fait scandale depuis mardi soir.

Face caméra, le docteur Bertrand De Rochambeau, président du Syngof, le Syndicat national des gynécologues obstétriciens de France, explique pourquoi il refuse de pratiquer l’IVG. « Les choses auxquelles je ne crois pas, je ne les fais plus », déclare-t-il. Quand la journaliste lui répond qu’une IVG n’est pas un homicide, lui assure « Si madame ». Et d’ajouter: « Moi, en tant que médecin je ne suis pas forcé d’avoir votre opinion et si je ne l’ai pas la loi me protège, et ma conscience aussi ».

La clause de conscience pour les médecins concernant l’avortement est établie à l’article R4127-18 du Code de la santé publique. Il explique qu’un médecin « est toujours libre » de refuser un avortement. Il n’est donc pas illégal en France de repousser une demande d’IVG. En revanche, selon l’article R4127-47 du même code, si un médecin décide de se dégager de sa mission, il doit « en avertir le patient et transmettre au médecin désigné par celui-ci les informations utiles à la poursuite des soins. » Dans ce cas, tourner le patient vers un médecin qui, lui, accepte de pratiquer les avortements.

« Nous condamnons les propos du président du Syngof »

Les déclarations du docteur Bertrand De Rochambeau ont beaucoup fait réagir. « Scandaleux ! », écrit sur Twitter la coprésidente du planning familial, Véronique Séhier. Pour elle, ce refus médical est « une entrave aux droits des femmes et à leur santé, et un vrai danger à terme pour ce droit fondamental ».  Lire la suite.

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email

1 réponse de cet article
  1. Que cet homme soit béni par le Seigneur car il en faut du courage pour se pencher sur la question de l’avortement qui choque de moins en moins.

Laisser une réponse