Les Dokimos



Un Dieu jaloux

feu.jpg

Lorsque le Seigneur a communiqué les dix paroles à Moïse, il a révélé deux choses très importantes à son sujet. La première c’est qu’il est le seul, l’unique et l’indivisible Dieu. La seconde c’est qu’il est jaloux.


« Alors Dieu prononça toutes ces paroles, en disant : JE SUIS Yahweh, ton Dieu, qui t'ai fait sortir du pays d'Egypte, de la maison des esclaves. Tu n'auras pas d'autres dieux devant ma face. Tu ne te feras pas d'image taillée, ni aucune ressemblance des choses qui sont là-haut aux cieux, ni ici-bas sur la terre, ni dans les eaux sous la terre. Tu ne te prosterneras pas devant elles, et ne les serviras pas ; car JE SUIS Yahweh, ton Dieu ; le Dieu qui est jaloux, qui punis l'iniquité des pères sur les fils, jusqu'à la troisième et à la quatrième génération de ceux qui me haïssent» Exode 20 :1-5.


La jalousie c’est un attachement vif et inquiet pour ce qui nous tient à cœur. C’est un amour ou une amitié très exclusive qui prend ombrage de tout attachement de l'autre à un nouvel objet et de ses attachements anciens. C’est aussi l’irritation et le chagrin que l’on éprouve par crainte ou certitude de l'infidélité de l'être aimé[1].


Celui qui a véritablement aimé a aussi connu la jalousie, l’un ne va pas sans l’autre. Alors puisque Dieu aime plus que quiconque, et si la jalousie est proportionnelle à l’amour que l’on éprouve, imaginez de quelle jalousie il peut être animé lorsque nous lui sommes infidèles.


« Tu aimeras donc Yahweh, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, et de toute ta force » Deutéronome 6 :5.


Dieu veut que nous l’aimions d’un amour absolu, qui transcende absolument tout. D’un amour si grand et si puissant qu’en comparaison l’amour que l’on peut ressentir pour les autres semble être de la haine.


Jésus a dit : « Si quelqu'un vient à moi, et ne hait pas son père et sa mère, sa femme et ses enfants, ses frères et ses sœurs, et même sa propre vie, il ne peut être mon disciple. » (Luc 14 :25-26).


Cette déclaration fait sans doute partie de tous ces versets que l’on lit à la va vite et auxquels on ne prête pas attention parce que l’on considère à tort qu’ils n’apportent pas une illumination extraordinaire. Pourtant, le Maître n’a prononcé aucune parole vaine. En l’occurrence, il nous dit très sérieusement que si nous ne l’aimons pas comme lui veut, désire et demande qu’on l’aime, nous ne sommes pas ses disciples. La question est donc : Si nous ne sommes pas ses disciples, qui sommes-nous alors ? Se peut-il qu’il puisse nous considérer comme ses enfants ou son Epouse si à ses yeux nous ne sommes même pas ses disciples ?



De qui Jésus peut-il être jaloux ? De tout être, vivant ou non, à qui l’on a attribué le titre de « dieu ». De tout être, vivant ou non, à qui l’on attribue la place de « dieu » sans pour autant le considérer comme tel. Dieu est jaloux de tout ce qui va occuper dans nos cœurs et dans nos pensées une place plus importante que Lui. De tout ce qui accapare notre temps et notre attention plus que Lui.


Dieu est donc jaloux des esprits à qui l’on rend un culte, des idoles de bois, de pierre ou de chair devant lesquelles on se prosterne. Il est jaloux des stars de ce monde que l’on adule, de l’obsession amoureuse que l’on peut éprouver pour un homme ou pour une femme, et même de l’amour légitime que l’on peut avoir pour les membres de notre famille : parents, frères et sœurs, conjoints, enfants… Oui, si nous aimons ces personnes plus que lui, il sera jaloux.


En y réfléchissant, cela fait peur car la jalousie de Dieu ne se manifeste pas sous la forme d’une petite bouderie, mais elle peut s’avérer dévorante, dévastatrice…


« Tu craindras Yahweh, ton Dieu, tu le serviras et tu jureras par son Nom. Vous n'irez pas après d'autres dieux, d'entre les dieux des peuples qui sont autour de vous ; car Yahweh, ton Dieu, est un Dieu jaloux au milieu de toi ; de peur que la colère de Yahweh, ton Dieu, ne s'enflamme contre toi, et qu'il ne t'extermine de dessus la terre. » Deutéronome 6 :13-15.



« Place-moi comme un sceau sur ton cœur, comme un sceau sur ton bras ; car l'amour est fort comme la mort, et la jalousie est cruelle comme le schéol ; leurs embrasements sont des embrasements de feu et une flamme de Yah. » Cantiques 8 :6.


« Car il se revêt de la justice comme d'une cuirasse, et le casque du salut est sur sa tête ; il se revêt de la vengeance comme d'un vêtement, et se couvre de la jalousie comme d'un manteau. Selon leurs actes, il rendra à chacun la pareille, la fureur à ses adversaires, la rétribution à ses ennemis … » Esaïe 59 :17-18.


« Yahweh est un Dieu jaloux, il se venge, Yahweh se venge, il est plein de fureur ; Yahweh se venge de ses adversaires et il garde sa colère contre ses ennemis. » Nahum 1 :2.


Pour le Seigneur, l’indifférence que l’on peut avoir à son égard équivaut à de la haine, et de fait, ceux qui ne se préoccupent pas de lui sont considérés comme ses adversaires et ses ennemis. Certains d’entre vous trouveront peut-être cette affirmation exagérée. Si vous n’êtes pas convaincus, songez donc au sort qui est réservé à tous ceux et celles qui ne font « que » vivre loin de Dieu.


En lisant ces lignes, vous vous dites peut-être : ouf, je ne suis pas concerné, j’aime Dieu de tout mon cœur. La preuve, j’ai consacré ma vie à son service. Laissez-moi vous dire que c’est une grave erreur d’appréciation de penser de la sorte, et malheureusement beaucoup de chrétiens sont tombés dans ce piège subtil tendu par l’ennemi.

JE NE VOUS AI JAMAIS CONNUS


« Ceux qui me disent : Seigneur ! Seigneur ! n'entreront pas tous dans le Royaume des cieux ; mais celui qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux. Plusieurs me diront en ce jour-là : Seigneur ! Seigneur ! N'avons-nous pas prophétisé en ton Nom ? N'avons-nous pas chassé les démons en ton Nom ? Et n'avons-nous pas fait beaucoup de miracles en ton Nom ? Alors je leur dirai ouvertement : Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l'iniquité. » Matthieu 7 :21-23.


Dans ce passage, Jésus parle de l’immense choc qu’auront les personnes qui pensent être agréables à Dieu à cause de leurs œuvres. Il est tout d’abord à noter que nous n’avons pas été sauvés par les moyen des œuvres mais par la foi. De la même façon, le salut ne se conserve pas par les œuvres, ou tout du moins pas uniquement. Aussi, l’apôtre Paul dira dans 1 Corinthiens 13 que si nous n’avons pas l’amour, nous ne sommes rien et tout ce que nous faisons ne vaut rien. L’amour envers qui ? D’abord envers Dieu, et ensuite envers notre prochain. C’est là la principale volonté du Seigneur.


Remarquons ensuite que ces serviteurs de Dieu sont étonnés du sort qui leur est réservé, ce qui montre qu’ils se pensaient irréprochables parce qu’ils menaient sans doute une vie propre, bien sous tout rapports. Une vie de bon chrétien, loin des excès du monde. Aussi, ils sont allés au-devant du Seigneur avec assurance en énumérant tout ce qu’ils ont fait dans le cadre de leur ministère : Nous avons prophétisé, chassé des démons et fait des miracles en ton Nom…


Or quel est le reproche que Jésus leur fait ? « Je ne vous ai jamais connus …» Le terme grec qui a été traduit par connaître dans ce passage est ginosko qui veut dire apprendre à connaître, venir à la connaissance, apercevoir, percevoir, sentir, savoir, comprendre, avoir la connaissance de. Ce terme est aussi un idiome Juif pour parler de la relation sexuelle entre l'homme et la femme[2].


Jésus reproche donc à ces serviteurs le fait qu’ils ne se connaissaient pas. En clair, il n’y avait pas d’intimité entre eux, or on voit mal comment de l’amour peut se développer dans ces conditions.

MARTHE ET MARIE


« Et il arriva comme ils s'en allaient, qu'il entra dans un village, et une femme, nommée Marthe, le reçut dans sa maison. Elle avait une sœur nommée Marie, qui se tenant assise aux pieds du Seigneur, écoutait sa parole. Mais Marthe était distraite par beaucoup de soucis du service. Elle survint et dit : Seigneur, ne te soucies-tu pas que ma sœur me laisse servir toute seule ? Dis-lui donc de m'aider de son côté. Le Seigneur lui répondit, et dit : Marthe, Marthe, tu t'inquiètes et tu t'agites pour beaucoup de choses. Mais une seule est nécessaire ; et Marie a choisi la bonne part, qui ne lui sera pas ôtée. »


Cette histoire est très connue et beaucoup s’en servent pour monter Marie en exemple et accabler Marthe. Pourtant, je ne pense pas me tromper en disant que j’ai observé bien plus de Marthe que de Marie dans les assemblées.


Marthe ne servait pas Satan ni d’ailleurs ses propres intérêts, mais bel et bien le Seigneur qu’elle avait reçu dans sa maison. C’est pour lui qu’elle s’affairait, qu’elle se donnait du mal pour faire les choses bien et en grand. Je suis convaincue qu’elle était animée de bonnes intentions et qu’elle était sincère dans sa démarche. Elle voulait sans doute montrer son attachement au Seigneur au travers de tout ce qu’elle faisait pour lui et c’est d’ailleurs pour cela qu’elle lui a fait cette remarque : « Seigneur, ne te soucies-tu pas que ma sœur me laisse servir toute seule ? » La réponse de Jésus met en évidence ce qui est le plus important : la relation qui l’unit à son disciple. Dieu préférera donc la personne qui passe du temps dans sa présence à celle qui multiplie les activités, aussi bonnes fussent-elles.


Les actes qui touchent le cœur de Dieu ne sont pas ceux qui sont les plus nobles aux yeux des hommes.



« Six jours avant la Pâque, Jésus arriva à Béthanie où était Lazare, le mort, qu'il avait ressuscité d'entre les morts. Là, on lui fit un souper ; Marthe servait, et Lazare était un de ceux qui étaient à table avec lui. Alors Marie, ayant pris une livre de nard pur de grand prix, en oignit les pieds de Jésus, et les essuya avec ses cheveux ; et la maison fut remplie de l'odeur du parfum. Alors Judas Iscariot, fils de Simon, l'un de ses disciples, celui qui devait le trahir, dit : Pourquoi ce parfum n'a-t-il pas été vendu trois cents deniers pour donner cet argent aux pauvres ? Il dit cela, non parce qu'il se mettait en peine des pauvres, mais parce qu'il était voleur, et que, tenant la bourse, il prenait ce qu'on y mettait. Mais Jésus lui dit : Laisse-la faire ; elle l'a gardé pour le jour de ma sépulture. Car vous aurez toujours des pauvres avec vous, mais vous ne m'aurez pas toujours. » Jean 12 :1-8.


Dieu peut même être jaloux du pauvre, qui a légitiment besoin que l’on prenne soin de lui, si jamais il occupe dans votre cœur la place qui lui revient. Le service que nous accomplissons au Nom du Seigneur et pour sa gloire peut donc aussi exciter sa jalousie. Je crains d’ailleurs que cela n’arrive bien plus souvent qu’on ne le croit. Toutes ces fois où l’on n’a plus le temps de prier, de méditer, de louer, d’écouter Dieu nous parler parce que l’on est accaparé par un tas d’activités, parce que l’on tombe de fatigue à force de courir ça et là pour faire ce que nous appelons l’œuvre de Dieu…


Ce mode de fonctionnement est d’ailleurs institutionnalisé dans beaucoup d’assemblées qui multiplient les programmes.


  • Mardi : rendez-vous dans les cellules de maison.

  • Mercredi : intercession.

  • Vendredi : répétition de la chorale.

  • Samedi : évangélisation

  • Dimanche : culte.


Avec le travail et les obligations familiales, où et quand case-t-on le tête à tête avec le Seigneur ? Apprenons à choisir la bonne part, celle qui ne nous sera pas ôtée.

L’AVERTISSEMENT A L’ÉGLISE D’ÉPHÈSE


« Ecris à l'ange de l'église d'Ephèse : Voici ce que dit celui qui tient les sept étoiles dans sa main droite, et qui marche au milieu des sept chandeliers d'or : Je connais tes œuvres, et ton travail, et ta patience, et je sais que tu ne peux pas supporter les méchants, et que tu as éprouvé ceux qui se disent apôtres et qui ne le sont pas, et que tu les as trouvés menteurs ; que tu as souffert, et que tu as eu de la patience, et que tu as travaillé dur pour mon Nom, et que tu ne t'es pas lassé. Mais j'ai quelque chose contre toi, c'est que tu as abandonné ta première charité. C'est pourquoi souviens-toi donc d'où tu es tombé, repens-toi, et fais tes premières œuvres. Autrement, je viendrai à toi à toute vitesse, et j'ôterai ton chandelier de sa place si tu ne te repens pas. » Apocalypse 2 :1-5.


Vue de l’extérieur, l’église d’Ephèse était parfaite : des œuvres, du travail, de la patience, du discernement, la séparation d’avec le monde, la dénonciation des ténèbres, de la persévérance dans les épreuves… Jésus n’a qu’un seul reproche à lui faire mais pas le moindre: elle a abandonné sa première charité. Le terme exact employé ici est aphiemi ce qui signifie littéralement : envoyer au loin, renvoyer, répudier… L’Eglise d’Ephèse était à deux doigts de la disqualification, disons-le clairement : de l’enfer. Pourquoi ? Parce que, malgré les apparences qui semblaient dire tout le contraire, elle avait négligé Dieu. Comment peut-on faire toutes ces choses, surmonter autant de difficultés, supporter autant de combats tout en ayant divorcé du Seigneur ? Je l’ignore. Une chose est sure, c’est possible. Il ne suffit pas de mener une vie de bon chrétien, il faut la mener avec Dieu, tout le temps et jusqu’au bout. C’est là le défi que nous sommes tous appelés à relever.


La jalousie de Dieu révèle avant tout l’immensité de son amour pour chacun d’entre nous.



Oui, Dieu nous aime et il nous le prouve à chaque fois qu’il nous invite dans sa présence pour lui parler, quand il nous convie dans l’intimité de nos chambres avec l’intention de nous dévoiler de précieux secrets, quand il nous propose de nous approcher de lui pour nous décharger de nos fardeaux.


Si chacun d’entre nous donnait la priorité à ces moments-là, notre vie serait profondément transformée. Nous serions plus forts, plus sages, et nous porterions d’avantage de fruits, ceux que le Seigneur attend de nous et qui sont véritablement utiles pour l’avancement de son œuvre.


Qu’il en soit ainsi, au Nom de Jésus-Christ, l’ami fidèle et véritable.


 

 

Adèle.


Versets extraits de la BJC

[1] http://www.cnrtl.fr/definition/jalousie


[2] http://www.lexique-biblique.com/lexiques/grec/?strong=01097

4 commentaires
4 commentaires

Laisse un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié

  Avertissez-moi des commentaires suivants

4 commentaires

  • Bruno Duyts   
    18 Avril 2018 08:02

    Amen ! Merci beaucoup pour ce texte edifiant.
    Hier je cherchais un commentaire sur Matthieu 7v21-23 car on me disait que je l'employais a tort (on me disait que cela visent juste les religieux...meme si je savais que non).

    Et le soir meme je tombe sur cet article.
    Sois béni ma soeur !
    Si les croyants reconnaissaient qu'il est un Dieu jaloux et pas simplement Amour...

    Répondre
  • Mirna   
    18 Avril 2018 15:12

    Merci Sgr de nous interpeller à nouveau!

    Répondre
  • Brice   
    18 Avril 2018 16:55

    Amen !
    Que Dieu soit béni pour cet exhortation, bien à propos pour nous corriger et nous faire revenir à l'essentiel : se battre pour demeurer dans la présence de Dieu. Merci Seigneur.

    Shalom !

    Répondre
  • FredY   
    28 Avril 2018 17:48

    C'est d'avoir la flamme du Roi les amis ...

    Quels jours précieux vivons-nous donc ?
    La vision du vase d’Or des derniers jours de l’Eglise : là où les chérubins se trouve, Dieu Est.
    http://aigle2vie.over-blog.com/2018/04/vision-d-une-soeur-recue-d-une-soeur-la-croix-de-la-gloire-la-croix-des-enleves-et-du-debut-du-marquage-des-144-000-d-apocalypse-de
    L’Esprit qui descend sous la forme d’une colombe sur son prophète d’apocalypse, celui qui devra confronter l’antéchrist : https://youtu.be/eiveCDfXDmw

    Et ici, une vision majeure d’une sœur que je ne connais pas du tout, qui m’a écrit.
    Ce qu’elle a reçu c’est vraiment fort…
    http://aigle2vie.over-blog.com/2018/04/vision-d-une-soeur-recue-d-une-soeur-la-croix-de-la-gloire-la-croix-des-enleves-et-du-debut-du-marquage-des-144-000-d-apocalypse-de
    God bless you, Shalom : )

    Répondre

Dernières publications