Les Dokimos



Seigneur, brise mon cœur incirconcis !

coeur-de-pierre.jpg

Quel intérêt peut-il y avoir de parler de la repentance à des personnes déjà converties, qui connaissent Dieu depuis longtemps ? - La repentance, c’est pour les pécheurs, ceux du dehors qui marchent selon leurs propres voies et qui encourent à tout moment le courroux de Dieu !

Il est écrit : « Car c’est le moment où le jugement va commencer par la maison de Dieu » 1 Pierre 4 :17 et « Qu’ais-je, en effet, à juger ceux du dehors ? » 1 Corinthiens 5 :12.

En effet, pourquoi, pour une fois, ne cesserais-je pas de chercher la paille dans l’œil de mon prochain pour enfin me décider d’enlever l’énorme poutre qui encombre le mien (Luc 6 :42)?

C’est bien beau de lire la Parole de Dieu, mais encore faut-il la mettre en pratique ! C’est bien d’aller crier aux oreilles des païens « Repentez-vous, le royaume des cieux est proche ! » mais il ne faudrait pas qu’en nous rejoignant, ils y trouvent des personnes pires que dans le monde.

REPENTEZ-VOUS ET CONVERTISSEZ-VOUS !

«Repentez-vous donc et convertissez-vous, pour que vos péchés soient effacés » Actes 3 :19.

Lorsque l’apôtre Paul prononçait ces paroles, il se trouvait avec l’apôtre Jean devant le temple, il s’adressait à des juifs, des personnes qui avaient le privilège de connaître les préceptes de Dieu et qui étaient donc censées les connaître. De nos jours, ce message est plus que jamais d’actualité pour nous, chrétiens.

Se repentir et se convertir, c’est ce que nous sommes supposés avoir fait le jour où nous avons invité Christ dans notre vie. Cependant, l’état déplorable de l’Eglise actuelle doit nous amener, tous sans exception, à nous remettre en question. En effet, cela n’est pas seulement l’affaire des pasteurs.

Le verbe se repentir vient du grec « metanoeo », ce qui signifie changer son esprit pour mieux s’amender de bon cœur avec une aversion extrême pour ses péchés passés. La repentance implique donc un changement complet de mentalité. Le verbe convertir, quant à lui, est issu du verbe grec « epistrepho ». Il revêt une double signification : il s’agit tout d’abord du fait de se tourner ou revenir vers l’amour et l’obéissance du vrai Dieu; ensuite, il est question de se tourner sur soi-même.

La conversion doit être précédée d’une introspection qui nous amènera à réaliser la gravité de nos péchés et la nécessité de l’intervention de Jésus-Christ, le Sauveur, dans nos vies. Si cet examen de soi se fait naturellement au moment de la nouvelle naissance, il est clair qu’il devient moins évident après quelques années de vie chrétienne. Et pourtant, l’apôtre Paul nous invite à poursuivre l’introspection tout au long de notre existence afin de nous assurer que nous n’avons pas dévié du droit chemin. Cela est d’autant plus vital quand on sait que l’on peut perdre le salut.

« Examinez-vous vous mêmes, pour savoir si vous êtes dans la foi ; éprouvez-vous vous-mêmes. Ne reconnaissez-vous pas que Jésus-Christ est en vous ? À moins peut-être que vous ne soyez réprouvés » 2 Corinthiens 13 :5.

Mais combien décident de se placer devant le Seigneur pour lui adresser cette prière : « Sonde-moi, Eternel ! Eprouve-moi, fais passer au creuset mes reins et mon cœur » (Psaumes 26 :2) ou encore « Sonde-moi, ô Dieu, et connais mon cœur ! Eprouve-moi, et connais mes pensées ! Regarde si je suis sur une mauvaise voie, et conduis-moi sur la voie de l’éternité ! » (Psaume 139 : 23-24) ? Très peu ! Et pourquoi ? Peut-être parce que nous avons peur de plonger notre regard dans les abîmes de nos propres cœurs.

« Le cœur est tortueux par-dessus tout, et il est méchant : qui peut le connaître ? » nous dit la Bible dans Jérémie 17 :9.

Le mot qui a été traduit par « tortueux » dans ce passage vient de l’adjectif hébreu « aw-kobe », ce qui signifie trompeur, sournois, insidieux ou encore raide, accidenté et montagneux. Définissons à leur tour les termes trompeur, sournois, insidieux et méchant.

-Trompeur : qui induit en erreur, menteur, hypocrite.

-Sournois : qui cache ce qu’il pense, qui agit sans se montrer ; dissimulé.

-Insidieux : qui constitue un piège, qui cherche à tromper.

-Méchant : qui manifeste de la malveillance, une volonté de nuire ; mauvais.

Le cœur de l’homme est donc semblable à un paysage accidenté et dévasté, dans lequel on peut y trouver les sommets de la méchanceté, les labyrinthes de la fausseté, les fleuves de la perversité et des ténèbres abyssales. Il y a dans le cœur humain un tohu-bohu, un chaos semblable à celui qui régnait sur la terre avant que Dieu ne vienne y mettre de l’ordre (Genèse 1 :1-2). « Car les pensées du cœur de l’homme sont mauvaises dès sa jeunesse » Genèse 8 :21.

coeur-de-pierrePouvons-nous, en toute honnêteté, nier cette description peu flatteuse que le Seigneur fait de nous ? Combien de fois n’avons-nous pas été hypocrites, faux, menteurs, orgueilleux, hautains, moqueurs, jaloux, idolâtres, envieux, égoïstes, cupides, gloutons, inhospitaliers, médisants, implacables, colériques, racistes, … ? N’est-il pas vrai que nous avons beaucoup de difficultés à pardonner les offenses des autres ? N’avons-nous pas une très haute estime de nous-mêmes alors que la Bible nous demande de considérer nos frères et sœurs comme supérieurs à nous (Philippiens 2 :3) ? Ne dit-on pas que les chrétiens constituent la seule armée au monde qui achève ses blessés ?

Beaucoup se bercent d’illusions en se persuadant qu’ils sont saints sous prétexte qu’ils ne pratiquent pas le péché (de manière flagrante). Mais ce n’est pas parce que nous nous contenons pour ne pas matérialiser physiquement certains péchés qu’ils sont moins graves. Au contraire, ils sont tout aussi nuisibles que le meurtre, le vol, l’adultère ou la fornication, qui passent pour être les seuls péchés capitaux, et qui peuvent nous traîner en enfer si nous ne réagissons pas.

« Pharisien aveugle ! Nettoie premièrement l'intérieur de la coupe et du plat, afin que l'extérieur aussi devienne net » Matthieu 23 :26.

« Il dit encore cette parabole, en vue de certaines personnes se persuadant qu'elles étaient justes, et ne faisant aucun cas des autres : deux hommes montèrent au temple pour prier ; l'un était pharisien, et l'autre publicain. Le pharisien, debout, priait ainsi en lui-même : O Dieu, je te rends grâces de ce que je ne suis pas comme le reste des hommes, qui sont ravisseurs, injustes, adultères, ou même comme ce publicain ; je jeûne deux fois la semaine, je donne la dîme de tous mes revenus. Le publicain, se tenant à distance, n'osait même pas lever les yeux au ciel ; mais il se frappait la poitrine, en disant : O Dieu, sois apaisé envers moi, qui suis un pécheur. Je vous le dis, celui-ci descendit dans sa maison justifié, plutôt que l'autre. Car quiconque s'élève sera abaissé, et celui qui s'abaisse sera élevé. » Luc 18 : 8-14.

Le Seigneur connaissait le cœur des pharisiens, c’est pourquoi il nous a avertis en ces termes : « car, je vous le dis, si votre justice ne surpasse celle des scribes et des pharisiens, vous n'entrerez point dans le royaume des cieux » (Matthieu 5 :20).

Nous vivons dans un monde qui accorde une grande importance aux apparences. Cela est également vrai dans les assemblées chrétiennes où l’on trouve une foule de gens qui se donnent beaucoup de mal à soigner leur aspect extérieur. Le culte de l’image a atteint un tel niveau que des personnes développent des complexes. Elles focalisent leur attention sur des défauts physiques réels ou supposés et font des pieds et des mains pour changer afin de s’embellir. On trouve beaucoup à redire sur son nez, ses cheveux, ses jambes, sa taille, son poids… Mais combien font des complexes à cause de leur mauvais caractère ? Combien se plaignent de leur mauvaise foi ?

« Pourquoi l'homme vivant se plaindrait-il ? Que chacun se plaigne de ses propres péchés » Lamentations 3 :39.

Dieu nous invite donc à sanctifier d’abord nos cœurs car c’est là que le péché prend ses sources. Comprenons que notre cœur n’est pas subitement et totalement transformé le jour de notre conversion. Cette transformation ne s’opère que de manière progressive car il faut que l’on s’examine au préalable, qu’on prenne conscience de notre état et qu’on désire réellement changer. Si nous nous analysons en nous basant sur des critères humains et des standards mondains nous ne parviendrons jamais à être saints, tels que Dieu nous désire. Or l’homme est lent à comprendre et peu enclin à se soumettre à la volonté de Dieu. Voilà pourquoi le Seigneur doit opérer un brisement dans nos vies afin que nous acceptions de mourir à nous-mêmes.

« Car c'est du cœur que viennent les mauvaises pensées, les meurtres, les adultères, les impudicités, les vols, les faux témoignages, les calomnies » Matthieu 15 :19. « Celui qui ferme les yeux pour se livrer à des pensées perverses, celui qui se mord les lèvres, a déjà consommé le mal » Proverbes 16 :30.

Acceptons d’aller à la lumière de Christ afin qu’il nous montre lui-même l’état de nos cœurs.

L’EPEE ET LE CREUSET

« Mon fils, donne-moi ton cœur, et que tes yeux se plaisent dans mes voies » Proverbes 23 :26.

Ce que Dieu veut c’est notre cœur, c’est là qu’il désire s’établir. Mais comme nous l’avons vu, le cœur est méchant et tortueux, c’est pourquoi il a besoin d’être circoncis et purifié.

« Mais le Juif, c'est celui qui l'est intérieurement ; et la circoncision, c'est celle du cœur, selon l'esprit et non selon la lettre. La louange de ce Juif ne vient pas des hommes, mais de Dieu » Romains 2 :29.

Dans ce passage, le terme « circoncis » est tiré du grec « peritome», il se réfère en premier lieu à tous ceux qui sont passés par le rite juif de la circoncision ; en second lieu, il désigne symboliquement les chrétiens réellement consacrés à Dieu qui se sont séparés de la multitude impure, ceux qui ont éteint leurs passions en abandonnant leur impureté spirituelle.

« Circoncisez-vous pour l'Éternel, circoncisez vos cœurs, hommes de Juda et habitants de Jérusalem, de peur que ma colère n'éclate comme un feu, et ne s'enflamme, sans qu'on puisse l'éteindre, à cause de la méchanceté de vos actions » Jérémie 4 :4.

Dans ce verset, le verbe circoncire a été traduit de l’hébreu « muwl » qui signifie se laisser circoncire, couper, tailler. Cette circoncision du cœur, c’est Dieu qui l’opère à condition que nous soyons disposés. Comment le Seigneur procède-t-il ? Et bien, tout d’abord en utilisant l’épée de sa Parole.

« Car la parole de Dieu est vivante et efficace, plus tranchante qu'une épée quelconque à deux tranchants, pénétrante jusqu'à partager âme et esprit, jointures et moelles ; elle juge les sentiments et les pensées du cœur » Hébreux 4 : 12.

La séparation entre l’âme et l’esprit doit absolument être faite. Il ne doit pas y avoir de confusion ou de mélange entre l’amour et les sentiments, entre la Parole de Dieu et la théologie, entre la sainteté et le péché, entre la lumière et les ténèbres. Or seule la Parole de Dieu a le pouvoir de trancher pour opérer cette séparation, cette mise à part qui n’est rien d’autre que la sanctification. Notons que la Parole « juge les sentiments et les pensées du cœur », ce qui confirme que nous ne serons pas jugés uniquement sur nos actes. C’est pourquoi il est écrit : « Au reste, frères, que tout ce qui est vrai, tout ce qui est honorable, tout ce qui est juste, tout ce qui est pur, tout ce qui est aimable, tout ce qui mérite l'approbation, ce qui est vertueux et digne de louange, soit l'objet de vos pensées » Philippiens 4 : 8.

La Parole de Dieu est comme un miroir qui nous montre l’état de nos âmes (Jacques 1 :23), nous devons la mettre en pratique afin que nous puissions être réellement saints. Elle doit être gravée dans nos cœurs et non dans notre intellect, alors elle produira en nous des fruits dignes de la repentance.

« Sanctifie-les par ta vérité : ta parole est la vérité » Jean 17 :17.

« Mon fils, retiens mes paroles, et garde avec toi mes préceptes. Observe mes préceptes, et tu vivras ; garde mes enseignements comme la prunelle de tes yeux. Lie-les sur tes doigts, écris-les sur la table de ton cœur » Proverbes 7 :1-3.

« Je serre ta parole dans mon cœur, afin de ne pas pécher contre toi » Psaume 119 :11.

« Les paroles de l'Éternel sont des paroles pures, un argent éprouvé sur terre au creuset, et sept fois épuré » Psaume 12 :6 (ou verset 7 selon les versions).

Dieu utilise également le brisement pour nous purifier. Il aura recours à des circonstances pour détruire le vieil homme en nous, pour crucifier la chair avec ses mauvaises passions.

« Je t'ai mis au creuset, mais non pour retirer de l'argent ; Je t'ai éprouvé dans la fournaise de l'adversité» Esaïe 48 :10.

Le creuset est un petit récipient en métal, en matériau réfractaire, servant à fondre ou à calciner certaines substances comme l’or et l’argent. Dieu suscitera des situations et des personnes qu’Il utilisera comme des creusets pour faire fondre tout notre orgueil, briser toute notre résistance et extirper la moindre impureté de notre cœur.

« J'étais tranquille, et il m'a secoué, Il m'a saisi par la nuque et m'a brisé, Il a tiré sur moi comme à un but » Job 16 :12.

S’Il n’a pas hésité à sacrifier son Fils pour notre salut, Il n’hésitera pas non plus à nous malmener afin de nous aider à le conserver. Il est souvent nécessaire que Dieu nous blesse, nous fasse saigner tel un chirurgien qui provoque une plaie afin d’extraire une tumeur. Et dans ce cas, la bonne attitude à adopter est de se soumettre, d’accepter la correction du Seigneur car Il fait toutes choses pour notre bien. En effet, quel homme sensé, se sachant atteint d’une maladie mortelle, refuserait de se laisser soigner sous prétexte que le remède fait mal ?

« Sachez donc que c'est moi qui suis Dieu, et qu'il n'y a point de dieu près de moi ; Je fais vivre et je fais mourir, Je blesse et je guéris, et personne ne délivre de ma main » Deutéronome 32 :39.

« Mon fils, ne méprise pas la correction de l'Éternel, et ne t'effraie point de ses châtiments ; car l'Éternel châtie celui qu'il aime, comme un père l'enfant qu'il chérit » Proverbes 3 :11-12, (Hébreux 12 : 5-11).

Soyons donc sensibles au langage de l’Esprit et ne résistons pas à la correction du Seigneur car «Un homme qui mérite d'être repris, et qui raidit le cou, sera brisé subitement et sans remède » (Proverbes 29 : 1). Il est vrai que ce n’est pas évident de passer par le brisement, nul homme ne prend plaisir à souffrir aussi spirituel soit-il. Cependant, c’est un chemin par lequel chaque enfant de Dieu doit passer car Christ, notre modèle, a été le premier à passer par là. Jésus « a appris, bien qu’il fût Fils, l’obéissance par les choses qu’il a souffertes » (Hébreux 5 : 8).

« Ainsi donc, Christ ayant souffert dans la chair, vous aussi armez-vous de la même pensée. Car celui qui a souffert dans la chair en a fini avec le péché » 1 Pierre 4 : 1.

En effet, « Vous n’avez pas encore résisté jusqu’au sang, en luttant contre le péché » (Hébreux 12 : 4).

Pour finir, prenons l’exemple de Job, ce dernier était loin d’être faux et hypocrite comme les pharisiens que Jésus dénonçait. Au contraire, Dieu en personne le montrait en exemple aux anges !

« Il y avait dans le pays d'Uts un homme qui s'appelait Job. Et cet homme était intègre et droit ; il craignait Dieu, et se détournait du mal (…) L'Éternel dit à Satan : As-tu remarqué mon serviteur Job ? Il n'y a personne comme lui sur la terre ; c'est un homme intègre et droit, craignant Dieu, et se détournant du mal » Job1 :1 et 8.

Pourtant le Seigneur a permis à Satan d’éprouver Job à l’extrême. Quelles ne furent pas ses souffrances ? Il a perdu ses biens, ses enfants, et même ses amis, sans oublier qu’il a été atteint par la maladie (Job 2 :7). Ses trois compagnons, le voyant frappé de la sorte et n’ayant aucun discernement, ont même cru que ce dernier était puni par Dieu et l’ont par conséquent accablé de reproches. Mais la Bible déclare que Job est resté intègre et qu’il n’a pas péché contre Dieu. Alors, on peut se demander si Dieu a permis toutes ces épreuves juste pour le plaisir de confondre Satan. Non, car il est écrit « Il n'en est aucun qui fasse le bien, pas même un seul » (Romains 3 :12). Il y a une seule chose que l’on peut reprocher à Job, c’est le fait qu’il se soit plaint, c’est pour cela qu’il a dû se repentir (Job 42 :6). Bien-aimés, recherchons l’instruction du Seigneur et apprenons à nous taire quand celui-ci parle. Nul n’ayant atteint les sommets de la sainteté, gardons à l’esprit cette attitude de repentance tout au long de notre vie.

« Il est bon d'attendre en silence le secours de l'Éternel » Lamentations 3 :26.

Qu’est-il donc advenu de Job à l’issue de son temps d’épreuve et de purification ? Il a été complètement restauré, Dieu l’a rendu encore plus riche qu’avant, il a eu d’autres enfants et d’autres amis. Mais ce n’est pas tout !

« Mon oreille avait entendu parler de toi ; mais maintenant mon œil t'a vu » Job 42 :5.

Job a vu Dieu ! Ce privilège n’est pas réservé à n’importe qui, mais seulement à ceux qui se sanctifient pour atteindre la stature parfaite de Christ (Ephésiens 4 :13). Job est passé par l’épée et le creuset du Seigneur et en est ressorti avec un cœur pur. C’est à cela que nous devons tendre, nous tous qui aimons le Seigneur et qui voulons lui plaire.

« Heureux ceux qui ont le cœur pur, car ils verront Dieu ! » Matthieu 5 :8.

Il en est ainsi dans les églises, on y trouve des païens, des saints et des pharisiens. A toutes ces personnes le Seigneur dit : « Je suis l'alpha et l'oméga, le premier et le dernier, le commencement et la fin. Heureux ceux qui lavent leurs robes, afin d'avoir droit à l'arbre de vie, et d'entrer par les portes dans la ville ! » (Apocalypse 22 :13-14).

« Celui qui a les mains innocentes et le cœur pur ; celui qui ne livre pas son âme au mensonge, et qui ne jure pas pour tromper il obtiendra la bénédiction de l'Éternel, la miséricorde du Dieu de son salut » Psaumes 24 : 4-5.

C’est pourquoi bien-aimés, travaillons tous les jours avec crainte et tremblement au salut de nos âmes (Philippiens 2 : 12).

Source: LES DOKIMOS n°12

aucun commentaire
aucun commentaire

Laisse un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié

  Avertissez-moi des commentaires suivants