Les Dokimos



Pourras-tu entendre le son du shofar ?

Songe et exhortation

son du shofar.jpg

Dans la nuit de mardi à mercredi j’ai eu un songe. Le Seigneur m’a mis à cœur de vous le partager, donc le voici.

J’étais dans une très grande maison ; une maison si vaste qu’elle semblait contenir le monde entier. A l’intérieur, il y avait énormément de personnes qui allaient et venaient, qui bavardaient, qui s’affairaient et s’agitaient à propos des choses de cette vie : les études, le travail, le mariage, les enfants, la famille et divers problèmes qui occupent l’esprit des gens de ce monde. Cette agitation générait un brouhaha, un bruit ambiant constant et permanent qui faisait qu’on ne savait plus où donner de la tête. Soudain, j’ai entendu le son du shofar au loin et j’ai instantanément su que Yehoshoua était en train de revenir. A partir du lieu où je me trouvais, j’évaluais la distance du Seigneur à quelques kilomètres. Je me suis précipitée à une fenêtre, et de là j’ai pu percevoir à l’horizon un cheval noir qui galopait à une telle vitesse dans les airs qu’il soulevait la poussière du sol. Donc de là où j’étais je pouvais non seulement entendre ce son mais aussi voir un attelage approcher à l’horizon.

J’ai alors commencé à crier autour de moi et à demander aux gens de se taire car il y avait trop de bruit : Taisez-vous, écoutez ! La trompette a sonné ! Mais personne n’a prêté attention à ce que j’ai dit car on ne pouvait pas m’entendre à cause du bruit ambiant et parce que les gens étaient absorbés par leurs soucis. En regardant encore par la fenêtre, j’ai vu le monde extérieur semblable à un vaste champ labouré et ensemencé mais totalement vide de monde. Il n’y avait là qu’une personne ceinte d’un sac, prosternée, en train de prier. J’avais beau essayer d’interpeller les gens, il n’y avait rien à faire. Je me suis alors concentrée de toutes mes forces pour voir si j’allais encore entendre la trompette. Et en effet, elle a retenti une seconde fois, mais j’ai eu plus de mal à l’entendre que la première fois car le bruit ambiant avait encore augmenté. Le songe s’est arrêté là.

Plusieurs éléments sont à noter :

- L’homme ceint d’un sac qui priait : Dans la culture moyen-orientale des temps bibliques, on se ceignait d’un sac (et on se recouvrait généralement aussi de cendres) en signe de deuil, d’humiliation et de repentance (Genèse 37 :34 ; 1 Chroniques 21 :16). L’état du monde a atteint un point critique, l’heure n’est pas à la fête, mais à la repentance pour ceux qui ne connaissent pas encore le Seigneur. Pour ceux qui sont déjà en Mashiah, la sobriété est de mise. Il faut veiller, prier, intercéder car les temps sont mûrs pour la moisson.

« Il vaut mieux aller dans une maison de deuil que d'aller dans une maison de festin, car c'est là la fin de tout être humain, et le vivant met cela dans son cœur. Il vaut mieux le chagrin que le rire, car par la tristesse du visage le cœur devient joyeux. Le cœur des sages est dans la maison du deuil, mais le cœur des insensés est dans la maison de joie. » Ecclésiaste 7 :2-4.

« Soyez donc patients, frères, jusqu'à la parousie du Seigneur. Voici, le laboureur attend le précieux fruit de la terre, prenant patience à son égard, jusqu'à ce qu'il ait reçu les pluies de la première et de la dernière saison. Vous aussi, attendez patiemment et affermissez vos cœurs, parce que la parousie du Seigneur s'approche. » Jacques 5 :7-8.

La terre labourée et ensemencée : le labour consiste à ouvrir la terre en profondeur et à la retourner en vue de son ensemencement. Cet homme seul dans ce vaste champ nous rappelle ces paroles du Seigneur : « Alors il dit à ses disciples : En effet la moisson est grande, mais il y a peu d'ouvriers… » (Matthieu 9 :37-38).

Il y a effectivement peu d’ouvriers fidèles dans le champ du Maître. Malgré tout, dans ce songe la terre avait été entièrement labourée et ensemencée. Cela signifie que l’œuvre du Seigneur se fait, et s’est faite, avec un faible reste de chrétiens intègres qui veillent sur leurs voies. De plus, les outils modernes de communication, notamment Internet, permet de diffuser l’Evangile aux quatre coins du monde sans avoir besoin de bouger de chez soi. De nos jours, il n’est plus absolument nécessaire de voyager pour propager la bonne nouvelle ; l’enjeu principal c’est de diffuser un message conforme aux enseignements bibliques. Or malgré la prolifération des faux prophètes qui distillent un évangile frelaté, la vérité continue à progresser car elle ne peut être retenue captive.

« Et cet Évangile du Royaume sera prêché dans toute la terre habitée, pour servir de témoignage à toutes les nations et alors viendra la fin. » Matthieu 24 :14.

L’évangile a désormais fait le tour du monde, ou du moins ce tour du monde est sur le point d’être achevé. Le temps du retour du Mashiah est proche. Le temps de l’enlèvement est proche. Le temps de terribles jugements qui vont s’abattre sur le monde est également proche.

- Le cheval noir qui arrive au galop : Comment ne pas penser à l’ouverture du troisième sceau mentionné en Apocalypse 6 et qui annonce la famine ?

« Et quand il ouvrit le troisième sceau, j'entendis le troisième être vivant dire : Viens et vois ! Je regardai et je vis un cheval noir, et celui qui était monté dessus avait une balance dans sa main. Et j'entendis au milieu des quatre êtres vivants une voix qui disait : Une mesure de blé pour un denier et trois mesures d'orge pour un denier, mais ne fais pas de mal au vin et à l'huile. » Apocalypse 6 :5-6.

La pandémie actuelle a engendré une crise économique dont on ne voit actuellement que les prémices. Les experts ont déjà observé un accroissement des inégalités entre les riches et les pauvres ; pauvres qui sont devenus encore plus pauvres. La crise sanitaire a provoqué de nombreuses faillites ce qui a plongé, et plongera encore, d’avantages de personnes dans la misère.

- Le son du shofar : Nous savons d’après les Ecritures que le Seigneur arrivera lorsque la septième trompette retentira (1 Corinthiens 5 :52 ; Apocalypse 10 :7). Toutefois attention, l’Esprit me pousse à vous dire que cela ne signifie pas que nous en sommes à la 2ème trompette et qu’il en reste cinq jusqu’au retour du Seigneur. J’ai juste entendu la trompette sonner deux fois. Je ne sais donc pas s’il s’agit de la 1ère et de la 2ème trompette, de la 3ème et de la 4ème, de la 5ème et de la 6ème, ou de la 6ème et de la 7ème. Mais au vu de ce que nous venons de voir concernant le champ labouré et ensemencé, nous sommes logiquement proches de la 7ème trompette. Ne nous laissons pas non-plus induire en erreur par la mention du 4ème sceau. En effet, nous ne savons pas à quelle vitesse les évènements peuvent se précipiter.

Ce qui m’a le plus choquée dans ce songe c’est le fait que personne n’avait entendu le son du shofar (trompette). Déjà en ce qui me concerne, je n’ai pu l’entendre que péniblement à cause du bruit ambiant. Et pourtant, une trompette n’est pas un instrument qui produit un faible son. Du temps biblique, on l’utilisait entre autres pour avertir les foules (notamment pour rassembler les troupes en cas de guerre) tant le son est puissant et de longue portée. Or dans mon songe, on l’entendait à peine. Ce n’était pas parce que la trompette manquait de puissance, mais parce que les gens n’avaient pas des oreilles pour entendre, leur cœur n’était pas disposé à cela. Ils étaient bien trop préoccupés par les choses de cette vie terrestre.

« Mais faites attention à vous-mêmes, de peur que vos cœurs ne soient surchargés par le vertige et mal de tête causés en buvant du vin à l'excès ou l'ivrognerie, et par les soucis de cette vie, et que ce jour-là ne vous surprenne subitement. Car il surprendra comme un piège tous ceux qui habitent sur la surface de toute la Terre. Veillez donc, priant en tout temps, afin que vous soyez jugés dignes d'échapper à toutes ces choses qui arriveront, et de vous tenir debout devant le Fils d'humain. » Luc 21 :34-36.

Outre la pratique volontaire du péché qui sera la première raison pour laquelle beaucoup rateront l’enlèvement et tomberont sous le coup du jugement d’Elohîm ; l’autre raison qui fera que la plupart passeront à coté du Ciel c’est le fait de se focaliser de manière disproportionnée et inconsidérée sur les choses terrestres.

Yehoshoua a été clair : « Ne vous inquiétez donc pas, en disant : Que mangerons-nous ? Ou : Que boirons-nous ? Ou : De quoi serons-nous vêtus ? Car ce sont les nations qui cherchent sérieusement toutes ces choses. Mais votre Père céleste sait que vous avez besoin de toutes ces choses. Mais cherchez premièrement le Royaume d'Elohîm et sa justice, et toutes ces choses vous seront ajoutées. Ne vous inquiétez donc pas pour le lendemain, car le lendemain s'inquiétera de lui-même. À chaque jour suffit son mal. » (Matthieu 6 :31-34).

Le Seigneur sait que nous avons des besoins légitimes tels que la nourriture, le vêtement et le logement. Or depuis que le monde existe, il a toujours pourvu aux besoins des êtres humains et des animaux, autrement la vie sur terre se serait arrêtée depuis longtemps. Il comprend aussi les préoccupations que nous pouvons avoir notamment lorsque des problèmes sérieux surviennent et que nous en sommes bouleversés (maladie, deuil, problèmes familiaux etc.). Toutefois, nous devons rester sobres et maîtres de nos sentiments de peur que ceux-ci ne nous voilent les yeux et ne nous bouchent les oreilles, de telle sorte que nous devenions incapables de discerner les signes du temps et d’entendre le son de la trompette.

Bien souvent, les chrétiens croient que Satan ne veut pas leur bonheur terrestre et que c’est pour cette raison qu’il s’attaque à leur mariage, à leurs finances, à leur santé, et plein d’autres choses auxquels ils sont attachés. En réalité, il s’en fiche complètement que vous soyez célibataire ou marié, riche ou pauvre, en bonne ou mauvaise santé… Ce qui lui importe lorsqu’il vous attaque c’est de vous distraire par vos inquiétudes, de provoquer en vous de l’amertume à l’égard d’Elohîm et de vous pousser à blasphémer contre lui.

« Et Satan répondit à YHWH en disant : Est-ce en vain que Iyov craint Elohîm ? N'as-tu pas fait une haie autour de lui, autour de sa maison, autour de tout ce qui lui appartient ? Tu as béni l'œuvre de ses mains, et son bétail s'accroît sur la terre. Mais étends ta main, s’il te plaît, et touche à tout ce qui est à lui : il ne te bénira pas en face ! » Job 1 :9-11.

Même cette crise du coronavirus est devenue pour beaucoup de chrétiens une source d’inquiétudes et de distraction. Ainsi, au lieu de se rester concentrés sur Yehoshoua et sa Parole, beaucoup ont basculé dans la paranoïa. Ils ne parlent que du Covid-19, du vaccin, de la marque de la bête, du complot de Satan pour dépeupler le monde etc., etc., etc… Or ce n’est pas sur les événements et les circonstances que nous devons nous concentrer, mais sur Yehoshoua qui, quoiqu’il arrive, ne nous abandonnera pas. Les inquiétudes c’est tout le contraire de la foi ; si nous les laissons prendre le dessus nous tomberons dans une forme d’idolâtrie et l’apostasie ne sera pas loin.

« N'aimez pas le monde, ni les choses qui sont dans le monde. Si quelqu'un aime le monde, l'amour du Père n'est pas en lui. Parce que tout ce qui est dans le monde, la convoitise de la chair, et la convoitise des yeux, et l'orgueil de la vie, n'est pas du Père, mais est du monde. Et le monde passe avec sa convoitise, mais celui qui fait la volonté d'Elohîm demeure pour l'éternité. » 1 Jean 2 :15-17.

Prenons exemple sur le comportement du roi David lorsque le premier enfant qu’il a eu avec Bath-Shéba est mort.

« David pria Elohîm pour le garçon, et David jeûna et, quand il rentra, il passa la nuit couché par terre. Les anciens de sa maison se levèrent et vinrent vers lui pour le faire lever de terre, mais il ne voulut pas, et il ne mangea rien avec eux. Et il arriva que l'enfant mourut le septième jour. Les serviteurs de David craignaient de lui annoncer que l'enfant était mort. Car ils se disaient : Voici, quand l'enfant vivait encore, nous lui avons parlé, et il n'a pas écouté notre voix. Comment pourrions-nous lui dire : L'enfant est mort ! Il fera quelque chose de mauvais. David vit que ses serviteurs parlaient à voix basse, et il comprit que l'enfant était mort. David dit à ses serviteurs : L'enfant est-il mort ? Ils répondirent : Il est mort. Alors David se leva de terre. Il se lava, s'oignit, et changea de vêtements. Il alla dans la maison de YHWH et s'y prosterna. De retour chez lui, il demanda qu'on lui serve de la nourriture et il mangea. Ses serviteurs lui dirent : Qu'est-ce que tu fais ? Tu jeûnais et pleurais pour l'amour de l'enfant lorsqu'il vivait encore. Maintenant que l'enfant est mort, tu te lèves et tu manges ! Mais il répondit : Quand l'enfant vivait encore, je jeûnais et pleurais, car je me disais : Qui sait si YHWH n'aura pas pitié de moi et si l'enfant ne vivra pas ? Maintenant qu'il est mort, pourquoi jeûnerais-je ? Puis-je le faire revenir ? J'irai vers lui, mais il ne reviendra pas vers moi. » 2 Samuel 12 :16-23.

Même si nos prières ne sont pas exaucées, ou du moins pas comme nous l’espérions, ne laissons rien nous faire perdre de vue l’objectif que nous devons atteindre : le Ciel. Les Ecritures nous affirment avec force que rien ne pourra nous séparer de l’amour du Mashiah (Romains 8 :35-39). Le Seigneur étant fidèle, il fera toujours sa part. Faisons aussi notre part et ne laissons aucune circonstance de cette vie, ni la mort, nous séparer de lui.

« Et il dit à un autre : Suis-moi ! Mais il dit : Seigneur, permets-moi d'aller d'abord ensevelir mon père. Mais Yéhoshoua lui dit : Laisse les morts ensevelir leurs morts mais toi, va, et annonce le Royaume d'Elohîm ! Et un autre aussi dit : Seigneur, je te suivrai, mais permets-moi de prendre d'abord congé de ceux de ma maison. Mais Yéhoshoua lui répondit : Aucun homme qui a mis la main à la charrue et qui regarde en arrière, n'est utile au Royaume d'Elohîm. » Luc 9 :59-62.

Ainsi, que chacun mette de l’ordre dans ses priorités et fixe son regard vers les cieux.

« Si donc vous êtes ressuscités avec le Mashiah, cherchez les choses d'en haut, où le Mashiah est assis à la droite d'Elohîm. Pensez aux choses d'en haut, et non à celles qui sont sur la Terre. » Colossiens 3 :1-2.

Gardons en mémoire la précieuse promesse du Seigneur et tenons-nous prêts à chaque instant.

« Que votre cœur ne se trouble pas. Vous croyez en Elohîm, croyez aussi en moi. Il y a beaucoup de demeures dans la maison de mon Père. S’il en était autrement, je vous l'aurais dit. Je vais vous préparer une place. Et quand je serai allé et que je vous aurai préparé une place, je viens de nouveau, et je vous prendrai avec moi, afin que là où je suis, vous y soyez aussi. » Jean 14 :1-3.

Maranatha !

Amen !

Adèle.

4 commentaires
4 commentaires

Laisse un commentaire

Your email address will not be visible.

  Avertissez-moi des commentaires suivants

4 commentaires

  • Seb   
    14 Août 2021 16:01

    Un enfant obéissant envers le Seigneur et envers son père et sa mère ne va pas mettre en colère ces derniers. Donc l'Epouse, glorieuse, sans tache ni rides, ne traversera pas la grande tribulation et les 7 coupes de la colère : elle sera enlevée avant.

    Répondre
  • Seb   
    10 Septembre 2021 17:33

    Sans commentaires : https://www.lemonde.fr/m-le-mag/article/2021/09/10/est-ce-qu-etre-homosexuel-c-est-peche-non-sur-tiktok-l-evangile-selon-perematthieu_6094212_4500055.html?utm_medium=Social&utm_source=Twitter#Echobox=1631288523-3

    Répondre
  • Seb   
    10 Septembre 2021 17:55

    J'ai connu une personne qui disait qu'un curé lui avait dit que le diable n'existe pas. Elle et son mari sont dans des malédictions terribles : ils vont voir des magnétiseurs quand ils sont malades. Il y a quelques années, un de leurs petit fils est tombé gravement malade. Sa maladie était très très rare : le professeur qui le suivait a dit qu'en 40 ans de carrière, il n'a vu que 2 cas comme ceux-là. La dame pratique l'écriture automatique et ils font partie des roses-croix.

    Répondre
  • Seb   
    12 Septembre 2021 15:39

    Dans Actes chap 17 v 28, il est écrit : "Car c'est par lui que nous vivons, que nous nous mouvons et que nous sommes". Dans Apocalypse chap 13 v 15, nous lisons : "Et il lui fut donné de donner un esprit à l'image de la bête". Le mot cinéma en grec vient de "kinéma"(mouvement) et de "graphê"(écriture). Ceci nous confirme que l'esprit de l'Antichrist utilise le cinéma pour influencer le Monde.

    Répondre