logo
Home Enseignements Jésus, le Dieu Messie

« Jésus, étant arrivé dans le territoire de Césarée de Philippe, demanda à ses disciples : Qui suis-je, aux dires des hommes, moi, le Fils de l’homme ? Et ils lui répondirent : Les uns disent que tu es Jean-Baptiste ; les autres, Elie ; et les autres, Jérémie, ou l’un des prophètes. Il leur dit : Et vous, qui dites-vous que JE SUIS ? Simon Pierre répondit, et dit : Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant.  Et Jésus lui répondit, et dit : Tu es béni, Simon, fils de Jonas, car ce ne sont pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais mon Père qui est dans les cieux. »  Matthieu 16 : 13-17.

Egalement rapporté dans les évangiles de Marc et de Luc (8 : 29 et 9 :20), ce passage des Ecritures est loin d’être anecdotique. Jésus pose ici deux questions qui doivent nous amener à nous interroger sur ce que nous savons, ou pensons savoir à son sujet. Il demande en substance : « Qui suis-je aux yeux des autres ? » et « Qui suis-je à tes yeux ? » A l’instar de la foule de l’époque du Seigneur, de nombreuses personnes s’accordent au moins pour dire que Jésus était un homme particulier. Prophète pour les uns, guérisseur pour les autres, révolutionnaire pour certains… Jésus remplissait effectivement tous ces rôles. Mais peut-on le limiter uniquement à cela ? Ce passage soulève donc deux problématiques. D’une part, la divergence d’opinions qui sèment la confusion au sujet de l’identité de Jésus. D’autre part, l’absence de révélation se caractérisant par l’adoption d’une opinion venant des hommes et non de Dieu lui-même. Ce dernier cas de figure est plus grave car il concerne la chrétienté, cette foule de gens fréquentant les dénominations chrétiennes qui ont fabriqué, par leurs dogmes et philosophies, un Jésus à leur image et à leur ressemblance. Or Dieu se révèle premièrement au travers de sa Parole. C’est donc vers elle que nous devons nous tourner pour comprendre qui est véritablement Jésus.

JÉSUS, LA POSTÉRITÉ PROMISE

La venue du Messie ne s’est pas faite de manière impromptue, elle a d’abord été l’objet d’une promesse, celle d’une postérité qui apporterait la délivrance et un règne de justice.

D’Eve

« Et je mettrai inimitié entre toi et la femme, et entre ta postérité et sa postérité ; celle-ci t’écrasera la tête, et tu lui écraseras le talon. » Genèse 3 : 15.

Après avoir fait connaître à l’homme les conséquences de sa désobéissance, Yahweh prophétisa qu’il y aurait une issue de secours en la postérité de la femme.  Symboliquement, cette femme représente Israël (Genèse 37 :5-11 ; Apocalypse 12 :1), de qui est issu le Messie selon la chair (Romains 9 :1-5).  Cependant, Dieu s’adresse tout d’abord à Eve, « la mère de tous les vivants » (Genèse 3 :20), et l’aïeule de Jésus-Christ homme (Luc 3 :38).

On pourrait objecter à raison que la postérité d’Eve est innombrable. En quoi peut-on donc attribuer avec certitude cette prophétie à Jésus ? Et bien on sait que le serpent ici n’est autre que Satan (Apocalypse 12 :9 ; 20 :2). Qui d’autre dans la postérité de la femme peut se prévaloir d’avoir écrasé sa tête ?

 « Mais si je chasse les démons par le doigt de Dieu, alors le Royaume de Dieu est parvenu jusqu’à vous. Lorsqu’un homme fort et bien armé garde sa bergerie les biens qu’il a sont en sûreté.  Mais si un plus fort que lui survient et le vainc, il lui enlève toutes ses armes dans lesquelles il se confiait, et il partage ses dépouilles. » Luc 11 :20-22.

Dans ce passage, Jésus décrit son mode opératoire avec Satan. Il l’a dépouillé de sa puissance et de ses biens, c’est-à-dire des âmes qu’il retenait captives.

« Ainsi donc, puisque les enfants participent à la chair et au sang, lui aussi de même a participé aux mêmes choses, afin que, par la mort, il rende impuissant celui qui avait le pouvoir de la mort, c’est-à-dire le diable » Hébreux 2 :14.

« Il a dépouillé les principautés et les puissances, et les a exposées publiquement en spectacle, en triomphant d’elles par la croix. » Colossiens 2 :15.

D’Abraham

Jésus-Christ est également issu d’Abraham selon la chair (Matthieu 1). S’il est admis que les juifs sont les descendants d’Abraham, tous ne peuvent se prévaloir des prérogatives particulières évoquées dans le verset qui suit.

« L’Ange de Yahweh appela des cieux Abraham pour la seconde fois, et dit : Je le jure par moi-même parole de Yahweh ! Parce que tu as fait cela, et que tu n’as point refusé ton fils, ton unique, je te bénirai, je te bénirai ; et je multiplierai, je multiplierai ta postérité, comme les étoiles du ciel et comme le sable qui est sur le bord de la mer ; et ta postérité possédera la porte de ses ennemis. Toutes les nations de la terre seront bénies en ta postérité, parce que tu as obéi à ma voix. » Genèse 22 :15-18.

Il est dit que la postérité d’Abraham possédera la porte de ses ennemis. Le verbe « posséder » dans ce passage vient de l’hébreu yarash qui signifie « saisir, déposséder, prendre possession, déshériter, occuper, appauvrir… ». Cela n’est pas sans nous rappeler ce que le Seigneur déclare dans ce passage où il se présente comme le Roc qui sert de fondement à l’Eglise (1 Corinthiens 3 :11 ; Ephésiens 2 :20)

 « Et moi je te dis que tu es Pierre, et que sur ce Roc je bâtirai mon Eglise, et les portes de l’enfer ne prévaudront pas contre elle. » Matthieu 16 :18.

De même, nul autre que Jésus ne peut se prétendre source de bénédictions pour toutes les nations. En effet, même si c’est aux Israélites que Dieu a confié « l’adoption, la gloire, les alliances, l’ordonnance de la loi, le service divin » (Romains 9 :4), la plénitude des bénédictions et les meilleurs d’entre elles se trouvent en Jésus-Christ.

« Béni soit Dieu, qui est le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, qui nous a bénis de toutes bénédictions spirituelles dans les lieux célestes en Christ ! » Ephésiens 1 :3.

 « Et ils chantaient un cantique nouveau, en disant : Tu es digne de prendre le livre, et d’en ouvrir les sceaux ; car tu as été mis à mort, et tu nous as achetés pour Dieu par ton sang, de toute tribu, de toute langue, de tout peuple, et de toute nation ; et tu as fait de nous des rois et des prêtres pour notre Dieu ; et nous régnerons sur la terre. » Apocalypse 5 :9-10.

De Juda

Jésus-Christ est également descendant du patriarche Juda (Luc 3 :33-34). Ce dernier avait reçu une bénédiction prophétique très particulière de la part de son père Jacob.

 « Juda est un jeune lion. Mon fils, tu reviens du carnage, mon fils ! Il ploie les genoux, il se couche comme un lion, comme une lionne : Qui le fera lever ? Le sceptre ne s’éloignera point de Juda, ni le bâton de législateur d’entre ses pieds, jusqu’à ce que le Schilo vienne, et que les peuples lui obéissent. » Genèse 49 :9-10.

En Apocalypse 5 :5-7, l’identité de ce jeune lion est dévoilée : « Et l’un des anciens me dit : Ne pleure pas, voici le Lion qui vient de la tribu de Juda, de la racine de David, a vaincu pour ouvrir le livre et pour en rompre les sept sceaux. Et je regardai, et voici il y avait au milieu du trône et des quatre êtres vivants, et au milieu des anciens, un Agneau qui se tenait là comme immolé, ayant sept cornes, et sept yeux, qui sont les sept Esprits de Dieu envoyés par toute la terre. Et il vint et prit le livre de la main droite de celui qui était assis sur le trône. »

Remarquez que le lion en question se présente sous la forme paisible d’un agneau ! C’est d’ailleurs ce que suggère le nom Schilo : « Le Pacifique ». Cet agneau est cependant investi de l’autorité royale du lion (sept cornes, sept yeux).

« Le lendemain, Jean vit Jésus venir à lui, et il dit : Voici l’Agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde. » Jean 1 :29.

De David

Le prophète Nathan a annoncé à David l’avènement d’une postérité aux caractéristiques bien particulières : Un fils qui lui bâtira une maison et dont le trône sera affermi éternellement.

« Il arrivera donc que quand tes jours seront accomplis pour t’en aller avec tes pères, je ferai lever ta postérité après toi, l’un de tes fils, et j’affermirai son règne. Il me bâtira une maison, et j’affermirai son trône éternellement. Je serai pour lui un père, et il sera pour moi un fils ; et je ne retirerai point de lui ma grâce, comme je l’ai retirée de celui qui a été avant toi. Mais je l’établirai dans ma maison et dans mon royaume éternellement, et son trône sera affermi pour toujours. » 1 Chroniques 17 :11-14.

A première vue, cette prophétie pourrait être attribuée à Salomon. Ce dernier a effectivement construit un temple au Seigneur (1 Rois 6) ; mais celui-ci a été ravagé à plusieurs reprises par les ennemis d’Israël jusqu’à être complètement détruit, conformément à ce que Jésus avait annoncé à ses disciples (Matthieu 24 :1-2). De plus, son règne, comme celui des autres fils ayant succédé à David, a pris fin avec sa mort. Seul Jésus-Christ correspond en tous points à ce que Nathan a prédit. Le Seigneur est bien descendant de David (Matthieu 1 :1 ; 20). D’ailleurs, à de très nombreuses reprises c’est sous ce titre qu’on l’interpellait : « Jésus, Fils de David, aie pitié de moi ! » (Marc 10 :47). Et c’est notamment ainsi qu’il s’est révélé dans le livre de l’Apocalypse.

 « Moi, Jésus, j’ai envoyé mon ange pour vous confirmer ces choses dans les églises. JE SUIS la racine et la race de David, l’étoile brillante du matin. » Apocalypse 22 :16.

Le Seigneur a bâti une maison indestructible, contre laquelle la puissance des ténèbres ne peut rien (Matthieu 16 :18). Il s’agit de l’Eglise, cet édifice spirituel construit avec les pierres vivantes que sont les enfants de Dieu (Ephésiens 2 :22 ; 1 Pierre 2 :5 ; 1 Corinthiens 3 :17 ; 6 :19).  Quant à son règne, il est éternel, c’est-à-dire sans commencement ni fin.

« Et voici, tu concevras dans ton ventre, et tu enfanteras un fils, et tu lui donneras le Nom de JÉSUS. Il sera grand, et sera appelé le Fils du Très-Haut, et le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son père.  Il régnera sur la maison de Jacob éternellement, et son règne n’aura pas de fin. » Luc 1 : 31-33.

Alors que la mort était rentrée dans le monde à cause du péché, semant ainsi le chaos et le désespoir absolu, Dieu annonçait à Eve que la vie allait reprendre le dessus en sa postérité. Jésus est cette postérité, le Messie, le Sauveur promis. Mais qui est-il exactement ? Un homme oint de manière particulière ? Un ange supérieur aux autres ? Il est plus que cela, il est l’incarnation de Yahweh.

« Voici, les jours viennent, dit Yahweh, où je susciterai à David un Germe juste, qui régnera en Roi ; il prospérera, et exercera le droit et la justice dans le pays. En son temps, Juda sera sauvé, Israël demeurera en sécurité ; et voici le nom dont on l’appellera : Yahweh notre justice. » Jérémie 23 :5-6.

YAHWEH VIENDRA…

« Pousse des cris de joie et réjouis-toi, fille de Sion ! Car voici, je viens, et j’habiterai au milieu de toi, dit Yahweh » Zacharie 2 :10.

« Lève-toi, sois illuminée, car ta lumière arrive, et la gloire de Yahweh se lève sur toi. Car voici, les ténèbres couvrent la terre, et l’obscurité couvre les peuples ; mais Yahweh se lève sur toi, et sa gloire apparaît sur toi. » Esaïe 60 : 1-2.

Yahweh est-il différent du Messie annoncé ? Absolument pas. Comme nous l’attestent entre autres les premières lignes de l’évangile de Jean, il s’agit en fait de la même personne.

« Au commencement était la Parole, et la Parole était tournée vers Dieu, et Dieu était la Parole. Elle était au commencement tournée vers Dieu. Toutes choses ont été faites par elle, et rien de ce qui a été fait n’a été fait sans elle. En elle était la vie, et la vie était la lumière des hommes. Et la lumière brille dans les ténèbres, mais les ténèbres ne l’ont pas saisie […] Et la Parole est devenue chair, elle a dressé sa tente parmi nous, pleine de grâce et de vérité ; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique du Père.» Jean 1 :1-5 ; 1 :14.

Yahweh avait annoncé au prophète Esaïe les œuvres qu’il accomplirait lorsqu’il viendrait.

« Voici, le Seigneur Yahweh viendra contre le fort, et son bras dominera sur lui ; voici son salaire est avec lui, et ses rétributions sont devant lui. Il paîtra son troupeau comme un berger, il rassemblera les agneaux dans ses bras, il les placera dans son sein ; il conduira celles qui allaitent. » Esaïe 40 :10-11.

Comme nous l’avons vu plus haut, l’homme fort est le prince de ce monde que Jésus a vaincu (Matthieu 2 :26-29) car il est Roi des rois et Seigneur des seigneurs (Deutéronome 10 :17 ; Apocalypse 17 :14).

« Maintenant est venu le jugement de ce monde ; maintenant le prince de ce monde sera jeté dehors. » Jean 12 :31.

A l’instar d’un berger, Yahweh devait venir rassembler ses agneaux, or c’est ce qu’a fait Jésus : « J’ai encore d’autres brebis qui ne sont pas de cette bergerie ; celles-là, il faut aussi que je les amène ; elles entendront ma voix, et il y aura un seul troupeau, et un seul berger » (Jean 10 :16).

« Dites à ceux qui ont le cœur troublé : Prenez courage et ne craignez plus ; voici votre Dieu, la vengeance viendra, la rétribution de Dieu ; il viendra lui-même et vous délivrera. Alors les yeux des aveugles seront ouverts, et les oreilles des sourds seront débouchées. Alors le boiteux sautera comme un cerf, et la langue du muet chantera en triomphe. » Esaïe 35 :4-6.

Aucun homme avant Jésus-Christ n’a accompli de tels miracles. Aussi, lorsque Jean-Baptiste douta à son sujet, Jésus lui répondit en mettant en avant ses œuvres qui parlaient d’elles-mêmes.

« Jean fut informé de toutes ces choses par ses disciples. Il en appela deux, et les envoya vers Jésus pour lui dire : Es-tu celui qui devait venir, ou devons-nous en attendre un autre ? Et étant venus à lui, ils lui dirent : Jean-Baptiste nous a envoyés auprès de toi, pour te dire : Es-tu celui qui devait venir, ou devons-nous en attendre un autre ? A l’heure même, Jésus guérit plusieurs personnes de maladies, et d’infirmités, et d’esprits malins, et il rendit la vue à plusieurs aveugles. Ensuite Jésus leur répondit, et leur dit : Allez, et rapportez à Jean ce que vous avez vu et entendu : Que les aveugles recouvrent la vue, les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés, les sourds entendent, les morts ressuscitent, l’Evangile est annoncé aux pauvres. Béni est celui qui n’aura pas été scandalisé à cause de moi ! » Luc 7 :18-23.

« Croyez-moi, JE SUIS en mon Père, et le Père est en moi ; sinon croyez-moi à cause de ces œuvres. » Jean 14 :11.

Il est aussi intéressant de noter que les prophètes ayant vécu sous l’Ancienne Alliance décrivent souvent Yahweh se déplaçant ou se manifestant dans une nuée (Exode 19 :9 ; Esaïe 19 :1 ; Ezéchiel 1 :4, 28 etc.).

Prenons pour exemple cet extrait du Psaume 18 qui en plus de décrire Yahweh venant sur les nuées, est rempli de références à Jésus-Christ.

« Psaume de David, serviteur de Yahweh, qui adressa à Yahweh les paroles de ce cantique, le jour où Yahweh l’eut délivré de la main de Saül. Au chef des chantres.  Il dit donc : Ô Yahweh qui es ma force, je t’aimerai d’une affection cordiale. Yahweh est mon Rocher, ma forteresse et mon libérateur ! Mon Dieu est mon Rocher où je trouve un refuge ! Il est mon bouclier, la force qui me sauve, ma haute retraite !  Je crie : Loué soit Yahweh ! et je suis délivré de mes ennemis.  Les liens de la mort m’avaient environné et les torrents de Bélial m’avaient épouvanté.  Les liens du scheol m’avaient entouré, les filets de la mort m’avaient surpris. Dans ma détresse, j’ai invoqué Yahweh, j’ai crié à mon Dieu ; il a entendu ma voix de son palais, mon cri est parvenu devant lui à ses oreilles.  La terre fut ébranlée et trembla, les fondements des montagnes croulèrent, et ils furent ébranlés, parce qu’il était irrité.  Une fumée montait de ses narines, et de sa bouche sortait un feu dévorant, des charbons embrasés. Il abaissa les cieux et descendit : Il y avait une épaisse nuée sous ses pieds.  Il était monté sur un chérubin, et il volait, il était porté sur les ailes du vent. Il faisait des ténèbres sa demeure secrète, autour de lui était sa tente, il était enveloppé des eaux obscures et de sombres nuages. De la splendeur qui le précédait, s’échappaient les nuées, lançant de la grêle et des charbons de feu. Yahweh tonna dans les cieux, le Très-Haut fit retentir sa voix avec de la grêle et des charbons de feu. Il tira ses flèches, et écarta mes ennemis, il lança des éclairs et les mit en déroute. Le fond des eaux parut, les fondements du monde furent découverts, par ta menace, ô Yahweh ! par le souffle du vent de tes narines.  Il étendit la main d’en haut, il m’enleva et me retira des grandes eaux ; il me délivra de mon puissant ennemi, et de ceux qui me haïssaient, car ils étaient plus forts que moi. Ils m’avaient surpris au jour de ma détresse, mais Yahweh fut mon appui. Il m’a mis au large, il m’a délivré, parce qu’il m’aime. » Psaumes 18 :1-20.

« Yahweh est mon Rocher, ma forteresse et mon libérateur ! » 

  • « Et moi je te dis que tu es Pierre, et que sur ce Roc je bâtirai mon Eglise, et les portes de l’enfer ne prévaudront pas contre elle. » Matthieu 16 :18.
  • « (…) car ils buvaient de l’eau du rocher spirituel qui les suivait, et ce rocher était Christ. » 1 Corinthiens 10 :1-4.

« La terre fut ébranlée et trembla, les fondements des montagnes croulèrent et ils furent ébranlés, parce qu’il était irrité. »

  •  « Et les étoiles du ciel tombèrent sur la terre, comme lorsque le figuier est agité par un grand vent et laisse tomber ses figues encore vertes. Et le ciel se retira comme un livre qu’on roule ; et toutes les montagnes et les îles furent remuées de leurs places. Et les rois de la terre, et les princes, et les riches, et les capitaines, et les puissants, et tout esclave, et tout homme libre se cachèrent dans les cavernes et entre les rochers des montagnes.  Et ils disaient aux montagnes et aux rochers : Tombez sur nous, et cachez-nous devant la face de celui qui est assis sur le trône, et devant la colère de l’Agneau ; car le grand jour de sa colère est venu, et qui peut subsister ? » Apocalypse 6 :13-17.

Il y avait une épaisse nuée sous ses pieds (…) il était enveloppé des eaux obscures et de sombres nuages.  De la splendeur qui le précédait, s’échappaient les nuées »

  • « Alors le signe du Fils de l’homme paraîtra dans le ciel, toutes les tribus de la terre se lamenteront en se frappant la poitrine, et verront le Fils de l’homme venant sur les nuées du ciel, avec une grande puissance et une grande gloire. » Matthieu 24 :30.
  • « Et ayant dit ces choses, il fut élevé ; comme ils le regardaient, une nuée le prit et l’emporta de devant leurs yeux. Et comme ils avaient les yeux fixés vers le ciel, à mesure qu’il s’en allait, voici, deux hommes en vêtements blancs se présentèrent devant eux, et leur dirent : Hommes Galiléens, pourquoi vous arrêtez-vous à regarder au ciel ? Ce Jésus qui a été enlevé du milieu de vous au ciel, en descendra de la même manière que vous l’avez contemplé montant au ciel. » Actes 1 :9-11.
  • « Voici, il vient avec les nuées, et tout œil le verra, et même ceux qui l’ont percé ; et toutes les tribus de la terre se lamenteront devant lui. Oui, amen ! » Apocalypse 1 :7.

 JÉSUS PARDONNE NOS PÉCHÉS

Lorsque nous péchons d’une manière quelconque, nous péchons d’abord envers Dieu car nous enfreignons premièrement ses commandements. Dieu est le juge suprême devant lequel chaque homme devra comparaître pour rendre des comptes. Le péché étant semblable à une dette (Matthieu 6 :12), la remise de celle-ci ne peut être accordée que par le créancier lui-même. Par conséquent, le pardon des péchés ne peut être accordé que par celui qu’on a offensé, c’est-à-dire Dieu.

« Parce que Yahweh est notre Juge, Yahweh est notre Législateur, Yahweh est notre Roi ; c’est lui qui vous sauvera. » Esaïe 33 :22.

Esaïe présente Yahweh comme étant à la fois notre Juge, Législateur, Roi et Sauveur. Il n’y a donc pas lieu de faire une différence entre Yahweh, le Père, et Jésus, le Fils, Messie et Sauveur.

« Car il nous faut tous comparaître devant le tribunal de Christ, afin que chacun reçoive selon les bonnes choses ou les mauvaises qu’il aura pratiquées, étant dans son corps. » 2 Corinthiens 5 :10.

« Mais pour nous, notre cité est dans les cieux, d’où nous attendons aussi le Sauveur, le Seigneur Jésus-Christ » Philippiens 3 :20.

 « Puis je vis le ciel ouvert, et voici parut un cheval blanc. Et celui qui était monté dessus s’appelle FIDÈLE et VÉRITABLE, et il juge et combat avec justice.  Et ses yeux étaient comme une flamme de feu ; il y avait sur sa tête plusieurs diadèmes, et il avait un nom écrit que personne ne connaît, si ce n’est lui-même.  Il était revêtu d’un vêtement teint de sang, et son Nom s’appelle LA PAROLE DE DIEU.  Les armées qui sont dans le ciel le suivaient sur des chevaux blancs, revêtues de fin lin blanc et pur.  De sa bouche sortait une épée tranchante, pour frapper les nations ; il les gouvernera avec un sceptre de fer, et il foulera la cuve du vin de l’indignation et de la colère du Dieu Tout-Puissant.  Et sur son vêtement et sur sa cuisse étaient écrits ces mots : LE ROI DES ROIS ET LE SEIGNEUR DES SEIGNEURS. » Apocalypse 19 :11-16.

Dans le passage suivant, le verbe connaître (yada en hébreu) signifie « savoir », dans le sens de « connaître », « apprendre à connaître », « percevoir », mais aussi « distinguer », « faire une discrimination ». En d’autres termes, Dieu déclare ici que sa divinité sera reconnue au fait qu’il pardonnera les péchés.

 « Aucun homme parmi eux n’enseignera plus son prochain, ni personne son frère, en disant : Connaissez Yahweh ! Car tous me connaîtront, depuis le plus petit jusqu’au plus grand, dit Yahweh ; parce que je pardonnerai leur iniquité, et que je ne me souviendrai plus de leur péché. »  Jérémie 31 :34.

« Et voici, on lui présenta un paralytique couché sur un lit. Et Jésus, voyant leur foi, dit au paralytique : Prends courage, mon enfant, tes péchés te sont pardonnés. Et voici, quelques-uns des scribes disaient au dedans d’eux : Cet homme blasphème. Mais Jésus, connaissant leurs pensées, leur dit : Pourquoi avez-vous de mauvaises pensées dans vos cœurs ?  Car lequel est le plus aisé de dire : Tes péchés te sont pardonnés ; ou de dire : Lève-toi et marche ? Or afin que vous sachiez que le Fils de l’homme a le pouvoir sur la terre de pardonner les péchés : Lève-toi, dit-il au paralytique, prends ton lit et va dans ta maison.  Et il se leva et s’en alla dans sa maison. » Matthieu 9 :2-7.

« Alors les scribes et les pharisiens commencèrent à raisonner en eux-mêmes, disant : Qui est celui-ci qui profère des blasphèmes ? Qui est-ce qui peut pardonner les péchés, si ce n’est Dieu seul ? » Luc 5 :21.

Remarquez que Jésus appelle le paralytique « mon enfant », se positionnant ainsi en tant que Père (Esaïe 9 :6).

En sachant que c’est Yahweh qui efface nos transgressions (Esaïe 43 :25 : 44 :22), comment Jésus aurait-il pu pardonner les péchés s’il n’était pas Yahweh ? Car quand bien même il aurait déclaré le pardon par audace, la condamnation n’aurait pas pu être levée. Or le pardon de Jésus est systématiquement accompagné de la libération (Jean 5 :14).

JÉSUS A POUVOIR DE VIE ET DE MORT

« Voyez maintenant que moi, JE SUIS, et il n’y a point de dieu avec moi ; je fais mourir et je fais vivre, je blesse et je guéris ; et il n’y a personne qui puisse délivrer de ma main. Car je lève ma main au ciel, et je dis : Je vis éternellement. » Deutéronome 32 :39-40.

Dieu est un, unique, et éternel. Il est l’origine de la vie et le seul à détenir le pouvoir de la donner et de la reprendre. Avant Jésus, la Bible ne fait mention que de quelques guérisons et de trois résurrections (1 Rois 17 :22 ; 2 Rois 4 :32-38 ; 2 Rois 13 :21). Le Seigneur a accompli des miracles innombrables, variés et jamais vus jusqu’alors (Jean 21 :25 ; Matthieu 9 :33). Le Maître a ressuscité les morts de son vivant, notamment Lazare (Jean 11 :43-44), la fille de Jaïrus (Marc 5 : 35-43), le fils de la veuve (Luc 7 :12-16), mais aussi au moment où il a rendu l’âme.

 « Et voici, le voile du temple se déchira en deux, depuis le haut jusqu’en bas, et la terre trembla, et les pierres se fendirent. Et les sépulcres s’ouvrirent et plusieurs corps des saints qui étaient morts ressuscitèrent. Et étant sortis des sépulcres après la résurrection de Jésus, ils entrèrent dans la ville sainte et se montrèrent à plusieurs. » Matthieu 27 :51-53.

Dès que Jésus a quitté le monde des vivants pour rentrer dans celui des morts, des résurrections ont eu lieu car il est la vie. Le Seigneur a donc démontré son autorité absolue sur terre, mais aussi en enfer, où il est allé dépouiller et anéantir Satan (Hébreux 2 :14).

« C’est pourquoi il est dit : Etant monté en haut, il a emmené captive une grande multitude de captifs, et il a donné des dons aux hommes. Or que signifie : Il est monté, sinon qu’il est premièrement descendu dans les parties les plus basses de la terre ? » Ephésiens 4 :8-9.

« JE SUIS le premier et le dernier, et je vis ; j’étais mort, et voici, JE SUIS vivant d’âges en âges. Amen ! Et je tiens les clefs de l’enfer et de la mort. » Apocalypse 1 :18.

Notez bien comment se présente le Seigneur ici : « JE SUIS le premier… » Jésus n’est pas le second personnage d’une trinité divine. Il est Yahweh, le seul, l’unique, l’indivisible. Il détient désormais les clés de la mort, ce qui signifie que nulle créature, homme ou animal, ne peut mourir sans son accord.

« Et ne craignez pas ceux qui tuent le corps et qui ne peuvent tuer l’âme ; mais craignez plutôt celui qui peut faire périr et l’âme et le corps en les jetant dans la géhenne. Ne vend-on pas deux passereaux pour un sou ? Cependant, il n’en tombe pas un à terre sans la volonté de votre Père. Et même les cheveux de votre tête sont tous comptés. » Matthieu 10 :28-30.

Le livre de vie et le livre du jugement

Yahweh possède le livre de vie et a le pouvoir d’effacer le nom de ceux qui y sont inscrits.  Nous constatons que Jésus a la même autorité.

« Et Yahweh répondit à Moïse : C’est celui qui aura péché contre moi que j’effacerai de mon livre. » Exode 32 :33.

« Celui qui vaincra sera vêtu de vêtements blancs, et je n’effacerai pas son nom du Livre de vie… » Apocalypse 3 :5.

En plus du livre de vie, il existe au ciel un livre contenant les jugements qui doivent s’abattre sur les hommes. Parce que personne n’égale sa sainteté, sa pureté ? sa justice, seul Jésus est digne de regarder et d’ouvrir ce livre pour déclencher le jugement qu’il contient.

« Puis je vis dans la main droite de celui qui était assis sur le trône, un livre écrit en dedans et en dehors, scellé de sept sceaux.  Et je vis aussi un ange remarquable par sa force, qui proclamait d’une voix forte : Qui est digne d’ouvrir le livre, et d’en rompre les sceaux ? Et il n’y avait personne, ni dans le ciel, ni sur la terre, ni sous la terre qui pouvait ouvrir le livre, ni le regarder. Et je pleurais beaucoup parce que personne n’était trouvé digne d’ouvrir le livre, ni de le lire, ni de le regarder. Et l’un des anciens me dit : Ne pleure pas, voici le Lion qui vient de la tribu de Juda, de la racine de David, a vaincu pour ouvrir le livre et pour en rompre les sept sceaux.  Et je regardai, et voici il y avait au milieu du trône et des quatre êtres vivants, et au milieu des anciens, un Agneau qui se tenait là comme immolé, ayant sept cornes, et sept yeux, qui sont les sept Esprits de Dieu envoyés par toute la terre.  Et il vint et prit le livre de la main droite de celui qui était assis sur le trône. » Apocalypse 5 :1-7.

Dieu est immortel, personne ne peut le tuer. Cependant, son amour pour l’homme est tellement grand qu’il est devenu mortel afin de pouvoir nous racheter par son sang. Nulle créature n’a le pouvoir de vie et de mort, et encore moins celui de donner sa propre vie et de la reprendre.

« Et Pilate lui dit : Est-ce à moi que tu ne parles pas ? Ne sais-tu pas que j’ai le pouvoir de te crucifier, et que j’ai le pouvoir de te délivrer ? Jésus lui répondit : Tu n’aurais aucun pouvoir sur moi, s’il ne t’avait été donné d’en haut. C’est pourquoi celui qui m’a livré à toi commet un plus grand péché. » Jean 19 :10-11.

« Le Père m’aime, parce que je donne ma vie, afin de la reprendre. Personne ne me l’ôte, mais je la donne de moi-même. J’ai le pouvoir de la donner, et j’ai le pouvoir de la reprendre ; j’ai reçu cet ordre de mon Père.  Il y eut de nouveau de la division parmi les Juifs à cause de ces discours. Car plusieurs disaient : Il a un démon, il est fou ! Pourquoi l’écoutez-vous ? Et les autres disaient : Ce ne sont pas les paroles d’un démoniaque ; un démon peut-il ouvrir les yeux des aveugles ? » Jean 10 :17-21.

Qui d’autre que Dieu peut avoir le pouvoir de ressusciter tout seul après sa mort ?

Jésus a clairement affirmé sa divinité en déclarant ces paroles : « JE SUIS le chemin, la vérité, et la vie. Personne ne vient au Père que par moi. » (Jean 14 :6) « JE SUIS la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi vivra même s’il meurt.  Et quiconque vit et croit en moi ne mourra pas, à jamais. Crois-tu cela ? » (Jean 8 :25-26).

Face à de telles déclarations, il n’y a que deux réactions possibles : La foi ou le doute. Si nous doutons de la divinité de Jésus alors cela revient à le considérer comme un homme fou. Mais comme l’ont fait remarquer certains : Un démoniaque peut-il guérir les malades et ressusciter les morts ? Peut-il consoler les affligés ? Peut-il changer nos vies, simplement en venant toucher nos cœurs par sa Parole, comme Jésus l’a fait ? On reconnait un arbre à ses fruits… Or depuis que Jésus a paru, il ne s’est vu nulle part des fruits meilleurs que les siens.

EN CONCLUSION…

La Bible est totalement et absolument christocentrique. La divinité de Jésus-Christ y est progressivement et subtilement dévoilée. Ceux qui cherchent Dieu avec sincérité et persévérance ne pourront qu’être frappés par cette vérité qui viendra s’imposer comme une évidence. La connaissance de cette vérité n’est pas une affaire d’études théologiques mais d’une rencontre entre un Dieu unique et Tout-Puissant et l’homme pécheur qu’il aime d’un amour ineffable. C’est ce Dieu merveilleux qui viendra se révéler lui-même à ses enfants, et qui leur ouvrira l’intelligence pour comprendre les Ecritures qui parlent de lui (Luc 24 :45 ; 1 Corinthiens 2 :11). Dieu se laisse véritablement trouver par ceux qui le cherchent soigneusement (Proverbes 8 :17). Il existe des milliers de témoignages de rencontres entre Jésus et des hommes et des femmes à priori inatteignables par l’Evangile (extrémistes de tous bords, satanistes, prostitués, drogués, criminels…). Alors comment expliquer que ces gens de mauvaise vie aient trouvé Jésus et que tant d’églises soient remplies de chrétiens qui ne l’ont même pas aperçu de loin ?  Le salut étant une affaire personnelle, il convient que chacun s’examine. Cependant, une autre question plus grave s’impose : Peut-on réellement être sauvé sans placer Jésus au centre de nos vies ? Je crains que cela ne soit impossible. Si la Bible est christocentrique, cela veut dire que les églises doivent l’être également. La chrétienté actuelle se trouve dans une grande confusion. Entre le message de la prospérité et les traditions humaines empruntes de philosophie et de légalisme, il est bien difficile d’y trouver le Jésus des Ecritures. Le Seigneur doit être élevé afin qu’il puisse attirer les hommes à lui (Jean 12 :32). Il doit être au centre des prédications, au centre des louanges, véritablement au centre des œuvres que l’on fait en son Nom. Or si les églises présentent quelqu’un ou quelque chose d’autre que Jésus (hommes, traditions, philosophie, le monde, la loi mosaïque, ou l’église elle-même), il est impossible que ceux qui les fréquentent soient sauvés. En effet, salut et méconnaissance de Dieu sont incompatibles. Nous devons donc veiller à connaître Dieu et à être connus de lui.

« Si vous me connaissiez, vous connaîtriez aussi mon Père. Mais dès maintenant vous le connaissez, et vous l’avez vu. Philippe lui dit : Seigneur, montre-nous le Père, et cela nous suffit. Jésus lui répondit : JE SUIS depuis si longtemps avec vous, et tu ne m’as pas connu, Philippe ! Celui qui m’a vu a vu mon Père ; et comment dis-tu : Montre-nous le Père ? » Jean 14 :7-9.

Adèle F.

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email

1 réponse de cet article

Laisser une réponse