Les Dokimos



Où est le Dieu de justice ?

balance.jpg

Comment ne pas s’interroger de la sorte lorsque l’on assiste impuissant à tous les abus qui ont lieu chaque jour en ce bas monde ou lorsque l’on a été soi-même lésé, victime d’une injustice ? On peut donc se demander si Dieu existe véritablement et si oui, que fait-il ? Quand va-t-il enfin intervenir ? Il est vrai que tout semble aller toujours pour le mieux pour celui qui ne craint pas Dieu. Il se vautre dans le péché, cause du tort à son prochain, et il ne lui arrive que du bien : Il est en bonne santé, il prospère et il a du succès. Et pendant ce temps, celui qui s’efforce de vivre pieusement galère tout le temps. Ce constat peut nous amener à abandonner la foi si nous laissons l’amertume envahir nos cœurs et si nous nous fions aux apparences. Or Dieu existe bel et bien et sa justice s’accomplira certainement.

LA JUSTICE DE DIEU ET LA JUSTICE DES HOMMES


La justice est un principe moral, certains diront philosophique, qui exige le respect du droit et de l’équité. L’idée de justice est indissociable de celle du jugement puisque rendre justice implique de trancher entre ce qui est bien et ce qui est mal, entre ce qui est juste et ce qui ne l’est pas, entre ce qui est conforme au droit et ce qui ne l’est pas. Au-delà du principe, le terme justice renvoie aux institutions judiciaires qui ont reçu le mandat d’interpréter et d’appliquer la loi. Si pendant longtemps on a associé la justice à la moralité, donc à la religion et par conséquent à Dieu, aujourd’hui ce n’est plus le cas. Dans les pays laïcs et démocratiques, ce sont les hommes qui édictent les règles de loi et définissent ce qui est conforme au droit ou pas. Aussi, la justice humaine ne se confond pas nécessairement avec la morale. En effet, elle n’a pas vocation à rendre les hommes parfaits mais juste à maintenir l’ordre dans la cité.


Par exemple, Dieu a dit : « Tu ne tueras pas » (Deutéronome 5 :17). C’est une loi morale contenue dans une toute petite phrase limpide par sa clarté : Il nous est interdit d’ôter la vie d’un homme. Il n’est pas dit : Tu n’as pas le droit de tuer, sauf si telles circonstances se présentent. Le meurtre et l’assassinat contreviennent à la loi morale de Dieu et appellent donc une sanction de sa part. Dieu fera justice soit en intervenant directement soit en demandant aux hommes d’appliquer les sanctions qu’il a prévues (voir par exemple Lé. 20 :15).


Tuer est aussi une faute morale aux yeux des hommes et une infraction à leurs lois, c’est pourquoi la plupart des législations humaines condamnent lourdement le meurtre et l’assassinat. La différence c’est qu’au fil du temps les hommes ont introduit un « sauf si ». Ils ont commencé à discuter sur ce qui est un homicide ou pas, sur ce qu’est vivant ou pas, sur ce qui est humain ou pas. C’est ainsi que dans certains pays on a légalisé l’avortement, l’euthanasie ou le suicide assisté, laissant de côté la morale, alors qu’aux yeux de Dieu ces pratiques restent des meurtres.


Prenons aussi la question de l’adultère. Dieu dit : « Tu ne commettras pas d’adultère » (Exode 20 :14), or en Occident cela fait longtemps que l’adultère n’est plus réprimé par la loi. Pourtant, on ne peut pas dire que le fait de tromper son mari ou sa femme n’ait pas de conséquences fâcheuses voire graves sur la personne trompée. La plupart du temps une victime de l’adultère n’obtiendra pas réparation devant la justice des hommes, mais elle peut toujours plaider sa cause devant Dieu qui jugera les adultères et les débauchés (Hé. 13 :4). Ainsi, la première différence entre la justice de Dieu et celle des hommes c’est que la question de la moralité est volatile pour ce qui concerne la justice humaine. Ensuite, du fait que la justice des hommes s’éloigne de plus en plus de la morale, elle ne prend pas en considération toutes les causes. De ce fait, dans beaucoup de cas, on n’obtiendra pas auprès d’elle la réparation que nous espérons.

DIEU N’EST PAS INDIFFÉRENT, IL EST PATIENT


Si Dieu existe, pourquoi laisse-t-il faire l’injustice ? Si vous vous êtes déjà posé cette question c’est surement parce que vous avez eu l’impression que Dieu est indifférent au sort du malheureux. Or ce que nous prenons pour de l’indifférence de la part de Dieu est en réalité l’expression de sa miséricorde qui se traduit par la patience qu’il use envers le pécheur afin de lui laisser le temps de se repentir.


« Prendrais-je plaisir à la mort du méchant, dit le Seigneur Yahweh, et non plutôt à ce qu'il se détourne de ses mauvaises voies et qu'il vive ? » Ezéchiel 18 :23.



« Mais que celui qui se glorifie, se glorifie d'avoir de l'intelligence et de me connaître, car JE SUIS Yahweh qui exerce la miséricorde, le jugement et la justice sur la terre ; car c'est en ces choses que je prends plaisir, dit Yahweh » Jérémie 9 :24.


« Le Seigneur ne retarde pas l'exécution de sa promesse, comme quelques-uns croient qu'il y ait du retard, mais il est patient envers nous, ne voulant qu'aucun ne périsse, mais que tous arrivent à la repentance. » 2 Pierre 3 :9.


Souvenons-nous que Dieu fait lever son soleil et fait pleuvoir sur les méchants et sur les bons, sur les justes et sur les injustes (Mt. 5:45). Or qui parmi nous est né saint et n’a pas eu besoin de bénéficier de la miséricorde de Dieu ne serait-ce qu’une fois dans sa vie ? Nous savons qu’il n’existe pas d’homme juste, qui soit exempt de péché (Ps. 53 :4). Nous étions tous autrefois des pécheurs dignes du jugement de Dieu. Pourtant, le Seigneur nous a fait grâce en usant envers nous de beaucoup de patience et de miséricorde.


Si donc nous avons bénéficié de la bonté de Dieu, nous ne pouvons pas lui reprocher d’être bon et patient envers ceux qui nous font du mal aujourd’hui.



De plus, nous bronchons tous de plusieurs manières (Jc. 3 :2) et de ce fait nous avons encore besoin de la grâce de Dieu tous les jours. Miséricorde et justice ne sont pas incompatibles. Toutefois, de la même manière que Dieu a réservé un temps précis pour sa patience, il a aussi réservé un temps précis pour son jugement. Et bien qu’il avertisse à plusieurs reprises et de plusieurs manières avant de frapper, le pécheur est souvent surpris par le jugement divin.


« Ne t’irrite pas contre les méchants, ne jalouse pas ceux qui s’adonnent à l’injustice. Car ils seront soudainement retranchés comme le foin, et ils se faneront comme l’herbe verte. » Psaumes 37 :1-2.

DIEU ENTEND LE CRI DU MALHEUREUX


Lorsque l’exaucement de nos prières tarde malgré les cris remplis de larmes que nous adressons au Seigneur, il peut aussi nous arriver de penser que Dieu n’écoute pas ou n’entend pas nos prières. Cela peut donc provoquer en nous du découragement, voire de l’amertume et de la colère. Pourtant les Ecritures nous assurent que le Seigneur regarde ses enfants et est attentif à leurs cris.


« Les yeux de Yahweh sont sur les justes, et ses oreilles sont attentives à leur cri. » Psaumes 34 :16.


Toutefois, comme nous l’avons vu plus haut, Dieu cherche avant tout à sauver le méchant. Pensez-y si vous criez à lui pour lui demander de vous rendre justice face à votre partie adverse et que votre délivrance tarde. De plus, si vous êtes animés par le désir de vengeance lorsque vous priez, attendez-vous à ce que Dieu n’agrée par vos prières et qu’il ne vous exauce pas.


« Mais moi, je vous dis : Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous accusent faussement et vous persécutent, afin que vous soyez les fils de votre Père qui est dans les cieux ; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et il envoie sa pluie sur les justes et sur les injustes. » Matthieu 5 :44-45.


« Ne vous vengez pas vous-mêmes, mes bien-aimés, mais laissez agir la colère de Dieu, car il est écrit : « A moi la vengeance, à moi la rétribution, dit le Seigneur. » Si donc ton ennemi a faim, donne-lui à manger ; s'il a soif, donne-lui à boire, car en faisant cela, tu amasseras des charbons ardents sur sa tête. Ne te laisse pas vaincre par le mal, mais sois vainqueur du mal par le bien. » Romains 12 :19-21.


La souffrance que l’ont ressent lorsque l’on est victime d’une injustice ou de mauvais traitements ne nous autorise pas à devenir méchants et vindicatifs.


Bien au contraire, c’est dans les épreuves que les vrais enfants de Dieu se révèlent. Quand on est capable de prier sincèrement pour le salut de son ennemi, quand on le bénit alors qu’il nous maudit et nous maltraite, alors on peut se rassurer : on est un vrai chrétien.



Car au fond ce qui distingue un enfant de Dieu d’un religieux c’est sa capacité d’aimer alors qu’il a plein de raisons légitimes d’haïr. Qu’avons-nous à perdre si nos bourreaux se convertissent ? Strictement rien ! Evitons donc de nous charger du fardeau de la haine et de la colère, cela ne ferait qu’envenimer notre épreuve. Ainsi, au-delà du fait que Dieu veut faire grâce au pécheur pour le sauver, il est possible que l’exaucement de certaines prières tarde ou soit refusé à cause de notre mauvaise disposition de cœur. Si vous êtes dans ce cas de figure, repentez-vous et priez autrement, en bénissant et non en maudissant. Souvenez-vous que la colère de l’homme n’accomplit pas la justice de Dieu (Jc.1 :20).


Bien entendu, nous avons le droit de nous plaindre auprès du Seigneur et d’implorer son secours, la Bible nous encourage d’ailleurs à persévérer dans cet exercice « car la prière du juste faite avec ferveur est de grande efficacité » (Jc. 5 :16).


« Et il leur proposa une parabole, pour montrer qu'il faut toujours prier, et ne pas se relâcher, disant : « Il y avait dans une ville un juge qui ne craignait pas Dieu et qui ne respectait pas les gens. Et dans la même ville, il y avait une veuve, qui venait souvent lui dire : “Fais-moi justice de ma partie adverse !” Pendant longtemps il refusa. Mais après cela il dit en lui-même : “Quoique je ne craigne pas Dieu et que je ne respecte pas les gens, néanmoins, parce que cette veuve me donne de la peine, je lui ferai justice, de peur qu'elle ne vienne sans cesse me casser la tête.” » Et le Seigneur dit : « Écoutez ce que dit le juge injuste. Et Dieu ne ferait-il pas justice à ses élus, qui crient à lui jour et nuit, quoiqu'il use de patience avant d'intervenir pour eux ? Je vous le dis, il leur fera justice rapidement. Mais quand le Fils de l'homme viendra, pensez-vous qu'il trouvera la foi sur la terre ? » Luc 18 :1-8.


Cette parabole de Jésus met en évidence l’importance de persévérer dans la prière. Nous savons que le juge de cette histoire était inique, qu’il ne craignait pas Dieu et qu’il ne respectait pas le droit d’autrui. Le Seigneur ne dit cependant pas que la veuve était son enfant, peut-être que cette femme était athée ou païenne. Toutefois, à cause de sa persévérance, elle a obtenu gain de cause. A plus forte raison, si nous nous montrons persévérants dans la prière auprès du Seigneur qui est un juge parfait et équitable, nous ne pourrons qu’être exaucés. De toute façon, dans sa bonté, Dieu rend justice même aux pécheurs comme le montre le cas emblématique des deux prostituées qui se disputaient la maternité d’un bébé devant le roi Salomon (1 R.3 :16-28).

DIEU NOUS FERA JUSTICE


« Et chacun dira : Quoiqu’il en soit, il y a une récompense pour le juste ; il y a un Dieu qui juge sur la terre. » Psaumes 58 :12.


« Voici, le juste reçoit sur la terre sa rétribution, combien plus encore le méchant et le pécheur ! » Proverbes 11 :31.



Voilà des paroles qui devraient nous consoler : Dieu n’est pas seulement juge au ciel, il l’est aussi sur la terre. Cela veut dire qu’il n’attend pas que nous soyons au ciel pour nous justifier. Le juste et le méchant doivent donc s’attendre à recevoir, au moins partiellement, leur rétribution sur la terre. Ainsi, pour l’un comme pour l’autre, ils auront déjà un avant-gout de ce qui les attend dans l’au-delà : la consolation et la restauration pour le premier, le châtiment et la confusion pour le second.


« Car Dieu n’est pas injuste pour oublier votre œuvre et le travail de charité que vous avez démontré pour son Nom, ayant servi et servant les saints. » Hébreux 6 :10.


« Mais celui qui agit injustement recevra ce qu’il aura fait injustement… » Colossiens 3 :25.

Dieu intervient sur terre pour faire justice au moins pour deux raisons :




  • Afin d’amener le pécheur à la repentance.



« Béni est l’homme que tu châties, ô Yah ! que tu instruis par ta loi, afin qu’il soit dans la paix aux jours du malheur, jusqu’à ce que la fosse soit créé pour le méchant ! » Psaumes 94 :12-13.


« Si l’on fait grâce au méchant, il n’apprend pas la justice ; mais il agit méchamment sur la terre de la droiture, et il ne regarde pas à la majesté de Yahweh » Esaïe 26 :10.


« Moi, je reprends et je châtie tous ceux que j’aime. Aie donc du zèle et repens-toi. » Apocalypse 3 :19.



  • Afin que le juste ne se décourage pas et ne se détourne du bien pour faire le mal.




« Car la verge de la méchanceté ne restera pas sur le lot des justes, de peur que les justes ne tendent leurs mains vers l’injustice. » Psaumes 12 :3.



« Aucune épreuve ne vous est survenue qui n’ait été humaine, et Dieu qui est fidèle ne permettra pas que vous soyez mis à l’épreuve au-delà de vos forces, mais avec l’épreuve il préparera aussi le moyen d’en sortir, afin que vous puissiez la supporter. » 1 Corinthiens 10 :13.


Si le domaine d’intervention du Seigneur ne se limitait qu’au ciel nous serions sans espérance sur terre et il nous serait difficile de persévérer dans la foi. En effet, comment croire en un Dieu que non seulement on ne voit pas et qui en plus n’agirait pas ?


Or Dieu agit, il intervient tous les jours pour exécuter ses jugements, de manière plus ou moins visible. S’il est vrai que beaucoup ont pu échapper à la justice humaine, personne n’échappe à la justice de Dieu, ni de son vivant et encore moins dans l’au-delà. Soyons-en certains, même si les apparences semblent prouver le contraire.


Prenons l’exemple de Hitler. Nombreux sont ceux qui estiment qu’il s’en est sorti à bon compte malgré les crimes horribles et abjects qu’il a commis. Il avait les mains couvertes du sang de plusieurs millions de personnes, et beaucoup auraient voulu le capturer vivant pour le trainer devant la justice humaine et lui infliger une sanction à la hauteur de sa cruauté. Mais Hitler, se sachant vaincu par les Alliés, s’est soustrait à la justice des hommes en se suicidant. On pourrait croire qu’il s’en est sorti plutôt bien et que ce type d’Antichrist s’en est allé en faisant un gros doigt d’honneur au monde entier. Sauf qu’Hitler était un grand mégalomane, son orgueil était démesuré. Perdre la guerre n’a déjà pas dû être facile à admettre, mais voir son pays envahi par l’armée rouge, les bolchéviks qu’il haïssait férocement, a dû l’anéantir psychologiquement au point de l’amener à se tirer une balle dans la tête. Donc son suicide est surtout un acte de désespoir face à la grande humiliation qu’il a subie. De plus, il souffrait de la maladie de Parkinson depuis plusieurs années. C’est tout de même le comble pour un homme qui avait l’ambition de dominer le monde de se voir petit à petit perdre le contrôle de lui-même. Enfin, nous savons tous dans quel endroit il se trouve actuellement et qu’il y il subit des tourments que même son esprit maléfique n’aurait pas pu imaginer dans ses bouffées délirantes les plus extrêmes. Aucune justice humaine n’aurait pu lui rendre la monnaie de sa pièce comme il le méritait. Dieu l’a fait.


Chacun récolte tôt ou tard ce qu’il a semé, qu’il soit petit ou grand, riche ou pauvre, célèbre ou anonyme. La Bible proclame cette vérité et l’illustre de plusieurs exemples, et même la sagesse du monde l’atteste. La roue tourne comme on dit, mais ce n’est pas le hasard qui la fait tourner…


« L’œuvre du rocher est parfaite, car toutes ses voies sont justes. C’est un Dieu fidèle et sans injustice, il est juste et droit. » Deutéronome 32 :4.


Avant et après ma conversion, j’ai pu constater que ceux qui m’ont fait du mal ou qui ont essayé de m’en faire, récoltaient ce qu’ils avaient semé. Il y’en a qui ont récolté la confusion, d’autres la honte, d’autres encore la maladie. Je ne me suis pas réjouie de leur malheur car je n’ai jamais été une haineuse. En quoi la souffrance d’autrui peut-elle nous restaurer, même si ce quelqu’un est un ennemi ? Ce qui m’a réjoui c’est la délivrance, la consolation, la joie et la paix que le Seigneur donne quand il nous sort de l’épreuve que l’on a traversée.


« Ta justice est comme les montagnes de Dieu, tes jugements sont un grand abîme. Yahweh, tu sauves les humains et les bêtes. » Psaumes 36 :7.


« Dans ta justice tu nous réponds par des choses terribles, ô Dieu de notre salut, espoir de toutes les extrémités lointaines de la terre et de la mer. » Psaumes 65 :6.


Le jugement de Dieu est insondable, il peut prendre des formes étranges, incompréhensibles au raisonnement humain. Il peut nous atteindre jusque dans la profondeur de nos entrailles, dans ce que nous avons de plus intime et de plus précieux. On ne se moque pas de Dieu.

LE JUGEMENT DERNIER


Puisque la justice de Dieu s’exerce dans cette vie, à combien plus forte raison ne s’exercera-t-elle pas dans celle à venir ? Je suis toujours surprise d’entendre des gens répondre on verra bien quand on leur demande ce qui va leur arriver après leur mort. Ne pas se préoccuper de ce sujet est une pure folie. Et manifestement, la folie est une épidémie qui touche beaucoup de personnes. Comme nous l’avons vu plus haut, la justice de Dieu n’est pas la justice de l’homme. Nous ne serons pas jugés en fonction des lois des hommes qui déplacent à leur guise les bornes morales, mais en fonction de la loi de Dieu. Dieu est un Être moralement pur et parfait. Ainsi, quand il aime, il met le comble à son amour et il aime parfaitement. Cet amour s’exprime au travers de sa miséricorde, de sa patience et de sa grâce qui peuvent se prolonger sur de longues années. Mais il est aussi un juge parfait, ce qui signifie qu’il est juste, équitable et incorruptible. Il ne tiendra donc aucun coupable pour innocent (Nb. 14 :18).


Que cela nous convienne ou pas, qu’on l’accepte ou pas, qu’on y croie ou pas, nous serons tous jugés d’après sa loi, une loi morale. Chaque homme devra se tenir un jour devant le trône de Dieu qui a pour fondement la justice et l’équité (Ps. 89 :15).



« Et le ciel se retira comme un livre qu'on roule ; et toutes les montagnes et les îles furent remuées de leurs places. Et les rois de la terre, et les princes, et les riches, et les capitaines, et les puissants, et tout esclave, et tout homme libre se cachèrent dans les cavernes et dans les rochers des montagnes. Et ils disaient aux montagnes et aux rochers : « Tombez sur nous, et cachez-nous devant la face de celui qui est assis sur le trône, et devant la colère de l'Agneau ; 17 car le grand jour de sa colère est venu, et qui peut subsister ? » Apocalypse 6 :14-16.


« Puis je vis un grand trône blanc, et celui qui était assis dessus. La terre et le ciel s'enfuirent devant sa face, et il ne fut plus trouvé de place pour eux. Et je vis les morts, les grands et les petits, qui se tenaient devant Dieu. Des livres furent ouverts. Et un autre livre fut ouvert, celui qui est le Livre de vie. Et les morts furent jugés selon les choses qui étaient écrites dans les livres, c'est-à-dire selon leurs œuvres. Et la mer rendit les morts qui étaient en elle, et la mort et l'enfer rendirent les morts qui étaient en eux ; et ils furent jugés chacun selon ses œuvres. » Apocalypse 20 :13.


Les hommes impies et méchants devront affronter le regard du Seigneur Jésus, ces yeux semblables à des flammes de feu qui sondent les reins et les cœurs (Ap. 1 :14 ; 2 :18,23 ; 19 :12). La terre et le ciel s’enfuiront devant lui, quel est celui qui pourra soutenir son regard ? Chacun sera jugé d’après ce qui est écrit dans son livre, là où tous ses faits et gestes, et où même toutes ses pensées et ses sentiments sont consignés.


« Car la Parole de Dieu est vivante et efficace, et plus pénétrante qu'aucune épée à deux tranchants, et perçant jusqu'à la division de l'âme et de l'esprit, et des jointures et des mœlles ; et elle juge les pensées et les intentions du cœur. Et il n'y a aucune créature qui soit cachée devant lui, mais toutes choses sont nues et entièrement découvertes, aux yeux de celui devant lequel nous avons affaire. » Hébreux 4 :12-13.


Ce jour-là toutes les actions secrètes seront dévoilées, tout ce qui se tapissait dans les ténèbres des cœurs mauvais et impénitents sera exposé à la lumière de Christ. Que dira-t-on pour sa défense, quel avocat plaidera devant Jésus assis à la place du Juge ? Quelle excuse avancera-t-on pour ne pas avoir saisi la grâce de Dieu quand c’était encore possible ?


« C'est une chose terrible que de tomber entre les mains du Dieu vivant » (Hé. 10 :31), ne repoussez pas la repentance à plus tard mais saisissez dès aujourd’hui le salut de Dieu en Jésus-Christ.


« Bénis sont ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasiés ! » Matthieu 5 :6.


 

 

 

 

Adèle.


 

1 commentaire
1 commentaire

Laisse un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié

  Avertissez-moi des commentaires suivants

1 commentaire

Dernières publications