Les Dokimos



Les quatre êtres vivants

char celeste.jpg

Le prophète Ezéchiel a eu une vision de la gloire d’Elohîm d’une précision que peu de personnes ont eue. Le Seigneur lui a permis entre autres de voir les quatre être vivants qui sont des anges occupant la plus haute place dans la hiérarchie céleste. Ezéchiel va en faire une description très détaillée dans le premier chapitre de son livre, avec une précision qu’on ne trouve pas ailleurs dans la Bible. Cette description minutieuse n’est pas vaine. Il ne s’agit pas de les décrire simplement pour satisfaire notre curiosité. Nous verrons qu’il y a tout un enseignement que nous pouvons tirer à partir de leur aspect et de leur façon d’être. Mais avant de rentrer dans le vif du sujet, commençons par voir qui sont les anges et quelle est leur mission.

QUI SONT LES ANGES ?

Le mot ange se dit mal’ak en hébreu et aggelos en grec, ce qui signifie tout simplement messager ou encore envoyé. La définition de ce mot résume leur mission : ce sont des envoyés d’Elohîm pour accomplir une tâche spécifique, soit apporter un message, soit exercer un service quelconque au ciel ou sur terre : protéger, secourir, assister, combattre, mais aussi exercer le jugement d’Elohîm. Ce sont des créatures spirituelles célestes qui se comptent par myriades de myriades et milliers de milliers (Apocalypse 5 :11). Il y’en a de plusieurs sortes et il existe entre elles une hiérarchie. Ainsi, les archanges sont des chefs d’anges en sachant qu’il existe aussi une hiérarchie entre ces chefs.

Les anges ont la possibilité de se matérialiser. Dans le cadre des missions qu’Elohîm leur confie, ils interviennent régulièrement sur terre soit de manière invisible soit en prenant une forme humaine. En Genèse 19 :1 il nous est dit que deux anges sont arrivés sur le soir à Sodome et qu’ils y trouvèrent Lot assis à la porte de la ville. Or les sodomites qui voulaient abuser d’eux demandèrent : « Où sont les hommes qui sont entrés chez toi cette nuit. » (Genèse 19 :5) car ils avaient de toute évidence une apparence humaine.

De même, l’archange Gabriel avait pris une forme humaine lorsqu’il visita le prophète Daniel pour lui transmettre un message de la part de YHWH.

« Je parlais encore en prière, quand l'homme Gabriy'el, que j'avais vu auparavant dans une vision, étant épuisé de fatigue, s'approcha de moi au temps de l'offrande du soir. » Daniel 9 :21.

Par ailleurs, l’auteur de l’épitre aux Hébreux nous encourage à l’hospitalité et ceci pour un motif surprenant…

« N'oubliez pas l'hospitalité, car par elle, quelques-uns ont logé des anges sans le savoir. » Hébreux 13 :2.

La Terre est donc régulièrement visitée par des anges sous forme humaine que le Seigneur envoie pour divers services. Je peux d’ailleurs en témoigner moi-même car j’ai eu l’occasion de les voir plusieurs fois à l’œuvre par la grâce de Yehoshoua. Je ne vous livrerai ici qu’un témoignage.

Lorsque je me suis convertie il y a à peu près de 20 ans, j’ai tout de suite été extrêmement combattue au niveau spirituel. J’étais très attaquée par Satan et toutes sortes d’esprits mauvais que je pouvais voir car le Seigneur m’a ouvert les yeux dès que je suis née d’en haut. A cette époque-là j’avais un job étudiant dans une boutique de vêtements parisienne où je travaillais quelques jours par semaine de 14 h à 20 h. Comme j’habitais en banlieue, je prenais le RER pour rentrer chez moi. Un soir, j’ai pris place dans le train comme à mon accoutumée. Très vite, j’ai remarqué un homme qui était assis en face de moi deux rangées plus loin et qui m’observait. Son regard était tellement menaçant et rempli de haine que j’ai été saisie d’une frayeur que je n’avais jamais connue auparavant. Il n’a pas cessé de me fixer, il n’a pas bougé ni regardé ailleurs un seul instant pendant les 30 minutes de trajet. Il ne cachant rien de son hostilité à mon égard. J’ai commencé à prier le Seigneur intérieurement car il était évident que cet homme voulait me nuire. Soit c’était un démon incarné soit un être humain lourdement possédé. La nuit était tombée car nous étions en hiver. Je savais que dans ma ville le service de bus s’était arrêté depuis 20 h et qu’il n’y aurait pas beaucoup de personnes qui descendraient avec moi dans la gare. Je craignais donc que cet homme me poursuive pour me mettre en pièces. Une fois arrivée, je me suis précipitée dehors en me préparant à courir de toutes mes forces jusque chez moi (15 minutes de trajet à pied avec une grosse pente à monter). Mais une fois à l’extérieur de la gare, oh miracle !!! Un bus était là ! Je n’en revenais pas. Le service s’arrêtait normalement à 20 h, il n’y avait jamais eu d’exceptions sur l’horaire. Quant aux chauffeurs de bus, ils n’avaient pas l’habitude de s’attarder. Si on arrivait à 20 heures et une minute, c’était souvent tant pis pour nous. Et là, alors qu’il était 20 h 35, un bus était là ! La porte s’ouvre et je vois un chauffeur que je n’avais jamais vu de ma vie (je les connaissais tous puisque j’habite une petite commune). Il m’accueille avec un large sourire, son visage rayonne de bienveillance. Je n’en reviens pas. Stupéfaite, je lui demande : « Comment ça se fait qu’il y a un bus à cette heure-ci ? » Et sans se départir de son sourire, le chauffeur me répond : « Je vous attendais. » Troublée, je lui dis : « Ah bon ??? » Et en me regardant droit dans les yeux, il réplique en étant à la fois sérieux et souriant : « Oui, oui, je vous attendais. » Le Seigneur est magnifique ! Le miracle était évident. Mon cœur rempli de terreur s’est soudainement rempli de paix, de reconnaissance et de louanges. Toutefois, j’ai eu un doute par la suite. Je me disais : Peut-être que les horaires du bus ont été changés sans que je ne le sache... J’ai été définitivement fixée les jours d’après (et même les mois et les années qui ont suivi), je n’ai plus vu de bus au-delà de 20 h. Les horaires n’ont été modifiés qu’une dizaine d’années plus tard, mais je n’ai plus jamais revu le chauffeur qui m’avait ramenée chez moi ce soir-là.

Les anges sont des créatures puissantes, des serviteurs d’Elohîm qui accomplissent ses ordres. Alléluia !

« Bénissez YHWH, vous, ses anges puissants en force, qui accomplissez sa parole, en obéissant à la voix de sa parole ! Bénissez YHWH, vous toutes ses armées, qui êtes ses serviteurs, qui accomplissez sa volonté ! » Psaumes 103 :20-21.

Lorsqu’ils sont envoyés sur terre, ils ont pour mission d’exercer un service en faveur des enfants d’Elohîm. N’est-ce pas merveilleux de savoir que nous ne sommes pas seuls mais que nous avons pour compagnons de service de anges que le Seigneur envoie pour nous aider à chaque fois que le besoin se fait sentir (Apocalypse 19 :10) ? Ne les invoquez pas pour faire appel à leur aide, ce serait un péché. C’est le Seigneur qui les envoie. De toute façon ils sont constamment présents auprès de nous pour nous protéger des assauts du diable.

« Et auquel des anges a-t-il jamais dit : Assieds-toi à ma droite, jusqu'à ce que j'aie mis tes ennemis pour le marchepied de tes pieds ? Ne sont-ils pas tous des esprits relatifs à la réalisation d'un service, envoyés pour exercer un service en faveur de ceux qui doivent hériter du salut ? » Hébreux 1 :14.

« Alors Yéhoshoua lui dit : Retire-toi, Satan ! Car il est écrit : Tu adoreras le Seigneur ton Elohîm, et tu le serviras lui seul. Alors le diable le laisse. Et voici, des anges s'approchèrent et ils le servaient. » Matthieu 4 :10-11.

Les anges sont aussi des instruments par lesquels Elohîm accomplit sa justice. Le livre de l’Apocalypse révèle particulièrement cet aspect de leur mission avec notamment les sept anges qui sonnent de la trompette et sept autres qui déversent les coupes de la colère d’Elohîm.

« Car le Fils d'humain doit venir dans la gloire de son Père, avec ses anges, et alors il rendra à chacun selon ses œuvres. » Matthieu 16 :27.

« Or, au jour fixé, Hérode, revêtu de ses habits royaux, s'assit sur son trône et adressa un discours au peuple. Or le peuple criait : Voix d'un elohîm et non d'un être humain ! Et immédiatement, un ange du Seigneur le frappa, parce qu'il n'avait pas donné gloire à Elohîm. Et il fut mangé par les vers et expira. » Actes 12 :21-23.

Comme l’apôtre Jean, on peut être fortement tenté d’adorer les anges tant ils sont impressionnants de par leur allure et leur puissance (Apocalypse 18 :1). Il faut se garder de commettre un tel péché et se souvenir du fait qu’un ange qui accepterait l’adoration ne peut qu’être déchu, donc un démon. Les véritables anges n’adorent que Yehoshoua et nous poussent à faire la même chose (Hébreux 1 :6).

« Et je tombai devant ses pieds pour l'adorer, mais il me dit : Non, attention ! Je suis ton compagnon de service et celui de tes frères qui ont le témoignage de Yéhoshoua. Adore Elohîm ! » Apocalypse 19 :10.

« Que personne ne vous trompe sur le prix de la victoire, par humilité, prenant plaisir au culte des anges et faisant une incursion hostile dans les choses qu'il n'a pas vues, étant enflé d’un vain orgueil par les pensées de sa chair… » Colossiens 2 :18.

SPÉCIFICITÉ DES CHÉRUBINS

Comme nous l’avons vu, il n’est pas rare que les auteurs bibliques mentionnent l’intervention des anges, toutefois aucun ne s’est autant appliqué à les décrire par le menu détail comme Ezéchiel 1. Or nous savons que c’est poussés par l’Esprit que les prophètes ont écrit de la part du Seigneur (1 Pierre 1 :21). Or si Ezéchiel a pris le temps de décrire les quatre êtres vivants aussi minutieusement c’est parce qu’Elohîm lui-même l’a voulu ainsi.

Les quatre êtres vivants sont des chérubins. Les Ecritures les évoquent dès la Genèse. Après la chute d’Adam et Eve et leur éviction du jardin d’Eden, ils ont été placés par Elohîm à l’orient du jardin pour empêcher l’être humain d’y rentrer et d’accéder à l’arbre de vie (Yehoshoua- Jean 15 :1) (Genèse 3 :24). Dès lors, les chérubins sont là et ils agitent une épée de feu… Quiconque oserait s’approcher serait instantanément consumé.

arche.jpg

Fait intéressant, lorsque YHWH a demandé à Moïse de construire l’arche de l’alliance et le tabernacle, il a aussi demandé de faire une représentation des chérubins. Ces derniers apparaissaient non seulement sur l’arche mais aussi sur les tapis de la tente d’assignation et dans le temple qui sera par la suite construit par Salomon (Exode 26 :1 ;1 Rois 6 :23-27).

« Tu feras 2 chérubins en or. Tu les feras en ouvrage martelé, aux 2 extrémités du propitiatoire. Fais un chérubin à cette extrémité-ci et un chérubin à cette extrémité-là. Vous ferez les chérubins sur le propitiatoire à ses 2 extrémités. Les chérubins étendront les ailes en haut, couvrant de leurs ailes le propitiatoire, et leurs faces, l’homme vers son frère. La face des chérubins sera vers le propitiatoire. » Exode 25 :18-20.

« Et quand Moshé entrait dans la tente d'assignation pour parler avec YHWH, il entendait une voix qui lui parlait du haut du propitiatoire placé sur l'arche du témoignage, entre les deux chérubins. Et il lui parlait. » Nombres 7 :89.

Comment Moïse a-t-il su à quoi ils ressemblaient ? Et bien il les avait sans doute vus lorsque YHWH s’entretenait avec lui sur le mont Sinaï. Notons toutefois que ceux qui sont décrits dans ce texte de l’Exode ne ressemblent pas tout à fait aux quatre êtres vivants qu’Ezéchiel a vus. On en déduit donc qu’il y’en a de plusieurs sortes. Notons aussi qu’aucune représentation de YHWH n’est faite mais qu’il est symboliquement figuré par l’arche et le propitiatoire qui servait à faire les expiations. En effet, Yehoshoua était encore un mystère caché à ce moment-là (Colossiens 2 :1-3).

Quoiqu’il en soit, à chaque fois que les chérubins sont mentionnés, ils apparaissent au plus près du trône d’Elohîm. Ils sont les gardiens de sa gloire et de sa sainteté. Leur mission consiste à ne laisser aucun être impur, aucune forme de souillure, approcher du Seigneur.

« Et les quatre êtres vivants ont chacun six ailes et ils sont remplis d'yeux tout autour et à l'intérieur. Et ils ne cessent de dire jour et nuit : Saint ! Saint ! Saint est le Seigneur Elohîm le Tout-Puissant, qui était, qui est et qui vient. » Apocalypse 4 :8.

Ils sont aussi l’un de ses moyens de transport du Signeur. Ils font partie de son attelage personnel, en particulier lorsqu’il se manifeste dans toute l’étendue de sa gloire (2 Rois 2 :11 ; 6 :17).

« Dans ma détresse, j'ai invoqué YHWH, j'ai crié à mon Elohîm. De son temple, il a entendu ma voix, et mon cri est parvenu à ses oreilles. Alors la Terre fut ébranlée et trembla, les fondements des cieux s'agitèrent, et ils furent ébranlés, parce qu'il était irrité. Une fumée montait de ses narines, et de sa bouche sortait un feu dévorant : il en jaillissait des charbons embrasés. Il abaissa les cieux, et descendit : il y avait des ténèbres épaisses sous ses pieds. Il était monté sur un chérubin, et il volait, il paraissait sur les ailes du vent. » 2 Samuel 22 :7-11.

Avant de voir quels enseignements nous pouvons tirer de l’observation de ces créatures extraordinaires, une dernière remarque dont l’importance n’est pas à négliger : Satan était autrefois un chérubin. Cette information, c’est aussi Ezéchiel qui nous la fournit (Ezéchiel 28 :11-19).

« Tu étais un chérubin, oint pour protéger. Je t'avais mis sur la sainte montagne d'Elohîm, tu y étais, tu marchais au milieu des pierres de feu. » Ezéchiel 28 :14.

Pourquoi cette information n’est pas à négliger ?

Premièrement parce que cela nous donne idée d’où Lucifier est tombé… C’est la pire chute de toute l’histoire de l’univers, la pire déchéance, le plus grand échec de tous les temps. Avant même que le Mashiah ne lui écrase sa tête à la croix, il était déjà perdant et perdu à jamais. En effet, il avait une position hyper privilégiée qu’il ne retrouvera plus jamais. Le fait d’être le prince de ce monde déchu ne peut certainement pas le consoler car il vaut mieux être le plus petit sujet dans le royaume des cieux que le roi de la Terre, une toute petite planète perdue dans l’immensité de l’univers et qui sera de toute façon détruite un jour (Jean 12 :31 ; 2 Pierre 3 :10). Imaginez un peu ce que c’est que d’être au cœur de la gloire d’Elohîm, dans quelle plénitude, dans quel émerveillement permanent, et de se retrouver dans la plus basse des bassesses. Le choc doit être insupportable, rien que le souvenir du paradis perdu doit le tourmenter constamment.

Deuxièmement, bien que nous le sachions vaincu et perdu (Colossiens 2 :15), il ne faut pas perdre de vue qu’il demeure un adversaire redoutable non seulement car il dispose d’une grande puissance mais aussi d’une grande connaissance qui lui permet d’avoir toujours plusieurs coups d’avance. Il n’est pas question ici de susciter la peur mais la prudence. Sans la crainte du Seigneur, sans la sainteté, sans la consécration, sans l’obéissance, sans la méditation, sans la prière, il est impossible (j’ai bien dit impossible) de lui échapper. Et encore, comprenons bien les choses : ce n’est pas parce que nous prions, méditions et nous consacrons que nous sommes protégés, mais parce que ces choses nous rapprochent de Yehoshoua. Ainsi, c’est la présence de Yehoshoua qui tient l’adversaire à bonne distance. Saisissons bien la nuance.

Troisièmement, le cas de Lucifer constitue un sérieux avertissement pour ceux et celles qui laissent l’orgueil les gouverner. L’orgueil peut rendre fou. Hélas, beaucoup de chrétiens, de leaders en particulier, ont perdu la tête à cause de ce péché qui les pousse à se prendre pour des dieux. Ils utilisent les grâces et l’onction qu’ils ont reçu du Seigneur pour séduire et manipuler les foules. Ils acceptent volontiers l’idolâtrie dont ils font l’objet et usurpent ainsi à leur profit la gloire du Seigneur. Leur refus obstiné de se repentir est déjà en soi un signe clair de leur égarement. Comment peuvent-ils penser qu’ils échapperont au jugement ? De grâce, maintenons-nous dans l’humilité, acceptons aussi quand le Seigneur nous humilie car cela nous est salutaire (Jacques 4 :10). En effet, plus le niveau de gloire est élevé, plus l’orgueil risque d’être démesuré. Voilà pourquoi le Seigneur avait mis une écharde dans la chair de Paul pour l’empêcher de péter les plombs et d’arriver à un stade irrécupérable comme Satan (2 Corinthiens 12 :7).

QUEL ENSEIGNEMENT TIRER DES QUATRE ÊTRES VIVANTS ?

char céleste.jpg

Rentrons à présent dans le vif du sujet et commençons tout de suite par clarifier une chose. Il n’est pas question ici de mettre en avant un enseignement spécifique qui viendrait des quatre êtres vivants. En effet, ils n’ont pas vocation à nous enseigner directement quoi que ce soit ou à nous communiquer une doctrine venant d’eux. Les quatre êtres vivants ne nous enseignement pas en parole mais par leur façon d’être. Or Elohîm seul sait combien un comportement saint vaut infiniment toutes les prédications du monde.

« Or il arriva, dans la trentième année, au cinquième jour du quatrième mois, comme j'étais parmi les exilés près du fleuve Kebar, que les cieux furent ouverts et je vis des visions d'Elohîm. Le 5 du mois, – c'était la cinquième année d'exil du roi Yoyakiyn, la parole de YHWH vint, elle vint à Yehezkel, fils de Bouzi, le prêtre, en terre des Chaldéens, près du fleuve Kebar. C'est là que la main de YHWH vint sur lui. Je regardai, et voici, un vent de tempête vint du nord, une grosse nuée, un feu qui apportait tout autour son éclat. En son milieu, comme l'œil d'ambre au milieu d’un feu. Et au milieu il y avait la ressemblance de quatre vivants et voici quel était leur aspect : ils avaient la ressemblance d'un humain. Quatre faces à l’un, quatre ailes à l’un, pour eux. Leurs pieds étaient des pieds droits, et la plante de leurs pieds était comme la plante d'un pied de veau, ils étincelaient comme l'œil de cuivre poli. Il y avait des mains d’humain sous leurs ailes à leurs quatre côtés. Tous les quatre avaient leurs faces et leurs ailes. Leurs ailes jointes, la femme vers sa sœur. Ils ne se tournaient pas en allant, chaque homme allait au-delà de ses faces. Leurs faces ressemblaient à la face d'un humain, à la face d'un lion à la main droite, à la face d'un bœuf à la gauche des quatre, et à la face d'un aigle à tous les quatre. Leurs faces et leurs ailes étaient divisées par le haut. Deux de leurs ailes se joignaient, l'homme vers l'homme, et deux couvraient leurs corps. Chaque homme allait au-delà de ses faces. Là où l’Esprit allait apparaître, ils allaient. Ils ne se tournaient pas en allant. Et quant à la ressemblance de ces vivants, leur aspect était comme des charbons de feu brûlants, comme l'aspect des torches allant et venant entre les vivants, et le feu avait de l'éclat, et du feu sortaient des éclairs. Les vivants couraient et revenaient : leur aspect était celui de l'éclair. En regardant les vivants, et voici, une roue apparut sur la Terre auprès des vivants, devant leurs quatre faces. L'aspect et la structure de ces roues étaient comme l’œil de la chrysolithe, avec une même ressemblance pour les quatre. Leur aspect et leur structure étaient comme si une roue était au milieu d’une roue. En allant, elles allaient de leurs quatre côtés et elles ne se tournaient pas en allant. Elles avaient des jantes d'une hauteur terrifiante, et leurs jantes étaient pleines d'yeux tout autour des quatre roues. Quand les vivants allaient, les roues allaient à côtés d'eux. Quand ils s'élevaient au-dessus de la Terre, les roues aussi s'élevaient. Là où l’Esprit allait apparaître, ils allaient. Là où l'Esprit allait, les roues s'élevaient avec, car l'Esprit des vivants était dans les roues. Quand ils allaient, elles allaient, quand ils s'arrêtaient, elles s'arrêtaient, et quand ils s'élevaient au-dessus de la Terre, les roues aussi s'élevaient avec eux, car l'Esprit des vivants était dans les roues. Au-dessus de la tête des vivants, la ressemblance d'un firmament, un œil de cristal de glace redoutable étendu sur leurs têtes, bien au-dessus. Sous ce firmament leurs ailes se tenaient droites, la femme vers sa sœur. Chaque homme avait deux ailes qui couvraient de ce côté-ci et chaque homme en avait deux qui couvraient de ce côté-là leur corps. J’entendais, quand ils allaient, la voix de leurs ailes comme la voix des grandes eaux, comme la voix de Shaddaï, une voix de rugissement comme la voix d'une armée. En s’arrêtant ils laissaient tomber leurs ailes. Il y avait une voix au-dessus du firmament qui était sur leurs têtes. En s’arrêtant ils laissaient tomber leurs ailes. Au-dessus du firmament qui était sur leurs têtes, il y avait comme l'aspect d'une pierre de saphir, la ressemblance d'un trône, et sur la ressemblance du trône, une ressemblance comme l'aspect d'un humain au-dessus. Je vis comme l’œil d'ambre, comme l'aspect du feu, à l'intérieur et autour de lui. Depuis l'aspect de ses reins jusqu'en haut, et depuis l'aspect de ses reins jusqu'en bas, je vis quelque chose comme l'aspect du feu, et il y avait de l'éclat tout autour de lui. Comme l'aspect de l'arc qui apparaît dans les nuages en un jour de pluie, tel était l'aspect de l'éclat tout autour de lui. Tel était l'aspect de la ressemblance de la gloire de YHWH. Je vis et je tombai sur ma face, et j'entendis une voix qui parlait. » Ezéchiel 1.

Comme dit plus haut, je crois fermement que si le Seigneur a demandé à Moïse de représenter les chérubins et à Ezéchiel de les décrire par le menu détail, ce n’est pas un hasard, et ceci en dépit de la stricte interdiction de l’idolâtrie. En effet, Elohîm n’est pas du genre multiplier les paroles vaines (Matthieu 6 :7 ; Matthieu 5 :37).

Quatre faces : quatre caractères à développer

D’un point de vue humain, un être à quatre faces est au mieux étrange, au pire effrayant, car cela suggère à notre entendement une monstruosité. Pour avoir une idée de ce dont on à faire ici, il faut se mettre en tête que ce sont des créatures célestes merveilleuses que nos yeux n’ont pas vues et pour lesquelles il n’existe pas d’équivalent terrestre (1 Corinthiens 2 :9).

Il est intéressant de noter que globalement « ils avaient la ressemblance d’un humain » (v.5). Ceci est merveilleux car cela nous rappelle que notre origine est céleste et que notre vocation l’est tout autant (Philippiens 3 :14). Souvenons-nous d’ailleurs que l’être humain a été créé à l’image et à la ressemblance d’Elohîm (Genèse 1 :26). Sachez que nous ne sommes pas les seules créatures à avoir été créés à sa ressemblance car tout a été créé pour lui et par lui (Colossiens 1 :16). Mais l’être humain est la créature qui avait vocation à lui ressembler le plus.

Les chérubins possèdent donc quatre faces.

- Une face humaine, celle du Mashiah : Elle figure Yehoshoua Mashiah qui a été l’exemple de l’homme parfait sur Terre. Il a vécu une vie pure, bien qu’ayant été tenté en toutes choses, sans jamais commettre de péché (Hébreux 4 :15). Les Ecritures nous fixent pour objectif de parvenir (avec l’aide de l’Esprit cela va de soi) « à l'état de l'homme parfait, à la mesure de la stature de la plénitude du Mashiah » (Ephésiens 4 :13). En effet, que ce soit en comportement ou même en pensées (dans nos intentions), nous sommes exhortés à ressembler à Yehoshoua. C’est lui qui doit être notre modèle absolu et notre référence en toutes circonstances.

« Qu'il y ait donc en vous la même pensée que dans le Mashiah Yéhoshoua… » Philippiens 2 :5.

« Soyez mes imitateurs comme je le suis moi-même du Mashiah. » 1 Corinthiens 11 :1.

« Devenez donc imitateurs d'Elohîm, comme des enfants bien-aimés… » Ephésiens 5 :1.

-

lion de feu.jpg

Une face de lion, celle de rois et de reines : La Parole est claire : Yehoshoua a fait de ses enfants « des rois et des prêtres pour Elohîm, son Père... » (Apocalypse 1 :6). Le lion est considéré comme le roi des animaux, il incarne l’autorité royale et la puissance. C’est un animal qui défend avec hargne son territoire et tout ce qui lui appartient. Il n’hésite pas à combattre pour défendre ses intérêts et pour conquérir de nouveaux espaces. De même, nous sommes appelés à défendre l’Evangile et à étendre le Royaume du Seigneur en gagnant des âmes pour Christ. Nous avons également reçu l’autorité du Seigneur pour fouler aux pieds et écraser toute la puissance de l’ennemi. Bien qu’il soit beau à observer, le lion est loin d’être un animal docile et tendre. Il se montre féroce et impitoyable face à ses adversaires quitte à être sérieusement blessé. Ainsi, pour réussir notre marche chrétienne, une certaine forme de violence à l’égard de la chair et du monde des ténèbres est nécessaire.

« Allez donc et faites de toutes les nations des disciples, les baptisant dans le Nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit, leur enseignant à garder tout ce que je vous ai ordonné. Et voici moi, je suis avec vous tous les jours jusqu'à l'achèvement de l'âge. Amen ! » Matthieu 28 :19-20.

« Voici, je vous donne l'autorité de fouler aux pieds serpents et scorpions, et toute la force de l'ennemi et rien ne vous fera du mal en aucune façon. » Luc 10 :19.

« Mais je traite durement mon corps et je le réduis en esclavage, de peur d'être moi-même réprouvé après avoir prêché aux autres. » 1 Corinthiens 9 :27.

« Or depuis le temps de Yohanan le Baptiste jusqu'à maintenant, le Royaume des cieux est forcé, et ce sont les violents qui l’arrachent. » Matthieu 11 :12.

- Une face de bœuf, celle du serviteur et de la servante : Autrefois, le bœuf était utilisé comme instrument de travail. Pour cela il portait un joug (symbole de servitude) et tractait un araire qui creusait des sillons dans la terre en vue de préparer son ensemencement. Le bœuf est un taureau castré. Il a donc conservé toute la puissance et la force du taureau mais il a perdu le coté belliqueux pour devenir docile. C’est ainsi que devrait être tout serviteur du Mashiah : mort à lui-même, la chair crucifiée, n’ayant plus de volonté propre (Matthieu 6 :10), obéissant au Maître, travaillant sans relâche et rempli de la puissance d’Elohîm. Yehoshoua est expressément venu sur terre pour servir et non pour être servi (Marc 10 :45). De même, ceux qui prétendent à un quelconque ministère doivent se mettre en tête qu’ils sont des esclaves du Mashiah et les serviteurs de leurs frères et sœurs.

« Vous aussi, de même, quand vous aurez fait tout ce qui vous a été ordonné, dites : Nous sommes des esclaves inutiles, et nous avons fait ce que nous devions faire. » Luc 17 :10.

« Ainsi, qu'on nous estime comme des serviteurs du Mashiah et des gestionnaires des mystères d'Elohîm. » 1 Corinthiens 4 :1.

« Mais par la grâce d'Elohîm, je suis ce que je suis, et sa grâce envers moi n'a pas été vaine, mais j'ai travaillé plus qu'eux tous, toutefois non pas moi, mais la grâce d'Elohîm qui est avec moi. » 1 Corinthiens 15 :10.

-La face d’aigle, présence de El et vision prophétique : L’aigle est un oiseau qui a la particularité de pouvoir monter jusqu’à 6000 mètres d’altitude et de nicher dans des parois rocheuses situées entre 800 et 2000 mètres d’altitude. Il symbolise ceux et celles qui ont fait leur résidence sur la montagne de YHWH (Psaumes 24 :3), qui demeurent constamment dans la présence du Seigneur et qui ont par conséquent accès à son conseil. Le monde marche par la vue, il se confie en ses propres sens. Les enfants du Seigneur sont appelés à marcher par la foi ; foi qui vient de ce que l’on entend par le moyen de la Parole d’Elohîm (Romains 10 :17). La Parole du Seigneur est éminemment prophétique, lorsqu’elle est honorée, les promesses d’Elohîm s’accomplissent. C’est une lampe indispensable pour nous aider à marcher dans ce monde plongé dans les ténèbres. Avoir la vision de l’aigle c’est être en mesure d’observer les divers évènements depuis les hauteurs, dans leur globalité. C’est la capacité de ne pas s’arrêter sur les circonstances présentes mais de voir la finalité des choses. Cela aide énormément lorsqu’on traverse des épreuves. La vue perçante de l’aigle permet également de discerner de loin ce que les autres ne voient pas. Elle est indispensable car nous évoluons dans un monde où les apparences et les esprits sont trompeurs (1 Jean 4 :1). Même si tous les chrétiens ne sont pas prophètes, nous avons tous en nous l’Esprit des prophètes et la possibilité de monter à la montagne du Seigneur par la prière pour recevoir ses instructions.

« Mais ceux qui s'attendent à YHWH renouvellent leur force. Ils s'élèvent avec des ailes comme des aigles. Ils courent et ne se fatiguent pas, ils marchent et ne se lassent pas. » Esaïe 40 :31.

« Nous avons aussi la ferme parole prophétique, à laquelle vous faites bien d'être attentifs, comme à une lampe qui brille dans un lieu obscur, jusqu'à ce que le jour ait brillé à travers l'obscurité de la nuitet que l'Étoile du matinse lève dans vos cœurs. » 2 Pierre 1 :19.

Yehoshoua avait pleinement manifesté ces quatre aspects. Le coté lion est révélé par l’évangile de Matthieu ; le coté bœuf est révélé par l’évangile de Marc ; le côté humain est révélé par l’évangile de Luc ; et le coté aigle par celui de Jean qui présente le Seigneur comme étant Elohîm et le prophète par execellence. Si nous voulons réussir notre marche chrétienne, nous devons laisser le Seigneur forger chacun de ces caractères en nous.

Des ailes avec lesquelles ils couvrent leur corps :

Quelle humilité ! Alors qu’ils font partie des créatures les plus merveilleuses qui soient, ils ne cherchent pas à se montrer pour être vus, mais ils se couvrent de leurs ailes. Ils ne sont pas à la recherche d’une vaine gloire personnelle mais ils donnent gloire à Elohîm et la mettent en évidence. Quel contraste avec tant d’êtres humains qui portent des titres ronflants et qui paradent dans les églises comme s’ils étaient la 8ème merveille du monde.

Des pieds de veau et des mains humaines :

Les pieds ont dans les Ecritures plusieurs symboliques : le jugement, le mépris (on foule aux pieds ) ou encore le zèle car les pieds nous mènent là où nous sommes déterminés à aller.

« Combien sont beaux sur les montagnes les pieds de celui qui porte la bonne nouvelle, qui publie la paix, de celui qui porte une nouvelle de bonheur, qui publie le salut, qui dit à Sion : Ton Elohîm règne ! » Esaïe 52 :7.

« … et ayant vos pieds chaussés, prêts pour l'Évangile de paix. » Ephésiens 6 :15.

Le fait que les quatre êtres vivants aient des pieds de veau (donc il le petit de la vache et du taureau) exprime l’idée que ces chérubins sont totalement dévoués dans le service vis-à-vis du Seigneur et dépendants de lui tels des enfants.

La main quant à elle est humaine. Vous l’ignorez peut-être, mais sachez que nos mains sont les membres les plus sophistiqués du règne animal. Le fait d’avoir cinq doigts avec un pouce opposable nous permet de faire un nombre incalculable de choses que la plupart des animaux ne peuvent pas faire. Grâce à elle on peut manier les armes et toutes sortes d’outils et d’instruments. La main symbolise l’action, la puissance et la précision.

Le feu : une sainteté absolue

De même que l’eau est l’élément naturel des poissons, le feu est l’élément naturel des quatre êtres vivants (v.4 et 13). Ils évoluent dans une nuée flamboyante, ils sont littéralement plongés dedans, ce qui les rend incandescents. D’où leur aspect ressemblant au « cuivre poli » (v.7) aux « charbons de feu brûlants » et à « l’éclair » (v.14). Cela s’explique par le fait qu’ils portent sur eux le trône d’Elohîm qui est lui-même un feu dévorant (Deutéronome 4 :24 ; Hébreux 2 :29).

« Et ce qu'on voyait de la gloire de YHWH au sommet de la montagne, était comme un feu dévorant aux yeux des enfants d'Israël. » Exode 24 :17.

Ces éléments révèlent leur haut degré de sainteté mais aussi et surtout la sainteté absolue de notre Elohîm. Lorsqu’on s’approche de lui il n’y a que deux conséquences possibles : soit on est dans le péché et dans ce cas on sera consumé ; soit on est saint et embrasé par le feu du Seigneur. Voilà pourquoi l’être humain ne peut pas voir Elohîm et vivre.

Lequel d’entre nous peut approcher d’un incendie sans craindre de se brûler ou sans être oppressé par la chaleur extrême ? Qui peut fixer le soleil lorsqu’il brille dans toute sa force sans détourner le regard ? Or notre Elohîm, Yehoshoua, est plus qu’un incendie et bien plus que le soleil qui brille à son zénith.

« Puis il dit : Tu ne pourras pas voir ma face, car aucun être humain ne peut me voir et vivre. » Exode 33 :20.

« Et six jours après, Yéhoshoua prend Petros et Yaacov, et son frère Yohanan, et les mène à l'écart sur une haute montagne. Et il fut transfiguré en leur présence, son visage resplendit comme le soleil et ses vêtements devinrent blancs comme la lumière. » Matthieu 17 :1-2.

« Et je me retournai pour voir la voix qui me parlait. Et, m'étant retourné, je vis sept chandeliers d'or, et au milieu des sept chandeliers d'or, quelqu'un de semblable au fils d'humain, vêtu d'un vêtement qui descend jusqu'aux pieds et ceint sur la poitrine d'une ceinture d'or. Et sa tête et ses cheveux, blancs comme de la laine blanche et comme de la neige, et ses yeux, comme une flamme de feu. Et ses pieds, semblables à du cuivre ardent, comme brûlés dans une fournaise, et sa voix, comme le bruit des grandes eaux. Et dans sa main droite il a sept étoiles et de sa bouche sort une grande épée aiguë à deux tranchants. Et son visage, comme le soleil qui brille dans sa force. Et quand je le vis, je tombai à ses pieds comme mort, et il posa sa main droite sur moi en me disant : N'aie pas peur ! Moi, je suis le Premier et le Dernier, et le Vivant. Et j'étais mort et voici, je suis vivant d'âges en âges. Amen !» Apocalypse 1 :12-17.

Voilà pourquoi Elohîm ne se révèle pas à l’être humain dans toute sa gloire. Voilà pourquoi il se voile. Voilà pourquoi il s’entoure de mystères. Voilà pourquoi il nous visite plutôt en songe et en visions. Parce que notre chair est incapable de supporter sa présence.

Quiconque veut voir le Seigneur passera nécessairement par le baptême purificateur du feu (brisements, épreuves, persécutions que le Seigneur permettra). C’est une étape incontournable, impossible à éviter, à moins que l’on se détourne du Seigneur.

« Moi, en effet je vous baptise dans l'eau en vue de la repentance, mais celui qui vient après moi est plus puissant que moi et je ne suis pas digne de porter ses sandales. C'est lui qui vous baptisera dans le Saint-Esprit et le feu. Il a la pelle à vanner dans sa main et il nettoiera complètement son aire, et il assemblera son blé dans le grenier, mais il brûlera la paille dans un feu qui ne s'éteint pas. » Matthieu 3 :11-12.

« l'œuvre de chacun sera manifestée, car le jour la fera connaître, parce qu'elle se révèle dans le feu et le feu éprouvera ce qu’est l’œuvre de chacun. » 1 Corinthiens 3 :13.

« … afin que la preuve de votre foi, beaucoup plus précieuse que l'or qui périt, mais qu'on éprouve au moyen du feu, soit trouvée un sujet de louange, d'honneur et de gloire, lors de la révélation de Yéhoshoua Mashiah. » 1 Pierre 1 :7.

Une fois complètement purifiés et nettoyés, nous aurons la même nature que notre Elohîm qui est un feu dévorant.

« Il fait des vents ses messagers, et des flammes de feu ses serviteurs. » Psaumes 104 :4.

Ainsi, la prochaine fois qu’une personne vous interrogera au sujet d’Elohîm ou qu’on aura l’audace de dire devant vous : Si Dieu existe, qu’il se montre ! Répondez : Il vaut mieux pour toi comme pour moi qu’il reste caché, parce que s’il se manifestait ici pleinement, nous disparaîtrions en un instant.

La marche par l’Esprit :

« Ils ne se tournaient pas en allant, chaque homme allait au-delà de ses faces. » (v.9)

« Là où l’Esprit allait apparaître, ils allaient. Ils ne se tournaient pas en allant. » (v.12).

« L'aspect et la structure de ces roues étaient comme l’œil de la chrysolithe, avec une même ressemblance pour les quatre. Leur aspect et leur structure étaient comme si une roue était au milieu d’une roue. En allant, elles allaient de leurs quatre côtés et elles ne se tournaient pas en allant. Elles avaient des jantes d'une hauteur terrifiante, et leurs jantes étaient pleines d'yeux tout autour des quatre roues. Quand les vivants allaient, les roues allaient à côtés d'eux. Quand ils s'élevaient au-dessus de la Terre, les roues aussi s'élevaient. Là où l’Esprit allait apparaître, ils allaient. Là où l'Esprit allait, les roues s'élevaient avec, car l'Esprit des vivants était dans les roues. » (v. 16-20)

Le verbe tourner dans ce passage vient de l’hébreu cabab qui veut dire tourner, se retourner, tourner autour, ou de côté ou en arrière, entourer, encercler, changer de direction.

Ezéchiel décrit encore ici quelque chose qu’on ne peut comprendre ni expérimenter charnellement sur terre. Comment est-ce possible d’aller dans toutes les directions sans jamais se tourner ? Et bien c’est possible uniquement par la puissance d’Elohîm. Les quatre êtres vivants ne sont pas conçus pour reculer. De même, nous qui sommes dans le Seigneur devons supprimer de nos têtes l’idée d’un demi-tour. L’idée de rétrograder ne doit même pas nous traverser l’esprit. Ceux qui demeurent dans la présence de Yehoshoua vont toujours de l’avant, de progrès en progrès, de gloire en gloire et de victoire en victoire.

« Mais Yéhoshoua lui répondit : Aucun homme qui a mis la main à la charrue et qui regarde en arrière, n'est utile au Royaume d'Elohîm. » Luc 9 :62.

« Frères, pour moi, je n’estime pas moi-même l’avoir saisi, mais une seule chose compte : oubliant en effet les choses qui sont en arrière et me portant vers celles qui sont devant, je cours vers le but pour le prix de l'appel céleste d'Elohîm en Yéhoshoua Mashiah. » Philippiens 3 :13-14.

Notons enfin la parfaite synchronisation entre ces êtres vivants et l’Esprit du Seigneur. Ils ne tergiversent pas, ils n’hésitent pas, ils ne s’arrêtent pas comme nous pouvons le faire à cause des interférences de la chair. Là où le Seigneur les veut, c’est là qu’ils vont instantanément. Nous avons ici l’illustration la plus parfaite de la marche par l’Esprit. C’est ce à quoi nous devons aspirer tous les jours et à tous les instants.

L’Esprit du Seigneur est comme un souffle ou vent qui se déplace. S’arrêter, reculer ou choisir soi-même son itinéraire revient nécessairement à perdre la présence d’Elohîm. (Jean 3 :8).

La marche par l’Esprit nous sanctifie.

« Mais je dis : Marchez selon l'Esprit et vous n'accomplirez jamais le désir de la chair. » Galates 5 :16.

La marche par l’Esprit nous évite l’égarement.

« Mais quand il viendra, lui, l'Esprit de la vérité, il vous guidera dans toute la vérité, car il ne parlera pas de lui-même, mais il parlera de tout ce qu'il aura entendu et il vous annoncera les choses à venir. » Jean 16 :13.

Il y aurait sans doute encore beaucoup à dire au sujet des quatre êtres vivants et surtout sur ce merveilleux Elohîm qui les a conçus parce qu’il ne fait rien au hasard ni en vain. Bien que le sujet soit les anges, et plus spécifiquement les quatre êtres vivants, en écrivant cet article c’est surtout sur la puissance et la sainteté de Yehoshoua que j’ai été enseignée. J’espère que ce sera aussi votre cas. Que personne donc, sous peine d’anathème, ne développe une fascination idolâtre et coupable sur ces créatures célestes. Que toute la gloire soit rendue à Yehoshoua qui seul mérite l’honneur, l’adoration et la louange aux siècles des siècles.

Maranatha !

Amen !

Adèle.

La reproduction de nos articles est autorisée si elle est intégrale et la source citée.

2 commentaires
2 commentaires

Laisse un commentaire

Your email address will not be visible.

  Avertissez-moi des commentaires suivants

2 commentaires

  • Tiber Guarini   
    16 Juin 2021 21:04

    Bonsoir frères et soeurs, j'ai pas de mot pour exprimer la grandeur de notre Elohim infiniment grand je suis tout ému en lisant cet enseignement ,quel magnificence notre seigneur tout puissant glorieux, oh seigneur aide nous a garder la foi,a nous sanctifier ,nous purifier très bientôt tu seras là nous te verrons tel que tu es,que Le nom de Yhaweh soit benis dans tous les oeuvres que vous faîte ,les témoignage les enseignement nous encourage beaucoup soir fortifier et benis au nom de Yehoshoua Amen .bonne continuation pour la gloire de notre bien aimé Roi des Roi.

    Répondre
  • Seb   
    10 Juillet 2021 15:28

    Je ne savais pas : https://fr.wikipedia.org/wiki/Had%C3%A8s_(Disney). Satan est vraiment malin !

    Répondre