logo
Home Enseignements Estelle: De libertaire à libre  !

Je suis née en 1976, dans une famille, qui pour cette époque, n’était pas vraiment « normale ». Lors de leur mariage, mes parents étaient jeunes, 16 ans pour ma mère et 19 ans pour mon père. Et malgré une grossesse bien avancée, ils ont pu recevoir la bénédiction nuptiale du curé. Ah le pouvoir de l’argent ! Encore aujourd’hui, je n’arrive pas à comprendre pourquoi ils ont suivi cette tradition religieuse, étant donné qu’ils sont des anticléricaux convaincus. Peut-être par convenance sociale, ou pour faire plaisir aux aînés de la famille. Pour eux, la religion est une « connerie », un système qui aliène le peuple. Et oui, en plus d’être jeunes, ils étaient révoltés, surtout mon père.

ÉDUCATION « COOL »

 L’éducation que j’ai reçue fut à la foi classique (« dis bonjour, au revoir, merci… ») et libertaire : «  Ma fille fais ce que tu veux, le principal c’est que tu sois heureuse ». Si je devais qualifier les douze premières années de ma vie, je dirais « cool », privilégiée. Pas parce que nous avions de l’argent, nous n’en avions pas. Mais parce que mon frère, mon cadet de six ans, et moi avons été choyés, entourés par une grande famille, surtout du côté paternel.

Nos parents nous ont toujours respectés, dans le sens où ils ont appliqué ce concept doltonien : L’enfant est un adulte en devenir. Aussi, ils privilégiaient le dialogue et l’exemple. Je ne me rappelle pas avoir eu ni leçon de morale ni claque, ni fessée de leur part. Nous n’étions pas des enfants modèles, mais nos bêtises ne dépassaient pas la cadre enfantin. Un autre aspect de leur éducation c’est que « chez nous », il n’y avait pas de tabou. Nos parents ne nous ont jamais rien caché. A huit ans, je savais déjà très bien comment on faisait les bébés. Curieuse par nature, j’ai posé la question et j’ai eu droit à un cours de reproduction sexuelle chez les mammifères, d’anatomie et pour parfaire ma connaissance, mon père m’a expliqué l’accouchement. Imaginez la tête de mes camarades de classe quand je leur ai expliqué fièrement que  « les bébés ne sortent pas par le trou du nombril, mais par l’endroit où les mamans font pipi » ponctuant par « c’est mon père qui me l’a dit ! ». J’ai crée, si je me souviens bien, un scandale. Grâce à ce type d’attitude, que je qualifie de mature et responsable, je n’ai pas eu besoin d’aller chercher les réponses à mes questionnements ailleurs car je savais que mes parents me diraient toujours la vérité. Nous pouvions parler de tout et de rien.  Je pense que cela a eu pour effet de nous rendre plus matures que les autres enfants de notre âge. C’est sur que peu d’enfants de 10 ou 11 ans, au milieu des années 80, se passionnaient pour l’apartheid, moi si. Trouvant cette partie de mon éducation correcte, je l’ai reproduite avec mes propres enfants. Quand mon fils aîné m’a demandé de lui expliquer pourquoi les filles perdaient du sang, j’ai pris un dictionnaire et sans honte je lui ai  expliqué naturellement, le principe des menstruations.

 A la maison rien n’était prohibé, et c’est donc tout naturellement avec mes parents que j’ai eu ma première cuite.

LA MUSIQUE

Je ne peux pas vous parler de ma famille et moi  sans vous expliquer notre relation à la musique. Nous ne sommes pas des musiciens, mais la musique faisait partie intégrante de notre vie et il n’y avait pas une journée où  nous ne l’écoutions pas. Tout y passait, de Claude François, Mike Brant à Jethro-Tull, en passant par Renaud et David Bowie. Au milieu des années 90, le chanteur américain Bruce Spreensting a donné une série de concerts à Paris. Ma mère, fan inconditionnelle, m’a « traînée » pour assister à l’un d’entre eux. A mon grand étonnement, alors que je ne l’écoutais pas du tout, toutes ses chansons m’étaient familières, je pouvais même les chanter. A la fin du concert, quand j’en ai parlé à ma maman, elle m’a expliqué que c’était normal, puisque c’était l’artiste qu’elle écoutait le plus lorsqu’elle était enceinte de moi et les premiers mois de mon existence.

L’ANNÉE DE MES DOUZE ANS

Cette année est marquante, mais bizarrement pas traumatisante. Un jour, en rentrant du collège, mes parents m’ont annoncé qu’ils divorçaient. Après un moment d’absence et de pleurs, mon père a pu m’expliquer les raisons qui le faisaient partir : il aimait une autre femme. Il a donc quitté le foyer familial pour s’installer à moins de dix minutes de là où nous vivions. Quoi que notre père ne vécût plus avec nous, nous pouvions le voir quand bon nous semblait. Même si ma mère a énormément souffert de cette séparation, elle ne nous a jamais utilisés comme moyen de pression. Je pense que c’est en partie pour cette raison que ce divorce ne m’a pas plus traumatisée que cela. Par contre, il a eu pour effet de me faire mûrir encore plus vite. C’est à cette époque que j’ai adopté un caractère dur, je ne pouvais pas rajouter ma tristesse à celle de ma mère.

LE DÉBUT DE MA FIN

Moi qui étais extrêmement libre et détachée de toutes normes, menant une petite vie tranquille, ponctuée de concerts, de soirées entre amis et de bières brunes, expliquant à qui voulait que  je n’avais ni Dieu ni maître, et que je ne voulais  ni du mariage ni d’enfant, au matin du 17 février 1996, je me suis retrouvée, même pas un an après notre première rencontre, devant monsieur le Maire, avec un jeune homme que j’aimais à la folie. Cette journée quoi que importante, n’est pas celle qui m’a le plus marquée. Elle annonçait cependant le début de la fin de ma vieille nature. Consciente que mon mari croyait en Dieu, « j’essayais » de respecter son choix de la manière la plus simple, je n’en parlais pas. Mais un jour, il m’a annoncé que Dieu l’appelait à le servir en tant que pasteur et que dorénavant il lui consacrerait sa vie. Sur le coup, je n’ai pas trop réagi. Mais quand j’ai compris ce qu’il appelait consécration, mon sang n’a fait qu’un tour. Dieu et la religion étaient pour moi une manière d’ôter toute liberté et tout sens critique aux hommes afin de pouvoir les manipuler. Et il n’était donc pas question que j’abandonne mes concepts pour quelque chose d’abstrait. Une horrible période commença pour moi, et pour mon mari aussi d’ailleurs. Le fait de le voir se détacher de tout ce qui comptait pour lui au profit de Dieu a fait remonter du plus profond de moi un côté très sombre. J’étais certes dure, mais là je suis devenue méchante, colérique, irascible, violente puis égoïste, menant ma vie comme je l’entendais. Mais, quoi que je fasse (menaces de suicide, indifférence, caprices) et quoi que je dise, mon mari n’abandonnait pas ce Jésus. Au contraire, plus je m’enfonçais dans ce côté abject, plus il allait vers lui.

Pour beaucoup, Dieu s’est révélé à eux en tant que Père, Sauveur. Il leur a fait ressentir son immense amour, sa paix ou encore sa justice. Moi j’ai connu le côté bâton, lion, Seigneur, Maître. Comme j’étais fière de mon indépendance et de ma liberté et puisque je refusais toute autorité au-dessus de moi, il m’a montré qu’il était le « Patron » et qu’il aurait le dernier mot. Je ne voyais pas d’issue à cette vie. Je me sentais piégée et plus je me débattais plus j’avais l’impression que des liens se resserraient autour de moi. On dit que pour sauver quelqu’un de la noyade, il faut attendre qu’il se noie et perde connaissance. Je suis celle qui se noyait et Dieu a attendu que je sois à la limite de l’asphyxie pour me sortir de l’eau. Psychologiquement à bout de forces, ne voulant pas perdre mon mari, j’ai abdiqué, comprenant  que lui seul pouvait m’extraire de cette pièce sans issue où je mettais enfermée.

Me connaissant très bien et pour éviter que je ne reparte en arrière une fois mon couple restauré, Dieu m’a permis de voir en songe ce qui arrivera au jour de l’enlèvement de son Eglise. Dans ce rêve, je voyais mon mari partir lors de l’enlèvement et un autre qui lui ressemblait prendre sa place dans notre lit. Désespérée, je disais à tout le monde que cet homme n’était pas mon mari, mais personne ne me croyait et mes proches commençaient même à penser que j’étais devenue folle. J’essayais de leur faire comprendre que l’enlèvement avait eu lieu et que beaucoup de chrétiens étaient partis, mais il n’y avait rien à faire, personne ne m’écoutait et le pire c’est que tout le monde continuait tranquillement sa vie. Je me suis réveillée dans une détresse absolue, avec une immense tristesse et une grande angoisse. Ces sentiments je les ressens encore en écrivant ces quelques lignes. Dieu n’a pas eu besoin de me donner davantage de songes, un seul m’a suffi pour comprendre que le Bible dit la vérité. J’ai prié pour partir et ne pas rater ce rendez-vous avec mon Maître. Je crois que le passage qui me qualifie le mieux est celui d’Ézéchiel 16:8- 13 : « Je passai près de toi, je te regardai, et voici, ton temps était là, le temps des amours. J’étendis sur toi le pan de ma robe, je couvris ta nudité, je te jurai fidélité, je fis alliance avec toi, dit le Seigneur, l’Éternel, et tu fus à moi. Je te lavai dans l’eau, je fis disparaître le sang qui était sur toi, et je t’oignis avec de l’huile. Je te donnai des vêtements brodés, et une chaussure de peaux teintes en bleu ; je te ceignis de fin lin, et je te couvris de soie. Je te parai d’ornements : je mis des bracelets à tes mains, un collier à ton cou, je mis un anneau à ton nez, des pendants à tes oreilles, et une couronne magnifique sur ta tête. Ainsi tu fus parée d’or et d’argent, et tu fus vêtue de fin lin, de soie et d’étoffes brodées. La fleur de farine, le miel et l’huile, furent ta nourriture. Tu étais d’une beauté accomplie, digne de la royauté. Et ta renommée se répandit parmi les nations, à cause de ta beauté ; car elle était parfaite, grâce à l’éclat dont je t’avais ornée, dit le Seigneur, l’Éternel». Quand je lis ces versets, j’ai l’impression que c’est moi cette personne que Dieu a ramassée, lavée, éduquée. Charge à moi maintenant de ne pas finir prostituée spirituelle.

UN CHANTIER D’ENVERGURE

Naïvement je pensais que comme je reconnaissais que Dieu était vivant et mon Maître, tout irait pour le mieux. Je me trompais. Car maintenant que Christ avait un libre accès à ma vie, il commençait à m’émonder. Étant un arbre qui avait grandi dans l’anarchie la plus totale, il a eu un travail titanesque à faire. Et pour cela, qui de mieux que mon mari pour jouer l’instrument de mon brisement ?  Dieu le justifiait enfin après tout ce que je lui avais fait subir. Après avoir combattu contre Dieu, j’ai dû combattre contre ma chair.

Tout d’abord, j’ai du arrêter la musique. Car plus que tout autre aspect de mon ancienne vie, c’est celui-ci qui me reliait le plus à mon passé. Finie la musique qui me faisait planer, place à RIEN.

Je ne trouvais aucune musique dite chrétienne qui me satisfaisait. Ayant une grande culture musicale, je retrouvais toujours dans ces chants « chrétiens » des accords et mélodies que j’avais déjà entendus dans le monde. Cela me dérangeait très fortement, car je me voyais repartir dans mes premières amours et cela m’était impossible. Alors j’ai préféré tout stopper. Ce n’est que quatre ou cinq ans après que j’ai recommencé à écouter de la musique mais avec prudence. Aujourd’hui encore, je me méfie énormément de l’appellation « chanteur/groupe  chrétien », car très souvent c’est juste un prétexte pour vendre. Ne pouvant faire carrière dans le monde, ils ont choisi le milieu chrétien. Si j’ai un conseil à donner en matière d’adoration et de louange : faites-le vous-même. Plus que les mélodies et la voix, ce qui compte c’est le poids et l’importance des mots que vous dites. Il m’arrive très souvent de mettre mes propres paroles sur la mélodie d’un vieux cantique. C’est nettement plus édifiant et surtout plus personnel. Car les mots que nous prononçons ne sont pas ceux d’un homme, mais inspirés par l’Esprit de Dieu.

Le deuxième chantier que Dieu a entrepris avec moi c’est la soumission. Passer de ni Dieu ni maître à un Dieu, un mari, n’a pas été facile. Et comme pour la musique, si je ne fais pas attention, mon ancienne nature peut facilement prendre le dessus. Donc tous les jours, je me contrains à la soumission, d’abord à Dieu, puis à mon mari et enfin aux autorités (employeur, forces de l’ordre…). Au fur et à mesure que Dieu me taillait par rapport à cela, j’ai compris que j’aimais m’occuper des miens. J’ai donc abandonné toutes velléités de carrière professionnelle. Moi qui étais une féministe convaincue, j’estime désormais que je suis plus épanouie en tant que « femme au foyer » plutôt qu’en tant que « femme active ». Et je comprends pourquoi la femme décrite dans Proverbes 31 est considérée par son mari et ses fils comme heureuse. Depuis peu, je suis même étonnamment surprise de défendre les écrits de Paul. Moi qui le considérais comme le pire des misogynes, j’ai revu mon jugement et je le vois, après Jésus-Christ, comme l’un des plus fervents protecteurs de la gent féminine. Le premier terrain d’évangélisation d’une mère, c’est ses enfants. Quoiqu’ils naissent dans un foyer chrétien, ils doivent se convertir et c’est le comportement de leurs parents qui les conforteront dans le fait que Jésus est le bon chemin.

LE RETOUR Á LA PAROLE

liberteJe suis passée d’un extrême à l’autre, de profondément antireligieuse à bigote. Tous les dimanches nous allions à l’Église, fatiguée ou pas, enfants malades ou pas. Je mettais un voile sur ma tête pendant les cultes. Cultes que je ne pouvais pas suivre en intégralité, car les enfants, encore petits, dérangeaient régulièrement et étaient susceptibles de casser l’onction… Je réprimandais mon fils aîné quand il buvait le jus de la sainte cène… Tout comme Dieu nous a sortis des profondeurs du monde, il nous a aussi sortis des profondeurs de la religiosité. Pendant des années, nous avons payé la dîme, pas seulement sur nos revenus professionnels, mais aussi sur les aides de la caisse d’allocations familiales, les remboursements de la sécurité sociale et de la mutuelle, des dons que des frères et sœurs pouvaient nous faire. J’allais même jusqu’à payer la dîme sur les cadeaux : « petit billet » que ma famille pouvait donner à nos enfants pour leurs anniversaires. Ces 10% de nos ressources nous auraient cependant été bien nécessaires pour boucler les fins de mois, car régulièrement notre compte en banque était à découvert, et le chèque « dîme » était souvent sans provision. Mais nous continuions à la payer. J’y croyais tellement à cette obligation, que lors d’une cure d’âme, j’ai annoncé à la personne que si sa vie était bloquée, c’est parce qu’elle n’était pas en règle par rapport à sa dîme. Eh oui ! Nous revenons de très loin ! Puis un jour, ce fut le commencement de ma délivrance. Un dimanche, comme d’habitude nous nous rendions avec nos plus beaux habits à l’église. Et là, mon mari de pasteur annonce que la dîme n’est plus d’actualité ! A l’écoute de cet enseignement, un poids énorme est parti de moi et a laissé la place à une grande joie. Je me suis sentie libre, légère, joyeuse, c’était un feu d’artifice au-dedans de moi. Je voulais hurler, mais je me suis retenue, j’étais quand même la femme du pasteur Kuetu.

 Depuis ce fameux dimanche, plus rien n’a été comme avant. Jour après jour, j’apprends à connaître Dieu, sans religiosité, habitudes, conformisme. Je me suis retrouvée. Car pendant très longtemps, nous n’avons été que deux blancs dans l’assemblée et pour ma part, je voulais me faire accepter, être aimée par les frères et sœurs de l’Église. Alors je suis devenue  une femme lisse, sans raisonnement, sans caractère, sans avis. J’avais même renié mes origines, j’étais gênée d’être française. Mon mari et  moi sommes devenus, sans le vouloir, Papa et Maman pasteur. La porte de notre maison était ouverte à tous, et notre table extensible à l’infini. Je passais mes journées en cuisine pour nourrir tous les « enfants spirituels » que nous avions. Régulièrement, nous vidions tous nos placards afin qu’ils ne rentrent pas chez eux les mains vides. Pour certains, j’ai même étendu et repassé leurs vêtements.  Lors des cultes, leurs enfants venaient me voir et me réclamaient des gâteaux. Quand je leur disais d’aller vers leurs parents car ils leur avaient certainement pris de quoi manger, les petits me répondaient : « Oui mais maman m’a dit va chez tata, ses gâteaux sont meilleurs ». Il n’y avait plus de limites. Petit à petit, avec l’éclairage que Dieu nous donnait par rapport à sa Parole et son application, nous avons été délivrés de ce système pastoral. L’éloignement d’avec ces personnes nous a fait réaliser que très peu de ceux qui nous entouraient étaient convertis. Ils étaient juste-là pour profiter de nous. Plus Dieu nous ouvrait les yeux sur sa Parole, plus j’ai vu réapparaître des parties de mon éducation et de mon caractère. Nous ne devons pas nécessairement renier tout ce que nous étions auparavant (concernant le caractère, l’éducation…), il faut seulement que ces concepts et préceptes soient utilisés à la faveur de Dieu, selon sa sagesse. J’ai donc recommencé à parler, à dire ce que je pensais, à dire NON, à être fière de ma couleur de peau. Le point d’orgue de cette délivrance fut le jour ou j’ai ressenti de la fierté à être habillée simplement, « comme avant » : Jean, baskets, gilet. Ce jour-là, les réflexions ont fusé, mais je n’ai pas fléchi et j’ai rétorqué : « Je m’habille comme je veux, tant que mon mari trouve cela convenable ». Depuis, je ne fais plus rien en fonction des autres. Je n’ai pas besoin d’être aimée par les hommes, tant que je sais que Dieu m’aime.

Je ne regrette pas d’avoir vécu cette période. Elle me fut très bénéfique, car au travers de toutes ces situations, Dieu m’a complètement détruite, pour me bâtir comme il le veut. Cela m’a  permis de me rapprocher de lui. Il est devenu mon confident, mon meilleur ami. Car auprès de qui pleurer quand une femme, que vous avez accueillie, nourrie et parfois même blanchie, vient voir votre mari et lui annonce : « Dieu m’a dit, c’est moi ta femme !». Il n’y a que Dieu qui puisse vous consoler, vous donner la paix, la force de pardonner et d’oublier.

Libérée de tous ces carcans religieux et culturels, je lis la Parole avec délectation. Pour moi, elle est un manuel de survie en ces temps difficiles. Je sais que Dieu a beaucoup de travail à faire encore avec moi, je ne suis pas parfaite. Mais plus ça va et plus je me revois, quand j’avais 15 ans, révoltée par la souffrance des gens et l’inertie des guides religieux.  Je suis profondément attristée de constater comment des générations entières prennent un aller simple pour l’enfer, parce que personne ne leur explique l’Évangile dans toute sa simplicité. Régulièrement, un songe me revient à l’esprit : des wagons à bestiaux (comme ceux qu’utilisaient les NAZI pour emmener les juifs dans les camps de concentration), remplis d’hommes et de femmes, se dirigeants vers l’enfer. Moi j’étais sur l’un des quais de gare traversé par ce train et des mains se tendaient vers mes mains, et des voix imploraient mon aide pour que je les sorte de là. Il y avait tellement de mains, c’était horrible. Avant je pensais que Dieu et la religion étaient une manière d’ôter toute liberté et tout sens critique aux hommes afin de pouvoir les manipuler. Désormais j’estime que seule la religion, mise en place par les hommes, a cette capacité. La question qui me revient souvent en tête, quand je pense à l’état de ceux qui se disent « l’Eglise de Dieu », c’est : Pourquoi ne veulent-ils pas être libres ? Christ nous a libérés de Satan, du péché, de la mort. Et que faisons-nous de cette liberté ? Rien. L’homme a peur de cette liberté que Christ lui offre. Alors, pour être rassuré, il préfère se lier à d’autres maîtres, s’inflige de nouveaux jougs, se soumet à des lois irréalisables, car il ne comprend pas la spécificité de la liberté en Christ. Cette liberté ce n’est le fait de pouvoir faire ce que l’on veut, loin de là. La liberté en Christ c’est dépendre complètement de lui. Je suis libre car j’appartiens à Jésus, il est mon Seigneur et mon Sauveur. Je suis libre de chanter ses louanges dans la rue, je suis libre de me souvenir de son sacrifice à la croix lors d’un repas avec mes proches, je suis libre d’avoir une communion fraternelle avec qui je veux, je suis libre de dormir le dimanche matin et d’aller dans une cellule de maison le mardi après-midi…

Je suis libre tant que j’appartiens à Jésus !

Articles similaires

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email

29 Réponses de cet article
  1. Bonjour Estelle,
    Lorsque je lis ton témoignage et d’autres qui sont écrits sur ce site, je me rends compte que Seul Notre Dieu Jésus-Christ peut effectuer une telle métamorphose dans la vie des uns et des autres.
    Comment ne pas le louer et le glorifier de nous avoir sortis de nos bourbiers, ton témoignage est un encouragement pour celles et ceux qui ont encore des proches dans les ténèbres de ce monde pervers et corrompu.
    Que Toute La Gloire revienne à JésusChrist.
    A bientôt.
    Dorothée & Alain /Le Havre de Grâce

  2. Bonjour Estelle,

    Je viens de lire ton temoignage et sincerement, il m’a touché… j’en ai les larmes aux yeux.
    Quel brisement! Whaoooooooooooouh, notre Seigneur nous encourage avec les expériences sinceres que nous vivons pour fortifier, encourager et pour notre perseverance au but final : le CIEL.
    Amen et Amen.
    M.

  3. Je me sens moins seule par ce témoignage édifiant. Je ne vais pas recopier toutes tes citations que je n’ai pas su formuler dans mon propre témoignage mais le verset qui me vient à l’esprit est celui de 1Samuel 16:7 « L’homme regarde à ce qui frappe les yeux mais l’Eternel regarde au cœur ». Merci Estelle que Dieu te bénisse toi et ta famille.

  4. Il est trop Merveilleux notre Dieu ! Nul n’est comme Lui.
    Alléluia.
    Jésus est Seigneur, Jésus est Sauveur, Jésus est TOUT !
    Ou serions nous aujourd’hui sans Lui ?

  5. Bonjour à tous.
    Vraiment c’est un témoignage édifiant mais qui aussi rappelle a l’ordre. Je pense en particulier a ce dernier songe concernant les personnes qui allaient en enfer et qui tendaient mes mains pour du secours. C’est vrai que ce témoignage n’est pas centré principalement sur cet aspect mais c’est quelque chose qui me marque énormément. En effet‚ nous chrétiens côtoyons quotidiennement des paiens‚ des fois les mêmes personnes et nous savons qu’elles courent à leurs perte. C ‘est mon cas: depuis 2 ans que je suis a mon travail‚ il ne se passe pas un jour ou je ne pense pas au salut de mes collègues. Mais je n’ai réellement jamais affirmé en qui je crois. J’ai bien essayé mais mollement je le reconnait. J’ai passé 2 ans a chercher une occasion de glisser une petite phrase pour enfin aborder Christ avec eux. Aujourd’hui‚ alors que mon contrat ce termine bientôt je réalise que je suis passée a coté et que je n’ai pas fait l’oeuvre du Seigneur. A trop chercher de techniques pour parler‚ à faire attention a ne pas être maladroite dans mes propos‚ à raisonner bêtement en me disant  » ai de la sagesse car ils ne vont pas comprendre ton langage », a trier les gens a qui je pourrais annoncer Christ, attendre la bonne occasion‚ etc… Ho‚ certains‚ savent oui‚ mais sans vraiment saisir l’importance que Dieu a pour moi. J’ai certes un très bon témoignage dans ce milieu‚ cela n’a pas suffit car j’ai eu honte de mon Dieu. Je me suis en effet demandé ce qu’on allait penser de moi‚ etc…Et aujourd’hui mon coeur se serre au fond de moi. Dieu m’a établit en tant que lumière et que je n’ai pas su briller. Chaque jour aux traivail je les retrouve‚ je passe du temps avec eux et j’ai aussi mal. Mais je ne suis pas encore partie‚ il me reste quelques jours‚ et malgré mon appréhension et ma crainte je l’avoue‚ il n’est pas trop tard. Mais j’ai quand même honte‚ si vous saviez. Mais malgre cette honte‚ j’ose nous dire à nous chrétiens ( et m’encourager principalement et surtout moi! )‚ savons ce que cette terre est éphémère et illusoire que Dieu est vrai et que son royaume arrive très bientôt. Alors finalement au dernier jour la vérité sera de toute façon révélée et tout le monde verra que Dieu est réel qu’il n’est pas une légende ni un conte. Je veux être par mis ceux et celles qui auront dis la vérité aux âmes‚ avant ce jour terrible.
    J’espère pourvoir revenir témoigner bientôt ici pour vous dire que j’aurais réussi a parler à mes collègues ( même avec maladresse) afin de rendre gloire a Dieu. Dans tous les cas je m’efforcerai.
    Soyez bénis.

    • Bonsoir Diya,

      comme votre dernier jour approche, profitez-en pour offrir des bibles avec votre pot de départ si vous en faites un (et même si vous n’en faites pas). Si vous avez laissé un bon témoignage, ces gens comprendront qui est à l’origine de ce bon témoignage et peut-être qu’il y aura au moins une personne disposée à vous écouter. Ouvrez votre bouche et le Sseigneur la remplira.

  6. Témoignage edifiant , qui encourage beaucoup de soeurs et rappelle aux maris leurs responsabilités de chef de famille devant Jésus .Oui Lui Seul peu opérer un tel miracle transformer nos coeurs prendre les choses méprisables de ce monde et les transformer à son image pour sa gloire
    Quel Amour que l’Amour de Jésus, que toutes les mamans , les papas , les famillles soient encouragées ,fortifées , par Son Esprit

  7. Bonjour Estelle!
    Que Dieu te bénisse pour ce puissant témoignage de ton parcours, ton humilité, tes souffrances! Oui Dieu est puissant, suivre Jésus nous fait passer par beaucoup de souffrances! Tu parles d’un songe où tu vois dans un train des mains de personnes partant en enfer tendues vers toi, Dieu te donnera le moyen de les aider! Jésus m’a emmenée dans un stade immense où étaient « parqués » des milliers et des milliers de personnes partant en enfer, un peu comme dans l’holocauste pour les juifs, ils criaient qu’ils avaient faim et soif, mais personne ne les nourrissaient! c’était atroce, je parlais aux gardiens, mais personne ne voulait réagir, je me suis réveillée transie de froid et de détresse! que Dieu nous donne les moyens et la force de délivrer à temps ces personnes! Tu as un caractère atypique, une force en toi inébranlable, un amour de ta famille et de Christ, et tu es, comme le dit ton mari Shora dans un de ses livres, « un pilier indissociable, indispensable et incontournable à sa vie »! sois bénie et protégée de Dieu, toi, ton mari, tes enfants, et l’oeuvre puissante que Jésus fait à travers chacun de vous!

  8. je vous remercie pour ce témoignage je disais il n’y a pas si longtemps que les « blanc » ont beaucoup de mal à croire en Dieu à cause de leur éducation laxiste et que c’est impossible de leur parler de Dieu car en plus il y à la moquerie et beaucoup de condescendance.
    mais Dieu est grand et véritable et par sa toute puissance il vient de me démontrer le contraire merci ,merci, merci que l’Eternel soit béni pour ce témoignage
    il est vrai que j’avais beaucoup de mal à parler de Dieu à un non croyant qui n’était pas noir ou métisse .je remercie le Seigneur de changer mon jugement afin que tous bénéficie de sa parole Alléluia que l’ETERNEL vous bénissent et que vous continuez son œuvre dans le respect et l’Amour Véritable
    soyez bénis

  9. bonjour à tous, Dieu nous accompagne tout au long de notre vie au nom de notre Seigneur JESUS amen

    Je trouve votre parcourt édifiant et réaliste dans le combat spirituelle en rapport à votre mission
    pour le Seigneur, Jésus vous à choisi près de votre époux et la grâce de Dieu est dans vos vies
    je prie pour votre famille car vous m’avez apporté la connaissance de notre Seigneur (sa parole)
    (j’imagine que les attaques subi dans votre foyer heureusement n’ont pas abouti car votre mari aurai été détruit par la désunion de votre foyer) Dieu vous bénisse pour votre discernement.

    ancienne musulmane
    j’avais du mal avec la TRINITE et suite à l’explication de votre mari KUETU cela à été claire comme de l’eau de roche amen.
    le Seigneur m’a accordé son pardon après une longue traversée du désert sans Jésus (Jésus m’a protégé toutes ses années afin que je puisse revenir vers Lui)
    nous ne sommes que perversité et ce monde légalise le péché. Il n’y à que Jésus pour nous comprendre réellement et nous délivré réellement .

    Soyez béni dans le Seigneur

  10. Bonjour, un témoignage d’encouragement pour toi la bien aimée du SEIGNEUR.
    Tu aurais pu crier, c une délivrance. J’étais très dure avec mon époux car il fallait tout dîmer.
    Lorsque j’ai découvert le message du SEIGNEUR au travers de la bouche de cette homme, oh là là, la honte pour moi.
    Une anecdote: je ne savais pas prononcé le nom KUETU, je disais tu connais le serviteur de DIEU  » qui est tu » ah ah.
    En tout cas, je vous apprécie bcp et l’on ressent qu’il y a une femme debout en YESHOUA à côté de ce serviteur de DIEU et il a besoin de vous ma soeur.

    Goumé en YESHOUA.

  11. Bonjour Estelle,
    Que la gloire soit rendu à Jésus pour ce qu’il a fait dans ta vie. J’aurais une question, dans la partie « Le début de ma fin » quand à la fin tu dis « Charge à moi maintenant de ne pas finir prostituée spirituelle. » Qu’est ce que cela veut dire ? Quand est ce que nous devenons prostituées spirituelle ? Et comment faire pour ne pas l’être ?

    Merci pour votre future réponse. Soyez bénis et encouragés.

    • Bonsoir ma soeur,

      Si je parle de prostitution spirituelle c’est par rapport à la suite du passage d’Ezechiel 16. Si tu lis à partir 15 tu verras que cette personne sauvée par Dieu, s’est détournée de lui et a utilisé les dons qu’il lui avait accordé pour séduire d’autres personnes. Ce que je ne veux pas c’est mettre au profit de ma chair, de Satan, des démons les dons de Dieu. Pour éviter cela il faut souvent se rememorer d’où Dieu nous a sorti et ce qu’il fait dans nos vies.

  12. Merci pour ton témoignage qui fait etrangement écho à mon parcours…Tout comme toi j’ai du apprendre à être brisée afin de dégager un parfum agréable à notre Seigneur. Accepter la notion de « sacrifice » sur tous les plans n’a pas été évidente au début ,et,j’y travaille encore…Accepter d’être formée entre les mains du Divin Potier, tout en payant le prix d’abandonner une éducation, le formatage de notre société, les ambitions personnelles, afin d’entrer pleinement dans le service: Servir mon foyer avec humilité et avec joie. Travailler dans le secret, l’anonymat, dans les coulisses pour créer une plus grande intimité avec notre Seigneur. Effectivement cela nous rend libre. Que le Seigneur continue a faire briller sa face sur ta vie, sois bénie en Lui seul.

  13. Bonjour Estelle,

    Quel témoignage édifiant! Dieu soit loué!!!!!!!! Pour notre frère Kuetu, il lui fallait une aide semblable comme toi. Tout ce que tu as enduré a été comme une école de formation pour que Dieu te façonne et te taille. Au moins maintenant, avec tout ce bagage, tu peux venir en aide à ceux en détresse. Nous sommes passés par presque les mêmes expériences, car mon mari était pasteur avant d’écouter le message du retour à la parole. Nous étions stressés par rapport à beaucoup de choses; on cherchait constamment à plaire aux hommes, sans succès. Mais aujourd’hui, Dieu soit loué, nous sommes libres. Nous menons notre vie chrétienne le plus simplement possible. Dieu nous bénit et nous sommes constamment dans sa présence. Nous avons compris que c’est la relation avec Dieu qui est plus importante (Merci Seigneur). Nous ne cessons de prier pour vous pour que Dieu continue à faire ce qu’il a à faire avec vous. A lui seul soit toute la gloire!!!!!!!!!!!

  14. Amen amen amen pour ce témoignage. Je me reconnais un peu dans le début car j’étais moi-même un fan(atique) de Renaud. J’en garde des traces indélébiles sur la peau. Mais le rap et Renaud ne m’ont amené que rébellion, révolte et colère.
    Mais un beau soir de mars 2012, le Seigneur Jésus m’a tendu la main et m’a parlé à travers un séminaire à Strasbourg. Je ne m’étais jamais entretenu avec le serviteur (ton mari Shora), pourtant il a parlé avec précision (paroles de connaissance). Qui ça peut être, si ce n’est Dieu ? Mon épouse et moi, avons pleuré toutes les larmes de notre corps et nous nous sommes convertis. Depuis, nous avançons jour après jour, par la grâce de Dieu. Et je suis heureux d’appartenir à Yéhoshua, le Dieu Véritable. Merci encore pour ce témoignage édifiant. Soyez fortifiés, ton mari, tes enfants et toi. Et que Jésus vous garde.

  15. merci soeur Estelle pour ce temoignage edifiant .
    …la dime n’est plus d’actualite oui estelle c’est vrai comme pour la 1ere fois a l’ecoute de cet enseignement j’ai eu les mms ressentiments que toi non seulement les mms mais j’ai aussi recu ma delivrance au nom de jesus.
    j’ai pris mes jambes a mon cou j’ai fui ces batiments d’eglise.
    Fini avec les prises en charge des papas pasteurs, fini avec les cotisations mensuelles exigees, fini les appreciations pastorales chaque annee, fini le stress,fini fini je suis desormais libre libre en jesus a lui toute la gloire.

  16. merci soeur Estelle pour ce temoignage edifiant.
    …la dime n’est plus d’actualite oui Estelle c’est vrai comme pour la 1ere fois a l’ecoute de cet enseignemnt j’ai eu les mms ressentiments que toi non seulement les mms mais j’ai aussi recu ma delivrance.
    Fini les prises encharges des papas pasteurs c’est Jesus qui me prend maintenant encharge, fini les cotisations mensuelles et d’autres cotisations qui n’en finisse pas, fini les appreciations pastorales chaque annee ,fini le stress.
    J’ai pris mes jambes a mon cou et j’ai fui ces batiments d’eglises. Cette paix que recherchais depuis longtemps jesus me l’a donne a lui seul toute la gloire.

  17. bonjour
    votre témoignage ma touché ,notre seigneur fait comme il veux.
    merci votre histoire ma rappeler mon enfance,ma donner courage.
    que Dieu vous bénisse abondamment vous comble de sont amour ,vous et votre petite famille.
    Je ne vous es jamais rencontré mais a deux reprise je vous est vu en songe,ou vous me demander quelle est mon prenom.Dieu seul cé pourquoi.Merci seigneur de nous avoir permi d’etre délivré de la dime .amen

  18. Bonjour,
    WHAOU !!! Quel témoignage formidablement touchant.
    Il décrit en partie mon vécu et mon histoire.
    Que l’Eternel Dieu Tout-Puissant soit la Lumière sur nos sentiers, nos voies, nos paroles…, dans Sa Justice, Sa Sagesse et Sa Droiture.
    Demeurons obéissants à Ses Préceptes et Ses Commandements qu’Il nous a donné car Il nous aime et afin de Lui démontrer nous aussi notre Amour pour Lui. Car Ses Commandements ne sont point pénible; Jésus-Christ Lui-même nous en a donné l’exemple.
    Que l’Amour de Dieu, la Grâce de Iehoshua et la Communion de l’Esprit Saint soit et demeure sur vous ! AMEN !!!
    Charlotte de Nantes.

  19. Bonjour Estelle,
    Merci beaucoup d’avoir partagé ton témoignage. Il est édifiant et très encourageant. Il m’a profondément touchée.
    Depuis quelques jours, je disais à Dieu que je souhaitais connaître le témoignage de ton mari.
    Le Seigneur vient de me donner la réponse en m’amenant à lire cet article, et donc à découvrir ton témoignage à toi. Notre Dieu répond toujours au-delà de nos espérances 😀
    Que son nom soit glorifié !
    Ma fille et moi prions souvent pour votre famille.
    Nous vous aimons fort en Jésus.
    Sois abondamment bénie ainsi que ta famille.
    Marie (Orléans)

  20. gloire a Dieu. s’est beaucoup touchant ce témoignage……………….pas assez a dire. Cela me rassure Jésus peut encore transformer mon caractère

  21. JE loue le seigneur pour ce temoignage edifiant , moi et ma femme pendant presque 10 ans nous avons etait chasser gentillement des assembles ou nous sommes aller ou totalement pris pour cible de temoignage.Quelle joie d »avoir une place pour l »eternite avec notre createur et sauveur .Pendant c »est moment ou l »on ma accuse a mainte reprise de ‘ pharisien, sans amour fraternel, rebelle a l’autorite du pasteur, l’esprit me disait et me faisait ressentir ‘quelle joie de s’ouffrir pour dire la verite’
    J’etais dans la paix mais apres quand je rentrais chez moi je pleurais devant le seigneur pour eux j’etais prie au trippe par le seigneur. Et puis le seigneur me reconfortais personnellement quelle joie.
    Puis on a meme eu le droit de passee devant les tribunaux des anciens!,
    Des trucs de fou quoi ‘ et la dans c’est moment le seigneur par son esprit rempli ta bouche.
    Gloire seule a Jesus christ mon seigneur qui m’a amené a l’humilite dans ces moments a pleurer devant lui a me remettre en question.nous , le seigneur nous a fait grandir dans la solitude, rejete des assembles parce que nous ne voulions pas nous soumettre au doctrine impie des assembles.
    Je n »ecris pas tous cela pour dire regarder ce que le seigneur a fait avec moi non j’ecrie pour partage que l’intimité avec le seigneur peut nous tenir debout dans sa presence malgre que les hommes soi disant « chretien » nous rallient.
    Combien de foi des sois disant ancien mon dis  » vous ne pouvez pas tenir tous seuls il vous faut une assemblée ‘mais realisons ses propos cité par ses soi disant ancien: Ils n »ont pas realiser encore dans leur triste aveuglement que les rachetes ne serons plus jamais tous seule Jesus est avec eux tous les jours.Qu »il est merveilleux notre puissant et doux sauveur!,!,!
    nous avons tenu et nous tiendrons encore car il a le pouvoir de nous amener jusqu’au bout.
    Soyons renouveler dans son souffle saint pour notre intelligence.
    PETIT MESSAGE D EXORTATION POUR UN COMMENTAIRE QUI MA TOUCHÉ celui de Dyia.
    il ne faut pas ceux laisser arreter par les enseignement qui son rependu dans divers rassemblements qui disent qui faut faire attention a comment on parle au paiens il ne faut pas les brusquer il faut employer les bon mots et patati et patata faut arreter avec cela Satan ne veut plus qu » on n » ouvre la bouche il veut qu’on est honte et qu’on soi sous l’accusation de tu as ete maladroit!!!
    LE SEIGNEUR NE NOUS DEMANDE PAS D’ETRE ADROIT EN PAROLE IL VEUT QU’ON SOIT REMPLI D,AMOUR DONC QU’ON PROCLAME LA VERITE.
    Est ce que nous pouvons penser a Stephane (etienne) qui dans la proclamation de notre createur a dis publiquement et rempli d’amour a tous les religieux juifs qu »ils etaient des meutriers et qu’il fallait qu’ils ouvrent les yeux et qu’ils viennent a celui qu’ils ont crucifier car il est ressusciter, est ce que nous pouvons penser que le seigneur lui a reproché d’avoir trop parler durement au pharisiens et sans amour!!Je suis certain que non!,
    alors il faut ce repentir de s’etre arrêté a cause d’un blocage que Satan a operer pour nous faire peur dans notre vie.Si nous sommes d »en haut nous avons l’amour d’en haut malgre meme que l’on begueille on parlera maladroitement mais avec l’amour d’en haut.Gloire a Jesus seule.
    Le seigneur m’a profondement enseigner en 2004 avec un temoignage qui va avec le temoignage de la soeur vision over falg. Cette vision est entrain de s’acomplir visiblement et dans cette vision ,le seigneur dis a ce fere  » pourquoi ces gens reste tous enfermer dans c »est batiment’ pourquoi reste t il prisonnier de ces dominations chretienne? »je vous exorte a la lire pour eprouver ce que je dis .Que la saintete la grace la charite du seigneur nous saisissent amen.

  22. Merci pour ce beau témoignage sœur Estelle.
    Que le Seigneur Jésus continue à déverser sa grâce sur toi et ta petite famille.
    God bless you!

  23. Je relis pour le seconde fois ce témoignage et franchement je me rend compte qu’on sort tous de loin et je remercie Dieu pour tous ce qu il fait. Soyez bénis pour tous ses témoignages trés édifiant les DOKIMOS.

  24. Wow Amen Gloire au Seigneur c’est encourageant pour de jeunes comme moi d’entendre ce genre de témoignage de soeurs dans la Foi. Ton témoignage me fait tellement penser au passage de Jean 12 : 34 la mort à soi pour porter du fruits , hébreux 4:12 la parole comme une épée et Romains 12:2 sur le renouvellement de notre entendement. Cela m’ a beaucoup édifier Dieu c’est pourquoi je suis tomber dessus de même que ton article sur la distinction entre le choix de Lot et Abraham .Je demandais a Dieu justement comment distinguer sa volonté et ce matin il m’avais donner Romains 12:2 , Je le remercie parce que je vois également un exemple pratique.Soit bénie ma soeur que l’intimité du Seigneur t envelope encore davantage toi et ta famille .

Laisser une réponse