Les Dokimos



Chrétien, qui est le maître de ta vie : Jésus ou Baal ?

coeur-partage-echec.jpg

« Toute cette génération fut recueillie auprès de ses pères, puis il s'éleva après elle une autre génération, qui ne connaissait pas Yahweh ni les œuvres qu'il avait faites en faveur d'Israël. Les enfants d'Israël firent alors ce qui est mal aux yeux de Yahweh et ils servirent les Baals » Juges 2 :10-11.


Lorsqu’on lit ce passage, on est surpris par le fait que malgré la grande manifestation de la puissance de Dieu dans la vie des Israelites, à savoir les plaies dont Yahweh frappa les Egyptiens, la traversée de la mer rouge et du Jourdain à sec, les miracles accomplis par Dieu au désert, la conquête de Jéricho, ceux-ci se sont promptement détournés de la voie du Dieu de leurs pères (Abraham, Isaac et Jacob), alors que l’histoire de ce peuple dévoile que seul Yahweh est Dieu.


Les Hébreux ont décidé de rejeter Yahweh pour servir Baal dont le nom signifie « maître », « possesseur », « seigneur ». Les baals étaient des divinités cananéennes représentées par des statues (2 Rois 3 :2) et à ce titre ils recevaient adoration et sacrifices de la part de leurs prêtres et fidèles.


Beaucoup de chrétiens diront aujourd’hui qu’ils ne se prosternent pas devant une idole quelconque et que par conséquent ce passage ne les concerne pas. Mais regardons cela de plus près.


Comme nous l’avons vu, Baal signifie « seigneur », « maître » . Baal est donc celui qui exerce une domination, toutefois il n’est pas le vrai Maître c’est-à-dire Jésus Christ de Nazareth. Or tout ce qui dirige la vie d’un chrétien et qui n’est pas Jésus est Baal. Les baals sont nombreux : cela peut être la nourriture, la dépendance au sexe, la paresse, le mensonge, le vol, la convoitise, ou encore des personnes qui dirigent ta vie et qui ont pris par conséquent la place de Dieu.


On entend des chrétiens s’exprimer de la sorte : « Je ne peux pas manger sans piment, sans viande ou poisson, ou autre chose ». Ils témoignent ainsi contre eux-mêmes qu’ils sont semblables au peuple d’Israël dans le désert (Nombres11 :4-11) qui méprisa la manne que le Seigneur leur donnait à cause de leur convoitise au lieu de remercier Dieu pour ce qu’il leur avait donné à manger avec actions de grâce et simplicité de cœur (Actes2 :46).


Frères et sœurs, nous devons veiller aux attitudes que nous développons face à la nourriture ; elle ne doit en aucun cas avoir une influence sur notre humeur. Si c’est le cas, le Seigneur est là pour nous aider avant qu’il ne soit trop tard. Car pendant la grande tribulation, au temps de l’antichrist, ils seront bien obligés d’apprendre ce qu’ils n’ont pas voulu apprendre avant.


Lorsque nous laissons notre cœur s’attacher à de l’argent, aux voitures, aux maisons, nous nous rendons ainsi indignes et nous nous disqualifions nous-mêmes comme le firent les enfants d’Israël dans le désert. En effet, ils ne voulurent pas prendre possession du pays de leur repos parce qu’ils exprimèrent clairement le désir de leur cœur, celui de retourner en Egypte. Le Seigneur décida alors que cette génération allait mourir dans le désert, et c’est ce qui arriva (Nombres13,14).


Prenons donc garde que rien ni personne (pasteurs, frères, parents, mari, femme, enfants ...), ne prenne la place de Jésus dans notre cœur, c’est-à-dire la place du Maître de notre vie.


Flore MOGANG.

1 commentaire
1 commentaire

Laisse un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié

  Avertissez-moi des commentaires suivants

1 commentaire

  • :)   
    21 Avril 2018 20:11

    Bonsoir frères et sœurs , je n’ai pas compris lorsqu’il est dit «nous devons veiller aux attitudes que nous développons face à la nourriture ; elle ne doit en aucun cas avoir une influence sur notre humeur » , pouvez-vous m’expllquer Plus en détail s’il vous plaît .
    Soyez bénis

    Répondre

Dernières publications