Les Dokimos



Discerner les signes du temps

23h57.jpg

Fin février, 17 heures. « Tiens, il fait beau », me suis-je dit en fermant derrière moi la porte de mon bureau. Les terrasses des cafés étaient remplies, on entendait le bruit des verres qui s’entrechoquaient, des conversations animées, des plaisanteries et des rires à gorge déployée. Des gens flânaient sur les trottoirs, certains promenaient leurs chiens ; des amoureux se tenaient par la main ; les bambins étaient de sortie, en poussette ou en trottinette. En remplissant mes poumons d’air, j’ai même eu l’impression que ce jour-là l’atmosphère était moins polluée que d’habitude dans ce quartier branché de la rive droite parisienne, et cela malgré le flot incessant de voitures, de scooters et de motos qui sillonnaient l’asphalte. Instantanément, ces rayons de soleil qui annonçaient l’arrivée imminente du printemps m’ont plongée dans une forme de mollesse. Des envies de m’amuser, de m’abandonner à la légèreté et à l’insouciance… Mais tout à coup, la voix de l’Esprit du Seigneur a stoppé net ces digressions : « Ne te laisse pas éblouir !» J’ai alors considéré plus attentivement ce qui se passait autour de moi. Malgré l’ambiance détendue dans ce quartier, visuellement la couleur grise de la chaussée, des trottoirs et des bâtiments prédominait. Très peu d’arbres, aucune fleur à l’horizon. Et de nouveau cette voix : « Ne te laisse pas éblouir. Tu trouves cela beau ? Au commencement, il y avait un jardin ici. » Et en un clin d’œil, j’ai vu défiler dans mon esprit tous les événements graves qui ont eu lieu ces derniers mois, puis j’ai senti mon cœur se serrer... « Coronavirus ».

Il y a une expression récurrente dans le livre de l’Apocalypse : « Que celui qui a des oreilles entende ce que l'Esprit dit aux assemblées ! » Nous savons qu’Elohim parle tantôt d’une manière, tantôt d’une autre, mais on n’y prend pas toujours garde (Job 33 :14). Or le Seigneur parle très clairement à son peuple en ce moment. Il parle non seulement à ses enfants, mais aussi au monde entier. Son langage est limpide comme de l’eau de roche. Il faudrait être complètement sourd et totalement aveugle, un hypocrite de grande envergure, un égaré irrécupérable, pour ne pas comprendre que nous approchons à grand pas de la fin des temps…

« Et les pharisiens et les sadducéens vinrent à lui et pour l'éprouver, lui demandèrent de leur faire voir un signe venant du ciel. Mais il répondit en leur disant : Quand le soir est venu, vous dites : Il fera beau temps, car le ciel est rouge. Et le matin : Il y aura de l'orage aujourd'hui, car le ciel est d'un rouge sombre. Hypocrites ! En effet, vous savez discerner l'aspect du ciel et vous ne pouvez discerner les signes des temps. » Mathieu 16 :1-3.

Avant d’aborder ce sujet brûlant qu’est le coronavirus, faisons une brève rétrospective de ce qui s’est passé ces derniers mois car tout est en réalité lié…

LE MONDE CRIE…

« Car j'entends un cri comme celui d'une femme qui est en travail, et une angoisse comme celle d'une femme qui est en travail de son premier-né : c'est le cri de la fille de Sion : elle soupire, elle étend ses mains : Malheur à moi ! Car mon âme est faible devant les meurtriers ! » Jérémie 4 :31.

Le monde crie, et ce ne sont pas des cris de joie mais de détresse. Il faut dire que les sujets ne manquent pas.

Des incendies monstrueux en Amazonie et en Australie

incendie australie.jpg

Ils ont duré plusieurs mois d’affilée occasionnant des pertes dramatiques, et dans certains cas irréversibles, pour la faune et la flore. 800 000 hectares partis en fumée en Amazonie, et 10 millions d’hectares en Australie ! Ces scènes de désolation et le lourd tribut payé par les 1.25 milliards d’animaux endémique de l’île-continent pris au piège des flammes ont choqué le monde entier. L’écologie est devenue ces dernières années une préoccupation majeure, notamment auprès des plus jeunes qui peinent à envisager sereinement leur avenir sur cette planète qui se meurt. Le 27 septembre 2019 des millions d’entre eux ont fait « une grève pour le climat » ; des manifestations impressionnantes ont eu lieu partout dans le monde pour demander aux dirigeants des mesures concrètes et rapides pour stopper le réchauffement climatique (Voir compte-rendu et d’autres photos ICI).

manif climat.jpg

Des guerres, des bruits de guerres et beaucoup de soulèvements populaires

« Alors il leur dit : Nation se lèvera contre nation et royaume contre royaume. » Luc 21 :10.

Ce début d’année 2020 a été particulièrement mouvementé au Moyen et au Proche Orient. La guerre en Syrie perdure depuis mars 2011, elle a causé la mort de plus 384 000 personnes et l’exode de plusieurs millions de syriens. Or ces dernières semaines on a craint une aggravation du conflit qui aurait pu s’exporter en Europe suite à des tensions survenues entre deux intervenants extérieurs : la Russie et la Turquie. Fait intéressant, ces pays sont partenaires dans des domaines tels que la défense et l’énergie, mais en Syrie, ils combattent dans des camps adverses. C’est cocasse… L’objet du litige : la mort de 33 soldats turcs (qui combattent aux côtés de certains groupes rebelles) sous les bombardements du régime syrien qui est donc soutenu par les russes. Un cessez-le feu puis un compromis ont finalement été décidés, mais pour combien de temps ?

« Puisque tu as vu du fer mêlé a de l'argile de potier, ils seront mêlés au moyen de la semence humaine, mais ils ne seront pas unis l'un à l'autre de même que le fer ne se mêle pas avec l'argile. » Daniel 2 :43.

La tension est aussi sérieusement montée d’un cran entre les meilleurs ennemis du monde, l’Iran et les Etats-Unis, suite à l’assassinat du général Soleimani le 3 janvier par une frappe aérienne américaine. Cet acte, d’ailleurs assumé et revendiqué par le président Trump, a fait craindre une escalade des violences entre les deux pays et le déclanchement de la troisième guerre mondiale. La pression a fini par retomber, mais le bruit des roquettes qui volent actuellement dans l’Irak voisin rappelle que la paix ce n’est vraiment pas pour maintenant.

La paix, on a encore essayé de la négocier dernièrement en Israël. Le « deal du siècle » proposé par Donald Trump au mois de janvier était de l’avis de tous largement favorable à l’état hébreu. C’est donc sans surprise que son plan de paix élaboré sans les Palestiniens, a été rejeté par ces derniers et la plupart des pays arabo-musulmans.

Mais les guerres ne se limitent pas qu’à cette région du monde ; des conflits armés il y’en actuellement sur tous les continents, et un certain nombre perdurent depuis des décennies, à l’insu du grand public ou dans l’indifférence de ce dernier car pas assez médiatisées.[1]

Mais soyons honnêtes, la guerre on s’en fiche un peu quand c’est loin de chez nous. Qu’elle fasse la une du JT ou non, cela ne nous empêche ni de dormir ni de manger. Et pourtant, on a bien eu l’impression qu’elle se passait aussi en France ces derniers mois.

gj.jpg

Le mouvement des gilets jaunes qui a débuté en octobre 2018 pour dénoncer initialement une hausse des taxes sur le carburant s’est rapidement mué en une contestation massive de l’injustice fiscale et sociale et a révélé au grand jour la défiance d’une grande partie de la population à l’égard du Gouvernement et des politiciens. Des scènes de guérilla urbaine ont eu lieu sur les prestigieux Champs Elysées, l’arc de triomphe saccagé, les boutiques de luxe vandalisées et dévalisées, des violences inimaginables dans ce pays qui compte parmi les plus influents de la planète. Bilan : 11 morts et 4439 blessés. Qui l’avait vu venir ?

Ajoutons à cela les grèves massives pour contester la fin des régimes spéciaux (RATP, SNCF), pour réclamer davantage de moyens pour le service public (hôpitaux en danger), et contre la réforme des retraites, ont fait sortir dans la rue cette fois-ci même des notables (médecins, avocats, notaires, enseignants, architectes etc.).

manif contre retraites.jpg

Ailleurs dans le monde, on peut notamment citer de façon non exhaustive :

manif hk.jpg

Les quelques 2 millions de Hongkongais qui ont manifesté à partir du 9 juin 2019 pour contester une loi autorisant les extraditions vers la Chine continentale, pour défendre l’indépendance de la justice et réclamer le choix de ses dirigeants au suffrage universel. Là encore le conflit s’est enlisé pendant plusieurs mois et des scènes de violence et de répression surréalistes ont eu lieu. Bilan :10 morts, dont 9 par suicide, et des milliers de blessés.

algérie manifestation.jpg

Les Algériens qui se sont massivement mobilisés (jusqu’à 3 millions de personnes dans la rue) depuis 16 février 2019 pour réclamer une véritable démocratie après l’annonce du président Bouteflika de son intention de briguer un 5ème mandat. Face aux manifestants toujours plus nombreux, le vieux président a fini par démissionner. Bilan : 4 morts et 183 blessés. Des élections qui ont eu lieu avec un fort taux d’abstention et un nouveau président qui est contesté.

manif soudan.jpg

Les Soudanais qui se sont révoltés au départ à cause de l’augmentation du prix du pain (19 décembre 2018) et qui ont fini par faire chuter le régime d’Omar Al-Bachir en avril 2019. Bilan :246 morts et 1353 blessés.

Nouvelle-manifestation-Santiago-23-octobre-2019_1_729_486.jpg

Les Chiliens dont la colère a éclaté en octobre 2019 suite à l’annonce de l’augmentation du prix du ticket du métro à Santiago. Jusqu’à 1.2 millions de personnes dans la rue. Bilan : 20 morts et 1305 blessés.

Ces soulèvements populaires, mettent en évidence le phénomène de la cocotte-minute qui finit par exploser sous la pression. Augmentation du prix du carburant ici et du prix du pain là-bas, autant de gouttes d’eau qui ont fait déborder le vase.

La déflagration « #MeToo»

« N'ayez donc pas peur d'eux, car il n'y a rien de caché qui ne doive être découvert, ni rien de secret qui ne doive être connu. » Matthieu 10 :26.

Ce mouvement a fait voler en éclats l’omerta sur les violences sexuelles suite à la révélation de l’affaire Weinstein en octobre 2017. Cet événement a été le point de départ d’un mouvement massif de libération de la parole. Dans le monde entier, des millions de femmes, mais aussi des hommes, ont dénoncé de façon anonyme ou non, sur les réseaux sociaux, dans les médias, et devant les autorités, le harcèlement, les agressions sexuelles, et les viols. Dès lors, des scandales n’ont cessé d’éclater ici et là. Le moins que l’on puisse dire c’est que derrière le strass et les paillettes qui font rêver beaucoup de personnes, il y a une sombre réalité. En effet, tous les domaines prestigieux de la culture et de l’art sont éclaboussés : le cinéma, les médias, la littérature, la mode ou encore le sport… Derniers volets en date : les affaires Epstein, Matzneff, Ruggia et Polansky qui ont mis à jour les pratiques pédocriminelles des grands et des puissants de ce monde (présidents, hommes politiques, princes, industriels etc.) Là aussi, il y-avait un trop plein, la pustule a fini par éclater, ce qui a précipité des millions de femmes dans les rues notamment le 8 mars dernier…

manif feministe.jpg

Bref, que ce soit pour réclamer des mesures en faveur de la protection de la planète, ou pour dénoncer la vie chère, les gouvernements autoritaires ou encore les violences sexuelles, ces deux dernières années les foules ont été nombreuses à crier leur colère dans les rues. Le Covid-19 ayant fait son apparition, il va falloir cesser les manifestations.

LE MONDE PLEURE…

« Il y aura de grands tremblements de terre en divers lieux, des famines et des pestes ; et il y aura des choses qui frappent de terreur et de grands signes dans le ciel. » Luc 21 :11.

Le coronavirus… J’avoue qu’au départ, quand j’entendais parler de cette épidémie qui sévissait en Chine, cela ne m’a pas interpelée outre mesure. Certes, des dizaines puis des centaines de personnes décédaient, mais comparé au bilan annuel de la grippe en France (entre 8000 et 10 000 morts) cela me semblait dérisoire pour un pays qui compte un milliard et demi d’habitants. En effet, les gens meurent de toutes sortes de choses, c’est dramatique, mais c’est ainsi. Quoiqu’il en soit, trois mois après le début officiel de cette épidémie qui s’est muée en pandémie, des langues se délient pour contredire les versions officielles. On sait par exemple grâce à un média hongkongais que le premier cas de Covid-19 est apparu en Chine le 17 novembre 2019 et qu’à partir de ce « Patient 1 » il y a eu des dizaines puis des centaines de contaminations. Pourquoi ce manque de transparence de la part de Pekin qui n’a donné l’alerte que début janvier ? Comment expliquer aussi la disparition de certains lanceurs d’alerte chinois au tout début de l’épidémie ?

A Buzyn.jpeg

Autre sujet de questionnement, cette-fois-ci en France : les déclarations très troublantes de l’ancienne ministre de la santé, Agnès Buzyn, qui a dû abandonner son ministère pour reprendre au pied-levé la campagne pour les municipales à Paris, puisque le candidat du parti présidentiel a été contraint de se retirer de la course suite à un scandale sexuel. Au lendemain de ces élections, elle lâche une bombe lors d’un entretien paru le 17 mars dans le journal Le Monde: « Je pense que je suis la première qui ai vu ce qui se passait en Chine : le 20 décembre, un blog anglophone détaillait des pneumopathies étranges. J’ai alerté le directeur général de la santé. Le 11 janvier, j’ai envoyé un message au Président sur la situation. Le 30 janvier j’ai averti Edouard Philippe que les élections ne pourraient sans doute pas se tenir. Je rongeais mon frein […] Quand j'ai quitté le ministère, assure-t-elle, je pleurais parce que je savais que la vague du tsunami était devant nous. Je suis partie en sachant que les élections n'auraient pas lieu […] Depuis le début je ne pensais qu'à une seule chose : au coronavirus. On aurait dû tout arrêter, c'était une mascarade. La dernière semaine a été un cauchemar. J'avais peur à chaque meeting. »

Que comprendre d’autre si ce n’est que les autorités étaient conscientes depuis trois mois de la gravité de la crise qui se profilait ? Si tel est le cas, pourquoi n’ont-elles pas anticipé le chaos actuel en fabriquant par exemple massivement des tests de dépistage, des masques, et du gel hydroalcoolique ? Pourquoi n’a-t-on pas pris des mesures pour augmenter le nombre de places en réanimation ? Pourquoi n’a-t-on pas fermé les frontières, notamment avec l’Italie voisine, touchée par le virus 8 jours avant la France, et qui a dû faire face dès le début à des cas très graves et à un taux de mortalité affolant ? Bien entendu, les propos de Mme Buzyn ont suscité des réactions pas très tendres de la part de ses collègues de la LREM… « On a tous la nausée », déclare l’un, « je suis scié, sidéré, je vais l’encastrer », ose menacer un autre. Quant au Premier Ministre, il a martelé au journal télévisé que le Gouvernement avait pris ses décisions en fonction des avis recueillis auprès des scientifiques qui ont fini par se rendre compte au fur et à mesure que le Covid-19 était bien plus grave qu’une simple grippe, et affirme assumer les choix qui ont été faits.

Bien, nous en prenons acte. Reste à savoir ce qui a pris à Agnès Buzyn, médecin hématologue reconnue par ses pairs, ancienne ministre de la santé, de balancer une telle bombe dans propre camp. Craquage psychologique dû au surmenage ou acte plus ou moins manqué visant à soulager sa conscience ? Les scientifiques qui ont conseillé le Gouvernement avaient-ils tous sous-estimé la gravité de cette crise sanitaire alors que la ministre de la santé avait, elle, « pressenti » sa gravité ? L’avenir nous le dira sans doute…Seulement voilà, un collectif de médecins vient de porter plainte contre Edouard Philippe et Agnès Buzyn, car ils estiment qu’ils « avaient conscience du péril et disposaient des moyens d'action, qu'ils ont toutefois choisi de ne pas exercer ». Idem du côté d’une association de malades qui a porté plainte contre X pour « mise en danger délibérée de la vie d'autrui ». Le représentant de l’association motive cette action en justice en ces termes : « "À travers cette plainte, nous visons toute la chaîne de responsabilités de l'Etat en matière de politique sanitaire", a indiqué Philippe Poncet, président de l'association. Il explique avoir notamment alerté les pouvoirs publics dès le 25 février, une alerte restée selon lui "sans réponse" ». Affaires à suivre donc…

Un virus naturel ou créé par l’homme ?

Beaucoup se demandent si le Covid-19 a une origine naturelle ou s’il a été fabriqué en laboratoire. Pour se positionner, il faudrait pouvoir argumenter avec des preuves à l’appui… Disons que les deux hypothèses sont plausibles et que dans les deux cas le comportement de l’être humain est en cause.

1ère hypothèse : une apparition fortuite et involontaire

Le Covid-19 fait partie de la famille des coronavirus dont les scientifiques connaissent l’existence depuis des décennies. Beaucoup d’animaux sauvages et d’élevage en sont porteurs, or il arrive que ce virus mute et qu’il affecte l’être humain. Par exemple, on sait que l’épidémie du SRAS (un autre coronavirus) également apparu en Chine en 2003 (8000 personnes contaminées et 800 morts dans le monde) avait pour origine la chauve-souris et qu’il a transité par la civette avant d’être transmis à l’homme. Le MERS quant à lui (encore un coronavirus) est apparu en 2012 en Arabie Saoudite (2500 malades et 850 morts) venait du chameau dont on consomme la viande, le lait et le fromage.

marché wuhan.jpg

Selon les déclarations officielles, le Covid-19 s’est propagé depuis Wuhan en Chine, à partir d’un marché aux animaux sauvages vendus pour être consommés (nourriture et médecine traditionnelle). On y trouvait tout un zoo destiné à la boucherie : pangolins, paons, civettes, rats, serpents, salamandres géantes, autruches, chameaux, renards, crocodiles, porcs-épic, ânes, chiens ou encore des louveteaux vivants, blessés ou morts, entassés les uns sur les autres, et ceci dans des conditions d’hygiène déplorables. De toute évidence, il y avait là un cocktail détonnant permettant de développer à minima une grosse gastro.

Il ne s’agit pas de stigmatiser les chinois (tous n’approuvent pas ces marchés aux animaux sauvages) car ici en France on n’a pas de leçons à donner. Pour s’en convaincre, il suffit de visionner les vidéos de l’association de protection des animaux L214 (si vous pouvez le supporter) et vous découvrirez dans quelles conditions sont élevés puis tués les animaux que nous consommons. Animaux d’ailleurs génétiquement modifiés, bourrés d’hormones, et d’antibiotiques… Animaux que l’on maltraite aussi dans les laboratoires pour que nous puissions être bien maquillés, bien parfumés et bien habillés…

Notons au passage que dans l’Ancienne Alliance, tous ces animaux étaient considérés comme impurs et que le Seigneur avait interdit aux Hébreux de les consommer (voir Lévitique 11). Bien entendu, il n’est pas question de retourner aux règles d’une dispensation qui est révolue, mais juste de mettre en exergue le fait que ce commandement du Seigneur avait du sens.

Il n’est pas non-plus question ici d’encourager un régime végétarien ou végan car le Seigneur autorise (mais n’oblige pas) la consommation des animaux, il en a d’ailleurs lui-même consommé quand il était sur terre. Il faut cependant rappeler qu’Elohim n’a pas créé l’être humain carnivore, ni aucun animal d’ailleurs ; la prédation est une conséquence du péché. Pour autant, le droit de manger des animaux nous autorise-t-il à les maltraiter, à détruire leur environnement naturel qui leur fournit un abri et de la nourriture ? Si vous répondez oui, alors cela voudrait dire qu’Elohim se moque complètement de ses créatures. Or ce n’est pas ce que nous disent les Ecritures.

On voit par exemple que le Seigneur se soucie de l’âme de l’animal.

« Et Elohîm bénit Noah et ses fils et leur dit : Portez du fruit, multipliez-vous et remplissez la Terre. Et que toutes les bêtes de la terre, tous les oiseaux des cieux, avec tout ce qui rampe sur la terre, et tous les poissons de la mer vous craignent et vous redoutent : ils sont mis entre vos mains. Tout ce qui se meut et qui a vie sera votre nourriture. Je vous donne tout cela comme l'herbe verte. Toutefois, vous ne mangerez pas de chair avec son âme, c'est-à-dire son sang. » Genèse 9 :1-4.

Lors de la conférence de Jérusalem, sous la Nouvelle Alliance, les apôtres ont été unanimement d’avis d’inciter les convertis issus des nations de s’abstenir des animaux étouffés et du sang. Cela n’est pas anodin.

« C'est pourquoi moi, je juge qu'il ne faut pas contrarier ceux d'entre les nations qui se tournent vers Elohîm, mais qu'on leur écrive de s'abstenir des souillures des idoles et de relation sexuelle illicite, des animaux étouffés et du sang. » Actes 15 :19-20. (Voir aussi Actes 15 :29 et 21 :25).

La Bible affirme par ailleurs clairement que : « Le juste a égard à la vie de sa bête, mais les entrailles des méchants sont cruelles. » (Proverbes 12 :10). On en déduit donc que l’injuste lui est sans pitié…

Sans nul doute, si le Seigneur ouvrait la bouche aux animaux qui subsistent encore sur cette planète, ils nous feraient la même remarque que cette ânesse avait faite à Balaam : « Que t'ai-je fait, pour que tu m'aies déjà frappée trois fois ? » (Nombres 22 :28). En effet, toute la création souffre à cause du comportement insensé de l’être humain.

Les coronavirus ne sont que des retours de bâton envers ces super-prédateurs que sont les hommes, eux qui prélèvent à la Nature bien au-delà de ce qu’il ne leur faut pour leur survie et qui saccagent tout sur leur passage pour leur profit égoïste.

Le lien entre la multiplication des épidémies de coronavirus et la destruction de la biodiversité a clairement été établi par des scientifiques : la crise écologique créé la crise sanitaire. C’est ce qu’explique Serge Morand, chercheur au CNRS, écologue de la santé et parasitologue de terrain, lors d’un entretien édifiant au journal Marianne. Il part entre autres d’un constat : « au niveau mondial, le nombre d’épidémies a été multiplié par plus de 10 entre 1940 et aujourd’hui […] C’est à cause de la perte de biodiversité. Une maladie infectieuse se transmet, dans la plupart des cas, d’un animal sauvage à un animal domestique (y compris ceux d 'élevage) puis à l’être humain […] Plus la biodiversité est forte, plus il y a de microbes circulant à faible bruit, c’est-à-dire que ces derniers se transmettent mal. Mais lorsque la biodiversité chute souvent à cause de la réduction de l’habitat sauvage, nous favorisons les contacts et la transmission […] Un million d’espèces sont menacées d’extinction. Plus de 60% des animaux sauvages ont vu leurs populations régresser depuis les années 1970. Une épidémie passera donc plus facilement d’animaux en animaux, surtout pour des microbes peu spécifiques et qui peuvent passer facilement d'un animal réservoir à un autre animal. De nombreux systèmes de régulation des pathogènes sont bouleversés. Nous avons moins de prédateurs importants tels que les lynx ou les loups qui contrôlent les populations de petits mammifères rongeurs, porteurs de microbes divers ou de tiques elles-mêmes vectrices. Ces prédateurs, en contrôlant l'abondance des rongeurs, réduisent la transmission des pathogènes. Les interactions des vivants perdent leur équilibre dynamique dans les écosystèmes perturbés et avec elle, la résilience des systèmes écologiques. Nous créons des « pathosystèmes ». L’homme détruit la résilience nécessaire à la nature et à notre santé. »

En clair, dans des conditions normales, il ne devrait pas y avoir des interactions entre les animaux d’élevage et les animaux sauvages. Or la déforestation au profit des cultures et des élevages intensifs provoque d’une part la destruction de l’espace de vie de milliers d’espèces porteuses de virus, et d’autre part la disparition de leurs prédateurs naturels. Ces animaux sauvages, en quête de nourriture et de nouveaux abris, rentrent alors en contact avec les animaux d’élevage qui sont ensuite consommés par l’homme. Bien entendu, le braconnage (chasse et pêche illégales) des animaux sauvages permet une transmission directe des virus, sans transition par des animaux d’élevage qui feraient office d’hôtes.

Dans une autre interview accordée à un journaliste de France Télévisions, Serge Morand, qui est aussi l’auteur d’un livre intitulé « La prochaine Peste », donne l’exemple du virus NIPAH, mortel dans 70 % des cas. La transmission à l’homme résulte « d’une rencontre totalement improbable entre une chauve-souris frugivore, qui vit normalement en forêt, qui vit là où il y a des fruits, et un cochon qui est en fait élevé en Malaisie. Comment l’expliquer ? Essentiellement, déforestation importante sur la Malaisie pour la transformation en palmier à huile pour l’exportation au niveau mondial. Les chauves-souris se déplacent. Et vont où ? A la recherche de gites et de nourriture, sur des élevages intensifs, semi-intensifs en Malaisie, où là en fait il y avait des arbres fruitiers. Elles mangent les fruits, elles déjectent sur les fruits et ça tombe après sur les cochons. Ces cochons se trouvent après infectés par ce virus. Les virus passent aussi sur ces humains, sur les gens qui élevaient ces cochons ; ils commencent à mourir. Ces cochons sont envoyés sur les abattoirs de Singapour. Les gens dans les abattoirs se trouvent infectés… »

L’être humain a décidé de sacrifier la biodiversité sur l’autel du dieu Mammon (le capitalisme) pour satisfaire sa cupidité sans bornes, et donc voilà où tout cela nous mène…

« Car l'amour de l'argent est la racine de tous les maux. Pour l'avoir désiré, certains se sont détournés de la foi et se sont transpercés eux-mêmes de beaucoup de douleurs. » 1 Timothée 6 :10.

1 milliard de personnes dans le monde sont désormais confinées, et vous savez quoi ? Pendant qu’on reste cloitré chez nous, la Nature se porte mieux. La pollution de l’air et de l’eau ont drastiquement diminué. Et oh miracle, on voit des poissons et même des dauphins dans les eaux habituellement sombres de Venise ! Oh miracle, à Paris le bruit des autos a laissé place aux chants des oiseaux !

2ème hypothèse : un virus créé en laboratoire pour servir d’arme biologique

Nous arrivons ici dans la partie de cet article qui sera classée par les officiels dans la catégorie « théorie du complot », mais tant pis... Bien entendu, cette hypothèse ne peut être étayée par aucune preuve car il est évident que personne ne va surgir de quelque part pour dire devant le monde entier : « nous avons fabriqué ce virus qui s’est malheureusement échappé d’un laboratoire » ; et encore moins : « nous avons fabriqué ce virus et nous avons testé son efficacité ». Si j’ai choisi d’évoquer cette hypothèse c’est simplement parce que tout le monde sait que les armes biologiques existent. Exclure cette possibilité reviendrait à se montrer particulièrement naïf, ce serait oublier que l’être humain est capable du pire. Le fait qu’on laisse des gens crever lentement de faim sur cette planète en est la preuve la plus flagrante.

bombe bio.jpg

Qu’est-ce qu’une arme biologique ou bactériologique ? Selon le site des Nations Unies, il s’agit de « systèmes complexes qui disséminent des organismes pathogènes ou des toxines, pour nuire ou pour tuer des individus, des animaux, ou des végétaux. Elles consistent généralement en deux parties : un agent et un vecteur. Outre des applications militaires de type stratégique ou tactique, les armes biologiques peuvent être utilisées pour commettre des assassinats politiques, pour infecter le bétail ou la production agricole dans le but d’entraîner des pénuries de nourriture et des pertes économiques, pour créer des catastrophes environnementales, et pour introduire de façon généralisée dans la population des maladies, la peur et la méfiance.

Pratiquement n’importe quel organisme pathogène (comme les bactéries, les virus, les champignons, les prions, ou les rickettsies) peuvent être utilisés dans des armes biologiques. Les agents peuvent être améliorés par rapport à leur état naturel pour les rendre plus adaptés à une production de masse, au stockage, et à leur dissémination en tant qu’armes. Dans le passé, les programmes d’armements biologiques ont inclus des efforts visant à produire : de l’aflatoxine, de l’anthrax, de la toxine botulique, la fièvre aphteuse, la morve, la peste, la fièvre de Ku, la pyriculariose du riz, la fièvre pourprée des montagnes Rocheuses, la ricine, la variole, et la tularémie, entre autres. »

Des tentatives d’attaques bio-terroristes ont déjà eu lieu par des mouvements sectaires :

En 1984, sous la direction de Ma Anand Sheela, un groupe de disciples du maître spirituel indien Osho, de la salmonelle a été répandue dans 10 restaurants de la ville The Dalles, dans l’Oregon aux Etats-Unis : 45 personnes intoxiquées.

Les attaques à la toxine botulique à Tokyo perpétrées entre 1990 et 1995 par des adeptes de la secte Aum. Les doses répandues étaient heureusement trop faibles pour faire les dégâts escomptés.

Les lettres empoisonnées à l’anthrax envoyées à des notables américains après les événements du 11 septembre : 5 morts et 17 blessés.

Il faut cependant noter que ce type d’armes ne se fabrique pas dans un garage ou dans une cuisine, il faut pour cela des connaissances techniques, des laboratoires sophistiqués et un financement conséquent. De ce fait, seuls les Etats sont capables de les fabriquer, et dans une moindre mesure, de puissantes organisations terroristes. Or en 1972, la CIABT (Convention sur l’Interdiction des Armes Biologiques ou à Toxines) a totalement interdit leur utilisation. 183 Etats, dont la France, se sont engagés à ne jamais utiliser, transférer ou stocker ce type d’armes.

Pour ce qui est du Covid-19, il n’y a strictement aucun élément de preuve permettant à ce jour de conclure qu’il a été fabriqué dans le but d’en faire une arme biologique. On s’en tiendra donc à la version officielle qui est largement crédible.

Au fond, peu importe l’origine de ce virus, cela ne changera pas grande chose à la réalité que nous vivons actuellement.

l-expansion-du-coronaviru.jpg

Aujourd’hui l’Europe est devenue l’épicentre de l’épidémie, les contaminations se propagent à grande vitesse, la liste des décès ne cesse de s’allonger, en particulier pour l’Italie dont le nombre de victimes a dépassé celui de la Chine. La situation y est tellement dramatique que dans certaines régions, les hôpitaux et les services funéraires sont en saturation complète. En France, nous avons franchi la barre des 14 000 contaminations en l’espace de quelques jours, et on déplore plus de 500 morts. Comme pour le voisin transalpin, certains hôpitaux en sont arrivés à devoir faire un tri entre ceux qui seront réanimés et ceux qui ne le seront pas.

Pour l’heure, l’Amérique latine et l’Afrique sont très peu touchées, mais pour combien de temps ? Si le virus devait prendre de l’ampleur dans des pays pauvres au système de santé fragile, on n’ose imaginer l’ampleur de la catastrophe...

QUE VA-T-IL SE PASSER APRÈS ?

Il est vrai que pendant cette période de crise sanitaire, il y a de beaux gestes de solidarité, mais il y a aussi des mouvements de désordre qui laissent présager un véritable chaos si jamais les choses devraient durer. Des mutineries dans les prisons en Italie, des bagarres dans les supermarchés, explosion des actes racistes envers les asiatiques, ruée vers les armes aux Etats-Unis…

Outre cette hécatombe, ce qui est le plus choquant c’est de voir l’inconscience et/ ou l’égoïsme de tant de personnes qui décident de braver l’ordre de rester confiné. Ainsi, certains ont préféré quitter leurs petits appartements en ville pour vivre le confinement confortablement à la campagne, au grand air... quitte à amener le virus à des endroits où il n’était pas encore allé…

D’autres encore, tels des charognards, tirent déjà profit de la situation. On citera à titre d’exemple :

- un buraliste de Reims qui vendait 5 attestations sur l’honneur pour les sorties pour la modique somme de 2 €.

- Richard Burr, un sénateur républicain poche de Donald Trump, chef de la commission du Sénat pour le renseignement. Selon le site du Huffington post qui retransmet cette info des médias américains : « Le sénateur Burr reçoit presque quotidiennement des briefing émanant de la communauté de renseignement sur les menaces à l’adresse du pays [...] Et alors que le président Donald Trump répétait au loisir que le virus n’allait pas durement frapper les Etats-Unis, le 13 février, le sénateur Burr et son épouse ont soudainement vendu entre au moins 582.000 dollars et jusqu’à 1,6 million de dollars en actions en bourse. »

Ces comportements révèlent un refus de se remettre en question et cela même quand il y a un danger de mort imminente. Ça aussi, la Bible l’avait prédit d’avance.

« Et les autres humains qui ne furent pas tués par ces fléaux, ne se repentirent pas des œuvres de leurs mains, ils ne cessèrent pas d'adorer les démons, les idoles d'or, d'argent, de cuivre, de pierre et de bois, qui ne peuvent ni voir, ni entendre, ni marcher. Et ils ne se repentirent pas de leurs meurtres, ni de leurs sorcelleries, ni de leur relation sexuelle illicite, ni de leurs vols. » Apocalypse 9 :19-21.

L’être humain sortira-t-il changé positivement de cette crise ? Non, il reprendra les choses là où il les avait laissées avant d’être confiné : il reprendra sa course folle au profit, et pour cela il continuera à dézinguer tout ce qu’il trouvera sur son passage. Au nom de la reprise économique, il déféquera sur la cause écologique. Et tant pis pour les oiseaux qui font actuellement cui-cui à Paris et pour les dauphins qui barbottent en ce moment dans les eaux apaisées de Venise. Coté vie privée (puisque beaucoup d’intellectuels considèrent que ça relève de ce domaine), beaucoup continueront à violer des femmes et des petits enfants, pendant que d’autres crèveront de faim.

coronavirus-sommes-nous-dans-une-phase-de-krach-financier-20200309-1425-f1c5cf-0@1x.jpeg

Vous l’aurez compris, ce Covid-19 est un monstre à deux visages. Côté face : la maladie et la mort. Côté pile : la pauvreté. La détresse sera grande… Emmanuel Macron l’a dit, il y aura des changements : « le jour d’après ne sera pas le jour d’avant ». Nous allons franchir un cap. Un cap qui sera sans doute difficile à franchir pour beaucoup. Mais il ne faudra pas perdre courage. Au contraire, soyons rassurés puisque nous voyons les prophéties s’accomplir. Il reste donc une prophétie majeure qui doit se réaliser : celle du retour du Seigneur. Tous les signes annonçant son retour imminent se multiplient. Alléluia ! Notre délivrance est proche. L’autre bonne nouvelle c’est que ces circonstances difficiles convaincront un grand nombre de personnes de se tourner vers Christ. Gloire soit rendue au Seigneur !

Beaucoup de dirigeants chrétiens devront cependant revoir le fonctionnement de leurs églises et revoir aussi leur vie. Le fait qu’un rassemblement évangélique soit devenu un important foyer de propagation du virus dans le Grand-Est (département le plus gravement touché à ce jour) doit nous interpeller, c’est tout sauf anodin. D’un point de vue spirituel, le témoignage de cette église est terni… En effet, qu’aurait-on dit si une épidémie de peste s’était propagée parmi les foules qui venaient écouter Jésus parler ? Ce n’est pas une condamnation, mais une invitation à se remettre en question.

DEUX SONGES

23h57.jpg

Au cours du mois de février j’ai eu deux songes qui se sont répétés à trois reprises chacun.

Le tsunami : la crise

Dans les deux premiers, je me trouvais quelque part en ville. L’atmosphère était extrêmement morose, tout était gris, tout était triste.

Tout d’un coup, je me suis retrouvée dans l’eau. De grosses vagues qui charriaient un tas d’objets dangereux (morceaux de bois, débris, saletés) ont essayé de me submerger. Mais j’étais étonnamment calme, je nageais parfaitement et sans difficultés alors que d’ordinaire je suis une piètre nageuse. Je n’ai ni coulé, ni bu la tasse, ni été blessée.

Le troisième songe de cette série est un peu différent. J’étais quelque part en ville, et cette-fois il y avait mes enfants avec moi. D’autres personnes étaient là. Là aussi, l’atmosphère était grise et triste. Tout d’un coup, je me retourne et je vois un immense tsunami aux eaux sombres arriver à une vitesse folle. C’était quelque chose d’immense, qui occupait tout l’espace à l’horizon. Je me suis dit : « Comment vais-je faire pour y échapper ? Jamais n’aurai le temps de fuir ». J’ai donc pris mes deux enfants, l’un par la main gauche et l’autre par la main droite, et je me suis accrochée à une espèce de petit arbuste, une sorte de roseau, avec les deux doigts d’une main. Je m’attendais à ce que la force du tsunami nous pulvérise et nous disperse dans les eaux. Mais le tsunami nous est passé dessus sans nous causer le moindre mal. Nous n’avons même pas été secoués, ni blessés, ni même mouillés ; et je tenais toujours fermement mes enfants par la main.

En me réveillant ces mots sont sortis de ma bouche : « Merci Seigneur, tu nous as sauvés. En tout temps tu es un abri sûr. »

« Mais maintenant ainsi parle YHWH, qui t'a créé, ô Yaacov ! Celui qui t'a formé, ô Israël ! N'aie pas peur, car je te rachète. Je t'appelle par ton nom, tu es à moi ! Si tu passes par les eaux, je serai avec toi, et les fleuves, ils ne te submergeront pas. Si tu marches dans le feu, tu ne seras pas brûlé, et la flamme ne t'embrasera pas. Car je suis YHWH, ton Elohîm, le Saint d'Israël, ton Sauveur. » Esaïe 43 :1-3.

Cette promesse est pour quiconque demeure dans le Seigneur.

Les douleurs de l’enfantement : délivrance imminente

A trois reprises je me suis vue enceinte à un stade de la grossesse très avancé. Or je n’attends pas d’heureux événement et je ne souhaite pas non-plus agrandir la famille.

Le troisième songe était un peu différent des deux premiers. Quelqu’un est venu me dire que mon accouchement était prévu pour le lendemain à 7 heures. Pendant que cette personne me disait cette chose, elle me montrait une horloge qui indiquait 23h57.

« Car nous savons que, jusqu'à ce jour, toute la création soupire et souffre les douleurs de l'enfantement. Et non seulement elle, mais nous aussi qui avons l'offrande du premier fruit de l'Esprit, nous aussi, nous soupirons en nous-mêmes en attendant assidûment et patiemment l'adoption, la rédemption de notre corps. » Romains 8 :22-23.

« Or au milieu de la nuit il se fit un cri : Voici, l'époux vient, allez à sa rencontre ! » Matthieu 25 :6.

Que celui qui a des oreilles…

Profitons de cette période de confinement pour méditer et surtout pour prier pour les malades et les familles endeuillées. Ceux qui meurent actuellement ne sont pas des pêcheurs pires que les autres (Luc 13 : 1-5). Or ils meurent seuls, loin des leurs et sans doute en étant très angoissés. Prions que le Seigneur visite le plus de personnes possibles, même dans les derniers instants de leur vie.

Maranatha, le Seigneur revient.

Adèle.

[1] https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_de_guerres

13 commentaires
13 commentaires

Laisse un commentaire

Your email address will not be visible.

  Avertissez-moi des commentaires suivants

13 commentaires

  • Seb   
    9 Avril 2020 12:16

    Pourquoi le virus s'appelle "covid-19"? Jésus me l'a montré ce matin. 1) Genèse chap 19 nous parle de la destruction de Sodome : c'est le revers de la médaille pour les présidents qui ont accepté le mariage homo. 2) Exode chap 19 : le peuple devait se sanctifier pour rencontrer YHWH (cela concerne les églises : elles doivent être prêtes pour l'enlèvement) 3) Luc chap 19 : Jésus fait son entrée à Jérusalem, ce qui préfigure son avènement en posant ses pieds sur le mont des oliviers.

    Répondre
  • Seb   
    9 Avril 2020 15:54

    J'ai vu ce jour Franck Viola sur le blog de Patrick Fontaine avec un geste amical envers cet hérétique qui dit que l'enlèvement n'aura pas lieu et qu'il n'y aura pas d'antichrist pour gouverner la Terre. Vérifiez ce que j'écris en allant sur www.patrickfontaine.org sur votre smartphone. Cliquez sur "des rencontres marquantes" et vous verrez la photo dont je vous parle.

    Répondre
  • ALAIN D.   
    11 Avril 2020 14:04

    Habaquq 3/5
    La PESTE marche devant lui,une flamme sort de ses pieds.

    Répondre
  • Seb   
    12 Avril 2020 14:28

    Jésus m'a fait comprendre qu'en Eden, Adam cultivait le jardin avec des arbres fruitiers. Avant de rencontrer la femme que le Seigneur veut pour nous, il faut que nous portions beaucoup de fruits, les fruits de l'Esprit. En hébreu, la racine pour "jardin" (ganan) signifie "défendre, couvrir, entourer et protéger". C'était le rôle d'Adam vis à vis de sa femme.

    Répondre
  • Seb   
    13 Avril 2020 18:38

    Concernant le confinement : pourquoi la date du 11/05/2020 ? Le 11/05/1949, l'Etat d'Israël intègre l'ONU, qui a été créée pour pouvoir mieux contrôler les nations. Mais les guerres sont de plus en plus d'actualité, alors que l'ONU avait soi-disant pour but de réduire les conflits militaires. Ce 11 mai doit nous interpeller car il y a un plan pour séduire Israël, comme écrit dans la Bible, mais ils finiront par voir qu'ils ont été trompés et JESUS reviendra au moment propice. Alléluia !!!

    Répondre
  • Seb   
    18 Avril 2020 17:02

    Une info on ne peut plus claire pour les chrétiens : https://www.medias-presse.info/coronavirus-et-projet-id2020-bill-gates-recommande-un-vaccin-avec-implant/119836/. JESUS, reviens !!!

    Répondre
  • Seb   
    22 Avril 2020 06:30

    Jésus revient : https://www.dreuz.info/2020/04/21/europe-des-danois-revisitent-la-bible/.

    Répondre
  • Seb   
    27 Avril 2020 12:39

    Le mot "épars" vient du latin "espardre" (séparer) et "sparsus" signifie "disperser". Cela me fait penser à Paul qui a du se séparer de chrétiens pour que l'Evangile se disperse. Je ne savais Seigneur que la langue française parle de points si précis !

    Répondre
  • Seb   
    3 Mai 2020 08:08

    Dans Ezéchiel chap 8 v 16, il est écrit qu'environ 25 hommes adoraient le soleil. Pourquoi 25 ? Car la valeur numérique du mot "Vérité" est de 26. 25 est très proche de 26, mais ce n'est pas 26 !!!

    Répondre
  • Seb   
    7 Mai 2020 14:10

    Il y a quelques années, j'ai discuté avec un "chrétien" et je lui ai demandé où ils en étaient avec la propagation de la Parole. Il m'a répondu : "On peut s'estimer heureux de faire partie d'une assemblée d'environ 100 personnes car quand on voit les gargouilles sculptées sur la cathédrale de notre ville....".

    Répondre
  • Seb   
    7 Mai 2020 17:54

    « Prophète, Dieu ne nous parle-t-Il plus par la Bible ? » La réponse est toute simple: Dieu ne nous a jamais parlé par un livre. Dieu ne peut pas se transmettre par des photos ou par des traditions écrites appelées Bible mais par les Paroles d'un prophète vivant sur la terre". Il est question d'un certain Philippe Kacou, qui dit que le salut passe par lui, que la Bible ne sert à rien !!!

    Répondre
  • Seb   
    10 Mai 2020 14:28

    Certains scientifiques disent que l'Homme pourra vivre 1000 ans. Jésus leur répond par le millénium : les perdus passeront 1000 ans en enfer puis ce sera le lac de feu. Un matin, encore en sommeil, Jésus m'a montré en songe de la lave en fusion pendant 1 seconde : je me suis immédiatement réveillé en poussant des cris terribles pendant 5 secondes. Maintenant, imaginez ces angoisses pour l'éternité !!! Je précise qu'à cette époque, j'étais une vierge folle.

    Répondre
  • Seb   
    20 Mai 2020 18:36

    Le boiteux d'Actes 3 a été guéri.....en dehors du temple !!!

    Répondre

Dernières publications