logo
Home Enseignements Chrétien et incrédule

 La Bible déclare que nous sommes sauvés par grâce par le moyen de la foi (Ephésiens 2 :8). La grâce c’est le cadeau que Dieu nous donne, la foi c’est le moyen par lequel on accède au paquet cadeau contenant le salut. La foi ne se limite pas simplement au fait de croire en Dieu. La croyance en l’existence de Dieu n’est pas l’apanage des seuls chrétiens. Plein de païens, qu’ils soient religieux ou non, croient en Dieu. D’ailleurs, de manière globale, les athées puristes, c’est-à-dire ceux qui nient fermement l’existence de la divinité, sont minoritaires et le resteront. Pourquoi ? Parce que Dieu a mis en l’homme la pensée de l’éternité (Ecclésiaste 3 :11).  Cependant, toutes les formes de foi ne sauvent pas. Voilà pourquoi il est dit : « Tu crois qu’il y a un seul Dieu, tu fais bien ; les démons le croient aussi, et ils tremblent » (Jacques 2 :19). Ainsi, la plupart des gens ont cette foi purement démoniaque. Le contraire de la foi c’est l’incrédulité. Que des païens soient incrédules, cela est normal puisqu’il faudrait déjà avoir fait la rencontre de Jésus-Christ pour avoir la foi. Or il existe des chrétiens incrédules et ils sont bien plus nombreux qu’on ne le pense. Le péché de l’incrédulité est extrêmement grave car il est clairement écrit que sans la foi, il est impossible d’être agréable au Seigneur (Hébreux 11 :6). Impossible. Notez bien ce mot. Cela signifie que si la mort vous surprend avec ce péché, vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux. Ce serait donc dommage d’avoir fréquenté des églises, adressé des chants et des prières au Seigneur et l’avoir même servi dans un ministère, pour aller finalement en enfer.

QU’EST-CE QUE LA FOI ?

Avant de parler de l’incrédulité, il nous faut parler de la foi.

Le mot grec qui a été traduit par foi dans le Nouveau Testament est pistis. Il signifie : conviction de la vérité de toute chose, croyance; conviction ou confiance concernant la relation avec Dieu et les choses divines. La foi est donc indissociable de l’idée de conviction et de confiance. La conviction c’est l’état d’esprit d’une personne qui croit fermement à la vérité de ce qu’il pense ; ce mot est synonyme de certitude. La confiance c’est le sentiment de quelqu’un qui se fie entièrement à quelqu’un d’autre ou quelque chose. On associe à ce terme à assurance, stabilité et sécurité.

Moving-Mountains« Or la foi est une ferme assurance des choses qu’on espère, une démonstration de celles qu’on ne voit pas » Hébreux 11 :1.

 « Cependant je vous dis la vérité : il vous est avantageux que je m’en aille, car si je ne m’en vais pas, le consolateur ne viendra pas vers vous ; mais, si je m’en vais, je vous l’enverrai. Et quand il sera venu, il convaincra le monde en ce qui concerne le péché, la justice, et le jugement … » Jean 16 :7-8. « Mais le consolateur, l’Esprit Saint, que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses, et vous rappellera tout ce que je vous ai dit » Jean 14 :26.

Nous recevons cette conviction par le Saint-Esprit qui est venu habiter en nous lors de la nouvelle naissance. Cette conviction sera consolidée car elle fera écho à la Parole de Dieu qui est digne de confiance. En effet, il est écrit : « Ainsi la foi vient de ce qu’on entend, et ce qu’on entend vient de la parole de Christ » (Romains 10 :17).

La foi vient donc de la Parole de Dieu car Dieu parle. Elle ne se fonde pas uniquement sur les versets bibliques mais aussi sur ce que Dieu peut nous avoir dit personnellement, à condition bien sûr que cela corrobore ce qui est écrit.

La confiance ne se décrète pas mais elle se construit au travers de la relation que nous avons avec une personne. La foi est donc amenée à grandir proportionnellement au degré d’intimité que nous avons avec Dieu. Si nous n’avons pas de relation avec le Seigneur, il nous sera difficile de lui faire confiance.

Il est dit que la foi est une ferme assurance des choses qu’on espère et une démonstration de celles qu’on ne voit pas (Hébreux 11 :1).  Le mot démonstration vient du grec elegchos et veut dire preuve, ce par quoi une chose est prouvée ou testée ; ou encore conviction. Ce verset semble comporter comme une contradiction. Comment peut-on avoir une ferme assurance des choses qu’on ne voit pas ? Tout d’abord nous ne sommes pas appelés à marcher par la vue mais par la foi (2 Corinthiens 5 :7). En effet, si nous nous fions à ce que nous voyons, nous demeurerons charnels car les réalités spirituelles sont invisibles à nos yeux physiques. Or ce n’est pas parce qu’une chose est invisible qu’elle n’existe pas. La preuve : notre Dieu est invisible mais bien réel (1 Timothée 1 :17).

« […] parce que nous regardons, non point aux choses visibles, mais à celles qui sont invisibles ; car les choses visibles sont passagères, et les invisibles sont éternelles » 2 Corinthiens 4 :18.

« C’est par la foi que nous reconnaissons que le monde a été formé par la parole de Dieu, en sorte que ce qu’on voit n’a pas été fait de choses visibles » Hébreux 11 :6.

Dieu est celui qui appelle à l’existence les choses qui ne le sont pas comme si elles étaient (Romains 4 :17).  Cela signifie que c’est par la foi que nous pourrons voir les choses invisibles et que nous assisterons à des événements extraordinaires, à des choses qu’on n’a jamais vues auparavant. Ainsi, Abraham, le Père de la foi, crut en Dieu et il eut la démonstration d’une chose qui ne s’était jamais vue jusqu’alors: une femme, la sienne, usée de corps, ménopausée, très âgée, a donné naissance à un enfant (Hébreux 11 :11-12). De même, c’est par la foi que Moïse a vu la mer rouge s’ouvrir, événement inédit auparavant et qui ne s’est plus reproduit depuis (Hébreux  11 :29).

Avoir la foi c’est avoir de la considération pour Dieu et pour ce qu’il est. Il est Tout-Puissant, rien ne peut lui résister, rien ne lui est impossible. Je dis souvent que le plus grand problème que l’homme ait pu connaître c’est la mort. Tant qu’il y a la vie, il y a de l’espoir, rien n’est perdu. Toutefois,  pendant de nombreux siècles, les hommes sont restés complètement démunis face à la mort qui était un problème grave, insoluble et effroyable. La mort était un problème qui surpassait largement les pires calamités qui puissent exister. Mais Jésus a vaincu la mort ; il a réglé ce problème pour nous. Si donc Jésus a vaincu la mort, dans sa faiblesse (puisqu’il s’était fait homme), les autres problèmes que nous pouvons avoir ne sont strictement rien devant lui. Il est réellement Tout-Puissant. Réalisons-le et croyons-le.

« Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ, qui, selon sa grande miséricorde, nous a régénérés, pour une espérance vivante, par la résurrection de Jésus Christ d’entre les morts, pour un héritage qui ne se peut ni corrompre, ni souiller, ni flétrir, lequel vous est réservé dans les cieux, à vous qui, par la puissance de Dieu, êtes gardés par la foi pour le salut prêt à être révélé dans les derniers temps ! C’est là ce qui fait votre joie, quoique maintenant, puisqu’il le faut, vous soyez attristés pour un peu de temps par divers épreuves, afin que l’épreuve de votre foi, plus précieuse que l’or périssable (qui cependant est éprouvé par le feu), ait pour résultat la louange, la gloire et l’honneur, lorsque Jésus Christ apparaîtra, lui que vous aimez sans l’avoir vu, en qui vous croyez sans le voir encore, vous réjouissant d’une joie ineffable et glorieuse, parce que vous obtiendrez le salut de vos âmes pour prix de votre foi » 1 Pierre 1 :3-9.

Dieu ne peut nous démontrer sa toute-puissance et sa fidélité que dans l’adversité. Ainsi, pour qu’il vienne nous secourir, il faut au préalable que nous soyons attaqués, mis en danger. Les diverses épreuves par lesquelles nous passerons et qui auront donné la possibilité à Dieu de se glorifier, constitueront des expériences, un dépôt qui contribuera à nous affermir d’avantage, à consolider notre confiance en lui et notre dépendance vis-à-vis de lui. C’est alors que nous pourrons nous approprier avec foi ces paroles : « Qui nous séparera de l’amour de Christ ? Sera-ce la tribulation, ou l’angoisse, ou la persécution, ou la faim, ou la nudité, ou le péril, ou l’épée ? Selon qu’il est écrit : C’est à cause de toi qu’on nous met à mort tout le jour, Qu’on nous regarde comme des brebis destinées à la boucherie. Mais dans toutes ces choses nous sommes plus que vainqueurs par celui qui nous a aimés. Car j’ai l’assurance que ni la mort ni la vie, ni les anges ni les dominations, ni les choses présentes ni les choses à venir, ni les puissances, ni la hauteur, ni la profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus Christ notre Seigneur » (Romains 8 :35-39). La foi, cette confiance que nous avons envers le Seigneur est le résultat de l’amour de Dieu répandu par le Saint-Esprit dans nos cœurs (Romains 5 : 5). C’est aussi une manifestation de notre amour pour lui. Nous ne pouvons pas faire confiance à quelqu’un que nous n’aimons pas, que nous négligeons ou que nous méprisons. Et c’est avec cette assurance, mêlée à un amour passionné, que nous pourrons transporter des montagnes (Matthieu 17 :20).

LA FAUSSE FOI

saut ds le videComme nous l’avons vu, pour avoir la foi, il faut avoir une relation personnelle avec le Seigneur, ce qui va permettre de développer notre confiance en lui. Marcher par la foi ne veut pas dire faire preuve de bravade et d’improvisation. Marcher par la foi revient à obéir au Seigneur et  à faire ce qu’il nous demande. Beaucoup n’ont pas compris cette réalité fondamentale et ont posé des actes qui les ont soit tourné en ridicule soit mis en danger. Ce n’est pas parce que Jésus a dit que nous allons marcher sur les scorpions et les serpents (Luc 10 :19) qu’il faut que nous allions plonger dans un nid de vipères ou dans un repaire de scorpions pour prouver notre foi. Là ce n’est plus de la foi mais de l’inconscience. Le passage de Luc 10 :19 doit être compris comme suit : « Quand vous serez menacés par des scorpions et des serpents, ne craignez rien, ils ne pourront pas vous nuire ». Nous avons d’ailleurs un exemple avec l’apôtre Paul qui fut mordu par une vipère dans l’île de Malte, sans que cela ne lui cause aucun tort (Actes 28 :3-6).

Beaucoup se sont couvert de honte et ont même péri à cause de leur mauvaise compréhension de ce qu’est la foi. C’est ainsi qu’il y a quelques années en Afrique, un pasteur avait convoqué des journalistes près d’un fleuve pour leur montrer qu’il pouvait marcher sur les eaux comme Jésus. Il est rentré dans l’eau, il a coulé, il s’est noyé et il est mort devant tout le monde. Plus récemment, toujours en Afrique, un homme a dormi plusieurs mois avec le cadavre de sa femme en priant pour sa résurrection. Il est vrai que Jésus a dit que nous allions ressusciter les morts (Matthieu 10 :8), mais il fallait comprendre certains morts et pas tous les morts. N’oublions pas que la prière doit être faite selon la volonté de Dieu pour être exaucée (1 Jean 5 :14-15). Plus près de nous en France, en 2009, un pasteur avait décidé d’organiser une méga conférence d’évangélisation au palais omnisport de Bercy, ce qui représentait un investissement de 950 000 € ! Le groupe païen U2 était censé être de la partie pour assurer le succès de ce chantier pharaonique. Bien sûr, son événement était prétendument inspiré par Dieu. Finalement son projet a fait un bide et il s’est retrouvé endetté de près de 500 000 €. La situation est devenue tellement critique que ses amis ont organisé un mini téléthon pour le sortir de la galère dans laquelle il s’est mis.

La foi c’est une affaire sérieuse. Elle nous rend dépendants de Dieu et non indépendants vis-à-vis de lui. La foi ne consiste pas à se mettre dans des situations improbables pour fanfaronner et ensuite forcer Dieu à agir. On aura beau s’agiter, prier, pleurer, nous ne parviendrons jamais à amener le Seigneur à se plier à nos exigences, surtout quand nous agissons pour notre propre gloire et non la sienne.

Dieu ne va pas non-plus agir pour notre plaisir et s’exécuter comme le génie de la lampe d’Aladin, autrement nous basculerions tous dans la sorcellerie.

Je connais des personnes qui passent par des déserts et qui se sont engagées dans une espèce de bras de fer avec le Seigneur. Elles lui posent des ultimatums : « agis avant telle datte sinon j’abandonne la foi » disent-elles. Elles n’ont pas compris que leur bras de fer est perdu d’avance. Elles sortiront de là non seulement avec le bras cassé, mais avec tout leur être broyé, brisé en mille morceaux. Je sais de quoi je parle car j’ai testé ce petit chantage. Je peux vous assurer que ça ne fonctionne pas. Si vous êtes en train de le tester aussi, laissez tomber car vous allez sérieusement vous compliquer la vie en vous ajoutant un lot de souffrances supplémentaires.

La foi se démontre donc également par l’acceptation de la volonté de Dieu et par la patience et la persévérance dans l’épreuve.

« Mes frères, regardez comme un sujet de joie complète les diverses épreuves auxquelles vous pouvez être exposés, sachant que l’épreuve de votre foi produit la patience. Mais il faut que la patience accomplisse parfaitement son œuvre, afin que vous soyez parfaits et accomplis, sans faillir en rien » Jacques 1 :2-4.

L’INCRÉDULITÉ, UN PÉCHÉ QUI EN CACHE TANT D’ AUTRES

Nous nous en doutons, l’incrédulité c’est l’opposé de la foi. Le terme grec traduit par incrédulité est apistia : infidélité, sans foi, faiblesse dans la foi. Il est intéressant de noter qu’une personne incrédule est aussi infidèle. D’après le dictionnaire, un infidèle est une personne qui ne respecte pas son engagement, qui parjure ; qui commet une infidélité amoureuse. Enfin, c’est quelqu’un qui trahit la vérité, l’exactitude de quelque chose. Ainsi, une personne qui est incrédule ne pourra pas respecter son engagement de suivre Christ jusqu’au bout. Très vite, elle commettra un adultère spirituel en adhérent à des fausses doctrines et en tombant dans l’idolâtrie. Résultat : elle finira par trahir la vérité qui n’est autre que Jésus-Christ (Jean 14 :6). Nous comprenons mieux pourquoi il est impossible d’être agréables à Dieu sans la foi (Hébreux 11 :6).

Mais allons plus loin. La Parole de Dieu ne nous a pas été communiquée pour être seulement écoutée mais surtout pour que nous la mettions en pratique (Jacques 1 :22). Or pour obéir à quelqu’un, pour suivre ses instructions, il faut lui faire confiance. Imaginez ce qui se serait passé si Noé n’avait pas eu foi en Dieu. Il serait mort avec sa famille dans le déluge. Ou alors imaginez qu’il ait pris des libertés pour construire l’arche selon ses propres plans et connaissances. Ils auraient sûrement coulé au milieu des flots. Un incrédule est forcément désobéissant car il est charnel et marche par la vue. Il posera donc des actes en fonction de ce qu’il voit. Comme il n’écoute pas le Seigneur qui connait l’avenir, il est incapable d’anticiper un danger ou de s’y préparer correctement. Ainsi, l’apôtre Pierre fut en mesure de marcher sur les eaux tant qu’il avait son regard fixé sur le Seigneur, au moment où il s’est préoccupé du vent qui soufflait, il a coulé (Matthieu 14 :26-31).

 « Et mon juste vivra par la foi ; mais, s’il se retire, mon âme ne prend pas plaisir en lui. Nous, nous ne sommes pas de ceux qui se retirent pour se perdre, mais de ceux qui ont la foi pour sauver leur âme » Hébreux 10 :38-39.

Nous avons vu qu’une personne incrédule est infidèle, elle ne respecte pas son engagement, donc elle se retire. Dans ce passage, le verbe se retirer vient du grec hupostello  qui veut dire retirer, laisser tomber, baisser. Ce terme se réfère aux timides, à ceux qui se cachent, à ceux qui par timidité hésitent à avouer ce qu’ils croient, à ceux qui sont incapables de se prononcer par crainte. Il est donc question ici des lâches. « Mais pour les lâches, les incrédules, les abominables, les meurtriers, les impudiques, les enchanteurs, les idolâtres, et tous les menteurs, leur part sera dans l’étang ardent de feu et de soufre, ce qui est la seconde mort » Apocalypse 21 :8.

Jésus a dit que tout ce que nous demanderons avec foi dans la prière, nous le recevrons (Matthieu 21 :22). A l’inverse, une personne qui s’aventure à prier tout en étant pétrie de doutes perd son temps.

« Si quelqu’un d’entre vous manque de sagesse, qu’il la demande à Dieu, qui donne à tous simplement et sans reproche, et elle lui sera donnée. Mais qu’il l’a demande avec foi, sans douter ; car celui qui doute est semblable au flot de la mer, agité par le vent et poussé de côté et d’autre. Qu’un tel homme ne s’imagine pas qu’il recevra quelque chose du Seigneur : c’est un homme irrésolu, inconstant dans toutes ses voies » Jaques 1 :5-8.

Notez comment sont qualifiés les incrédules :

–         Des  personnes semblables aux flots de la mer, agitées par le vent. Aisément emportées à tout vent de doctrines (Ephésiens 4 :14), ce sont des proies faciles pour les loups déguisés en apôtres de Christ.

–         Des personnes irrésolues et inconstantes dans toutes leurs voies. Ce sont des gens qui n’ont aucune stabilité et qui fluctuent en fonction de leurs émotions du moment. Tantôt ils sont en Christ, tantôt ils retournent dans le monde. Chrétiens spirituels aujourd’hui, chrétiens charnels demain. Ils hésitent constamment entre Baal et l’Eternel (1 Rois 18 :21). On en revient donc à la problématique de l’incapacité à rester fidèle à son engagement.

 «Prenez garde, frère, que quelqu’un de vous n’ait un coeur mauvais et incrédule, au point de se détourner du Dieu vivant » Hébreux 3 :12.

L’incrédulité n’est pas simplement le fruit d’un caractère faible. Il est intéressant de noter que dans ce passage, les termes « mauvais » et « incrédule » sont associés. Ici, le mot « mauvais »  (du grec poneros) veut littéralement dire rempli de contrariétés, d’une nature mauvaise, méchant, malin. Pour marcher par la foi, il faut s’humilier et accepter de laisser Dieu nous conduire même là où ne voulons pas aller (Jean 21 :18). L’incrédulité est donc une forme de rébellion, elle résulte d’un refus de renoncer à soi-même. Les incrédules argumentent et contestent sans cesse avec Dieu en espérant parvenir à lui imposer leur volonté, leur vision des choses. C’est ainsi que beaucoup en sont arrivé à trafiquer l’évangile pour lui faire dire ce qui les arrange. Jésus ne demande pas que nous manifestions une foi hors normes. Il a dit qu’une foi semblable à un grain de sénevé est suffisante pour transporter les montagnes (Matthieu 17 :20). Hélas, beaucoup ne veulent pas faire l’effort de croire en Dieu parce qu’ils préfèrent se confier en eux-mêmes. C’est qu’on appelle de la mauvaise foi car ce minimum tout le monde peut le fournir. Le problème c’est qu’on veut faire sa volonté et non celle de Dieu.

Comme je le disais en introduction, le problème de l’incrédulité concerne beaucoup plus de chrétiens qu’on ne le pense. Certains fraudent et volent parce qu’ils ont des problèmes financiers et ils se disent qu’étant donné les circonstances, Dieu comprendra. Le problème c’est qu’ils n’ont pas plié le genou pour implorer le secours du  Seigneur car, du fait de leur manque de relation avec lui, ils n’ont pas la révélation du Dieu qui pourvoit, aussi ils ne le sollicitent pas. D’autres vont s’endetter en souscrivant crédits sur crédits et disent « Gloire à  Dieu, Dieu m’a béni ». Or ils ont placé leur confiance en Mammon et non en Jésus-Christ (Matthieu 6 :24). Comment se fait-il que tant de pasteurs ne peuvent pas se résoudre à renoncer à la dîme et que pour d’autres, il leur soit inconcevable de ne pas percevoir un salaire ? Il y a un manque évident de foi. Ils prêchent un Dieu qu’ils ne connaissent pas. Combien de chrétiens ne vont-ils pas chercher du secours en Egypte au moindre problème ?

Nous vivons dans une société de consommation qui propose des solutions rapides pour tout et n’importe quoi. C’est l’un des pièges de l’ennemi pour étouffer notre foi et nous inciter à ne plus compter sur Dieu. Y-a-t-il une demande, un besoin ? L’offre est diverse et variée, vous aurez le choix entre tellement de solutions. Combien opteront pour la solution du Seigneur ? C’est pourquoi Jésus a posé cette question : « Mais, quand le Fils de l’homme viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? » (Luc 18 :8).

Adèle F.

La reproduction de cet article est autorisée si elle est intégrale et avec mention de la source.

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email

8 Réponses de cet article
  1. Bonjour Adèle,
    Merci pour ce message qui tombe au bon moment pour Dorothée et Moi-même.
    Le passage de 1 Pi. 1 : 3-9, est d’actualité dans notre vie. Nous passons par l ‘épreuve de la foi comme il est écrit dans ce passage, bien entendu nous ne sommes pas les seuls à passer par le feu de la purification de Dieu.
    Dorothée, est devenue subitement sourde jeudi matin de son oreille droite alors qu’elle n’entendait déjà plus de son oreille gauche depuis des années. Ceci est certainement dû aux bruits des machines quand elle travaillait dans son usine, elles atteignaient plus de 100 Décibels.
    Jeudi soir, nous sommes allés à Evry pour prier et Shora a reçu une parole de connaissance de la part de Dieu. Notre Seigneur Jésus-Christ a dit que sa guérison serait progressive, et en effet hier après-midi Le Seigneur a fait son premier attouchement.
    Et de ce fait elle entend un peu, alors que depuis jeudi j’avais beau parler très fort elle n’entendait rien du tout.
    Oui, sans la foi nous ne pouvons êtres agréables à Dieu. Je crois que Dieu est entrain d’affermir notre foi, car le spécialiste veut nous revoir mardi et s’il n’y a pas de changement il veut que nous allions à Rouen pour faire poser un implant dans l’oreille interne de Dorothée.
    En attendant, il a donné un traitement mais comme nous sommes contre de prendre des médicaments, elle n’ a pas pris le traitement proposé par l’ORL. Et d’ailleurs, en lisant la notice et en ayant lu les effets indésirables qui peuvent survenir après la prise de ces médicaments, on a plutôt envie de partir en courant…
    Nous ne condamnons pas ceux qui en prennent, puisque moi-même, lorsque j’étais malade avant de connaître Le seigneur, j’en prenais trente (30) par jour.
    Nous voulons tout simplement mettre notre foi en action, et je crois que Le Seigneur fait cela avec beaucoup de ses enfants qu’Il a sorti du système.
    Car, seuls les personnes qui auront une foi affermie pourront tenir dans les temps difficiles qui arrivent à grands pas.
    Ce n’est pas facile, mais cela est nécessaire et c’est pourquoi Le Seigneur nous a donné Son Saint-Esprit. Et, c’est Jésus-Christ qui est le rémunérateur de notre foi qu’Il affermie par les épreuves.
    Waouh! Quel Dieu Formidable nous avons.
    Alain & Dorothée Vatinel

  2. Belle exhortation ma soeur Adèle ! Dernièrement j’ai reçu une publicité de ma banque pour jouer à un jeu afin de gagner une voiture, un chèque de 5 000 euros et un Samsung et la voix du malin qui me disait : « Vas-y, joue à l’un d’entre eux !! Tu vois tu as la possibilité de gagner une belle voiture ou un gros chèque ». Et puis d’un autre côté la voix du Saint Esprit me dire : « Dieu pourvoit à tes besoins, pourquoi aurais-tu besoin de jouer à ça ! ». Ensuite l’ennemi qui revient à la charge : « Ben essaie au moins de gagner le Samsung, c’est juste un téléphone et ça te coûte rien ». A un moment je me suis dit : « Et pourquoi pas ». Mais le Saint-Esprit m’a repris et m’a dit : « Tu n’as besoin d’aucun de ces lots, tu as déjà ce qu’il te faut !! ». En un éclair, j’ai pris les papiers, je les ai déchiré en mille morceaux et j’ai tout mis à la poubelle. Gloire à Dieu !!!!

  3. Un message très encourageant qui nous pousse à s’examiner d’avantage, afin de prendre les bonnes décisions et rester dans la course.

    Reste Béni

    • Bonsoir Geo,

      Sachez qu’il n’est pas trop tard pour vous repentir. Priez que le Seigneur vous pardonne et qu’il vous fasse aller de l’avant. Tout au long de notre marche chrétienne, le Seigneur nous enseigne, nous reprend, nous corrige. Comme un Père ferait avec son enfant. Surtout ne perdez pas espoir et criez à Jésus-Christ.

      Soyez béni.

Laisser une réponse