Les Dokimos



Sur YouTube, les vidéos d’enfants restent le terrain de jeu de pédophiles

6cc6de9_9729-2kry0g.mkpud_.jpg

Sur le tube Chandelier de la chanteuse Sia, une Française d’une douzaine d’années improvise une chorégraphie en tutu immaculé. Postée sur YouTube en 2015, la vidéo tremblante et de mauvaise qualité cumule pourtant plusieurs milliers de vues. Une autre, dans laquelle elle fait de la gym avec une amie, approche le million de visionnages. Plutôt curieux pour une petite chaîne, celle d’une enfant qui semble partager innocemment sa passion, et qui n’atteint pas les 4 000 abonnés.


Dans les commentaires visibles sous la vidéo, un message vieux de deux mois, « Comment t’es sexy et putain de bonne », laisse deviner la nature du succès de cette vidéo et de nombreuses autres. Gymnastique, natation, danse, mais aussi scènes de la vie quotidienne… Des milliers d’enregistrements postés naïvement par des enfants attirent l’attention de pédophiles qui sévissent dans les commentaires, sauvegardent les vidéos et les rediffusent. Vivement et régulièrement critiquée sur le sujet depuis 2006, la plate-forme de vidéos en ligne YouTube peine à enrayer le phénomène.

Des vidéos recommandées par YouTube


Dans ces vidéos, des enfants, souvent de petites filles, s’amusent à faire des cabrioles ou reproduisent des étirements chez eux face caméra. Dans la hâte, certaines sont publiées avec un titre enfantin, d’autres restent sans intitulé et sont alors répertoriées sous des labels générés automatiquement comme « webcam video from » ou la seule date de publication. Parfois, ce sont des parents qui filment ces vidéos en russe, thaïlandais ou même français. Certains les monétisent avec de la publicité et ne prennent pas la peine de modérer les commentaires licencieux. Lire la suite.

aucun commentaire
aucun commentaire

Laisse un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié

  Avertissez-moi des commentaires suivants

Dernières publications