logo
Home Actualités Compte rendu Ebola : l’OMS se prépare au « pire des scénarios...

L’agence spécialisée des Nations unies a comptabilisé 32 cas (deux cas confirmés, 18 probables et 12 suspects), dont 18 morts, entre le 4 avril et le 9 mai, dans la région de Bikoro, située au nord-est de Kinshasa, à la frontière avec le Congo-Brazzaville.

Un sujet particulier d’inquiétude est le fait que les cas – bien qu’étant recensés dans une seule zone rurale pour l’instant – ont été signalés dans « trois emplacements distincts », a détaillé M. Salama. Autre facteur « amplificateur » : trois des 32 cas concernent des membres du personnel soignant (dont un est mort), a souligné M. Salama.

L’OMS critiquée pour la lenteur de sa réaction

L’épidémie d’Ebola la plus violente de l’histoire avait frappé l’Afrique de l’Ouest entre fin 2013 et 2016, causant plus de 11 300 morts sur quelque 29 000 cas recensés, à plus de 99 % en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone. L’OMS avait alors été vivement critiquée pour la lenteur de sa réaction, beaucoup l’accusant d’avoir beaucoup trop tardé à décréter une « urgence de santé publique de portée internationale ».

Le « pire des scénarios ». C’est ce à quoi se prépare l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui a jugé, vendredi 11 mai, « élevé » le risque de propagation de l’épidémie d’Ebola en République démocratique du Congo (RDC).

« Pourquoi sommes-nous préoccupés par cette épidémie ? Bien sûr, c’est une maladie mortelle, avec un taux de létalité qui va de 20 % à 90 %. Nous savons aussi que plusieurs éléments nous préoccupent, car ils risquent d’amplifier cette épidémie », a déclaré le directeur du programme de gestion des situations d’urgence de l’OMS, Peter Salama, lors d’un point de presse à Genève. Lire la suite.

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email

Laisser une réponse