Les Dokimos



Après les émeutes racistes de Chemnitz, l'Allemagne inquiète

emeutres-racistes.png

Les autorités, Angela Merkel en tête, et les médias mettent en avant les faiblesses de l'Etat de droit et pointent les limites des forces de l'ordre face aux milliers de militants d'extrême droite.

Des saluts hitlériens, des scansions racistes, des violences et une police débordée face à environ 6 000 manifestants d’extrême droite. «Quiconque pense que la démocratie n’est pas en danger devrait regarder des vidéos de Chemnitz.» Cet éditorial du quotidien souabe Schwäbische Zeitung résume le sentiment général en Allemagne. Sidéré, le pays a vu cette ville de Saxe s’embraser deux soirs consécutifs, dimanche et lundi, après la mort d’un homme dans la nuit de samedi à dimanche, qui a suivi une «altercation». Deux suspects, un Syrien et un Irakien, ont été arrêtés.

Dimanche soir, à la suite de ce fait divers, un agglomérat de militants de l’AfD (extrême droite), du mouvement islamophobe Pegida et de hooligans du club de football ultra Kaotic Chemnitz ont défilé dans la rue sur l’air de «Nous sommes le peuple» ou «Les étrangers dehors». Ce premier soir, ils étaient environ 800. Sur des vidéos, on voit des skinheads qui pourchassent dans la rue des personnes ayant l’air «étranger» ; c’est-à-dire non blanches.

Lundi soir, le nombre de «manifestants» a grossi : au moins 6 000 personnes, selon le dernier bilan de la police, ont défilé dans la rue, face à un millier de contre-manifestants. Des individus ont été vus en train de faire le salut hitlérien, interdit en Allemagne: dix procédures préliminaires ont été engagées. Toujours selon la police, on dénombre 20 blessés, dont deux policiers. Les forces de l’ordre ont reconnu dans la soirée avoir cruellement manqué d’effectifs. Ils étaient 591. Lire la suite.

Lien : http://www.lesdokimos.org

aucun commentaire
aucun commentaire

Laisse un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié

  Avertissez-moi des commentaires suivants

Dernières publications