logo
Home Enseignements Le chrétien et la sexualité

NDLR: Nous avons fait un effort pour ne pas choquer par les propos et l’ensemble de ce qui est dit est appuyé avec la Parole de Dieu. Toutefois, nous suggérons aux personnes  non mariées qui se pensent susceptibles d’avoir une oppression à la lecture de ce contenu de ne pas poursuivre la lecture. 

Avec l’émancipation et la libéralisation des mœurs, nous vivons le contre coup de siècles d’obscurantisme et d’hypocrisie en matière de sexualité. Cet aspect des plus intimes de l’humain a longtemps connu une négation totale. Il était considéré comme l’expression animale, bestiale de l’être. Cela vient en partie de la mauvaise interprétation du verset suivant : « Dieu les bénit et Dieu leur dit : soyez féconds, multipliez-vous, remplissez la terre et soumettez-la » (Genèse 1 :28). Pour beaucoup de religieux, la relation sexuelle ne devait avoir pour unique but que la procréation.Le reste, c’est à dire l’attirance et le désir sexuel, n’était pas de Dieu mais du malin.

S’en suivit une grande période d’hypocrisie et de frustration pour les hommes mais surtout au niveau de la gente féminine. La misogynie ambiante refusait à la femme le droit d’être épanouie sexuellement puisqu’elle n’était là que pour donner des héritiers males. L’excision et l’infibulation étaient, et sont encore aujourd’hui, les façons les plus simples et les plus radicales au regard des hommes pour annihiler toute forme de plaisir féminin. Cet état d’esprit est encore fortement ancré dans les mentalités de certains pays maghrébins, subsahariens ou encore asiatiques. En Europe, la clitoridectomie était pratiquée dès le XVIIIème siècle et avait pour but, selon les médecins de l’époque, de soigner entre autres l’hystérie féminine. Selon les adeptes de ces mutilations d’hier et d’aujourd’hui, et ce toutes croyances et religions confondues, cela réduirait la libido féminine et aiderait les femmes à résister aux actes sexuels «illicites».  En réponse à ces pratiques surannées et à l’obscurantisme religieux, l’Europe, notamment par l’entremise du philosophe français Charles Fourrier (1772-1837), revendiqua le droit à l’hédonisme, à l’érotisme et au libertinage.  Les pays occidentaux acquirent peu à peu « la liberté sexuelle » en se débarrassant des carcans religieux. Désormais, ce qui compte c’est l’obtention du plaisir, seul ou à plusieurs. Cette libéralisation des mœurs a pris une telle ampleur que tout l’espace public est dédié à l’érotisme. Ce qui était autrefois tabou est désormais exhibé en place publique. Et à ce jeu, l’égalité hommes-femmes est parfaite. Beaucoup de nouveaux convertis ayant vécu dans l’impudicité dans le monde sont dans la confusion une fois mariés dans le Seigneur. En effet, entre les souvenirs et les mauvaises habitudes du passé et le souci de garder le lit conjugal exempt de toute souillure (Hébreux 13 :4), ils peinent à trouver l’équilibre et l’épanouissement dans cet aspect de la vie de couple.

La sexualité est un thème largement abordé dans la Bible puisqu’elle fait partie intégrante de la vie de chaque homme. La Parole de Dieu nous enseigne qu’elle doit avoir lieu dans un cadre précis : le mariage et uniquement le mariage (Ephésiens 5 :22-31). « N’avez-vous pas lu que le Créateur, au commencement, fit l’homme et la femme et qu’Il dit : C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère et s’attachera à sa femme et les deux deviendront une seule chair» Matthieu 19 :3.

Mais avant d’aller plus loin, il nous faut définir ce qu’est une relation sexuelle. Selon le site internet teljeunes.com, c’est un échange de caresses entre des partenaires qui cherchent à se procurer une excitation et un plaisir sexuel mutuel. Elle ne se limite pas uniquement à l’acte de la pénétration, ni à l’atteinte absolue d’un orgasme qui est le plus haut point du plaisir sexuel ; elle inclut les baisers, les touchers, les caresses, l’exploration du corps de son/sa partenaire, la relation orale, la masturbation réciproque.

Les Écrits scripturaires ne sont pas très prolixes à ce sujet, comme d’ailleurs pour tout ce qui a attrait au sexe en général. Cependant, par les histoires qui nous sont relatées nous pouvons aisément définir comment Dieu définit une relation sexuelle saine. Pour répondre à cette question, il faut nous plonger dans les profondeurs de la Parole et du livre du Cantique des Cantiques. Ce livre est souvent considéré comme une bible dans la Bible, celle des relations amoureuses. Des pasteurs suggèrent même à leurs ouailles d’en lire des extraits afin d’attiser et augmenter leur libido, une sorte de porno chic à la sauce chrétienne. Or le livre des Cantiques n’est pas un kamasutra hébraïque ou chrétien, mais un hymne rédigé par deux amoureux : Salomon et la femme Sulamite. Les descriptions, métaphores et figures de styles utilisées traduisent la profondeur et la puissance de leur amour et leur désir l’un pour l’autre. Les quatre premiers chapitres ne sont que mots doux, caresses et baisers. Les descriptions que chacun fait de l’autre montrent qu’ils se connaissent parfaitement jusque dans les endroits les plus intimes de leurs corps. On peut estimer que ce n’est qu’au chapitre cinq qu’ils n’ont fait qu’ « une seule chair » : « Je suis entré dans mon jardin, ô ma sœur, ma fiancée ; j’ai récolté ma myrrhe et mon baume, j’ai mangé de mes rayons de miel, j’ai bu de mon vin et mon lait… » (Cantique 5 :1).  Quant à Isaac et Rebecca, ils badinaient, c’est à dire qu’ils plaisantaient avec légèreté sous les fenêtres d’Abimélec roi des Philistins (Genèse 26 :8-9), non comme un frère et une sœur peuvent le faire mais comme deux amoureux. C’est en les observant s’amuser qu’Abimélec comprit le lien qui les unissait. Après la lecture du livre des Cantiques, on en conclut que la Bible approuve la définition donnée plus haut sauf sur les relations bucco-génitales que nous aborderons plus en détail un peu plus loin dans l’article.

Pour ce qui concerne la masturbation solitaire dans le cadre du mariage ou encore en dehors de celui-ci, elle ne doit pas être pratiquée. « Il n’y a pas de mal à se faire du bien » entend-on dire ! Cet argument utilisé par les païens est hélas validé par des chrétiens qui sont pourtant censés se sanctifier corps, âme et esprit (1 Thessaloniciens 5 :23). Or il faut savoir que pour à peine une minute de plaisir, on gagne un allé simple pour l’enfer s’il n’y a pas de repentance sincère. Cet acte est une réponse à une pulsion sexuelle induite par l’imagination, par la vue d’une personne, d’une image, d’un film, ou encore la lecture d’un livre ayant suscité la convoitise qui, nous vous le rappelons, est un péché (Exode 20 :17). Cela revient donc à dire que quelqu’un qui se masturbe a une relation sexuelle avec lui-même. Si cette personne est célibataire, elle commet la fornication et si elle est mariée, c’est un adultère.

« Mais chacun est tenté parce que sa propre convoitise l’attire et le séduit. Puis la convoitise, lorsqu’elle a conçu, enfante le péché ; et le péché, parvenu à son terme engendre la mort » (Jacques 1 :14-15).

Nous l’aurons compris, la pénétration n’est pas indispensable pour atteindre un orgasme puisque les caresses peuvent être un moyen de l’atteindre. La chair est extrêmement faible, c’est pourquoi il est très fortement déconseillé aux fiancés de se toucher et de s’embrasser. J’ai coutume de dire que le sexe c’est comme un paquet de chips : une fois entamé on ne peut plus s’arrêter jusqu’à ce que le paquet soit vide. L’excitation prenant le pas sur la raison, il est difficile de s’arrêter.

« Car l’amour est fort comme la mort, La jalousie est inflexible comme le séjour des morts» (Cantiques 8 :6). Ce verset est la démonstration parfaite de ce que l’amour peut susciter comme effet s’il n’est pas correctement encadré par la Parole.

Pierre et surtout Paul ne cessèrent d’interpeller les lecteurs de leurs épîtres au sujet de la sexualité dans le mariage  et en dehors de celui-ci. Ils mirent en garde contre la fornication, l’impureté, l’inconduite, l’homosexualité ou encore le travestissement … « C’est suffisant, en effet, d’avoir, dans le passé, accompli la volonté des païens en marchant dans le dérèglement, les convoitises, l’ivrognerie, les orgies, les beuveries et l’idolâtrie criminelle. Ils trouvent étrange que vous ne couriez pas avec eux vers ce débordement de débauche, et ils vous calomnient » (1 Pierre 4 :3). Conscients de l’origine et de la culture (romaine, hellénistique) des nouveaux convertis de l’époque, ils étaient donc lucides sur le fait que beaucoup avaient participé à des rituels orgiaques en l’honneur de divinités telles que Diane ou Aphrodite. Les contemporains grecs et romains de Paul estimaient qu’il était tout à fait normal qu’un maître ait des relations sexuelles avec son esclave ou une personne autre que son époux/épouse officiel(le). Ces pratiques n’étaient d’ailleurs pas considérées comme de l’adultère. De plus, la prostitution n’était pas proscrite mais institutionnalisée. Quant à l’homosexualité, elle était ouvertement pratiquée et encouragée du moment que « l’homme libre » était actif. L’empereur romain Néron (37-68) est un très bon exemple des mœurs de cette époque. D’abord amant du prince Othon (32-69), il prendra successivement pour femmes Octavie (40-62) puis Poppée (30-65) et épousera en 66, « par amour », son nubile esclave Sporus. Par la suite, Néron assuma complètement sa bisexualité en se travestissant en femme pour épouser le viril affranchi Doryphore.

Est-il encore besoin de rappeler que le Seigneur hait toutes ces pratiques que le monde actuel plébiscite de nouveau ? Même si le libertinage, l’adultère et l’homosexualité sont aujourd’hui monnaie courante, nous ne dévons en aucun cas nous adonner à de telles perversions. En effet Dieu nous donne par sa grâce la  force de fuir cette impudicité ambiante pour se maintenir dans la sanctification (1 Corinthiens 6 :18).

QUE LE LIT CONJUGAL SOIT EXEMPT DE TOUTE SOUILLURE !

 « Que le mariage soit honoré de tous, et le lit conjugal exempt de souillure, car Dieu jugera les impudiques et les adultères » Hébreux 13 :4.

La sexualité dans le cadre du mariage doit être sanctifiée. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ces deux mots ne sont pas incompatibles. Nous devons donc veiller afin de ne pas souiller le temple que nous sommes par des pratiques et des pensées qui ne conviennent pas à des enfants de Dieu. « Ce que Dieu veut c’est votre sanctification ; c’est que vous vous absteniez de l’inconduite ; c’est que chacun de vous sache tenir son corps dans la sainteté et l’honnêteté, sans se livrer à une convoitise passionnée comme le font les païens qui ne connaissent pas Dieu » 1 Thessaloniciens 4 :3-5.

La Parole énumère clairement, notamment dans le livre du Lévitique aux chapitres 18 à 20, certaines pratiques sexuelles illicites  à savoir  la zoophilie, l’homosexualité et l’inceste. Aussi, certaines personnes estiment que du moment qu’elles s’abstiennent de ces comportements, elles peuvent se permettre de faire plein d’autre choses que la Bible ne mentionne pas. Ceux qui adoptent ce point de vue sont en tort et font preuve d’une hypocrisie manifeste car il est évident que la Parole ne donne pas une liste exhaustive de tous les péchés ; autrement il faudrait des encyclopédies entières pour tous les citer. Par exemple, la Bible ne mentionne nulle part la cocaïne et pourtant il est clair que Dieu la proscrit non seulement parce que la loi  de notre société réprime son usage, or il nous faut être soumis aux autorités (Tite 3 :1), mais aussi parce que les Ecritures disent que nous ne devons pas nous enivrer (Ephésiens 5 :18). Que l’on sache, il n’y a pas que le vin qui enivre…

Si les apôtres ne mentionnaient pas nommément certaines pratiques c’est tout simplement parce qu’ils n’avaient pas besoin de le faire pour que leur auditoire comprenne. En effet, quand Paul interpella les disciples de Rome sur le fait que « leurs femmes ont remplacé les relations naturelles par des actes contre nature » (Romains 1 :26) il visait les épouses de leurs contemporains. Elles pratiquaient la sodomie et les actes bucco-génitaux (fellation, cunnilingus), même si cela ne convenaient pas à leur rang, pour garder leurs maris à la maison. De plus, les romaines souhaitaient pour beaucoup une émancipation sexuelle et avaient donc un rôle actif dans la relation sexuelle avec leur conjoint, leurs esclaves ou des prostitués. La société romaine considérait que la sexualité était une récréation physique et « les hommes n’étaient gênés par aucune forme de pénétration phallique ni, de fait, par la masturbation. On pensait généralement qu’un homme pouvait jouir de tels plaisirs autant qu’il voulait tant qu’il n’offensait pas la dignité d’une Romaine mariée à un autre romain ou celle d’un fils de citoyens romain ». Mais ces activités étaient considérées comme dégradantes si elles étaient accomplies avec des citoyens romains car c’était l’apanage des prostitués et des esclaves. Paul utilisait donc les interdits romains pour enseigner ce qui était convenable de faire dans le cadre des relations intimes. Pour les nouveaux convertis, le mariage revêtait ainsi un nouveau statut. Ce n’était plus un contrat social dénué généralement de tous sentiments amoureux, dont le but premier était la pérennité de la lignée, mais désormais le cadre de l’épanouissement personnel avec leur conjoint uniquement.

LA NATURE NOUS ENSEIGNE !

« Leurs femmes ont remplacé les relations naturelles par des actes contre nature » (Romains 1 :26). Qu’entend Paul par « relations naturelles » et « actes contre nature » ? Les mots « naturelles » et « nature » sont dérivés du grec « phusis » et signifie : produit par la nature, inné, naturel, agréable à la nature, gouverné par les instincts de la nature. On en conclut donc que les femmes romaines avaient remplacé ce qui était inné, gouverné par l’instinct, par des actes ayant subi une modification de l’homme. Faisons un peu de zoologie et d’anthropomorphisme et voyons ce qui se passe dans la nature. Après la parade amoureuse, temps de séduction qui peut s’apparenter aux préliminaires chez l’homme, nombre d’animaux, mammifères ou non, s’accouplent de manière interne c’est à dire par les voies génitales. Certes, on observe chez certains animaux comme les dauphins et les bonobos, des relations anales du type male/male, mais les spécialistes ne voient dans ce comportement qu’un but social. Est-ce là une raison de les imiter ? Bien sûr que non ! La pénétration vaginale est donc dans l’ordre naturel des choses. Les autres sortes de pénétration, qu’elles soient anales ou buccales, sont des modifications de l’usage naturel.

Le comportement de nos chers contemporains nous rappelle à bien des égards les comportements des romains à l’époque antique. Nous vivons dans un temps où  l’on se croit tout permis. On considère que tous les fantasmes sont réalisables. Ce n’est pas ce que la Bible nous enseigne.

« Celui qui ferme les yeux pour se livrer à des pensées perverses, Celui qui se mord les lèvres, a déjà consommé le mal » Proverbes 16 :30.

Le corps de l’autre est devenu un objet utile à l’obtention d’un plaisir personnel et purement égoïste. Une grande dissociation est faite entre le plaisir et l’amour. Cela est dû principalement à la banalisation de l’érotisme, de la pornographie et parfois même de la zoophilie. Cela vous paraît exagéré ? Et pourtant la campagne publicitaire de la marque Orangina est une parfaite illustration de cette tendance. Les concepteurs de ces spots ont érotisé des animaux en les représentant dans des positions plus qu’équivoques. Au risque de paraître alarmiste, ces réclames tapageuses préparent nos chers enfants à la banalisation de la zoophilie.

Ce que Dieu reprouvait chez les cananéens, les égyptiens, les babyloniens, les romains, les éphésiens ou encore les corinthiens, Il le réprouve tout autant de nos jours. Ces moments d’intimité, ne sont pas voués à l’assouvissement de plaisirs personnels, induits par la convoitise de la chair, où seul son propre orgasme compte. Nous ne pouvons pas aller avec notre conjoint comme certains vont avec les prostitués. Cet acte réservé aux couples hétérosexuels et mariés n’est pas une fin en soi mais une continuité de la relation amoureuse. Tout comme dans les autres aspects du mariage, l’homme et la femme ne doivent faire qu’un. Cette fusion ne s’obtient pas par la mise en place de jeux sexuels, l’utilisation d’accessoires pour se stimuler, la recherche de positions sophistiquées ou  encore par l’accomplissement d’un fantasme (convoitise) comme nous l’enseigne le monde, mais par une communion où chacun cherchera le bien de l’autre. L’amour c’est un don de soi pour obtenir le bonheur de l’autre (Jean 3 :16 ; Jean 15 :13 ; 1 Corinthiens 13 :5). Ainsi l’acte sexuel, s’il est fait avec amour, peut être tout à fait satisfaisant dans la simplicité. C’est donc à cela que chaque enfant de Dieu doit aspirer.

La reproduction de nos articles est autorisée à condition qu’elle soit intégrale et la source citée.

Téléchargez le hors-série spécial évangélisation ICI

Pour soutenir cette œuvre, cliquez LA

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email

70 Réponses de cet article
  1. Excellent article! Qui a le merite d’etre clair.
    Soyez encouragés l’équipe pour ce travail.
    Que Dieu nous garde au Nom precieux de Jesus

  2. Je bénis le Seigneur pour cette article , car vraiment une fois encore ,on sort de l’ignorance. Le monde nous a tellement déformer à un point. Je bénis le SEIGNEUR car Il change notre façon de voir les choses que Lui seul à créer , Jésus nous appelle à la simplicité dans toute chose.

  3. Merci pour cet article à la Gloire de notre Seigneur ! C’est vrai que le monde tente de nous forger à son mode de vie, merci au Seigneur de nous ouvrir les yeux sur ce qui bien et sur ce qui ne l’est pas à la lumière de sa Parole. Que Dieu vous bénisse mes bien-aimés et que le Seigneur continue de vous utiliser pour sa seule Gloire.

  4. Je bénis Dieu pour cette article, malheureusement hommes et femmes avons été tellement formaté de part babylone que même quand on vient à Jésus, si Dieu n’ouvre pas nos yeux l’ont peut parfois entrer dans le mariage avec ces déficiences de moralités.

    Je remercie toute l’équipe et continuez.

    Que Jésus vous garde.

  5. merci pour cet article clair et précis car peu de personnes ose aborder ce sujet qui pourtant fait partie du quotidien et qui peut amener en enfer.

  6. Merci l’équipe pour cet article que j’aurais bien aimé avoir lors de ma conversion… En effet, le monde banalise tellement certains actes que cela finit par devenir comme incontournable.

    Néanmoins, je pense qu’il serait nécessaire de préciser quelques points.
    Tout d’abord, je ne suis pas sur que toutes les « caresses » soient possibles, notamment des caresses intimes qui pourraient s’apparenter à de la masturbation.
    De plus, dans les positions à proprement parler, il faut proscrire tous les manuels type « kama sutra » et les positions à caractère animal.
    Je pense, en effet, que l’acte sexuel doit être une fusion/partage entre l’homme et la femme, d’égal à égal, sans soumission ni dominant. Ainsi un conseil est de se limiter à des positions où l’homme et la femme se font face.

    Soyez bénis

    • Cher frère,

      La Parole de Dieu nous demande de ne pas nous conformer au siècle présent (Romains 12:2), il est donc évident que les chrétiens ne doivent pas s’inspirer du Kama Sutra pour pimenter leur sexualité. D’ailleurs, à la base le Kama Sutra est avant tout lié à des cultes orgiaques en l’honneur de divinités hindoues.
      Mais au fond, la vraie question c’est: A-ton réellement besoin d’être inspiré par des manuels pornographiques, de scénariser ces moments d’intimité? Encore une fois, pourquoi ne pas se contenter de l’ordre naturel des choses (c’est à dire ce qui est inné et instinctif) et de la simplicité?
      Pour ce qui est des caresses intimes, il s’agit d’un échange et n’a rien à avoir avec la masturbation solitaire qui ne doit pas être pratiquée pour les raisons évoquées dans l’article.
      Enfin, nous n’avons pas de commentaires à faire sur les positions. La seule chose que nous pouvons dire c’est que chacun doit analyser ses motivations lorsqu’il agit d’une manière ou d’une autre. De toute façon, si nous avons l’Esprit de Dieu celui-ci ne manquera pas de nous alerter avant même que nous nous engagions sur des mauvaises voies.

  7. Héb 13:4 « Que le mariage soit honoré de tous et le lit conjugal exempte de souillure car Dieu jugera les débauchés et les adultères »

  8. Bonjours, a propos de la masturbations, la masturbations est un péché quand elle est liée aux fantasmes ou a la pornographie. Mais il n’est pas impossible de se masturber sans pensés pervers ou vidéo pornographiques, on peut le faire juste pour calmer un désir sexuelle qui est difficile a éviter et qui n’attend pas le mariage. Et ce la peut éviter a dautres péché impudique. Mais si elle est pratiqué très souvent pour plaisir personnel la c’est le péché qui entre. La bible dit que dieu ne laissera pas la tentation soit plus fort que nos capacités, si la masturbation est un péché il faut arrêter cette pratique mais elle quasiment impossible pour un homme. Même quand on prie et on médite la parole on fini par tomber, et s’arrivent souvent. imaginer une personne comme ça qui connait la vérité est qui pêche ainsi et il culpabilise, certains s’éloigne de dieu à cause de ca , moi personnellement je faille, psk je culpabilisais et parfois je savais même pas quoi faire comme prière pour demander pardon a notre seigneur Jésus. S’il vous plait frères et soeurs répondaient moi par apport a cet argument. Que dieu vous benisse.

    • Bonjour Ezekiel,

      L masturbation, avec ou sans visionnage d’images, reste un péché. Tout est expliqué dans l’article.

      Fraternellement

    • La masturbation est un acte mécanique reproduisant le coït. Comme nous le savons toute relation sexuelle doit avoir lieu dans le cadre du mariage et entre un homme et une femme. La masturbation solitaire ne rentre donc pas dans ce cadre. De plus le désir sexuel ne s’éveille pas comme pas enchantement mais il est stimulé par le fait de penser, de voir, toucher ou encore de sentir quelque chose ou quelqu’un. Si il est impossible de ne pas pouvoir stopper ce désir c’est qu’il y a un problème de maitrise de soi. « Veillez et priez, afin que vous ne tombiez pas dans la tentation; l’esprit est bien disposé, mais la chair est faible » (Matthieu 26: 41)

    • Bonjour,
      Ephésiens 5 :22-31 nous dit que l’on doit devenir une seule chaire avec qqun uniquement dans le cadre du mariage. Dans l’argumentaire de la rédaction, pour pouvoir dire que la masturbation est un péché, on assimile la masturbation à devenir une seule chaire avec soi-même : je trouve que ça n’a pas beaucoup de sens. Dans la même lignée, avoir « relation sexuelle avec soi-même » (une relation implique 2 personnes au minimum) pour se permettre de dire que toute relation sexuelle doit être dans le cadre du mariage, est peu convaincant selon moi.
      Je trouve qu’il est facile à un homme marié de dire « la masturbation c’est pas bien, peu importe la situation » il y a comme un « conflit d’intérêt », un peu comme les évangélistes ou les pasteurs qui prêchent la dîme et les offrandes.
      Ezekiel a cité les cas où la masturbation était indiscutablement un péché, nous sommes évidemment d’accord.
      Reste la masturbation pratiquée « exceptionnellement », comme étant une soupape, pour éviter l’irréparable, pour stopper une fuite en avant etc.
      Ezekiel a dit que ce dernier cas est quasiment impossible à éviter pour un homme.
      Le problème, c’est que de le faire même de temps à autre alimente le circuit de la récompense, et cela entretient le cercle vicieux.
      Je n’ai pas d’argument de poids, mais au fond de moi, je suis persuadé que la masturbation n’est pas une bonne chose. J’ai l’impression que c’est une solution de facilité. La rédaction a raison lorsqu’elle parle de maîtrise de soi. Un homme qui évite la masturbation (qui est enclin à cette pratique) fait preuve de maîtrise de soi, c’est indéniable.
      Pour moi, le fait d’éviter cette pratique me rend fier car, en le faisant pour le Seigneur, j’évite cette sensation désagréable de ridicule/honte que j’éprouvais auparavant et cela m’évite tout problème au cas où cette pratique serait condamnable. Soit dit en passant, que le Seigneur me garde de tomber.
      Aussi, pouvoir dire à celle qu’on rencontrera plus tard, « je t’attendais pour cela » (à dire le jour des noces et pas avant ^^) sera, je pense, bien vu par madame. Madame aimera sans doute aussi le côté « maîtrise de soi » de monsieur.
      La société d’aujourd’hui nous assaille d’images et de comportements déviants qui, de manière sournoise, nous entraîne in fine à l’acte (solitaire ou non). C’est difficile, mais à nous aussi d’annihiler tout début de tentation car, de fil en aiguille, on se retrouve rapidement au point de non retour.
      Si on n’y arrive pas du jour au lendemain, pourquoi pas se mettre des objectifs à moyen terme ?
      Enfin, rien n’est impossible à Dieu.

  9. bonjour
    Je voudrais savoir sil vous plait ; est -ce un péché si un homme pénètre sa femme avec son doigt pendant les préliminaires je parle pas de passer seulement sa main, mais la pénétration avec son doigt .
    Que Dieu vous bénisse pour ce grand travail que vous faites.

  10. Bnjour
    je vous ai posé une question je mais vous ne m’avez pas répondu .Peut-être que ma question est un peu déplacée si c’est le cas je m’en excuse .Que Dieu vous bénisse .

    • Bonsoir lili,
      Quasiment tout ce qui concerne la sexualité et l’érotisme est tabou dans le monde chrétien. Cette chape de plomb est un héritage catholique et protestant. Certaines pratiques sont interdites (voir l’article), cependant Dieu ne désire certainement pas que les époux soient frustrés, au contraire « ne vous privez point l’un de l’autre, si ce n’est d’un commun accord pour un temps, afin de vaquer à la prière; puis retournez ensemble, de peur que Satan ne vous tente par votre incontinence » ( 1 Corinthiens 7: 5). Il ne faut pas être hypocrite si un couple n’est pas épanoui sexuellement, cela aura des répercussions sur tout le reste de leur relation, car cela engendrera des frustrations, des incompréhensions et Satan s’en délectera. En matière de sexualité, la Bible n’est pas très explicite, mais cela ne signifie pas que tout est permis tant que c’est dans le cadre du mariage. Surtout en ces temps de la fin où la perversité s’accroit et où les dernières digues de la morale cèdent sous le poids de la recherche effrénée du plaisir. Nous ne pouvons pas, verset à la clé, vous dire que quand un homme introduit son doigt dans le sexe de sa femme c’est un péché ou non. Nous ne le répéterons jamais assez, c’est Dieu qui par son Esprit Saint enseigne toutes choses : «mais le consolateur, l’Esprit-Saint, que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses, et vous rappellera tout ce que je vous ai dit » (Jean 14: 26). Les relations conjugales ne dérogent pas à cette règle immuable. Priez et Dieu vous guidera. Cependant, ce n’est pas parce que telle pratique ou telle position est permise que pour autant elles sont praticables. En effet, si l’un des deux conjoints se sent gêné, humilié par telle ou telle chose, il doit absolument en parler, afin que cet état de frustration cesse. Car quand bien même « la femme n’a pas autorité sur son propre corps, mais c’est le mari; et pareillement, le mari n’a pas autorité sur son propre corps, mais c’est la femme » ( 1 Corinthiens 7: 4), cela ne signifie pas que chacun peut disposer du corps de l’autre comme bon lui semble, dans l’unique but d’assouvir toutes ses pulsions, plaisirs et fantasmes. Car dans ce cas les deux principaux commandements de Dieu (Matthieu 22 : 37-38) ne sont plus appliqués et en plus le lit conjugal devient un lieu de débauche, qui n’est autre, selon le dictionnaire Larousse, qu’« un usage excessif déréglé des plaisirs de l’amour, de la table ». De grâce ne mettez pas Dieu à la porte de vos chambres et n’ayez aucune honte à vous laisser enseigner par lui en matière de sexualité.

      Fraternellement.

  11. Freres et sœur, si vous chercher réellement la sanctification, Dieu vous guideras en toutes choses et c’est par experience, moi et mon épouse on avaient énormément de probleme, pendant 9 ans mon épouse n’avais pas d’envie du tout envers moi, elle ne me laissait pas la toucher ou quand je la touchais elle bloquait, je suis passer par toutes sorte d’épreuve, vous ne pouvez meme pas immaginer, mais le Seigneur m’a mis a la penser que le diable vas utiliser sa pour briser notre couple et me mettre a l’épreuve, et le Seigneur m’a mis a cœur que il voudrait voir ma fidelitée, et comme le Christ est la tete de l’église et il c’est donner pour elle, nous les hommes ont est la tete de notre femme et ont ce donner pour elle,alors la il y a un combat a gagner, et j’ais dit Seigneur tu est fidèle je te promet que meme si elle resteras toujours comme sa je te serais fidèle meme si je ne la toucherais plus je te serais fidele mais je n’est pas de force pour sa c’est toi qui me donneras la force, mais le Seigneur m’a mis a cœur que je doit gagner le combat, et je suis rentrer dans une épreuve que je ne peut meme pas décrire, j’ais gagner le combat par la crucifixion de la chaire, et par la foie, car quand rien n’allait j’avais toutes les excuse pour divorcer, elle était tomber dans une secte, elle m’agressait verbalement, elle étais d’accord avec un faux pasteur pour me dépouiller, j’ais perdue 18 000EURO dans une secte qui nous promettait guerisons…. j’ais déposer plainte, j’ais engager un avocat pour arreter d etre depouiller, j’ais meme dit a me femme si t ‘est pas contente dégage, jusqu au jour ou le Seigneur m’a montrer que selon le monde je doit divorcer maintenant, mais selon Dieu je doit me battre pour sauver ma famille, je me suis battue contre tout raisonnement, contre toutes épreuve, car Dieu interdit le divorce, je me suis battue par foie, par l’esperence en se que je ne voix pas, résultat VICTOIRE car le Seigneur veux des personnes qui marche par la fois, ma femme est guerit, la secte sont sous enquete judiciaire, le Seigneur m’a forger, freres et sœur arreter de tourner en rond soyez sanctifier, sinon Dieu vas vous faire rentrer dans une épreuve ou vous aller tellement souffrir que vous allez haire le sexe,les femmes haire meme votre peau!!! car si vous poser des questions estse que?? je peut c’est que vous etes charnel, freres, demander a Dieu de vous donner un cœur pure, et vous ne poserer plus des questions pareil, chercher Dieu et sa justice et vous verrez sa gloire, soyez benis/

    • Amen, comme les frères de la rédaction l’ont dis, et moussa, je crois que Dieu est mieux place pour nous instruire. Ce monde perverse dans lequel nous vivons nous a tellement éduqué que vraiment…, seul Dieu peut nous aider bien aimes. Pour tout couple en Christ, ou qui aimerai plaire a Dieu et l’honorer consulter le Saint des saints d’un cœur pur, voyant la bonne motivation et le soucis de lui être agréable il ne manquera pas de nous guider et même, de refaire notre éducation concernant les relations sexuelles s’il le faut.
      Soyez bénis au nom de Jésus Christ. soyez fortifie l’équipe de rédaction pour ce beau et bon boulot que le seigneur sois glorifier,moi j’ai appris beaucoup. Amen

    • Bonsoir,
      partager à votre fiancée vos goûts vestimentaires n’est pas un péché mais nous vous appelons à la plus grande prudence concernant la lingerie féminine.
      En effet, il serait plus sage et plus prudent de laisser votre fiancée de vêtir selon son envie. D’une part, cela vous permettra de garder vos pensées pures jusqu’au temps convenable de votre mariage ; et de l’autre vous risquerait de brusquer voire d’offenser votre fiancée.

      Laissez Dieu vous surprendre et surtout préservez-vous jusqu’au mariage, vous en serez plus que bénis par le Seigneur.

      Fraternellement

    • Vertious,

      Cette question, inhérente à la vie de couple, est d’ordre privé et propre à chaque individu.
       » C’est pourquoi je vous dis : Ne vous inquiétez pas pour votre vie de ce que vous mangerez, et de ce que vous boirez ; ni pour votre corps, de quoi vous serez vêtus. La vie n’est-elle pas plus que la nourriture, et le corps plus que le vêtement ? Considérez les oiseaux du ciel ; car ils ne sèment ni ne moissonnent, ni n’assemblent dans des greniers, et cependant votre père céleste les nourris. N’êtes-vous pas beaucoup plus excellents qu’eux ? » Matthieu 5:25-26
       » Demeurez donc fermes dans la liberté pour laquelle Christ nous a affranchis, et ne vous mettez plus sous le joug de la servitude. » Galates 5 : 1

      En christ, nous avons été affranchis de la servitude du monde et de ses diktats. Or, lorsqu’un mari ou une femme conseille, demande voir même ordonne à son conjoint de porter tel ou tel sous-vêtement, il convient de savoir quel en est le but et d’ou lui vient cette envie. Notre génération en matière de pratiques amoureuses et sexuelles a été formatée par le cinéma, la télévision, etc. En tant que chrétien nous ne pouvons pas décemment nous comporter, comme les gens du monde en matière de séduction. Il est donc important de ne pas se calquer, pour apporter du piment dans la chambre à coucher, sur les actrices, acteurs, égéries féminines et masculines mondaines qui par leurs vies, leurs actes et leurs accoutrements ne glorifient pas le Seigneur.

      Comme nous le conseillons, a chaque foi que des questions d’ordre privées nous sont posées, il est préférable, de connaitre la volonté de Dieu et de se laisser guider par son Esprit.

  12. Bonjour,

    Merci pour ces éclairages, pour moi il est important d être bien enseigné avant l’entrée dans le mariage ce qui m’amène à vous poser la question suivante: est-il convenable de parler de sexualité avec son ou sa fiancée dans le but de connaitre la position de l’autre afin d’éviter la surprise pendant le mariage ou ce sujet peut être un danger pour les fiancés? Merci de votre réponse.

  13. Bonjour rédaction,

    je vous pose cette question après avoir lu le texte sur la sexualité et péché ou pas péché sans y trouver ce que je recherchais comme avis.

    J’aimerais savoir quel est vôtre avis sur la sodomie et la fellation dans le cadre du Mariage?

    Est-ce un péché?

    Salutations

    • bonjour,
      Nous avons écrit ceci dans l’article :  » La pénétration vaginale est donc dans l’ordre naturel des choses. Les autres sortes de pénétration, qu’elles soient anales ou buccales, sont des modifications de l’usage naturel.  »

      ceci répondra peut être à votre question

      fraternellement

  14. Je suis dans la joie quand je lis cet article et les réponses données à toutes les questions y relatives. Que Dieu continue à vous utiliser pour aider ses enfants à quitter le monde de l’impudicité et pour ceux qui sont mariés à vivre pleinement leur vie intime dans la liberté que la bible, Parole de Dieu, met à la disposition des chrétiens. Merci beaucoup à la rédaction.

  15. Bonjour les dokimos,

    Mariage Chrétien – Questions suite à la lecture de vos articles après ne pas avoir trouvé de réponse ni dans les commentaires ni dans l’article

    Je voulais savoir est-ce un péché d’avoir des rapports intimes avec son épouse pendant sa période de menstruations ou est-ce permis?

    Nous avons du mal à comprendre Lévitique 15:19 à 29 pourriez-vous nous aider s’il vous plaît? ces passages sont-ils toujours d’actualité?

    Nous avons pris le temps de lire vos articles sans y trouver de réponse.

    Merci d’avance

    Bien à vous

    • Bonjour Fuyts,

      Le chapitre 15 de Lévitiques explique que la femme qui a une perte de sang est impure durant toute la période de son écoulement, que ce soit pour motif des menstruations, d’accouchement ou à cause d’une maladie quelconque. De même, l’homme qui avait une gonorrhée ou un quelconque écoulement était aussi considéré comme impur. Pour rappel, au moment des règles, la femme élimine les tissus de l’endomètre qui se forme pour accueillir un ovule fécondé. C’est un processus naturel qui permet d’évacuer ce que l’on peut comparer à des déchets organiques. Ainsi, bien que le sacrifice de Christ nous ait rendus purs en esprit, il n’en demeure pas moins qu’un déchet reste un déchet. L’urine reste de l’urine, des excréments restent des excréments , du mucus nasal reste le mucus nasal… Même si la composition du sang des règles ne peut être comparé à l’urine et aux excréments, il n’empêche qu’il est évacué d’une manière semblable. La question est: auriez-vous un rapport sexuel pendant que votre femme fait ses besoins naturels ?

  16. Ayant vécue avec un satznisteje peux affirmer qu’ils aiment voir le dang sous toutes ses formes et celle ci en fait partie!et la attention! Je vais donner mon avis et conviction personnelles: c’est une des déviances sexuelles! Sa n engage que moi! Étant revenue de très loin par la grâce de Dieu! Je suis convaincue de cela!et sa n engage que moi! Quand je veux faite une chose quelle quelle soit, je me mode la question: au est ce que le Seigneur pense de cela! Shalom a nous tous!

  17. Bonjour,

    Tout d’abord merci pour votre réponse,

    Merci pour l’éclairage sur qu’est-ce que les menstruations ça nous à aidé,

    Non, je n’aurais pas de rapport intime pendant que ma femme fait ses besoins naturelles.

    Je pense que je n’ai pas bien posé ma question vu votre réponse, je dis ça dans le sens ou par exemple :

    Il y ait rapport et que l’épouse ne savait pas ou n’avait pas pris conscience qu’elle était en période de menstruations?

    Ou par exemple qu’elle pense que les menstruations sont finis et se rende compte que non durant le rapport intime?

    Ou par exemple si elle ne voit pas de sang ou qu’elle s’est lavée sans qu’il n’y ai rien et qu’ensuite il y en ai?

    Ou si elle s’approchait de moi ignorant qu’elle ait ses menstruations et que nous ayons rapport?

    Serions nous dans le péché dans ce cas?

    Excusez-moi ma question mais je ne m’y connais pas du tout dans ce domaine, j’aimerais simplement être éclairé sans paraître malsaint ou paraître comme quelqu’un qui aurait des rapports dans de telles circonstances.

    Et également je voulais savoir si quelqu’un qui n’est pas convaincu par un argument par exemple sur la sodomie et la felation chose que vous déclarez comme contre nature, donc péché?

    et que les deux personnes sont dans la paix quand ça se fait pèchent-ils? est-ce qu’ils vont en enfer en suivant leur conviction personelle? (je ne veux pas être faux j’essaye d’être sincère pour être aidé).

    Merci

    • Bonjour,

      Dans l’absolu, ce qui relève du péché reste un péché, qu’on en soit conscient ou pas. Toutefois, la Parole nous dit que Dieu ne tient pas compte du temps de l’ignorance (Actes 17:30). Par exemple, imaginez que vous roulez à 130 km/h sur un tronçon de route dont la vitesse est limitée à 100 km/h et que vous ne soyez pas au courant de cette limitation. Si les gendarmes vous arrêtent, ils vous signaleront votre infraction. Le fait que vous ignoriez que vous étiez en infraction ne ferait qu’amoindrir éventuellement la sentence.

      Ainsi, et pour répondre à la 2ème question, le péché ne dépend pas de ce que nous pensons être bon ou pas mais de ce que Dieu considère comme étant bien ou mal. L’un des rôles du Saint-Esprit c’est de nous convaincre concernant le péché, le jugement et la justice (Jean 16:8). C’est donc Dieu qui met en nous la conviction du péché. Encore faut-il se laisser convaincre et accepter que notre intelligence soit renouvelée. Cet exercice exige que l’on s’implique quotidiennement dans une relation personnelle avec Jésus, et que l’on ait une vie de prière et de méditation de la Parole qui nous apportera équilibre et maturité.

      « Je vous exhorte donc, mes frères, par les compassions de Dieu, à offrir vos corps en sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, ce qui est votre culte raisonnable. Et ne vous conformez pas à l’âge présent, mais soyez transformés par le renouvellement de votre esprit, afin que vous éprouviez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait. » Romains 12:1-2.

      Notez bien que Paul enseigne dans ce passage que le corps doit être offert (en priorité) à Dieu puisqu’il est devenu son temple (1 Corinthiens 3:16-17; 1 Corinthiens 6:19). C’est donc Dieu qui établit les règles de l’usage que l’on fait de notre corps. Il est même dit que nous devons chercher à savoir quelle est la volonté de Dieu.
      Pour savoir si une pratique est saine ou non, il faut remonter à l’origine, au commencement. En effet, Jésus s’est référé un certain nombre de fois « au commencement » pour enseigner les foules et ses disciples.
      « Au commencement il n’en était pas ainsi » disait-il (Matthieu 19:8).
      Par conséquent, posons-nous la question:
      A quoi servait la bouche au commencement? Quelle est la fonction première de cet organe?
      -La bouche sert à manger, à boire, à parler, à chanter, à embrasser (Cantiques 1:2).
      A quoi servait l’anus au commencement? Quelle est la fonction première de cet organe?
      -L’anus sert exclusivement à déféquer.

      Mais au fond, comment expliquer que cette génération ait tant de mal à abandonner des pratiques telles que la sodomie, les rapports bucco-génitaux et autres pratiques popularisées par la pornographie? C’est à cause de l’augmentation du péché qui entraine le refroidissement de l’amour véritable (Matthieu 24:12). On a donc voulu combler le vide causé par le manque d’amour par une hypersexualité.
      Souvenez-vous de ce que l’on ressent lorsqu’on est amoureux, comment le coeur s’émeut ne serait que lorsqu’on s’effleure la main. Quand il y a un amour vrai et pur, le rapport sexuel est magnifique non pas à cause des techniques et des pratiques effectuées, mais à cause de l’amour que l’on ressent l’un pour l’autre. Pas besoin du kama-sutra et de pratiques complexes pour apprécier.

      Pour approfondir cette réflexion, nous vous invitons à lire l’article suivant qui développe de manière assez complète la question de la conviction du péché.
      https://www.lesdokimos.org/2014/01/24/peche-ou-pas-peche/
      Que le Seigneur vous garde.

  18. Bonjour,

    Je trouve cet article désolant d’un point de vue biblique et complètement coupé de la réalité. Il y a un grand manque d’honnêteté.

    Le terme « fornication » qui est utilisé dans la Bible pour « porneia » est un terme latin ecclésiastique issu du catholicisme qui désigne originellement les voûtes des lieux servant à la prostitution. Il est utilisé pour traduire « porneia » à certains endroits, terme qui désigne l’immoralité sous toutes ses formes. Ainsi, le terme « fornication » utilisé dans la Bible est un terme très fort qui ne désigne pas originellement les relations hors-mariages avec un partenaire sérieux et dans le cadre d’une relation sentimentale. Une personne fidèle avec une autre, bien que n’étant pas liée dans le cadre du mariage, ne se « prostitue » pas et peut avoir du respect pour son corps et celui de son partenaire qu’elle aime. C’est en rien comparable avec la sexualité débridée du monde que vous critiquez justement et que vise le terme « porneia » et l’apôtre Paul dans sa lettre aux corinthiens. Comment parler de débauche au sujet d’amoureux qui prennent le temps de se connaître sentimentalement et physiquement dans le respect mutuel jusqu’à qu’ils aient la conviction qu’ils sont fait l’un pour l’autre pour la vie ?

    Dans la lettre aux Corinthiens, l’apôtre Paul parle du mariage comme un moyen pour les chrétiens d’assouvir leurs besoins sexuels faute de pouvoir se contenir. Or, de nos jours, on ne se marie plus à l’âge de 15 ans et de moins en moins à l’âge de 20-22 ans. Les études longues, etc, font que les jeunes trouvent leur futur partenaire pour la vie plutôt vers l’âge de 28-30 ans. Comment alors peut-on obliger une personne à se contenir jusqu’à un tel âge et museler tous ses besoins sexuels qui sont bien réels ? Dans Corinthiens, l’apôtre Paul disait précisément que le don de continence n’était pas donné à tous. Ainsi, sur-spéritualiser le mariage et condamner alors de jeunes chrétiens qui mènent des relations sérieuses et contrôlées et les faire culpabiliser de péché alors que le but réel des propos bibliques avec les termes comme « fornication » est de condamner les pratiques sexuelles débridées et incontrôlées est une erreur. Cela ajoute par ailleurs à l’hypocrisie dans les églises où beaucoup de chrétiens faute de pouvoir se contenir cachent alors leurs relations et ont la conscience souillée à cause du genre d’enseignement que vous diffusez.

    Je ne dis pas pour autant qu’il est préférable d’avoir des rapports sexuels avant le mariage, mais ce que je dis c’est qu’il ne faut pas en faire une règle absolue et avoir en tête que la pratique du mariage aux temps bibliques (les gens se mariaient très jeunes, l’âge légal du mariage était 12 et 14 ans sous la Rome antique) et même encore jusqu’à un passé pas si lointain n’est plus applicable comme aujourd’hui sans faire preuve d’irréalisme. Vous condamnez par ailleurs la masturbation et vous dites aux jeunes de faire preuve de continence, je vous pose alors la question de comment doit faire un jeune homme jusqu’à ses 28 ou 30 ans ? C’est une frustration et une pression psychique énorme qu’il accumule et qui ne l’aideront pas à aborder une relation sentimentale dans de bonnes conditions. Par ailleurs, c’est être dans le déni de sa sexualité. Faute de masturbation, un homme doit faire face à des éjaculations nocturnes régulières et encombrantes qui sont souvent accompagnées de rêves érotiques alors même qu’ils ne regardent pas de porno. On peut rapprocher ça à l’obligation de célibat pour les prêtes dans le catholicisme avec ses conséquences désastreuses que l’on connait. Je vous pose la question qu’avez-vous à répondre à ces jeunes hommes ou jeunes filles de 28 ans ou même de 30 ans qui n’ont toujours pas trouvé de mari ou d’épouse et qui ont vu passer les meilleures années de leur jeunesse sans se connaître sexuellement ? Tout le monde n’en est pas capable et cela doit donc relever de la conviction de chacun face à Dieu.

    • Bonjour Daniel,

      Vous tenez le discours d’une personne qui ne connaît pas Dieu, qui ne sait pas ce que c’est que de marcher par l’Esprit et qui n’a encore jamais expérimenté la puissance de Dieu. Vous préconisez des solutions humaines, charnelles, que le monde plébiscite. Si pour vous Dieu est un être impersonnel et que sa Parole est un concept philosophique qui n’a d’utilité qu’à aider à se sentir mieux dans sa tête, alors on peut comprendre votre raisonnement. Pour nous Dieu est vivant, il a un nom: Jésus-Christ, et sa Parole c’est bien plus que des mots: Elle est Esprit et vie. La sanctification est une grâce de Dieu, mais pour en bénéficier il faut le vouloir et laisser Dieu faire mourir par l’Esprit les oeuvres de la chair. Nous croyons en un Dieu qui est Tout-Puissant, qui n’est en rien différent de celui que la Bible décrit et qui n’a pas changé pour s’adapter au siècle présent. C’est lui qui nous donne la victoire sur le péché, y compris le péché sexuel. C’est lui qui nous donne la force de résister à la tentation, et de nous maîtriser. Ceux qui se confient en lui font des exploits, y compris celui de rester chaste jusqu’au mariage et de ne pas se masturber.

  19. Bonjour Les Dokimos,

    pourriez-vous répondre à Daniel point par point svp ? Cette absence de réponse pourrait être considérée comme étant un aveu de votre part.

    Pour ce qui est des relations hors mariage, je pense qu’il y a suffisamment de versets pour refuser leur légitimité :
    – 1 Co 7 ; 9 : « Mais s’ils manquent de continence, qu’ils se marient; car il vaut mieux se marier que de brûler. »
    – Il y a la parabole des vierges qui attendent l’époux devant la salle des noces (Matt. 25). Jésus semble donc valider la nécessité de rester vierge jusqu’au mariage.
    D’autres versets existent.

    Je trouve certaines remarques de Daniel pertinentes, qui nécessitent des réponses claires et rigoureuses. Notamment sur le fait que la société a changé (longues études, coût du mariage, coût d’un loyer, …). Cela me semble irrespectueux de balayer ces problématiques d’un revers de manche.

    Quant à la masturbation, les personnes mariées qui condamnent la pratique devrait y réfléchir à deux fois et avoir plus d’empathie car pour eux le problème est vite réglé.
    Dire aux gens qu’il suffit de se confier en Dieu, ça me paraît léger. Surtout que la pratique n’est pas explicitement évoquée dans la Bible. Je n’ai pas encore vu d’argumentation solide contre cette pratique, si celle-ci est faite en excluant de penser à quelqu’un en particulier (en sachant que les termes comme « impuretés » ou « fornication » sont insuffisamment explicites pour déclarer que cela englobe de manière absolue la masturbation). Peut-être allez-vous y parvenir ?

    • Bonjour,

      Je pense au contraire que les Dokimos ont bien répondu. Nul besoin de s’arreter sur chaque péché et détailler pourquoi c’est mal.
      La Parole de Dieu nous dit dans 1 Corinthiens 2 : 12 Or nous, nous n’avons pas reçu l’esprit de ce monde, mais l’Esprit qui vient de Dieu, afin que nous connaissions les choses qui nous ont été données par Dieu. Et nous en parlons, non avec des paroles que la sagesse humaine enseigne, mais avec celles qu’enseigne le Saint-Esprit, communiquant des choses spirituelles à ceux qui sont spirituels. Or l’homme animal ne comprend pas les choses de l’Esprit de Dieu, car elles sont une folie pour lui, et il ne peut même pas les entendre, parce que c’est spirituellement qu’on en juge. Mais l’homme spirituel discerne toutes choses et il n’est jugé par personne. Car qui a connu la pensée du Seigneur pour pouvoir l’instruire ? Mais nous, nous avons la pensée de Christ.

      Cela signifie que des choses qui paraissent évidentes pour les chrétiens ne le sont pas pour les païens. Parce qu’il y a plus qu’expliquer avec une sagesse humaine pourquoi telle ou telle chose est mauvaise. Il y a la conviction qu’exerce le Saint Esprit qui selon la parole s’exprime par des soupirs inexprimables… Ainsi un chrétien ne peut peut etre pas tout expliquer mais quand Dieu lui parle il sait que c’est Dieu. Parce que Dieu peut s’exprimer en coupant le contact par exemple, ou par une tristesse soudaine qui t’envahit… Ce qui signifie qu’un chrétien quand il pèche il ressent de la tristesse. C’est la vie de Dieu qui est en lui qui lui indique qu’il a péché.
      Ainsi quand les dokimos disent que Daniel ne connait pas Dieu ils ont raison.
      Parce qu’un chrétien qui tomberait dans la masturbation ressentirait que Dieu est offensé.

      D’autre part les remarques de Daniel sur les temps qui ont changé ne sont pas si pertinentes dans la mesure où les temps n’ont pas tellement changé. Nous les occidentaux on a tendance à se croire le centre du monde. Mais il y a pleins de pays où les gens se marient tôt (voire même enfants) et ce malgré leur pauvreté. Donc c’est pas parce que en France ou chez nos voisins on se marie de plus en plus tard qu’ailleurs on le fait. De plus l’exemple de ces pays pauvres où ils se marient tôt devrait nous entrainer à nous demander si c’est l’aspect économique qui nous retient de nous marier tôt où si c’est plutôt la libération sexuelle??
      Comment se fait il que dans des pays où il y a la famine, la guerre ou une pauvreté extrème les gens se marient quand même?
      Est ce que le climat économique du Moyen Age était plus favorable aux mariages précoces?

      Je pense pour ma part que c’est la culture qui est responsable du fait que le mariage se fait de plus en plus tard et plus précisément la libération sexuelle. Je pense que l’aspect économique n’est qu’une bonne excuse pour avoir des relations sexuelles sans s’engager dans le mariage. Et pour ne pas respecter les lois de Dieu. Je pense que beaucoup de « chrétiens » sont très contents de vivre dans un pays où cela ne choque personne d’avoir des relations sexuelles avant le mariage et ils en profitent. Et ils ne se rendent pas compte que c’est Satan en personne qui est derrière cette culture. Ils se rassurent en se disant que Dieu comprendra que le climat économique ne leur permet pas de se marier. ça leur permet d’essayer plusieurs partenaires sexuelles.

      Maintenant la parole dit que celui qui se sanctifie se sanctifie encore et que celui qui se souille se souille encore.

      Il faut juste comprendre qu’il ne suffit pas de ne pas se masturber, encore faut il aimer se sanctifier. Je ne pense pas que Dieu apprécie qu’on s’engage dans la voie du salut en se disant « qu’est ce que j’aimais me masturber… dommage » Car Dieu donne aussi la haine du péché. En effet selon la parole la crainte de Dieu c’est la haine du mal. Donc celui qui nait de Dieu va haïr le mal. Et ça aussi c’est une grace de Dieu qui nous aide à tenir. Le véritable chrétien lorsqu’il n’a que la pensée de pécher il est dégouté. Il n’y prend pas plaisir. Il ne se dit pas « ça va m’aider à supporter ma virginité ou mon célibat ».

      On tient que par la grâce de Dieu. pas par un autre moyen. C’est pourquoi seuls ceux qui connaissent Dieu peuvent connaître cette grâce.

      Bonne continuation

    • Tout à fait Elisheba,le fait d’avoir repoussé l’âge du mariage est la conséquence de la généralisation de la débauche et de cette idée selon laquelle « il faut profiter de la vie avant de se mettre la corde au cou »… Rien à voir avec la durée des études, ni avec le contexte économique, d’autant plus que pour se marier, il suffit d’aller signer un papier devant le maire, aucune obligation de dépenser des fortunes pour une cérémonie en grande pompe.

    • Bonjour Jérôme,

      Il n’y a nullement d’aveu de notre part, pas plus qu’un manque de respect. On fait tout simplement le constat que nous ne sommes pas bâtis sur le même fondement et que tous n’ont pas expérimenté la puissance de Dieu. Ayant compris cela, il est inutile de s’enliser dans des discussions sans fin qui ne sont même pas édifiantes. L’article répond sur une question de fond : quelles sont les pratiques sexuelles licites et illicites ? La question n’est pas : certaines pratiques sexuelles qui étaient autrefois considérées comme un péché sont-elles devenues convenables aux yeux de Dieu parce que les temps ont changé ? Même si les temps changent, Dieu ne change pas, donc la réponse à cette hypothétique question est non.
      Nous avons dit clairement dans l’article, tout comme dans les nombreux commentaires (que nous vous invitons à lire si ce n’est pas déjà fait), que la masturbation, la sodomie, la fellation, et toute forme de sexualité qui a lieu en dehors du cadre du mariage est un péché. Il se trouve que certains ne sont pas d’accord. Or selon les Ecritures le Saint-Esprit a plusieurs rôles :
      -Nous convaincre de péché, de jugement et de justice (Jean 16 :8). Cela signifie que c’est lui qui nous enseigne ce qui moralement juste et saint et ce qui ne l’est pas.
      -Nous enseigne et nous rappelle les paroles de Jésus (Jean 14 :26). C’est aussi lui qui nous aide à connaître et à comprendre la pensée de Christ et donc la Parole de Dieu (1 Corinthiens 2 :15-16).
      Donc le Saint-Esprit est censé nous mettre tous d’accord. Alors comment expliquer ces désaccords ? De deux choses l’une : soit le Saint-Esprit s’amuse à nous embrouiller en enseignant des choses différentes d’un individu à l’autre (et dans ce cas ce n’est plus le Saint-Esprit mais celui de l’égarement), soit nous n’avons pas tous reçu le même Esprit.
      Notez bien que pour l’homme animal, c’est-à-dire ceux et celles qui n’ont pas reçu l’Esprit de Christ, pour ceux qui ne sont pas enfants de Dieu (Jean 14 :7 ; Romains 8 :9), l’Evangile, la Parole de Dieu, la doctrine de Christ est pure folie. C’est donc pour cette raison qu’aux yeux du monde, et malheureusement aux yeux de beaucoup de chrétiens, on ne peut pas comprendre que Dieu puisse nous aider à vivre dans la sainteté. C’est pourquoi au lieu de chercher Dieu, on voudrait que Dieu descende à notre niveau et qu’il se conforme aux évolutions des usages du monde, et aux effets de mode. Or la Bible dit à de très nombreux endroits que Dieu ne change pas et nous demande de ne pas nous conformer au monde, à ses traditions et à ses coutumes (Matthieu 15 :6 ; Romains 12 :2 ; 1 Jean 2 :15).
      « Ne vous conformez pas à vos convoitises d’autre fois » (1 Pierre 1 :14) nous dit la Parole. Or le monde nous enseigne et nous encourage à faire quoi ? A nous y conformer : à nous masturber à la moindre pulsion sexuelle, à avoir des relations sexuelles en dehors du mariage, à multiplier les partenaires sexuels, de tester les hommes et les femmes au lit avant de s’engager, d’attendre de finir ses études, d’avoir une bonne situation financière avant de se marier.
      Ce dernier point n’est pas mauvais en soi, mais dites-nous où est-ce écrit qu’on ne peut pas se marier tant que nous n’avons pas fini les études et tant qu’on ne gagne pas correctement sa vie ? En quoi cela empêche-t-il se s’engager dans le mariage ? -En rien. La seule chose que l’on risque c’est de commencer par vivre ensemble dans un studio au lieu d’une grande maison, et de manger d’avantage de pates que de bifteaks. Le mariage c’est pour le meilleur et pour le pire n’est-ce pas ?

      La Bible dit que ceux qui manquent de maîtrise devraient se marier pour éviter de brûler (1 Corinthiens 7 :9). Si donc la masturbation était une façon d’éviter de brûler, pourquoi la Bible ne dit-elle pas explicitement de se masturber afin de ne pas brûler en attendant le mariage ? Nous mettons au défi quiconque de nous trouver ne serait-ce qu’un passage biblique qui nous laisserait entendre de manière directe ou indirecte que l’on peut se masturber et même que la masturbation serait une solution pour éviter de pécher…
      Le cœur du message de l’évangile c’est la salut par la grâce par le moyen de la foi. La grâce de Dieu implique de compter sur Dieu au quotidien et cela dans tous les aspects de nos vies. Aussi, la sanctification n’est pas uniquement une question d’effort personnel mais aussi et surtout de grâce de Dieu. La sanctification c’est un fruit de l’Esprit. Cela signifie que l’on peut se sanctifier, se maîtriser, à cause la présence de Dieu dans notre vie.
      « Mais maintenant que vous êtes affranchis du péché et asservis à Dieu, vous avez pour fruit la sanctification et pour fin la vie éternelle » Romains 6 :22.
      « Mais le fruit de l’Esprit c’est la charité, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bienveillance, la foi, la douceur, le contrôle de soi » Galates 5 :22.
      « En effet, si vous vivez selon la chair vous mourrez ; mais si par l’Esprit vous faites mourir les actions du corps, vous vivrez » Romains 8 :13.
      Beaucoup décrivent le désir sexuel comme une pulsion, une oppression , à laquelle il est impossible de résister. Or de nombreux héros de la foi d’hier (Hébreux 11) et d’aujourd’hui ont résisté et ont tenu bon face à de terribles persécutions et à des oppressions d’une violence inouïe par l’Esprit de Dieu. On insiste, par l’Esprit de Dieu. Et donc là on vient nous dire que c’est impossible de résister à l’envie de se masturber ? Dans ce cas-là si on valide l’idée que certains ne puissent pas s’empêcher de se masturber, on doit aussi valider l’idée que certains ne puissent pas s’empêcher de regarder de la pornographie, de s’adonner à la gloutonnerie et à l’ivrognerie, à la drogue, de mentir, de voler …
      « Vous n’avez pas encore résisté jusqu’à répandre votre sang en combattant contre le péché » (Hébreux 12 :4), voilà ce que diraient ces héros de la foi.
      Jésus a dit : « Veillez et priez afin que vous ne tombiez pas en tentation, car quand à l’esprit, il est bien disposé, mais la chair est faible » (Marc 14 :38). Jésus a-t-il enseigné qu’il fallait céder à la faiblesse de la chair ? Non, c’est le monde qui enseigne ces choses-là. Jésus nous demande de veiller et prier, chose que le monde n’apprécie guère.

      Pour conclure, si lorsque nous vous invitons à chercher l’aide de Dieu, cela ne vous convient pas, nous en sommes sincèrement désolés, mais nous n’avons pas d’autre solution à vous préconiser que ce qui est écrit. Il faut donc choisir : soit vous décidez de suivre le monde avec ses raisonnements et ses conseils, et vous ne verrez jamais la gloire de Dieu, ni dans ce siècle ni celui à venir.
      Soit vous décidez de suivre Christ et de mettre en pratique sa Parole et vous ferez des exploits. Nous n’avons jamais dit que c’était une chose aisée, mais c’est largement possible. Autrement si Christ ne nous délivre pas de nos péchés, il est mort en vain et nous sommes donc perdus….
      Pour approfondir la réflexion, nous vous invitons à lire ces articles :
      Chrétien et esclave du péché : 1ère partie
      https://www.lesdokimos.org/2013/09/19/chertetien-et-esclave-du-peche-1ere-partie-les-causes/
      Chrétien et esclave du péché : 2ème partie
      https://www.lesdokimos.org/2013/10/05/chretien-et-esclave-du-peche/
      Péché ou pas péché ?
      https://www.lesdokimos.org/2014/01/24/peche-ou-pas-peche/

      Fraternellement.

  20. Bonjour,

    Votre réponse est à l’image de vos enseignements, désolante. Vos prises de position et vos convictions vous rendent incapables de comprendre les paroles des autres et même, dans une certaine mesure, la Parole de Dieu.

    Cherchant Dieu, je me suis converti suite à la lecture de la Bible à l’âge de 19 sans que personne ne me la donne ou m’en parle, et Dieu m’a guidé dans mon cheminement de telle façon que j’ai rejoint une église évangélique pentecôtiste et que j’ai demandé de moi-même selon ma compréhension personnelle de la Bible le baptême par immersion. J’ai ensuite cherché le baptême du Saint-Esprit et ai étudié la Bible chaque jour comme un chercheur en quête de vérité. Par ailleurs, de famille non-chrétienne et vivant profondément dans le péché avant ma conversion, j’ai changé radicalement ma vie pour marcher dans la sanctification sans laquelle on ne peut plaire à Dieu. Il s’en est suivi que de l’âge de 19 ans jusqu’à l’âge de 25 ans (j’en ai 27 aujourd’hui), je n’ai pas pratiqué de masturbation et n’ai eu de contacts physiques avec aucune femme. Je tenais le même discours que vous dans votre enseignement. N’est-ce pas ici ce que l’on appelle une nouvelle naissance ? Serait-ce donc l’Esprit du monde ou Satan qui m’aurait conduit à lire la Bible et à me persuader dans mon cœur au point de changer radicalement de vie, que le Dieu de la Bible est le seul véritable Dieu et que Jésus-Christ est Son Fils ?

    Votre confiance en vous-même proche de l’orgueil et votre auto-persuasion/satisfaction, vous conduisent à vous faire croire que votre compréhension de la Parole est la seule vérité au point de la présenter comme telle aux autres alors que, combien même vous pourriez être très avancé spirituellement, votre compréhension de la Parole n’est pas parfaite.

    Dans mon message précédent, j’ai une démarche sincère en posant de vraies questions auxquelles vous ne répondez nullement. Il s’agit de vrais problèmes que de nombreux jeunes chrétiens rencontrent et ce sont des questions légitimes. Je ne préconise nullement des « solutions humaines ». Il est vrai que par le Saint-Esprit en nous qui fait nôtre la victoire de Christ sur le péché et la chair, nous sommes vainqueurs sur le péché, la chair, la maladie et Satan. Toutefois, comme vous le savez fort bien, la victoire sur le péché, la chair, et la maladie est une victoire progressive à mesure que notre connaissance de Dieu et notre foi grandissent. Tous ne sont pas capables de chasteté jusqu’à 30 ans ou plus. L’apôtre Paul dans Corinthiens s’adressait bien à des chrétiens nés de nouveau expérimentant la puissance de l’Esprit mais qui, pourtant, étaient faibles dans la chair de telle façon que Paul leur dit de se marier faute de pouvoir s’abstenir sexuellement.

    Jésus dit que Moïse autorisa le divorce à cause de la dureté de cœur des israélites et Paul dit aux corinthiens qu’il voudrait que tous soient comme lui mais que, ne pouvant faire preuve de continence en raison de la faiblesse de leur chair, qu’ils se marient. Bien entendu que le plan de Dieu pour l’homme c’est la virginité jusqu’au mariage. Je ne m’oppose pas à ce que dit la Bible. Toutefois, c’est ici plutôt un idéal de Dieu pour l’homme. Au regard de ce que j’ai dit précédemment (loi de Moïse sur le divorce, Paul aux corinthiens), on voit combien Dieu fait preuve de miséricorde envers le croyant en raison de la faiblesse de sa chair et qu’Il adapte alors certaines règles.

    Je parle d’expérience personnelle. J’ai terminé mes études à l’âge de 27 ans, j’ai été amené à de nombreuses reprises à vivre à l’étranger, et je n’ai pas encore rencontré la femme de ma vie. Pourtant, je n’ai jamais cessé être un chrétien pratiquant tout ce temps. Faute de ne pas me masturber, pendant plus de 5 ans, 2 à 4 fois par mois, j’avais des éjaculations nocturnes en pleine nuit qui faisaient que je devais changer de caleçon ou le laver pour ensuite arriver à me rendormir. Cela m’arrivait aussi lorsque je dormais chez de la famille ou en camping. De plus, ces éjaculations étaient souvent accompagnées de rêves érotiques ou pornographiques alors que je ne regardais rien de tel. Ces éjaculations sont tout simplement dues au fait de l’accumulation de testostérone. La masturbation, qui permet de soulager biologiquement le corps de cette accumulation, est alors bien au contraire un acte tout à fait naturel ! Ce qui ne l’est pas, c’est réprimer son corps et ses besoins sexuels qui sont naturels et pas impurs bien que ressentis hors du mariage ! En voulant les réprimer de force, on engendre au contraire de la frustration qui peut, par la suite, nous conduire à des comportements sexuels incontrôlés s’il nous prend un jour de craquer. En quoi ce que je dis là est un discours du monde ? C’est une réalité biologique que la majorité des hommes vivent. C’est vous qui êtes dans le déni et en cela vous n’êtes pas dans la vérité. Votre discours est tel celui de l’église catholique dans ses heures les plus sombres de l’histoire avec ses conséquences terribles que l’on connait. La masturbation ne nous conduit pas en enfer. Et, même si on devait se masturber en imaginant des scènes érotiques (sans lesquelles j’ai du mal à voir comment on peut se masturber) je ne vois pas en quoi cela est impur. En quoi la sexualité est-elle impure ? En quoi le désir sexuel est-il impur et doit-il être combattu alors qu’il vient de Dieu ? Ce que Dieu condamne c’est son usage immoral. Que vous ne vous masturbiez pas en imaginant des choses érotiques, c’est votre corps et votre inconscient qui vous le fera faire dans la nuit et, parfois, de façon bien plus violente.

    Lorsque je croyais encore à ce que vous disiez, je priais alors Dieu pour qu’Il mette un terme à ces éjaculations et ces rêves. Il ne l’a pas fait. Aujourd’hui, j’ai la conviction que cette croyance que j’avais et qui est la vôtre, est en fait une conséquence de l’influence catholique qui veut rendre impur et faire culpabiliser notre rapport à la sexualité. Mais, attention, je ne dis pas pour autant de tomber dans les déboires du monde. Ce que je dis, c’est qu’on n’est pas obligé de tomber dans deux extrêmes mais avoir tout simplement un rapport simple, sain et juste de la sexualité. En cela, je ne crois pas que mon comportement est ce que la Bible décrit comme de la débauche et de la fornication.

    J’attends toujours votre réponse à mes questions qui sont légitimes et qui sont un vrai sujet pour beaucoup de jeunes comme le montre l’intérêt de Jérôme pour celles-ci.
    Fraternellement.

    • Bonjour Daniel,

      Vous accusez les autres de ce que vous faites vous même. Vous commencez votre commentaire par « Je trouve cet article désolant d’un point de vue biblique et complètement coupé de la réalité. Il y a un grand manque d’honnêteté. »
      Vous accusez l’auteur de manquer d’honneteté… Or l’honneteté est essentielle à la vie chrétienne ce qui n’est pas le cas de la masturbation.
      Donc les dokimos enseignent que la masturbation est un péché ils sont malhonnetes. Mais vous l’êtes vous? Etes vous honnete lorsque vous vous adressez à l’auteur de l’article de cette manière? Ou êtes vous prêt à défendre une pratique sexuelle plutot que de soutenir et encourager un frère ou une soeur qui donne son point de vue sur une pratique que Dieu lui même n’a jamais présenté comme une solution.
      C’est un péché.

      Et si vous n’êtes pas de cet avis et que vous considerez ceux qui enseignent que c’est un péché de faiblesse et d’étroitesse d’esprit, n’êtes vous pas sensé faire comme Paul l’a conseillé? C’est à dire ne pas offenser vos frères et soeurs par vos pratiques? Paul était capable de ne plus manger de viande pour ne pas faire tomber le chrétien faible. Mais les chrétiens d’aujourd’hui offensent leurs frères et soeurs en partiquant le péché et en conseillant aux autres de le faire.

      Et quand les Dokimos vous jugent selon vos propres propos qui montraient qu’effectivement vous ne connaissiez pas la puissance de Dieu vous vous offusquez encore. Par vos propres propos vous montrez que vous êtes attaqué par des esprits la nuit, mais au lieu de demander la délivrance et chercher à l’obtenir pour sauver votre âme, vous avez accepté votre condition malheureuse!

      Peut être devriez vous demander de l’aide au lieu de vous faire porte parole d’une pratique qui amène énormément de personnes en enfer. Et notamment ces jeunes hommes dont vous parlez…
      C’est triste!

      Sauvez vous!

  21. Bonjour, à la lecture de Daniel j’ai très peur. Frères et soeurs ayons l’esprit du discernement. LEs questions sont nébuleuses et je comprends au final que c’est dans le but d’encourager les âmes mal affermies à pêcher. Tu expliques ces pulsions par les faits biologiques. Mais tu oublies que c’est Dieu qui a créé le corps, il connaît parfaitement le fonctionnement de celui ci. N’est il pas capable de nous donner la capacité de résister? Quand on veut véritablement se sanctifier? . Tu oublies que Abraham et Sarah ont eu Isaac alors que biologiquement cétait impossible, comme le cas de Zacharie et Élisabeth. Dieu est Saint soyons Saint comme il est Saint. Le sexe à été créé dans le cadre du mariage et entre deux personnes. Or la masturbation , tu es seul. Déjà ça questionne.
    Veillons et prions. Que Jésus-Christ le Dieu Saint et véritable nous garde.

  22. Bonjour,

    @ Elisheba et Dokimos,

    1/ Bibliquement parlant, vous ne parvenez pas à condamner la masturbation de manière claire. C’est alors que vous évoquez la conviction du St Esprit.
    Le problème c’est que cela peut rapidement tourner à la subjectivité. Que vous disiez « le Saint-Esprit est censé nous mettre tous d’accord » (j’aurais envie de souligner le mot « censé »), nous pouvons malheureusement citer les partisans d’une fausse doctrine alors qu’ils se disent « inspirés par le Saint-Esprit ». Ainsi s’affrontent plusieurs clans qui prétendent être inspirés. Ainsi, pourquoi devrait-on vous croire vous, parce que le Saint-Esprit vous l’aurait signifié ? La légèreté de cet argument ne vous permet pas de reprendre sévèrement Daniel en le jugeant comme vous l’avez fait. De plus, il semble que votre jugement soit erroné au vu de son témoignage.

    2/ « l’aspect économique n’est qu’une bonne excuse pour avoir des relations sexuelles sans s’engager dans le mariage » :
    Vous contredisez une chose que je n’ai pas dite, cela a pour effet de me discréditer dans mon ensemble d’une manière injuste (sophisme de l’homme de paille). Je n’ai pas incité aux relations hors mariage, je dis juste que le problème financier mérite que l’on en discute.
    Néanmoins votre affirmation est assez contestable.
    Se marier nécessite de pouvoir subvenir à ses besoins. Vous minimisez les problèmes financiers et la possibilité de faire de longues études sereinement en ayant tranquillement un studio. Vous me semblez loin de la réalité et me semblez nier ces choses pour accréditer votre thèse (il suffirait de manger des pâtes…).
    Vous prétendez que le mariage n’est qu’un papier à signer. Certes. Dans ce cas vous reconnaissez qu’un jeune couple (encore faut-il qu’ils soient suffisamment matures pour se marier, cela est un autre problème encore) ne peut fêter l’évènement pour des raisons financières, surtout s’il a une grande famille. Soit. Mais avouez qu’il y a là un malaise. [bien évidemment je parle du contexte français puisque c’est celui dans lequel nous vivons]
    Peut-être que la solution serait de créer un fond au sein de l’église pour que des étudiants puissent se marier.

    3/ « dites-nous où est-ce écrit qu’on ne peut pas se marier tant que nous n’avons pas fini les études et tant qu’on ne gagne pas correctement sa vie ? En quoi cela empêche-t-il se s’engager dans le mariage ? -En rien » :
    Tout d’abord, ne me posez pas la question si vous avez déjà la réponse. Ensuite, je trouve cela prétentieux de penser détenir la réponse avec autant d’aplomb avant que son interlocuteur ne donne son avis. Seriez-vous une personne qui ne peut changer d’opinion, incapable de se remettre en question ?
    Je vous donne l’argument cité précédemment qui peut être discutable mais suffisant pour contredire votre cinglant « En rien » :
    Il est dit « C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, s’attachera à sa femme […] » : cela laisse penser que l’homme doit avoir une certaine autonomie. S’il n’a pas d’aide et qu’il est étudiant, il ne peut donc pas se marier et fonder une famille.

    Quant au problème de la masturbation :

    4/ Daniel parle des fluides durant la nuit en cas de non-masturbation. Il est loin d’être un cas isolé. Je mets au défi les contradicteurs d’assurer que cela est anormal en cas de non-masturbation. Daniel a montré sa bonne foi en évoquant son problème devant Dieu. Apparemment cela n’a pas changé les choses. Les contradicteurs vont-ils dire qu’il a mal demandé ? Que Daniel était dans un état de péché ? Qu’il a pris le pain et le vin sans avec négligence ? ou alors vont-ils émettre l’hypothèse qu’il y a là un fonctionnement physiologique ? Ainsi, si la masturbation permet l’arrêt des rêves érotiques bizarres et l’écoulement de fluides intempestifs pouvant parfois mettre dans des situations périlleuses, pourquoi la condamner ?
    [je me prépare mentalement à entendre des phrases comme « les écoulements nocturnes sont des péchés, tu devrais te repentir sincèrement et peut-être que Dieu te donnera la victoire »]

    5/ Le refus de la masturbation peut également être à l’origine d’une précipitation dans le mariage. En effet, la tension sexuelle/désir sexuel peut affecter les autres critères de jugement concernant le choix de la bonne personne. Ainsi, si la masturbation n’est pas condamnée par Dieu, les contradicteurs peuvent être responsables de mariages malheureux. [J’ai déjà entendu parlé de témoignages de mariages précipités pour cette raison].

    6/ A l’intention des mariés : pourquoi vous, vous auriez le droit à ce plaisir et ceux restés célibataires contre leur gré doivent subir une aliénation absolue ? N’y a-t-il pas là une certaine forme d’injustice ? Aucune forme de répit n’est-elle admissible ? Si vous refuser catégoriquement, ayez au moins la décence de parler avec plus de douceur et de compréhension.

    7/ Si la masturbation est permise, bien évidemment je ne préconise pas l’usage de la pornographie ni de penser à des personnes véritables. Et si l’appel à l’imaginaire est effectué (je pense effectivement que l’absence d’imaginaire est difficile à maintenir), je pense que des limites ne doivent pas être franchies.
    Enfin, pour faire taire d’éventuels malhonnêtes par avance, je précise que je ne fais pas l’éloge de la masturbation. Car il me semble que le cours normal des choses (au sens « prévu à la base ») est d’avoir un(e) vis-à-vis pour partager ce plaisir.

    Il me semble donc que votre argumentaire concernant la légitimité de la masturbation ne repose que sur le ressenti du Saint-Esprit. N’auriez-vous pas d’autres arguments ?

    • Bonsoir Jérome,

      1. Vous dites que je contredis une chose que vous n’avez pas dite.
      Je ne vous ai pas accusé de l’avoir dit je vous ai donné mon opinion sur ce que des milliers de chrétiens font en ayant des rapports sexuels avant le mariage et qui s’excusent en se disant que l’aspect économique justifie leur attitude.
      Donc je ne vois pas le rapport avec la paille! Mon argumentaire avait un rapport avec l’aspect éconmique que Daniel a soulevé et que vous avez soutenu comme pertinent. Réponse: ce n’est pas pertinent car l’aspect économique de notre temps n’a rien à voir avec le problème. C’est la culture qui est en cause.

      De plus vous dites que vous parlez du contexte français. Or il y a une seule bible dont les lois s’appliquent au monde entier donc on ne peut pas bibliquement parlant parler que du contexte français. ça n’a pas de sens au vu du plan de Dieu et de la parole de Dieu qui s’adresse à toute l’humanité.

      2. Nul besoin d’autres arguments. Le message était clair.
      Vous avez été avertis par l’article. Et les dokimos Michele et moi même avons exprimé notre point de vue. Vous n’êtes pas convaincu cela ne signifie pas que les arguments qui ont été donnés n’étaient pas bibliques ou convaincants ça signifie juste que vous n’êtes pas convaincu.
      Par contre à partir du 1er et 2ème avertissement normalement selon la Parole on s’éloigne… Après on rentre dans des disputes de mots qui sont pas bénéfiques aux chrétiens.
      Même le Seigneur disait « Que celui qui a des oreilles pour entendre entende ». Ce qui signifie clairement qu’il y a des personnes qui ne comprendront pas même si cela leur était expliqué de 1000 manières. Je pense d’ailleurs que si le Seigneur n’a pas permis qu’il y ait un livre par péché dans la bible qui aurait exposé de manière bien explicite et détaillé tout le mal que les hommes peuvent faire c’est parce qu’il sait très bien que pour certains c’est une évidence et pour d’autres ça ne l’est pas. Et argumenter au déla de ce que la Bible dit n’est qu’un piège tendu par l’ennemi. La parole se suffit à elle même. Personne n’a d’autre sagesse que celle qui en provient.

      Je ferai cela dit une remarque: je ne comprends pas votre dernière phrase:
      « Enfin, pour faire taire d’éventuels malhonnêtes par avance, je précise que je ne fais pas l’éloge de la masturbation. Car il me semble que le cours normal des choses (au sens « prévu à la base ») est d’avoir un(e) vis-à-vis pour partager ce plaisir. »

      Comment se fait il que quelqu’un qui ne fait pas l’éloge de la masturbation tienne de tels propos?
      Vous avez bien sur le droit de vous exprimer, mais pour ma part je me vois mal « défendre » une pratique considerée comme péché par pas mal de chrétiens, bien que finalement je ne la pratique pas et que finalement je ne la trouve pas normale…
      Je me pose des questions sur votre motivation. Soit c’est un péché soit ça ne l’est pas. Si c’est un péché, on ne doit pas le pratiquer. Si ça ne l’est pas, eh bien faites en l’éloge puisqu’elle permettrait de se libérer de ses pulsions. Vous ne vous positionnez pas. Alors je pense qu’il est impossible de toute façon de convaincre une personne qui elle même ne se situe pas. (Le fait de défendre la possibilité de se masturber pour finir en disant que vous ne faites pas l’éloge de cette pratique le prouve).

      Maintenant personnellement je suis convaincue d’une chose: la masturbation est un péché. Et si pour vous mes arguments sont legers ça ne changera rien a ma conviction et à celle de milliers de chrétiens. Comme la parole le dit tout ce qui n’est pas le fruit d’une conviction est péché. Le Seigneur approuve justement les hommes et les femmes de conviction et qui tiennent un discours en rapport avec leur conviction… sinon c’est un péché. Pour ma part je m’éfforcerai donc de convaincre ceux qui cherchent à avoir des convictions pour les aider dans leur marche pas ceux qui souhaitent simplement débattre et philosopher.

      Bonne continuation,

  23. Bonjour Elisheba

    A la différence des Dokimos, je n’enseigne pas et ne présente pas mes convictions comme la Vérité au point de me croire légitime de pouvoir affirmer sur la masturbation que celui qui la pratique « gagne un aller en enfer ». On peut présenter ses convictions, un point de vue, mais il faut se garder de faire des déclarations aussi affirmatives sur des sujets délicats car cela peut avoir de graves répercussions chez des chrétiens. Il arrive si souvent que des prédicateurs, tellement convaincus qu’ils ont raison sur des sujets, présentent alors leur convictions comme La Vérité alors même qu’ils se trompent ! O combien les conséquences sont dramatiques. Il suffit de regarder l’histoire du christianisme et voir ce qui se passe aux Etats-Unis. Les Dokimos ne sont pas des apôtres mais ils parlent pourtant avec la même assurance. C’est pourquoi, certains de mes propos, il est vrai, ont été durs à leur égard. Toutefois, ils sont appropriés je pense. Néanmoins, que Dieu me pardonne si j’ai offensé qui que ce soit !

    Pour revenir à votre commentaire, me concernant, je ne fais pas de mes convictions personnelles un enseignement et ne me juge pas qualifié à dire à des milliers de chrétiens qu’en se masturbant ils vont vers la perdition et l’enfer. Le but de mes commentaires était de poser des problèmes que rencontrent beaucoup de jeunes chrétiens (moi-même d’ailleurs) et que les Dokimos évitent soigneusement d’en parler. Or, il y a beaucoup d’hypocrisie à ce sujet et il est tellement facile de condamner.

    Au sujet de leur réponse à mon commentaire (comme le votre d’ailleurs…) affirmant que je ne suis pas un enfant de Dieu, n’ayant pas reçu l’esprit de Christ alors que c’est le cas, est révélateur d’une faute de leur part. Là encore, ils ont beaucoup d’assurance pour pouvoir déclarer qui est ou pas enfant de Dieu à la lecture d’un seul commentaire. Alors oui, c’est désolant. Tout comme dans leur article, leur commentaire fait preuve de suffisance.

    Pour ce que vous dites au sujet de ma délivrance et des esprits la nuit, pendant plus de 5 ans je suis resté sans me masturber et j’ai prié Dieu. Lisez donc bien ce que j’ai écrit car j’ai bien marqué que j’ai prié Dieu pour la délivrance de ces rêves et de ces éjaculations.

    Respectueusement en Christ.

    • Bonsoir Daniel,

      J’ai bien lu votre commentaire où vous parlez de votre expérience. Donc je sais que vous avez prié mais selon moi vous avez abandonné. Par expérience dans le Seigneur sachez simplement que parfois pour obtenir la délivrance il y a des choses à comprendre, des portes à fermer, des séparations à faire…
      Car on peut être délivré d’une chose ou d’un démon mais si le chrétien ne sait pas ensuite garder sa délivrance il risque de se retrouver dans la situation de celui qui a été délivré d’un démon et qui est ensuite vaincu et se retrouve possedé par 7 démons plus méchants encore.
      Donc parfois le Seigneur ne permet pas la délivrance parce qu’il sait très bien que le chrétien en question retombera dans son péché et il sera encore plus possedé.
      C’est pourquoi je dis que vous avez accepté votre condition malheureuse. Ne vous êtes vous jamais demandé si votre situation avait une origine à part celle que vous présentez c’est à dire l’origine physiologique? Et c’est là le mensonge de Satan. Car je sais aussi par expérience que c’est possible de tenir, sans retomber dedans. Encore faut il lutter jusqu’au bout et tous les jours. Ce n’est pas une question de 5 ans ou 10 ans. C’est jusqu’au bout pour gagner son salut.
      Par contre je vous rassure, la délivrance ce n’est pas l’abstinance. S’abstenir c’est comme un alcoolique qui s’est sevré mais qui finalement doit lutter tous les jours contre l’envie de boire. Quelle vie peut avoir une telle personne? Non, la délivrance c’est se retrouver dans la position d’une personne qui n’a jamais été alcoolique. C’est aussi en ça que nous sommes de nouvelles créatures. Oui l’homme spirituel à encore la chair avec ses désirs mais ils ne le dominent pas.
      J’ai pratiqué de nombreux péchés mais je ne lutte pas contre eux au quotidien. Dieu me donne des temps de répit. J’ai des pulsions sexuelles mais je les reprime. Je n’ai pas l’impression que ma vie se résume à résister au péché et à la tentation. Je ne vis plus une vie de péché mais parfois je suis tentée. C’est un peu ça la vie chrétienne.
      C’est pour cela que je disais que c’est par la grâce et si vous vous retrouvez dans une situation ou durant 5 ans vous avez dû lutter contre l’envie de vous masturber… Il faut demander de l’aide. Il ne faut pas vous resigner. Revenir à ce que vous condamniez. Il faut que vous vous sauviez.
      Le but c’est pas de vous condamner. Mais c’est de vous sauver.

      Après par rapport a ce que vous dites par rapport aux dokimos, je vous dirai comme à Jérome que tout ce qui n’est pas le fruit d’une conviction est péché. Personne ne peut precher sans conviction.

      Ensuite sachez seulement qu’on ne peut que vous juger selon vos propos et répondre qu’à vos propos. Or vous avez tenu les propos d’une personne qui cherchait des solutions humaines à des problèmes spirituels. Loin de moi l’idée de vous juger. J’ai répondu aux propos seulement. Maintenant même un enfant de Dieu peut tomber dans un combat. Cf David. Mais il faut vous laisser aider.
      Je prierai pour vous afin que vous obteniez la délivrance totale sur ce problème. Et que la masturbation ne soit qu’un lointain souvenir.

      Soyez encouragé dans votre marche. Il n’y a qu’une solution c’est Jésus.
      Bonne soirée

  24. Daniel,
    Résumons ce que vous avez déclaré au travers de vos différents commentaires :
    1) Un couple qui s’aime et qui a des relations sexuelles hors mariage « jusqu’à qu’ils aient la conviction qu’ils sont fait l’un pour l’autre pour la vie » (ou pas…), ne pèche pas du moment qu’il n’a pas de « relations sexuelles débridées ».
    2) Il serait dommage de s’empêcher de coucher avant le mariage surtout dans nos sociétés où l’on se marie de plus en plus tard à cause des longues études, de la vie chère etc.
    3) Il serait dommage de ne pas avoir eu de relations sexuelles parce qu’on n’a pas trouvé la bonne personne et d’avoir ainsi perdu « les meilleurs années de sa vie ».
    4) La masturbation permet d’évacuer une pulsion sexuelle provoquée par un surplus de testostérone.
    5) La masturbation n’est pas un péché(toutefois vous vous en êtes abstenu de nombreuses années).
    Vous dites que vous ne prétendez pas détenir la vérité, donc quelque part vous doutez. Donc le but de votre intervention c’est quoi au juste ? Débattre pour le plaisir de parler ? Semer le doute et la confusion dans l’esprit des âmes mal affermies ? Ou avoir des réponses et obtenir la délivrance ?
    Vous dites vous-mêmes que vous avez passé des années sans vous masturber. Pourquoi ne pas l’avoir fait si vous considérez que ce n’est pas un péché… Tout cela est bien confus.
    Donc voici les réponses qui risquent cependant de ne pas vous convenir et ce sera là notre dernier mot.
    1-Le monde pullule de couples qui se mettent ensemble pour un temps, sans aller voir ailleurs durant la relation, et sans toutefois avoir l’intention de se marier. De plus, même si la sexualité est très importante dans le couple, elle est loin d’être son fondement. Il y a une multitude de gens qui ont couché ensemble et y ont pris du plaisir sans pour autant être compatibles sur plein d’autres choses. Donc au final, on est quand même dans du libertinage puisqu’on papillonne d’une relation à une autre sans s’engager réellement.
    2-3-Il n’y a pas que le sexe dans la vie. On ne couche pas avec quelqu’un pour se soulager. On est censé « faire l’amour ». Offrir sa virginité doit être une preuve d’amour. On ne se brade pas sous le coup d’une pulsion. Dieu a prévu la sexualité dans le cadre du mariage. En attendant de se marier, on peut utiliser « ses meilleures années » pour faire des centaines de choses utiles et bonnes : s’occuper des pauvres, visiter les prisonniers, venir en aide aux veuves et orphelins, voyager, découvrir le monde, étudier. Tout est une question de valeurs et de priorités.
    De plus, comme l’a si bien dit Elisheba, la détérioration du pouvoir d’achat n’est pas une raison valable pour ne pas se marier. Le monde nous enseigne qu’il faut avoir une situation avant de fonder une famille. En effet, il faut avoir pris son indépendance. Maintenant il y a une différence entre le fait d’attendre d’avoir fait carrière pour se marier en grande pompe et le fait de se marier lors d’une cérémonie modeste (ce qui ne rend pas le mariage moins honorable pour autant) et de commencer à vivre ensemble humblement dans un petit appart.
    Cette conception de la vie selon laquelle il faut avoir au préalable une bonne situation financière avant de fonder une famille pousse aussi des millions de femmes à avorter. Or l’avortement est un meurtre, un péché très grave.

    Des siècles d’histoire nous prouvent que l’on peut élever des enfants avec des petits moyens. La différence entre un enfant de riche et un enfant de pauvre ? Le second aura sans doute moins de biens matériels, ce qui ne veut pas dire qu’il sera plus malheureux que l’enfant du riche. Donc ce n’est pas un drame en soi si on se marie en étant étudiant ou en étant un petit ouvrier. Ce n’est pas un drame si on ne peut pas organiser une cérémonie fastueuse. Ce n’est pas un drame si on ne peut pas s’offrir immédiatement la villa de ses rêves. L’important c’est de s’aimer et de rester unis dans l’abondance comme dans la disette. La réussite du mariage ne dépend pas du prix de la robe de mariée, du nombre d’invités, et du clinquant de la cérémonie. Vouloir à tout prix que les choses se passent ainsi c’est de l’orgueil.
    Toutefois, si certains estiment qu’il faut avoir une bonne situation financière avant se marier, qu’ils fassent le nécessaire pour l’obtenir mais en restant chaste. Comme on l’a déjà dit précédemment, avec l’aide de Jésus c’est possible. Ce ne sont pas juste des paroles mais un fait, une réalité expérimentée par de nombreux chrétiens.

    4-5-On vous répond que la masturbation, peu importe la raison pour laquelle on la pratique, est un péché car la sexualité doit avoir lieu dans le cadre d’un mariage d’un homme et d’une femme. A ce péché s’ajoute celui de la convoitise. Jésus a dit que celui qui regarde une femme pour la convoiter a déjà commis un adultère avec elle dans son cœur (Matthieu 5 :28). Pensez-vous qu’en disant cela Jésus approuvait ou dénonçait cet adultère commis dans le cœur ?
    L’apôtre Paul a dit : « Voici en effet, la volonté de Dieu, à savoir la sanctification, que vous vous absteniez de la fornication, que chacun sache posséder son corps dans la sanctification, et dans l’honneur » (1 Thessaloniciens 4 :3-4). Si pour vous masturbation, sexe hors mariage et sanctification sont compatibles, c’est grave.
    La maîtrise de soi est un fruit de l’Esprit qui doit s’appliquer à tous les domaines de nos vies, y compris dans la sexualité. Dieu nous a donné le pouvoir de marcher sur les scorpions et les serpents, et il ne donnerait pas la force de rester chaste à ceux qui le lui demandent ? Bien sûr que si !
    On ne nie pas que des personnes puissent avoir des combats dans la chair, c’est une réalité fréquente. Si ces choses perdurent alors que l’on s’est converti, on doit chercher la délivrance car il y a certainement une invasion démoniaque.
    Daniel, vos aventures nocturnes sont le résultat d’une possession, il faut aller voir des frères qui craignent Dieu et demander de chasser ces démons. Toutefois, le premier pas vers la délivrance c’est déjà la conviction du péché…
    Vous faites état de votre conversion, c’est une bonne chose. Mais il ne suffit pas de bien commencer avec Dieu, il faut aussi bien finir. Et c’est sincèrement ce que l’on vous souhaite, tout comme à Jérôme qui est aussi dans l’erreur et qui a également besoin que l’on prie pour lui.
    Si vous voulez de l’aide, nous vous invitons à nous écrire en privé à contact@lesdokimos.org ou de regarder tv2vie sur internet.
    Ce sera notre dernier mot.
    Bonne soirée.

  25. @ Elishaba

    Je vous remercie de prendre le temps de me répondre même si vous pensez que je suis borné.

    J’avais mis des numéros non pas pour faire celui qui veut se mettre en avant, mais pour permettre de me répondre point par point. Il semble que cela n’ait pas été pas votre intention.

    Dans le but de me répondre, vous avez évoqué quelque chose de futile dont je n’avais pas parlé pour le contredire. Je vous invite à lire ce qu’est le sophisme de l’épouvantail : https://cortecs.org/materiel/sophismes-une-petite-collection/ (bas de page à droite en bleu) et ses variantes : https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89pouvantail_(rh%C3%A9torique)

    Vous dites notamment : « on ne peut pas bibliquement parlant parler que du contexte français. ça n’a pas de sens au vu du plan de Dieu et de la parole de Dieu qui s’adresse à toute l’humanité » :
    Encore une fois, ce n’est pas ce que j’ai dit. Je n’ai jamais voulu faire du contexte français une généralité et je n’ai aucunement nié que la Parole s’adressait à toute l’humanité.
    Le message du nouveau testament s’inscrit au sein du contexte de l’époque, il faut donc en tenir compte pour comprendre le sens des Écritures (je ne pense pas vous l’apprendre). Ce travail étant effectué, nous pouvons alors tenter d’appliquer le sens des Écritures dans notre contexte.
    > L’enseignement par les femmes était proscrit dans le contexte d’Ephèse (2 Timothée 2:12). Aujourd’hui doit-on toujours appliquer cette interdiction ?
    Je ne sais pas si vous parvenez à comprendre ma démarche, qui possède quelques subtilités. Il y a des contextes à prendre en compte, des situations isolées, des cas à part.

    Je vais de suite embrayer sur le fait de « philosopher », sur les « disputes de mots ».
    Que voulez-vous dire par : ne pas vouloir convaincre « ceux qui souhaitent simplement débattre et philosopher » ? Refusez-vous la confrontation des idées ? ou alors pensez-vous que je sois là à débattre pour le plaisir de débattre ? Si oui, je prends cela comme une insulte. Je suis là pour éprouver les idées de chacun.
    L’herméneutique est, il me semble, un exercice qu’il faut faire avec l’aide du Saint-Esprit mais il requiert d’utiliser son cerveau également. Si les textes suffisaient, pourquoi Dieu évoque la nécessité des enseignants ?
    Que faites-vous lorsque vous méditez sur un passage ? Lorsque vous en parlez autour d’une table avec votre entourage ? N’est-ce pas philosopher et débattre ?

    « Comment se fait il que quelqu’un qui ne fait pas l’éloge de la masturbation tienne de tels propos? » :
    Vous faites bien de prendre le terme moins fort « défendre » par la suite. Il y a un fossé entre éventuellement permettre la pratique dans un cadre particulier, de manière presque gênée, et dire que la masturbation, « c’est magnifique, faisons sa promotion ! ». En ce sens je n’ai pas fait l’éloge de la masturbation. Je mettais donc en garde contre le désir de vouloir caricaturer de mes propos (avertir contre le sophisme de l’épouvantail par excellence).

    « je pense qu’il est impossible de toute façon de convaincre une personne qui elle même ne se situe pas » :
    Je pense que cette phrase a dépassé votre pensée. Il est bien plus difficile de convaincre quelqu’un qui possède un avis bien tranché, et celui qui a la même opinion que vous n’a pas besoin d’être convaincu. Celui qui adopte une position plutôt intermédiaire a peut-être la sagesse de ne pas prendre une position radicale qu’il ne saurait véritablement défendre.

    « ’il y a des personnes qui ne comprendront pas même si cela leur était expliqué de 1000 manières » :
    Je vois cela comme une attaque ad personam (je n’ai pas la capacité de comprendre quoiqu’il en soit, ce qui est purement subjectif de votre part). Par ailleurs, de quel droit vous permettez-vous de m’associer cette citation qui ne concernait pas la masturbation ?
    Vu d’un certain angle, vous prétendez donc avoir usé suffisamment de pédagogie. N’est-ce pas prétentieux ?

    « Le Seigneur approuve justement les hommes et les femmes de conviction et qui tiennent un discours en rapport avec leur conviction… sinon c’est un péché » :
    A vous entendre, lorsqu’on fait face à une situation, il faut tout de suite trancher. N’est-ce pas là une incitation à juger précipitamment ? A laisser place à l’erreur ? Puis à se conforter dans sa position ?
    Finalement, ne peut-on pas avoir la conviction, pendant un certain temps (le temps de la réflexion, de l’échange et de la confrontation d’idées), que la bonne solution est la prudence et l’abstention ?

    « Par contre à partir du 1er et 2ème avertissement normalement selon la Parole on s’éloigne… » :
    Je ne peux vous empêcher de faire ce que vous voudrez. Je comprends votre quête de sanctification.
    Le dernier conseille que je peux vous donner c’est de faire attention de demeurer H24 avec ceux qui pensent comme vous, ça peut vous donner une fausse assurance que vous pensez juste. C’est face à la contradiction que vos positions sont éprouvées.

    Enfin, je remercie la modération de me laisser m’exprimer même si ça peut en titiller certains.

  26. @ Dokimos et Elishaba

    Je vous remercie de vos réponses et je les ai appréciées bien qu’on peut être d’avis différents. Je comprends très bien votre position et mon but n’est pas de vous faire changer d’avis pour dire que j’ai raison, mais avoir un vrai débat avec de vraies réponses afin de progresser dans nos convictions mutuelles. Par ailleurs, on est tous (incluant Jérôme) d’accord que le mariage est l’institution, le cadre légitime dans lequel doit s’exprimer la sexualité.

    Là où nos avis divergent, comme l’a évoqué Jérôme, c’est sur cette partie « historique » et « culturelle » présente dans la Bible. On doit tenir compte du contexte dans lequel certaines paroles bibliques s’inscrivent. La pratique du mariage aux temps bibliques et celle de nos jours sont très très différentes. A cette époque, beaucoup de mariages n’étaient pas consentis mais étaient décidés par le père de famille et les mariages intervenaient très tôt. La dimension sentimentale était reléguée au second voir au troisième plan. Par ailleurs, la virginité était souvent à sens unique où cette obligation reposait uniquement sur la fiancée. Les temps de réflexion où l’on apprend à se connaître sentimentalement pour savoir si on est vraiment amoureux et que l’on peut alors se marier, et dont le choix relève uniquement des amoureux concernés et non de la famille, comme on peut le voir aujourd’hui, n’étaient pas courant à cette époque.

    « Si quelqu’un regarde comme déshonorant pour sa fille de dépasser l’âge nubile, et comme nécessaire de la marier, qu’il fasse ce qu’il veut, il ne pèche point; qu’on se marie. Mais celui qui a pris une ferme résolution, sans contrainte et avec l’exercice de sa propre volonté, et qui a décidé en son coeur de garder sa fille vierge, celui-là fait bien. Ainsi, celui qui marie sa fille fait bien, et celui qui ne la marie pas fait mieux. » 1 Corinthiens 7:36-38

    Lorsque l’apôtre Paul dit ça, l’âge nubile légal était de 12 ans (Rome antique) !!!! Aujourd’hui, les mariages de mineur sont interdits par la loi ! Ça nous choquerait de voir ça ! Paul n’a jamais remis en cause les pratiques sociales et légales relatives au mariage de l’époque (ou encore l’esclavage). Pour les juifs de l’époque, le Talmud évoque même la possibilité de marier sa fille à l’âge de 3 ans ! (Babylonian Talmud, Sanhedrin 55b).
    Pour la Rome antique, voir : « Histoire du Mariage », sous la direction de Sabine Melchior-Bonnet et Catherine Salles, éditions Robert Laffont, Paris 2009, pp 110-111

    Ainsi, il y a un fossé culturel entre l’époque où Paul écrit ses lettres et aujourd’hui. Le contexte n’est pas du tout le même. Il faut donc être conscient de cela pour éviter à en arriver à des aberrations. A cette époque, quasiment personne ne se mariait à l’âge de 30 ans. Eh oui, il faut aussi avoir en tête que l’espérance de vie y était beaucoup plus courte (dépend des endroits mais entre 30 et 40 ans) ! Ainsi, lorsque Paul disait aux chrétiens de Corinthe de se marier car ils ne pouvaient pas se contenir c’est parce que le mariage intervenait très tôt. Les questions qui se posent aujourd’hui avec l’évolution de la société, de la médecine et de la technologie ne se posaient nullement à cette époque. C’est pourquoi la masturbation dans l’attente du mariage et la sexualité avant le mariage entre amoureux non mariés ne sont pas évoquées dans la Bible. C’est donc malhonnête que de faire entrer ces pratiques dans le terme grec « pornea » et sa traduction « fornication » pour les faire passer comme un « péché » alors qu’elles n’existaient quasiment pas à cette époque.

    Par conséquent, comment faut-il lire les textes de Paul qui s’inscrivent dans un contexte historique et culturel très particulier ? Si on s’arrêtait à la lettre du texte, on pourrait revenir au mariage non-consenti et marier nos enfants à l’âge de 14 ans. En revanche, moi ce que je comprends de l’esprit du texte de Paul, c’est que Dieu est pour la sainteté et un usage sain de la sexualité, et je pense que ces critères ne dépendent pas forcément de savoir si c’est dans ou hors du cadre du mariage institution qui dépend en bonne partie de critères temporels. En effet, Paul se soumettait bien à l’institution temporelle de l’époque du mariage qui admettait le mariage entre enfants. Paul s’adressait bien à des chrétiens nés de nouveau et remplis du Saint Esprit pourtant il avait bien conscience que ceux-là ne pouvaient pas se contenir et qu’afin qu’ils ne succombent pas à la tentation et aux pièges de Satan, il leur recommande alors de se marier. Vous êtes donc en contradiction avec la Parole en disant que tous les chrétiens nés de nouveau doivent rester dans la continence alors que Paul lui-même admet que certains sont faibles dans la chair et qu’ils ne le peuvent pas. Selon mon opinion, votre ignorance du contexte biblique sur le mariage vous conduit à jeter de nombreux chrétiens dans la tentation et aux pièges de Satan, et parce que beaucoup ne peuvent pas se contenir, ils cachent alors leurs relations à l’Eglise qui les condamne et il en résulte des situations malheureuses et une grande hypocrisie dans l’Eglise. Est-ce que le discours que je tiens là est celui du monde ?

    Aujourd’hui, nous connaissons des temps de libertarisme qui promeuvent une sexualité débridée et totalement libérée. Mais pourquoi ? C’est en réaction à des siècles d’obscurantisme religieux. Dans un passé pas si lointain (voir en 1758 avec le Dr Tissot et les écrits du XIXe siècle), il était répandu que la masturbation conduisait à toutes sortes de maladie et de dégénérescence. Il a été démontré aujourd’hui que c’est totalement faux. Un extrême en appelle un autre. Cette influence catholique, qui a un rapport négatif avec la sexualité, n’est pas sans lien sur le ressenti de la masturbation pour certains aujourd’hui comme quelque chose d’impur.

    Dokimos compare la victoire sur le besoin sexuel du corps à la victoire sur la gloutonnerie, l’ivrognerie, l’addiction à la pornographie, à la drogue, etc. Toutefois, le besoin sexuel du corps dont on parle n’est pas un désir impur et ne peut être comparé aux désirs conduisant à la gloutonnerie, à l’ivrognerie et même à l’addiction à la pornographie. Ici, on est dans des désirs extrêmes et immoraux. Le besoin sexuel du corps est un besoin légitime. Donc, la victoire de l’Esprit sur la chair dont parle Dokimos au sujet du besoin sexuel est très critiquable. Car l’Esprit n’a pas pour vocation à nous donner la victoire sur les besoins naturels de notre corps mais sur les désirs impurs suscités par la puissance de péché agissant dans nos membres. Le besoin sexuel du corps n’est pas le fruit de la puissance de péché agissant dans nos membres ! Il y a donc une terrible confusion qui est faite par Dokimos et qui tend à faire apparaître le désir sexuel et la sexualité comme quelque chose d’impur (à la manière du catholicisme).

    Oui, en effet, jusqu’à l’âge de 25 ans, je pensais comme vous. Toutefois, à cause de mon expérience personnelle, j’ai été amené à réfléchir plus profondément sur la question au lieu de m’arrêter à des a priori et à une première lecture faussée des Ecritures sans considération de son arrière plan historique. Mon but n’est pas de défendre une position mais de trouver la vérité. Si vous parvenez à m’expliquer avec les Ecritures tout en prenant en compte les aspects culturels et historiques en quoi la sexualité avant le mariage (en incluant la masturbation) est forcément un péché devant Dieu et que mon raisonnement s’appuyant sur la Parole est erroné, je ne m’opposerai pas à la vérité. Toutefois, à l’heure actuelle, vous partez seulement d’un postulat sur la sexualité et le mariage (lequel ne prend pas en compte le contexte historique) et parce que la Bible dit que par Christ nous avons la victoire sur le péché et la chair, tous doivent pouvoir s’abstenir de sexualité jusqu’à l’âge du mariage quelque soit le temps que ça prend (et je ne parle pas que pour des raisons économiques mais tout simplement parce que les relations sont plus sentimentales et qu’on attend plusieurs années avant de prendre la décision de se marier).

    Si c’est pour me redire les choses que vous m’avez dites précédemment, mon commentaire n’appelle aucune réponse. Ce commentaire sera mon dernier.
    Que l’Eternel qui nous a tous racheté par Son Fils Jésus nous donne de comprendre Ses Ecritures et Sa volonté afin que nous puissions Le glorifier sur cette terre à l’image de Jésus.
    Fraternellement.

    • Bonsoir Daniel,

      Je comprends votre argumentaire mais je pense que vous vous trompez dans la mesure où vous mélangez la Loi de Dieu et les lois des hommes.

      1. La Loi de Dieu sur le mariage est celle ci:
      « C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère et s’attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair. » Genese 2 : 24.
      Cette loi a été établie par Dieu. Elle existait avec toute institution humaine, avant le péché, avant les mairies, les prêtres, les pasteurs, les imams et cie.
      Elle demeure encore aujourd’hui. Elle ne change pas.
      Le Seigneur a rajouté: « Que les hommes ne séparent pas ce que Dieu a mis ensemble sous un même joug ».

      Ainsi le mariage selon Dieu a lieu au moment où les deux deviennent une seule chair donc au moment où il y a les rapports sexuels.

      2. Les lois des hommes comprennent toutes les lois et conditions au mariage que les hommes ont mis en place. Donc toutes les institutions devant lesquelles ceux qui aspirent au mariage doivent se présenter: institutions politiques, administratives, religieuses, tribales, familiales…
      Elles comprennent aussi toutes les autres conditions liées par ex à l’âge…
      Ici rentrent tous les exemples que vous avez cités sur le contexte.
      Ces lois changent. Pas besoin de comparer l’époque de Paul et la nôtre. Il suffit de comparer les diffèrents contextes bibliques; de Genèse à Apocalypse. Oui, on le voit entre le mariage d’Isaac avec Rebecca et le mariage celebré à Cana, il y a déja une diffèrence.

      Ainsi pour Dieu il y a mariage dès qu’il y a rapport sexuel. Par conséquent celui qui le comprend ne peut même pas concevoir de coucher avant le mariage.
      Satan est le père du mensonge. Voilà un de ses mensonges: il faut se connaitre sexuellement avant de s’engager. Or pour Dieu il y a un engagement dès qu’on est devenu une seule chair.
      En gros, ce qu’il faut comprendre c’est que si quelqu’un ne veut pas se marier par peur de l’engagement il ne doit pas avoir de rapports sexuels. Parce que là est le mariage. Sincèrement, quelle est la diffèrence entre des concubins et des époux? Y en a pas! A part que l’un des couples s’est presenté devant les autorités et l’autre non. L’un a respecté la loi de Dieu en honorant les autorités de son pays et l’autre non. L’un sait qu’il est engagé pour la vie et l’autre veut profiter des grâces que le Seigneur reserve aux couples mariés, et puis partir dès que ça deviendra un peu trop compliqué, que le caractère de l’autre ne lui conviendra plus.
      Ce sont deux mentalités diffèrentes. L’une honore Dieu et l’autre non.
      Alors je ne dis pas qu’un païen qui vit en concubinage et qui ne connaitrait pas ces lois vit de cette manière parce qu’il prévoit de fuir un jour ou l’autre. Il peut très bien dans son coeur être engagé pour la vie mais considerer le mariage comme une institution religieuse et civile dépassée…

      Mais le chrétien normalement honore son Dieu a chaque instant de sa vie en appliquant ses lois.

      Oui vous avez raison sue le contexte culturel de l’époque mais là ou vous faites erreur c’est dans le fait que dans votre message vous ne faites que vous réferer aux lois des hommes sans avoir compris quelle est ou quelles sont les lois de Dieu sur le mariage. Eh bien on rentre dans le mariage par la sexualité. Ce principe de la sexualité est tellement puissant qu’il implique que notre corps ne nous appartient plus mais il appartient au conjoint. C’est pas rien. Mais je crois que la sexualité est tellement banalisée que plus personne ne comprend qu’il y a tous ces principes là derrière. Que l’unité et la vie en découle. ça ne se limite pas à simplement satisfaire son corps de toute la pression qu’on a accumulé à force d’être tenté. C’est tellement vil, quelque part c’est rendre profane ce qui est sacré. Satan a vraiment réussi à dégrader, banaliser et pervertir la sexualité.

      Une fois qu’on a compris qu’aux yeux de Dieu on rentre dans le mariage par la sexualité et c’est la raison pour laquelle elle est reservée aux époux on ne peut plus se refèrer aux contextes historiques et sociaux ainsi qu’à l’évolution de la societé. Car les lois des hommes servent à quoi? Dieu nous demande juste de les respecter car il faut honorer les autorités. Sinon comment font ceux qui vivent dans les tribus ou la coutume c’est de s’introduire dans la tente d’une femme et la voler? Et hop ils sont mariés. Le cas de Rebecca et Isaac est explicite aussi.
      Bref, ta femme c’est celle avec qui tu couches! Il ne doit y en avoir qu’une seule. Alors évidemment si tu vis dans une societé où il suffit de faire comme Isaac et Rebecca, tout va bien à partir du moment où tout le monde sait que c’est ton épouse. Mais si tu vis en France il est nécéssaire de se mettre en régle devant Dieu et devant les hommes. Parce qu’en France le mariage à la mairie à une signification. Culturellement c’est important.

      Et donc oui du coté des hommes ça varie d’un pays à l’autre et aussi dans le temps. C’est une bonne chose de le savoir dans la mesure où ça participe à notre culture. Mais il est plus important de connaître une seule loi de Dieu que toutes les lois des hommes.

      Ensuite vous faites des remarques sur la masturbation en disant en gros qu’à l’époque comme ils se mariaient tôt il n’y avait pas besoin de se masturber.

      Je ne pense pas que ce soit juste ce que vous dites. De nombreuses personnes qui sont en couple se masturbent. Ne serait ce parce qu’elles n’éprouvent pas du plaisir à chaque rapport avec leur partenaire sexuel ou ne serait ce que parce que ça leur plait d’avoir ce petit plaisir en solitaire.
      Donc la masturbation n’est pas du tout un problème de besoin mais de plaisir.

      Si on reste dans le cadre du besoin sexuel beaucoup de pratiques sexuelles sont complétement inutiles: les relations contre nature, les orgies, les positions bizarres et toutes les pratiques sexuelles dont on a pas besoin de citer le nom…

      Or les hommes et les femmes pratiquent toutes ces choses depuis la nuit des temps. Non pas par besoin mais par pur plaisir. Il y a même eu des périodes où les pratiques sexuelles étaient plus débridées qu’aujourd’hui. Je ne crois pas que les français apprécieraient par ex que leur président s’adonne à des orgies. Il suffit de se rappeler comment les français ont réagi à l’annonce des infidelités de notre actuel président. Ou comment les américains avaient réagi à celles de Clinton.
      Donc je pense qu’à l’époque de Paul ils avaient une sexualité complétement débridée et qu’au contraire ils devaient pratiquer et même encourager la masturbation même s’ils avaient le droit de se marier à 12 ans. N’oublions pas que les grecs pratiquaient la pédophilie dans le but d’éduquer les enfants. Je ne pense pas que c’était vraiment utile. Donc ils vivaient dans une période ou la sexualité n’était pas contenue dans un but utilitaire.

      Les romains dont vous parlez et que cite l’article étaient mariés, ils n’avaient pas besoin de faire des orgies, ou de coucher avec des personnes du même sexe ou avec leurs esclaves ou avec des enfants… pourtant ils le faisaient pour le plaisir et parce que c’était cultuellement encouragé.

      Vous dites encore « Dokimos compare la victoire sur le besoin sexuel du corps à la victoire sur la gloutonnerie, l’ivrognerie, l’addiction à la pornographie, à la drogue, etc. Toutefois, le besoin sexuel du corps dont on parle n’est pas un désir impur et ne peut être comparé aux désirs conduisant à la gloutonnerie, à l’ivrognerie et même à l’addiction à la pornographie. Ici, on est dans des désirs extrêmes et immoraux. Le besoin sexuel du corps est un besoin légitime.  »

      Pourtant je trouve la comparaison juste.
      Le corps à besoin de manger. Il faut donc satisfaire le besoin légitime du corps de manière conforme à la loi de Dieu. C’est à dire sans excès de table. Or la gloutonnerie c’est le fait d’aller plus loin que le besoin légitime de se nourrir.

      Le corps a besoin effectivement de la sexualité. Il faut donc satisfaire le besoin légitime du corps de manière conforme à la loi de Dieu. C’est à dire dans le cadre du mariage, sans excès, et sans pratiques impures.

      En fait, c’est ce que fait l’homme spirituel. Il soumet son corps aux lois de Dieu. même si celui ci demande à manger plus que de raison. Même s’il réclame des relations sexuelles. Même s’il réclame une cigarette ou autre…
      L’homme spirituel tient son corps assujetti. Il ne laisse pas son corps le dominer. Pourquoi? Parce que selon la parole c’est le corps du péché.
      Donc ce corps à des besoins légitimes certes, mais le corps demande aussi à pécher.
      Quand vous êtes marié mais que votre coprs vous demande des relations sexuelles avec quelqu’un d’autre que votre conjoint? N’est ce pas le corps du péché qui s’exprime?
      Quand vous êtes repu et qu’il veut encore une part de gâteau n’est ce pas encore ce corps de péché qui s’exprime?
      Quand vous devez travailler pour le Seigneur et que le corps prefère rester au lit à paresser jusqu’à midi??

      Le corps doit être tenu en bride.

      En fait, la sanctification c’est simplement respecter l’ordre de Dieu.
      La sexualité n’a pas été mise en place pour évacuer un trop plein de testosterone mais elle doit participer à unir deux personnes. Et cette unité dans le cadre du mariage ressort dans tous les aspects. Et quand elle est correctement accomplie, l’âme, l’esprit et le corps en éprouvent du plaisir. Bien sur pour le corps c’est à travers les relations sexuelles.
      Mais la masturbation ne sert pas ce but. Qu’elle serve à soulager votre corps d’un désir ou qu’elle serve à vous faire plaisir en solitaire. Elle ne peut accomplir le but que le Seigneur a assigné à la sexualité.

      Pour ce qui est des accidents nocturnes dont vous faites état ils sont impurs:

      « S’il y a parmi vous un homme qui ne soit point pur, par suite d’un accident nocturne, il sortira hors du camp, et n’entrera point dans le camp. 11 Et sur le soir, il se lavera dans l’eau, et dès que le soleil sera couché, il rentrera dans le camp. 12 Tu auras un endroit hors du camp, et tu sortiras là dehors.  » Deuteronome 23. Le mot pureté se refère aussi bien à la pureté physique que morale. Or nous sommes sensés nous sanctifer corps, âme et esprit. « Que le Dieu de paix veuille vous sanctifier entièrement, et faire que votre être entier, l’esprit, l’âme et le corps soient conservés sans reproche lors de l’avènement de notre Seigneur Jésus-Christ. » 1 Thessaloniciens 5 : 23.

      Donc vous voyez cette croyance n’est pas issue du catholicisme mais de la loi de Dieu. Or selon la parole « C’est pourquoi aucune chair ne sera justifiée devant lui par les œuvres de la loi, car par la loi est donnée la connaissance du péché. » Donc oui le Saint Esprit convainc de péché. Ce dont vous avez été convaincu. Mais aussi la loi de Dieu.
      Donc quand vous dites que ce trop plein de testosterone n’est qu’un simple besoin physiologique et qu’on ne peut pas le condamner parce que c’est naturel, vous vous trompez car selon la parole c’est consideré comme une impureté. Oui le corps est rempli d’impuretés et la loi de Dieu en cite plusieurs dont les accidents nocturnes.

      Donc je pense que l’article est suffisamment détaillé et que ma réponse devrait vous permettre que les relations sexuelles c’est le mariage et le mariage c’est les relations sexuelles. Le mariage ne se résume pas qu’à ça évidemment. Mais en tout cas c’est comme ça qu’on y accède. Comme il est évident qu’on ne peut se marier avec n’importe qui et qu’on ne peut se marier que pour un temps et bien il est évident qu’on ne peut pas non plus coucher avec n’importe qui ou alors avoir des relations sexuelles avec une personne que pour un temps.
      Les chrétiens qui l’ont compris honoreront leur Dieu et les autorités humaines en remplissant les conditions de Dieu et du pays.

      Que Dieu vous accompagne.

    • Bonsoir Elisheba,

      je ne voulais pas forcément appuyer sur nos désaccords mais là je pensais avoir une remarque autrement pertinente :

      « Deuteronome 23. Le mot pureté se refère aussi bien à la pureté physique que morale » :
      Les menstruations, qui sont quelque chose de physiologique, sont également considérées comme une impureté pour la femme. Or cela deviendrait bizarre de devoir délivrer les femmes des règles.
      Par mimétisme, on pourrait même faire l’hypothèse que les « accidents nocturnes chez l’homme », bien que considérés comme impurs, soient finalement physiologiques.

  27. Chère Elisheba,

    Merci pour votre réponse que vous avez pris le temps de détailler.

    Brièvement, je vais répondre à deux points que vous avez soulevés et qui ne sont pas directement en rapport avec le sujet initial. Vous abordez la masturbation après mariage qui doit être distinguée de celle dont je parlais et qui est faite dans l’attente du mariage afin de soulager le corps pour les raisons que vous connaissez. Je ne discuterai donc pas sur cet autre sujet car ce serait interminable. S’agissant de ce que vous dites à la fin sur l’impureté des accidents nocturnes, j’ai du mal à suivre votre raisonnement. La Loi de Moïse élève un grand nombre de choses impures. Tous les descendants d’Aaron avec des infirmités physiques étaient interdits de faire le service dans le temple de Dieu à cause de leur imperfection physique qui faisait outrage à la gloire de Dieu (Lév 21 :17-23). Jérôme évoque également avec plus de pertinence les menstruations des femmes. En quoi cela nie le caractère biologique et naturel de ces phénomènes physiologiques ? En quoi, devrait-on lutter spirituellement contre ces derniers ? Honnêtement, je pense que votre raisonnement est très inquiétant…

    En revanche, ce que vous dites sur la loi de Dieu et la loi des hommes est tout à fait vrai. C’est ce qu’a fait le Seigneur Jésus en invoquant le verset de la Genèse que vous citez. Cette loi de Dieu est la seule véritable et la volonté de Dieu pour l’homme. Vous avez dit toutefois une grosse erreur : « Ainsi le mariage selon Dieu a lieu au moment où les deux deviennent une seule chair donc au moment où il y a les rapports sexuels. ». Ce que vous dites montre une incompréhension du texte biblique.

    « C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère et s’attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair. » Genèse 2 : 24.

    Avant de devenir « une seule chair » (terme qui peut englober l’homme dans sa globalité avec son âme), l’homme « s’attachera » à sa femme. Il y a préalablement une union sentimentale (ou une union des âmes) avant que l’homme et la femme ne s’unissent physiquement. Ainsi, il n’y a pas mariage selon Dieu dès lors qu’il y a rapport sexuel. Ce que vous dites là est terrible. En effet, une femme violée par son père ou un autre homme se trouverait-elle alors mariée à celui-ci devant Dieu ? Ou encore comment une vierge qui a un rapport sexuel avec un homme qui a déjà connu d’autres femmes se trouverait-elle alors mariée avec cet homme censé être déjà uni avec la première femme qu’il a connue ? Par ailleurs, Paul dans 1 Corinthiens 6 :16 dit que l’homme qui a des rapports sexuels avec une prostituée ne fait qu’une chair avec elle mais ne dit pas que l’homme se retrouve mariée à celle-ci devant Dieu ou même que le fait qu’ils ne fassent qu’une chair soit irréversible.

    Au regard du verset de genèse 2 :24, on peut en conclure que des amoureux qui s’aiment mutuellement, ayant la conviction que son partenaire est l’homme ou la femme de sa vie, et qui ont des rapports sexuels sont considérés comme mariés devant Dieu. Ainsi, bien qu’ils ne soient pas mariés selon les institutions humaines pour des raisons économiques et autres, ils ne commettent nullement de péchés devant Dieu en ayant des rapports sexuels, à condition qu’ils se considèrent comme mariés devant Dieu (selon votre conviction que les rapports sexuels hors mariage sont forcément un péché).

    En revanche, là où la question devient plus délicate c’est pour les personnes ressentant de l’amour l’un pour l’autre mais n’étant pas encore convaincues (un seul ou les deux) que son partenaire est l’homme ou la femme de sa vie, mais qui, malgré tout, ont des rapports sexuels. Est-ce qu’ici peut-on dire qu’ils sont suffisamment « attachés » et que l’union des âmes est réalisée pour qu’il y ait mariage devant Dieu ? Ici, le problème c’est que l’union des corps s’opère avant l’union des âmes et en cela, il est vrai, il y a une violation du schéma prévu par Dieu. C’est l’argument, à mon avis, le plus fort contre la sexualité avant le mariage (mais ne concerne pas la masturbation je pense). Je ne le conteste pas.

    Toutefois, je souhaite évoquer de nouveau le passage de la lettre aux Corinthiens de mon commentaire précédent : « Si quelqu’un regarde comme déshonorant pour sa fille de dépasser l’âge nubile, et comme nécessaire de la marier, qu’il fasse ce qu’il veut, il ne pèche point; qu’on se marie. Mais celui qui a pris une ferme résolution, sans contrainte et avec l’exercice de sa propre volonté, et qui a décidé en son coeur de garder sa fille vierge, celui-là fait bien. Ainsi, celui qui marie sa fille fait bien, et celui qui ne la marie pas fait mieux. » 1 Corinthiens 7 :36-38

    Tout d’abord, Paul souligne bien qu’il s’agit de quelque chose liée à la loi des hommes. En effet, à cette époque, pour certains, il était déshonorant de ne pas marier sa fille après l’âge nubile. L’apôtre dit que celui qui le fait ne pèche pas. Toutefois, qu’est-ce que cela signifie ? C’est que Paul dit que ce n’est pas un péché qu’une fille (au plus âgée de 12 ans) soit mariée par son père à un homme pouvant même avoir plus de 30 ans et qu’elle n’a pas choisi et pour lequel, bien évidemment, elle n’est pas amoureuse. Cela n’est-il pas en contradiction avec le principe posé dans la Genèse et l’idée de mariage ? Il n’y a aucune union des âmes car le mariage est forcé et la jeune fille est connue sexuellement par son mari avant même qu’elle ait le temps d’avoir des sentiments amoureux à son égard. Et cela ne vous scandalise pas ? Les rapports sexuels entre cette jeune fille et cet homme seraient considérés aujourd’hui comme de la pédophilie et constitutifs d’un crime pénal.

    A l’inverse, aujourd’hui, avec l’évolution de la société, notre droit actuel interdit les mariages où le consentement a été forcé. En d’autres termes, de nos jours, les gens se marient de leur propre volonté et peuvent véritablement s’attacher l’un à l’autre ce qui, pendant des siècles, n’était pas possible car le mariage était le résultat d’une pression sociale et familiale. C’est aussi la raison pour laquelle aujourd’hui les jeunes prennent de plus en plus de temps pour réfléchir à la décision de se marier avec une personne et que le mariage intervient plus tardivement. En cela, c’est bien plus proche de la volonté de Dieu telle qu’exprimée dans le verset précité de la Genèse. Néanmoins, certains, ne pouvant se contenir ou encore ayant le besoin de connaître l’autre charnellement, ont des rapports sexuels avant d’avoir la conviction que son partenaire est sa ou son futur époux(se). Il est vrai que cela est critiquable au regard de ce qui est dit dans la Genèse mais on ne tombe pas pour autant à un usage dépravé de la sexualité et immoral. Doit-on spiritualiser à l’extrême le rapport sexuel et le « ne deviendront qu’une seule chair » ? Je ne suis pas de cet avis. Ce que je vois au regard de Corinthiens 7 :36-38, c’est qu’il y a une prise en compte du contexte social comme un élément déterminant. Personnellement, je serais bien plus choqué de voir une fille chrétienne de 12 ans à l’église mariée par son père à un frère chrétien de 30 ans, que deux chrétiens d’un âge similaire ayant des sentiments amoureux l’un pour l’autre mais n’ayant pas encore la conviction d’être fait l’un pour l’autre pour la vie entière, et qui décident d’avoir des rapports sexuels.

    Pour conclure, je crois que ce choix de se garder vierge jusqu’au mariage relève de la conviction de chacun et qu’il ne doit pas être imposé. Je dirai à la manière de l’apôtre Paul que celui qui a une sexualité de manière sérieuse bien qu’avant le mariage ne pèche pas mais que celui qui se garde vierge jusqu’au mariage fait mieux.

    Bien à vous.

    • Bonjour,

      Réponse à Daniel et Jérome en ce qui concerne l’impureté des accidents nocturnes.

      Vous jugez mon raisonnement inquietant mais vous faites des suppositions et c’est en cela aussi que vous êtes dans les disputes de mots. Vous faites des polémiques là où il n’y en a pas. Je n’ai jamais dit qu’il fallait en chercher la délivrance ou lutter spirituellement contre eux.

      J’ai dit simplement que l’opinion que vous avez avancée c’est à dire que c’est à cause de l’église catholique qu’aujourd’hui on regarde cette réaction physiologique comme impure est fausse. Dans la mesure où cela provient de la Loi de Dieu. Oui c’est une réaction physiologique considerée comme impure. L’église catholique n’est donc pas responsable du regard qu’on peut avoir sur les accidents nocturnes.

      Maintenant pour le reste si vous avez envie de mener votre vie de cette façon là cela vous regarde. Mais quoi que vous vous efforciez à baser vos opinions sur les textes bibliques, vous n’y arrivez pas. Et vous n’y arriverez jamais parce que vous ne trouverez pas de texte dans la bible qui permet les rapports hors mariages et la masturbation. Du coup la conversation est vaine car elle se base sur vos opinions. Or on n’est pas là pour parler de nos opinions.

      Ce sera donc mon dernier mot étant donné que nous avons tous d’autres choses à faire que de parler de masturbation et de rapports sexuels hors mariage.

      Comme la parole le dit que celui qui se sanctifie se sanctifie encore et que celui qui se souille se souille encore.
      Pour ma part je m’efforcerai de me sanctifer encore.

    • Juste une précision supplémentaire à nos lecteurs: les menstruations, bien que considérées comme impures sous la Loi, ne peuvent pas être mises sur un même plan que les pollutions nocturnes.
      Les menstruations ont vocation a évacuer des déchets organiques dus à la destruction de l’endomètre qui se forme sur la paroi de l’utérus pour accueillir un ovule fécondé. Quand il n’y a pas de fécondation, cette sorte de nid se détériore et il s’évacue par le vagin de la femme.
      Le corps évacue aussi d’autres déchets comme les excréments, l’urine, le mucus nasal. Ce sont effectivement des processus naturels et biologiques. La notion d’impureté que la loi apposait ici était liée à l’hygiène.
      Il n’en est pas de mêmes pour les pollutions diurnes ou nocturne, qui elles, sont dues à des pensées impures (convoitise) ou des rêves érotiques qui ne sont certainement pas provoqués par l’Esprit de Dieu. En effet, quand une femme a ses règles, ou que quelqu’un urine, ce n’est pas parce qu’elle ou il convoite quelqu’un… Il y a donc ici (dans le cas des pollutions noctures ou diurnes) une impureté morale qui provoque une souillure/ une impureté corporelle. Il ne faut donc pas tout mélanger concernant les lois relatives à l’impureté.

  28. Chers lecteurs,

    sachez que ce ne sont pas les débats, les disputes de mots et les sophismes qui sauvent mais la prédication de la croix: folie pour les uns mais puissance de Dieu pour ceux qui sont nés d’en haut.
    L’apôtre Paul n’a jamais validé, ne serait-ce que de manière implicite, les rapports sexuels entre un mineur et un adulte (en d’autres mots la pédophilie), pas plus que les rapports sexuels en dehors du mariage et la masturbation.

    Aussi, ne nous laissons pas distraire mais avançons en marchant dans la sanctification sans laquelle nul ne verra le Seigneur (Hébreux 12:14).

    « Car la prédication de la croix est une folie pour ceux qui périssent, mais pour nous qui sommes sauvés, elle est la puissance de Dieu. Car il est écrit : Je détruirai la sagesse des sages et j’anéantirai l’intelligence des hommes intelligents. Où est le sage ? Où est le scribe ? Où est le disputeur de cet âge ? Dieu n’a-t-il pas convaincu de folie la sagesse de ce monde ? Puisque le monde, avec sa sagesse, n’a pas connu Dieu, dans la sagesse de Dieu, il a plu à Dieu de sauver les croyants par la folie de la prédication. Les Juifs demandent des miracles et les Grecs cherchent la sagesse, mais pour nous, nous prêchons Christ crucifié, qui est un scandale pour les Juifs et une folie pour les Grecs. A ceux, dis-je, qui sont appelés, tant Juifs que Grecs, nous leur prêchons Christ, la puissance de Dieu et la sagesse de Dieu. Parce que la folie de Dieu est plus sage que les hommes, et la faiblesse de Dieu est plus forte que les hommes. » 1 Corinthiens 1:18-25.

    « Pour moi donc, mes frères, quand je suis venu chez vous, je n’y suis pas venu avec des discours pompeux, remplis de la sagesse humaine, en vous annonçant le témoignage de Dieu. Car je n’ai pas eu la pensée de savoir parmi vous autre chose que Jésus-Christ et Jésus-Christ crucifié. Et j’ai même été parmi vous dans la faiblesse, dans la crainte, et dans un grand tremblement ; et ma parole et ma prédication n’ont pas été en paroles persuasives de la sagesse humaine, mais en démonstration d’Esprit et de puissance, afin que votre foi ne soit pas l’effet de la sagesse des hommes, mais de la puissance de Dieu. Or nous prêchons une sagesse parmi les parfaits, une sagesse, dis-je, qui n’est pas de cet âge, ni des chefs de cet âge, qui vont être anéantis ; mais nous prêchons la sagesse de Dieu, qui est un mystère, c’est-à-dire cachée, que Dieu avant les âges, avait prédestinée pour notre gloire, sagesse qu’aucun des chefs de cet âge n’a connue, car s’ils l’avaient connue, ils n’auraient pas crucifié le Seigneur de gloire. » 1 Corinthiens 2:1-8.

    « Cette parole est certaine, et je veux que tu affirmes ces choses, afin que ceux qui ont cru en Dieu aient soin principalement de s’appliquer à pratiquer les bonnes œuvres. Voilà les choses qui sont bonnes et utiles aux hommes.Mais évite les discussions folles, les généalogies, les querelles et les disputes de la loi ; car elles sont inutiles et vaines. Rejette l’homme hérétique, après le premier et le second avertissement, sachant qu’un tel homme est perverti, et qu’il pèche en se condamnant lui-même. » Tite 3:8-11.

    « Fuis aussi les désirs de la jeunesse, et recherche la justice, la foi, la charité et la paix avec ceux qui invoquent le Seigneur d’un cœur pur. Et rejette les questions folles et qui sont sans instruction, sachant qu’elles ne font que produire des querelles. Or il ne faut pas que l’esclave du Seigneur soit querelleur, il doit au contraire avoir de la douceur envers tout le monde, propre à enseigner, supportant patiemment les mauvais, enseignant avec douceur ceux qui ont un sentiment contraire, dans l’espérance qu’un jour Dieu leur donnera la repentance pour reconnaître la vérité, et afin qu’ils se réveillent pour sortir des pièges du diable par lesquels ils ont été pris pour faire sa volonté. » 2 Timothée 3:22-26.

    Prions que Dieu nous garde et qu’il touche les coeurs de ceux qui ont besoin d’être sauvés.

  29. Bonjour,
    Un fiancée ayant comis l’adultère à savoir des caresses sans penetraction , des felations et des cunnilingus une seul fois avec une autre femme (vierge)que sa fiancé et que tous les deux ce sont repenti devant Dieu et ont demandé pardon sont il pardonné envers Dieu ? À savoir que le fiancé c’est marié, l’autre jeune femme qui s’est repenti doit elle resté célibataire tout au long de sa vie ? Peut elle se marier avec un autre homme ?
    Dans l’attente d’une réponse, veuillez recevoir mes salutations distinguées.

  30. Bonjour Leshauna, nous savons que tout péché est pardonnable sauf le blasphème contre le Saint-Esprit, donc tous ceux qui se repentent sincèrement Dieu les pardonne.
    Concernant l’acte que vous avez posé et de ses conséquences, nous préférons ne pas nous prononcer sur la base de la simple déclaration que vous avez faite. Aussi, avec tout notre respect et affection fraternelle, nous vous conseillons d’interroger Jésus directement.

  31. Bonjour les Dokimos,
    Je souhaite avoir un éclairage si cela est possible.
    Je suis mariée et mon mari a des problèmes d’éjaculation précoce. Afin de me permettre d’atteindre l’orgasme et de ne pas être frustrée, il me masturbe. Il peut arrivé que je le masturbe également. Sommes-nous dans le pêché?
    Il peut également arriver que nous ayons des relations sexuelles qui ne sont pas face à face, sommes nous également dans le péché?
    Nous prions pour la situation de mon mari et nous nous attendons au Seigneur bien que ce soit une situation difficile.
    Pouvez-vous nous éclairer sur ce sujet? Nous craignons Dieu et souhaitons lui plaire.
    Nous vous remercions d’avance, que Dieu vous bénisse.

    Fraternellement.

    • Bonjour,

      Nous allons publier dans les prochaines heures un autre article sur le sujet qui devrait vous éclairer sur pas mal de points relatifs aux pratiques sexuelles.
      Veuillez cependant noter ce qui est écrit dans l’article: « Pour ce qui concerne la masturbation solitaire dans le cadre du mariage ou encore en dehors de celui-ci, elle ne doit pas être pratiquée. » Le mot important ici c’est « solitaire ».
      Concernant le problème d’éjaculation précoce, vous avez deux possibilités: soit vous allez voir un médecin soit vous priez et attendez que le Seigneur vous guérisse. Ce n’est pas un péché d’aller consulter pour ce problème.

  32. A ma connaissance, les traitements utilisés contre l’éjaculation précoce sont aussi prescrits en psychiatrie. Donc je ne pense pas qu’un chrétien notamment puisse avoir recours à cette solution.

Laisser une réponse